Deux juges bridés suspendent le nouveau décret migratoire de Donald Trump !

Pour faire plus XVIIIème siècle, j’aurais pu titrer cela comme un chapitre à l’ancienne : “Où l’on découvre que c’est une mauvaise idée d’avoir dans son pays des juges aux allégeances étrangères, surtout des bridés.”

Je suis lassée de répéter tout le temps la même chose à chaque article – lors de la confirmation du blocage du premier texte, l’annonce de la version atténuée ou encore son premier blocage partiel.

Faisons court : le président a le pouvoir légal de bloquer l’entrée de qui il souhaite selon l’article 1182 du titre 8 du code des États-Unis, tout juge le contestant pour quelque raison que ce soit manque à sa fonction.

Évidemment, puisque c’est le gouvernement des juges, il n’y a pas de procédure appropriée pour se débarrasser de ces vermines qui sabotent l’application des lois et décrets légitimes.

AFP :

Un juge fédéral américain a bloqué mercredi, pour l’ensemble des Etats-Unis, la deuxième version du décret anti-immigration de Donald Trump, infligeant un nouveau revers judiciaire au président républicain sur une des mesures phares de sa présidence.

A quelques heures seulement de l’entrée en vigueur du nouveau texte qui avait pourtant été expurgé de ses éléments les plus contestés, le magistrat de Hawaï Derrick Watson qui estimé dans son jugement que la suspension temporaire du décret éviterait un “préjudice irréparable”.

En dépit de son nom, Derrick Watson est un bridé ; celui de gauche dans l’image illustrant cet article. C’est aussi une connaissance personnelle d’Obama.

Tenant une réunion publique à Nashville (sud), le président américain a dénoncé la décision “erronée” d’une justice qui, selon lui, commet ainsi “un abus de pouvoir sans précédent”. Il a promis d’aller jusqu’à la Cour suprême.

C’est un monstrueux abus de pouvoir.

Pour expliquer sa décision, le juge Watson s’est appuyé notamment sur plusieurs déclarations de Donald Trump à l’égard des musulmans pour conclure que le décret comporte “des preuves significatives et irréfutables d’animosité religieuse”.

Sa décision a fait référence à des propos de campagne de Donald Trump, lorsqu’il s’était prononcé pour une interdiction d’entrée des musulmans sur le territoire américain.

Même si Trump avait déclaré haïr les subhumains bougnoules au cours de la campagne, cela n’aurait rien changé. Les motivations réelles ou possibles de la décision de Trump sont absolument étrangères à sa légalité.

Et le juge le sait.

Il veut seulement garder la frontière ouverte parce qu’il craint que si elle est fermée contre ces envahisseurs là, l’afflux de chinetocs vers les États-Unis finirait aussi par être stoppé.

Le texte controversé, qui bannit l’entrée des Etats-Unis aux ressortissants de six pays musulmans, devait être appliqué à partir de mercredi à minuit, heure de Washington, soit jeudi 04h00 GMT.

Quelques heures après le juge de Hawaï, un juge fédéral de Seattle, dans l’Etat de Washington (Nord-Ouest), a accepté une demande de “suspension provisoire de 14 jours” par les Etats de Washington et de l’Oregon, en citant là aussi les “préjudices irréparables” que causerait le décret.

Un troisième juge fédéral devait aussi se pencher mercredi sur ce décret migratoire, à Greenbelt, dans le Maryland (Est), à la demande d’une coalition d’organisations de défense des libertés et des réfugiés, dont la puissante American Civil Liberties Union (ACLU). Selon cette coalition, ce nouveau décret viserait toujours les musulmans de façon discriminatoire.

Le troisième juge est Théodore Chuang, le deuxième chinetoc illustrant cet article.

Et il a jugé que le décret – qui bloque l’entrée de personnes originaires de certains pays – serait en effet discriminatoire contre les musulmans.

Non seulement c’est inepte, mais même si c’était vrai le décret n’en serait pas moins légal.

Les anti-blancs inventent une sorte de droit inaliénable à venir envahir les pays blancs, mais cela n’a aucune valeur.

“Dans l’esprit (de M. Trump), le danger associé aux musulmans et le danger associé aux réfugiés ne sont qu’un seul et même danger”, a dénoncé Omar Jadwat, l’avocat de l’ACLU.

Ce qui se passe dans l’esprit de Trump n’a aucun rapport avec le texte.

Un jugement devrait toujours se fonder sur une base objective et non sur des supputations ineptes.

“La Constitution a une fois de plus permis de freiner le décret scandaleux et diffamatoire” du président américain, s’est félicitée l’ACLU après le jugement de Hawaï, contre lequel le gouvernement a la possibilité de faire appel.

La Constitution ne protège pas le droit des bougnoules à immigrer aux États-Unis.

[…]
Le second décret, désormais bloqué, prévoyait de fermer temporairement les frontières américaines aux réfugiés du monde entier et de suspendre l’octroi de visas durant 90 jours pour les ressortissants d’Iran, de Libye, de Syrie, de Somalie, du Soudan et du Yémen.
[…]
Ces derniers jours, le président et ses principaux ministres, Rex Tillerson (Affaires étrangères), Jeff Sessions (Justice) et John Kelly (Sécurité intérieure), avaient défendu ce texte, le qualifiant de “vital” pour la sécurité nationale face à des menaces d’attentats ne cessant selon eux d’évoluer.

Ce texte est en vérité très insuffisant, et même la première mouture était encore très loin de ce qui est nécessaire. Mais pour les immigrationnistes, toute restriction de l’invasion est inacceptable.

Mais les opposants au décret ne sont pas convaincus de cette urgence. Depuis les attentats du 11 septembre 2001, les attaques les plus graves aux Etats-Unis ont été commises soit par des Américains, soit par des ressortissants ne provenant pas des pays visés par le décret.

Trump n’a pas à démontrer l’urgence à un juge pour que son décret soit valide. Notez aussi comme on parle des “attaques les plus graves” pour effacer les terroristes venant bien de ces pays. Quant aux “Américains” dont il est question, c’est un peu comme on nous dit que Salah Abdeslam serait “français”.

Selon ses détracteurs, le nouveau texte aurait eu des conséquences très négatives sur les secteurs de l’éducation et des affaires, notamment pour les sociétés des nouvelles technologies.

Les entreprises de la Silicon Valley ne peuvent pas survivre sans les somaliens, les yéménites et les lybiens ! Bon sang mais c’est bien sûr !

Somaliens
Sans ces génies, (((Facebook))) ne saura pas comment faire survivre son réseau !

Je pourrais noter que la jurisprudence a clairement établi que les dommages d’ordre économique ne tombent pas dans la catégorie des préjudices irréparables, mais même les “préjudices irréparables” subis par les envahisseurs ou leurs importateurs ne sont tout simplement pas pertinents.

Lyft, Airbnb, Dropbox et d’autres sociétés de ce secteur ont déposé mardi un mémoire de soutien à l’Etat de Hawaï, archipel comptant une forte proportion d’habitants d’origine étrangère. C’est le gouvernement de Hawaï qui est à l’origine de la procédure qui vient d’aboutir à la suspension de la mesure la plus controversée du début de mandat de Donald Trump.

Manipulations juridiques : faire juger l’affaire dans un endroit où le juge est un gauchiste ou un non-blanc afin d’avoir un jugement favorable.

Conclusion

Au moins, mon voeu est satisfait : j’avais souhaité que la tentative de compromis mou de Trump échoue et c’est ce qui s’est passé. Peut-être Trump lui même avait-il anticipé que le nouveau texte serait bloqué.

Au prochain attentat, c’est toute cette vermine qui s’est opposée au décret de Trump qui sera pointée du doigt.

Par décence, je m’abstiendrais de décrire en détail le sort que méritent ces juges.

Auteur: Blanche

Partager cet article sur

Publier un commentaire

2 Commentaires sur "Deux juges bridés suspendent le nouveau décret migratoire de Donald Trump !"

5000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
Gemar.Pressac.39/45
18 mars 2017 8 h 38 min

Trump est irréprochable, malheur au Juges et à leur carrière en cas d’attentat.

Snapdragon
20 avril 2017 10 h 54 min

Idem je pense ( dans la pensée tétradimensionnel) pour les frappes chimique. Quoi !?? la cia et autres personnages mon menti !! L attaque chimique est un coup monté !! À mais alors là mentir au président c est de la trahison !! Et bam en prison les gauchistes pour trahison ! Et ensuite il aurait les mains libre.

wpDiscuz