L’AfD promet un solde migratoire négatif de 200.000 personnes par an, notamment par la réémigration des pseudo-réfugiés

L’AfD a été affaiblie par les conflits internes qui ont suivi l’affaire Björn Höcke : il avait déclaré que la culture de la repentance nuit à l’Allemagne et avait qualifié le mémorial de l’Holocauste de Berlin (au demeurant très moche) de “monument de la honte”. Les cocus avaient suivi les médias en s’indignant.

Néanmoins, le parti n’a pas cessé son activité, et en vue des élections législatives qui auront lieu en septembre prochain, il présente des éléments de son programme.

Un élément majeur retient notre attention.

Daily Express :

Le parti de droite Alternative pour l’Allemagne (AfD) a promis de se débarrasser d’au moins 200.000 migrants par an de plus qu’il n’en accepte dans le cadre de son avant-projet de programme électoral diffusé hier.

Il s’agit bien d’un solde migratoire négatif qui est promis. Et autant le solde migratoire peut être un outil de manipulation quand il s’agit de faire entrer des non-blancs pour remplacer des blancs s’expatriant ; autant lorsqu’il est ainsi nettement négatif il s’agira nécessairement de cesser l’invasion et de remigrer des envahisseurs, d’autant plus que l’avant-projet affirme aussi vouloir lutter contre la fuite des cerveaux – c’est à dire les allemands blancs compétents partant à l’étranger.

Le parti populiste a demandé la fermeture des frontières du pays, la restriction des pratiques islamiques et a promis de combattre contre “l’oligarchie” dans son programme électoral.

Dans son manifeste, l’AfD écrit : “La dénaturalisation des immigrés criminels devrait être possible : d’abord dans le cas de criminalité grave dans les dix ans suivant la naturalisation ; deuxièmement pour les immigrés dans des organisations terroristes (par exemple, l’État Islamique) ; troisièmement quand appartenant à des clans criminels, même si les expulsés deviennent de ce fait apatrides”.

Les mesures ne s’appliqueraient qu’aux immigrés de première génération ayant parvenu à obtenir la citoyenneté allemande après leur arrivée, a confirmé le parti.

Si on est encore loin de dénaturalisations de masse sur des critères ethno-raciaux, c’est tout de même un verrou mental supplémentaire qui saute.

Retirer la nationalité aux immigrés criminels entre dans le champ du débat public, et aide ainsi à normaliser les idées plus extrêmes encore (lesquelles aident la première idée à paraître raisonnable, deux idées partisanes d’un même camp s’aidant ainsi l’une l’autre).

Le parti croit que “l’Islam ne fait pas partie de l’Allemagne” – en dépit des 4,5 millions de musulmans vivant dans le pays.

Les anti-blancs qui affirmaient (et considèrent toujours) que les pieds-noirs n’étaient pas algériens et qu’ils constituaient une présence étrangère à la population autochtone (ce qui est vrai) adoptent soudain le point de vue diamétralement opposé lorsqu’il s’agit des musulmans présents en Europe.

Les médias dominants ne cherchent pas à être cohérents entre les différentes positions qu’ils promeuvent, ce qui leur importe est qu’elles soient systématiquement en faveur des (((élites mondialistes))), lesquelles ont décidé d’éradiquer la race blanche.

Le groupe affirme que l’Allemagne “perd son identité culturelle à cause d’une notion viciée de la tolérance” et qu’il “veut transmettre aux générations suivantes un pays qui est encore reconnaissable comme notre Allemagne”.
[…]
Le parti a ajouté qu’il veut “mettre un terme à l’expérience de l’euro” et en revenir à des gouvernements nationaux souverains.

Si, évidemment, ça n’est pas exactement le retour du parti national-socialiste, il y a du progrès.

Reuters :

Dans le même temps, le codirigeant d’AfD Jörg Meuthen dit ne pas être inquiet face au recul des intentions de vote pour son parti. Le soutien en faveur d’AfD est passé de 15,5%, son maximum atteint fin 2016, à une fourchette comprise entre 8% et 11% désormais, selon les enquêtes d’opinion.

Les dissensions internes, la baisse drastique du nombre de migrants entrant dans le pays, et l’irruption de Martin Schulz comme tête de liste du SPD, qui a fait grimper le parti de centre gauche et constitue une alternative sérieuse à Angela Merkel, sont autant de facteurs qui n’ont pas aidé AfD à rester au pinacle.

“La recul dans les sondages ne m’inquiète pas le moins du monde”, a déclaré Jörg Meuthen à Reuters. “D’accord, on est en baisse actuellement — cela s’est produit déjà plusieurs fois, et l’essentiel, c’est le niveau où nous serons au moment des élections ; je crois que nous serons alors au sommet, grâce notamment à notre programme.”

Ajoutons que cela fera suite aux élections néerlandaise et françaises. Si Marine Le Pen fait 40% au second tour de la présidentielle et que son parti obtient plusieurs dizaines de députés, cela aura nécessairement de larges répercussions. Sans bouleverser la situation électorale allemande, cela pourra du moins aider l’AfD à faire oublier les dissensions internes et lui offrir un supplément d’énergie.

Auteur: Blanche

Partager cet article sur

Publier un commentaire

8 Commentaires sur "L’AfD promet un solde migratoire négatif de 200.000 personnes par an, notamment par la réémigration des pseudo-réfugiés"

5000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
Sven le latin
14 mars 2017 9 h 43 min

c’est marrant ! en France on a une nébuleuse nationaliste qui s’étiole avec le temps (55 ans) alors qu’en Allemagne elle se renforce a vitesse grand V après seulement 5/7 ans d’existence !

au risque de paraitre monomaniaque….. les peuples blancs les plus disposés a se réveiller ne sont peut-être pas ceux auxquels on pense !

Rig
14 mars 2017 13 h 31 min

Bonjour Sven, oui cependant en France, le Front National représente 20% du corps électoral depuis plus de 15 ans. L’AfD représente seulement entre 10 et 15% des électeurs soit ce que le FN représentait en 1984. Le NPD qui est plus courageux ne fait pas plus de 1% des voix. Il est probable que l’Afd soit seulement une CDU plus dure contre la politique d’invasion migratoire de Mme Merkel.

Muspelheim
14 mars 2017 21 h 18 min

Sauf erreur c’est en 2013 que le parti fut crée.

maxwell
14 mars 2017 15 h 46 min

en arabie saoudite ils expulsent 5 millions d etranger sans bruits et sans aucuns soucis aucune association ou etat pour denoncer , en occident malheureusement pas possible la democratie empecherat toute tentative d expulsion de masse , la remigration n est pas possible avec une democratie

14 mars 2017 21 h 14 min

Totalement d’accord avec toi, la remigration n’est pas possible en démocratie tout comme l’application de nos idées.

Waffen-SS
14 mars 2017 21 h 18 min

La démocrâssie,c’est la mort.

Charles Maurras.

Waffen-SS
14 mars 2017 21 h 22 min

La démocrâssie est la paravent de la dictature juive.

Louis-Ferdinand Céline de son vrai nom Lucien Destouche.

Jacot
15 mars 2017 21 h 57 min

Ben alors, Waffen-sS, pourquoi pas Louis-Ferdinand ?

wpDiscuz