Médecins Sans Frontière aux petits soins des galeux du Tiers-Monde

Paris en général est une zone de non-France. Ses quartiers nord tiers-mondisés, avec sa Gare du Nord infestée, sa salle de shoot, sa proximité du 93, ont le don de provoquer un haut-le-coeur immédiat chez tout français à peu près sain.

Cela étant, certains êtres semblent avoir hérité d’une sorte d’immunité et même, chez certains, un amour de la crasse. Ainsi, les cosmopolites de Médecins Sans Frontière s’échinent à faire prospérer les foyers d’infection dans la capitale en dorlotant les armées de clandestins.

AFP :

C’est un drapeau, rouge sur fond blanc, que l’on s’attend plus à voir flotter en zone de catastrophe humanitaire : depuis décembre, Médecins sans frontières a ouvert une clinique mobile à Paris, pour soigner les migrants aux portes du centre de premier accueil.

L’installation est spartiate, à quelques centaines de mètres du centre humanitaire réservé aux migrants, dans le nord de la capitale. Une camionnette médicale, recyclée de Calais où elle servait aux consultations des migrants de la “Jungle”, ce vaste bidonville où s’entassaient plusieurs milliers de personnes, et une petite tente équipée de bancs, qui sert de salle d’attente.

Dès l’ouverture à 14 heures, une dizaine d’hommes, surtout afghans, attendent pour consulter.

MSF fait circuler sa camionnette, mais le quartier-général de ces (((trotskystes))) se situe 8 Rue Saint-Sabin, à Paris dans le 11ème arrondissement.

20 minutes :

“On a beaucoup d’infection des voies respiratoires hautes, des grippes, beaucoup de gale aussi parce que les conditions d’hygiènes sont souvent précaires”, explique le Dr Mondane Bethault.

Parasite à l'origine de la gale
Parasite à l’origine de la gale

Mais il y a aussi “des pathologies chroniques, des douleurs ostéo-articulaires parce qu’ils ont été victimes de violences” sur leur parcours. Voire “pas mal de pathologies psychiatriques” pour des gens “torturés, frappés, et qui se retrouvent complètement déracinés ici”.

Dans la salle d’attente où MSF accueille avec des traducteurs, il y a surtout en ce jeudi des petites maladies “qui deviennent pas si anodines quand on est à la rue”. Des piqures de puces de lit “attrapées à l’hôtel social” pour Abduzar, 17 ans, qui montre son cou dévoré de points rouges.

Les Afghans ne sont pas des réfugiés et cette blatte a sûrement plus de 17 ans

Une rage de dents “qui m’empêche de dormir depuis trois jours” pour Abdelrafour, 18 ans. Mustafa, lui, traîne une infection aux oreilles depuis plusieurs mois.

Les épidémies de gale et autres maladies du Tiers-Monde, ce n’est pas “la pauvreté” qui les fait revenir, mais les agents anti-blancs comme Médecins Sans Frontière.

Quand aux rages de dents de Jean-René le français, qui a 53 ans et qui en paraît 75, les humanitaires s’en moquent tellement qu’ils seraient étonnés et choqués qu’on leur pose la question.

La clinique mobile est une solution de dernier recours pour ces migrants n’ayant pu enter au centre de premier accueil, mis en place par l’État et la ville de Paris, et qui frôle la saturation. Un pôle médical parfaitement équipé est certes installé à l’intérieur, qui a dispensé 2.100 bilans infirmiers et 1.800 consultations médicales depuis l’ouverture, début novembre.

Encore faut-il entrer dans le dispositif. “On a fait la queue trois nuits sous la pluie et puis on est venus ici”, explique Abdelrafour.

Depuis le début de l’expérience de MSF le 26 décembre, la clinique, présente trois jours par semaine, a, elle, dispensé “600 consultations”, au rythme de “25 par jour”, affirme Corinne Torre, coordinatrice de projets à MSF.

Au sujet de ces consultations gratuites pour clandestins, cette même Corinne Torre, explique clairement qu’il s’agit de dorloter l’envahisseur.

Cette responsable de MSF explique :

Ils ne reviennent pas vraiment parce qu’ils sont toujours malades, ils reviennent parce qu’ils trouvent ici un lieu où ils peuvent discuter avec nos interprètes, ils reconstruisent un petit cocon un peu plus serein, un peu plus familial, ils discutent avec nos interprètes, on leur donne à boire, on les oriente. Beaucoup, beaucoup d’orientation.

Les punaises de lit à forme humanoïdes seraient bêtes de ne pas profiter des agents des ONG, qui sont presque toutes des femmes. Mais leur fabriquer un cocon protecteur, autrement dit prêter assistance et réconfort à l’ennemi racial, est un crime impardonnable.

En fixant les pouilleux, MSF empoisonne le corps racial de la nation. MSF joue le même rôle que les rats qui ont amené d’Orient la peste, à la différence près que les passeurs savent ce qu’ils font.

MSF est en effet le plus enragé des groupes cosmopolites, qui s’est même payé le luxe de refuser de l’argent de l’UE, qu’il doit considérer en interne comme une entité nazie, à l’image d’Asselineau.

Le Monde :

« La préoccupation principale de l’Europe n’est plus de savoir comment ces gens seront protégés, mais comment on peut les maintenir le plus loin possible de l’Europe », dénonce M. Oberreit. Le responsable explique que, dans ce contexte, « MSF refuse désormais d’être financé par des institutions et des gouvernements dont les politiques font souffrir les gens » et appelle une nouvelle fois les gouvernements européens à modifier leurs priorités. « Plutôt que tenter de repousser toujours plus, ils doivent accueillir et protéger davantage. »

Toujours plus haut, plus loin, plus fort dans le projet de destruction du monde civilisé.

En 2015, MSF a reçu 19 millions d’euros des institutions européennes et 37 millions de onze États de l’Union européenne (Autriche, Belgique, République tchèque, Allemagne, Danemark, Irlande, Luxembourg, Pays-Bas, Espagne, Suède, Royaume-Uni). S’y ajoutent 6,8 millions octroyés par le gouvernement norvégien, dont l’ONG ne veut plus non plus pour son travail avec Frontex, l’agence européenne chargée de la surveillance des frontières et le contrôle de l’immigration clandestine.

MSF choisit donc aujourd’hui de se passer de 62,8 millions d’euros – un peu plus même, car les dons prévus pour 2016 étaient en augmentation. C’est ainsi que 8 % des fonds de l’ONG s’envolent puisqu’elle est financée à 92 % par des fonds privés provenant de 5,7 millions de donateurs répartis de par le monde.

Mais d’où viennent ces fonds privés qui financent à 92 % MSF ? Qui pourraient être ces malfaisants ?

Marchand joyeux mystère

Auteur: Basile

Partager cet article sur

Publier un commentaire

10 Commentaires sur "Médecins Sans Frontière aux petits soins des galeux du Tiers-Monde"

10000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
12 mars 2017 10 h 31 min

Msf aide les pouilleux subhuamins qui nous envahissent. En plus de leur permettre de vivre ils aident l’invasion de ses afros-bougnes et aussi contribuent à la propagation de certaines maladies comme la gale sur notre territoire. Que du bon quoi. Le gauchisme financé par les putains de youpins ça donne cela. C’est catastrophique.
Médecins Sans Frontières : tu parles c’est plutot Médecins Sous (((Fincancements))).
J’ajoute cette association à la liste.

Darkeuclyde
12 mars 2017 11 h 47 min

Tu devrais dire Médecin sous (((Perfusion))) car sans (((eux))) les médias et les associations pro invasion ne pourrait vivre, on parlera notamment du grand et fameux (((George Soros))) impliquer dans le financement des associations pro invasion et de sa promotion par les médias.

12 mars 2017 12 h 26 min

Oui. Sans ses (((généreux donateurs anonymes))) toutes ses associations de traîtres ne pourraient pas exister. Bien entendu Georges Soros n’est qu’un gentil milliardaire qui ne fait de dons qu’a des associations gentilles et humanistes…

Ksenia
12 mars 2017 13 h 46 min

Malgré l’argent de Soros ces assocs galeuses nous sollicitent toujours…Plus un centime pour MSF, ni pour le Secours Catholique, ni Emmaus, ni la Croix Rouge, ni aucune d’entre elles…elles ont toutes adopté la préférence étrangère …

12 mars 2017 15 h 08 min

(((ils))) n’ont jamais assez d’argent de toute façon, et puis ils nous enculent plus quand on leur donne donc pourquoi s’en priver tiens !
En effet ne pas donner à toutes ses associations qui favorisent les étrangers ou alors vous donnez genre aux restos du coeur : un saucisson ou des tranches de jambon, comme ça on est sûr de la personne qui en bénéficiera…

Maponos
12 mars 2017 16 h 21 min

Cela me rappelle cet article : https://www.blancheurope.com/2016/06/19/traitres-doivent-mis-sous-pression/
J’avais commenté en ciblant France Terre d’Asile. Je note que la liste peut-être longue.

Vinking
12 mars 2017 17 h 44 min

https://presidentielle2017.conseil-constitutionnel.fr/les-parrainages/tous-les-parrainages/

Voilà pour aider à la recherche de traitres c’est pas mal , ça donne un coup de pouce.

Maponos
12 mars 2017 16 h 26 min
12 mars 2017 16 h 38 min

Merci du lien je ne connaissais pas le site !

Vinking
12 mars 2017 17 h 46 min

Super je ne connaissait pas no plus , il par direct dans mes favoris.

wpDiscuz