Violences à grande échelle de la racaille non-blanche dans un lycée envahi

L’émeute

France Info :

Cinquante-cinq personnes ont été interpellées et placées en garde à vue mardi 7 mars pour “attroupement armé et jets de projectiles” devant le lycée Suger de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), a confirmé la préfecture de police de Paris à franceinfo.

Les faits se sont produits vers 10 heures ce matin, au moment de la récréation. Professeurs et élèves ont entendu une grosse explosion dans le hall du lycée, selon le témoignage d’un enseignant du lycée Suger recueilli par France Bleu Paris. L’air est devenu irrespirable, à cause de la fumée. Les élèves ont donc été conduits dans la cour de l’établissement.

Au même moment, un groupe de jeunes s’est introduit dans le lycée et a tenté d’allumer un incendie dans trois endroits distincts de l’établissement. Ils sont ensuite entrés dans l’un des bâtiments et y ont répandu de l’essence. Les départs de feu ont été rapidement maîtrisés.

Comme chacun l’aura compris tant c’est récurrent dans les médias bien-pensants français, “jeunes” est un euphémisme pour “racailles afro-maghrébines”.

Après l’évacuation des élèves, des fonctionnaires de police ont été pris à partie par plusieurs individus armés de pierres, de mortier, d’explosifs et de cocktails Molotov.

“Pris à partie”, voilà un autre euphémisme intéressant. Les désinformateurs de France Info utilisent une expression qui signifie “intenter une action judiciaire” et “reprocher quelque chose à quelqu’un”.

L’expression est aujourd’hui couramment utilisée pour qualifier les protestataires faisant face directement à l’objet de leur reproche. Par exemple, quand des manifestants qualifient Fillon de pourri alors qu’il effectue une visite quelque part, les journaux relateront l’affaire en disant que “Fillon a été pris à partie”.

Mais en aucun cas l’expression “prendre à partie” n’est appropriée pour qualifier une agression violente. Et avec des pierres, des mortiers, des explosifs et des cocktails Molotov jetés contre la police ; il s’agit de graves émeutes.

D’ailleurs, même le qualificatif de “violences” tend à être insuffisant.

Ce mardi, des établissements étaient touchés par des mouvements de protestation de certains lycéens mais pas le lycée Suger, ce qui n’aurait “pas plu à certains qui sont venus pour stopper les cours et casser un maximum”, a précisé une source policière à franceinfo.

Mentalité de racaille.

Même si on ne voit pas ici les pires scènes, la vidéo suivante donne une petite idée du désordre qui régnait :

Des équipes mobiles de sécurité du rectorat avaient déjà été déployées dans l’établissement à la suite de premières violences survenues la veille. Le lycée Suger de Saint-Denis est coûtumier de scènes de violence. En septembre dernier, les enseignants avaient notamment fait grève durant deux semaines après qu’un surveillant eut été tabassé. La décision de rouvrir le lycée mercredi n’a pas encore été prise. Deux autres établissements de la ville ont subi des heurts.

Ce lycée connaît des violences récurrentes en raison de sa composition raciale : des afro-bougnoules un peu moins sous-doués que leurs congénères et surnotés pour passer dominent les rangs de l’établissement.

Mais si ce n’est le fait que cela se passe à Saint-Denis, ville devenue synonyme de racaille immigrée pour la plupart des Français, rien dans l’article ne le suggère.

Une dépêche AFP publiée le lendemain fait à peine mieux. On y apprend que le lycée est “situé dans le quartier réputé difficile du Franc Moisin” ; réputé difficile étant un euphémisme signifiant là encore “envahi d’afro-bougnoules”. On y apprend aussi que les “plusieurs individus” de France Info étaient de “80 à 100”, ce qui cadre déjà mieux avec les 55 interpelations. Il y est aussi indiqué, comme on l’aurait deviné, qu’il s’agirait de “reliquats de l’affaire Théo”. Les racailles ont envie d’exploiter ce prétexte avant qu’il soit totalement inutile.

Indignation sans valeur de la caste politicienne

Les protestations du FN ont une certaine valeur, mais quand la marocaine qui fait office de ministre de l’Éducation s’indigne des conséquences dont elle chérit les causes, impossible de la prendre au sérieux.

AFP :

“Ce sont des actes gravissimes (…) qu’il faudra sanctionner fermement”, a déclaré la ministre de l’Education, Najat Vallaud-Belkacem, sur BFMTV.

“Une digue semble avoir sauté (avec) l’introduction de la violence non plus seulement sur le parvis des établissements mais à l’intérieur des établissements”, a-t-elle estimé, appelant à “poursuivre la sécurisation renforcée”.

Aux États-Unis, les écoles nègres ont des policiers dédiés travaillant sur place. C’est ce vers quoi on se dirige, derrière des termes comme “sécurisation renforcée”.

Le premier syndicat des proviseurs, le SNPDEN-Unsa, s’est alarmé dans un communiqué de “graves dérives, dont le caractère chronique et l’escalade régulière (…) menacent les communautés éducatives d’un drame”.

La présidente de la région Île-de-France, Valérie Pécresse (LR), a condamné dans un communiqué des violences et dégradations “inacceptables”. Rappelant que la région avait investi “près de 15 millions d’euros” pour la sécurisation des lycées, elle a “renouvelé” sa demande au ministre de l’Intérieur “de protéger les abords des lycées franciliens, qui depuis plusieurs semaines sont le théâtre d’incidents violents”.

Les cocuservateurs se font toujours les champions de “l’ordre” mais avec des demi-mesures incapables de le rétablir et sans lutter contre les causes du désordre.

“Ce type d’événements ne surprend plus”, ont affirmé Wallerand de Saint Just, président du groupe FN au conseil régional, et Jordan Bardella, conseiller régional et secrétaire de la fédération de Seine-Saint-Denis. “Certains territoires sont devenus de véritables parcs d’attraction pour des jeunes criminels toujours plus violents et sans limite”, ont-ils dénoncé dans un communiqué.

Bardella étant responsable de “Banlieues patriotes”, il y a là une certaine ironie.

Néanmoins, en effet, ces évènements ne nous surprennent plus.

Cazeneuve s’indigne que ces émeutes soient exploitées électoralement

Si des évènements graves confirment les analyses d’un camp politique, il serait selon Cazeneuve absolument immoral que ce soit utilisé par ce camp. Il ne faudrait pas privilégier ceux qui ont une bonne analyse des évènements – et sont donc plus à même de résoudre le problème – de ceux qui ont tout faux et qui prétendaient que l’invasion ne causerait aucun problème.

Huffington Post :

Bernard Cazeneuve a accusé ce mercredi 8 mars le Front national d’« exploiter » à des “fins électorales” les violences au lycée Suger de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), assurant que le gouvernement ferait preuve d’« une fermeté totale à l’égard de ceux qui s’en prennent à l’ordre public ».

D’ailleurs, on n’a jamais vu les anti-blancs faire ce genre de choses.

Par exemple, lors de la fameuse et douteuse affaire du cimetière juif de Carpentras, toute la presse avait été très mesurée et prudente… Ah non, on me souffle à l’oreille qu’il n’avait pas fallu attendre vingt-quatre heures pour que les grands médias hurlent comme une meute contre le Front National, bien qu’aucun élément de preuve, alors ou par la suite, n’ait associé le parti à ces dégradations.

Ou encore plus récemment, lors de l’affaire Anders Breivik, les médias et les politiciens de gauche s’étaient montré très mesurés, expliquant qu’il ne faut pas faire l’amalgame entre un tueur isolé et tous les patriotes… Ah non, tiens, là encore on me souffle qu’ils ont exploité à fond l’affaire pour tenter de dépeindre le refus de l’invasion migratoire comme criminel et dangereux.

Ou encore plus récemment, lors de la tuerie de l’église de Charleston, médias et politiciens ont pris la défense de l’héritage confédéré… Ah non, mince décidément, on m’indique qu’ils ont plutôt fait la guerre à celui-ci, faisant de son drapeau un “symbole de haine” qu’ils ont cherché à faire disparaître massivement, tout en démontant un maximum de statues de héros de la confédération et en diabolisant les Blancs.

Et je ne parle là que d’évènements à très forte résonnance médiatique, mais le procédé est le même à chaque fois.

[…]
“Ils n’ont comme objectif ni la justice ni l’ordre, mais au contraire de provoquer et d’entretenir le désordre” et “ils ne rendent pas service à notre pays”, ajoute-t-il, dans une allusion aux reproches formulés mercredi par Marine Le Pen de “réaction minimale” du gouvernement après ces incidents.

L’affirmation sur les objectifs du FN est absolument non substanciée. Certes, puisqu’ils ne sont pas au pouvoir, on ne peut pas les juger à leurs actes ; mais leur prises de position sur le sujet ont toujours été cohérentes.

“Le Premier ministre est sans doute trop occupé à faire campagne contre ma candidature pour se soucier de ce qui se produit dans le pays!”, avait déploré la candidate du Front national dans un communiqué.

C’est en effet ce à quoi s’occupent Cazeneuve et Hollande.

Laxisme judiciaire

“Il appartient désormais à la justice d’établir les responsabilités et de sanctionner les auteurs de ces violences avec la plus grande sévérité”, poursuit Bernard Cazeneuve.

Vous avez bien retenu ? La “plus grande sévérité”, mais aussi une “fermeté totale”.

Eh bien, voici ce qu’il en ressort :

Huit mineurs seront présentés jeudi à un juge des enfants, tandis que 46 autres jeunes, également placés en garde à vue pour ces faits, ont été relâchés mercredi, a indiqué le parquet de Bobigny. Les huit mineurs sont soupçonnés de “violences sur personne dépositaire de l’autorité publique”, “attroupement armé” et “rébellion”, a précisé le parquet.

Voilà la “fermeté” du gouvernement et des juges anti-français contre les racailles ! La plupart relâchés, alors qu’on peut déjà anticiper des peines faibles pour les autres.

Auteur: Blanche

Partager cet article sur

Publier un commentaire

11 Commentaires sur "Violences à grande échelle de la racaille non-blanche dans un lycée envahi"

5000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
Tarzan du sud
9 mars 2017 13 h 44 min

les lycées généraux sont gangrené par le gauchisme avec quelques allogènes au QI plus haut que leurs congénères .

les lycées professionnels ( j’y étais) sont gangréné par les subhumains par exemple quand j’étais en terminale la moitié de la classe etait ” enrichie culturellement ” . les blancs restaient entre eux , les afro bougnoules de même …..

Tout était prétexte a ne pas faire cours , il y avait aussi des cris d’animaux et des dialogues en arabes
( surement en train de nous insulter de sale gwer) j’en passe et des meilleurs c’est un avant goût de la société multiraciale

Ksenia
9 mars 2017 14 h 33 min

Ça fait 5 ans que nous entendons ces phrases creuses de Valls ou Cazevide qui ‘ condamnent avec la plus grande fermeté ‘ et tout ne fait qu’empirer !
Mais bien sûr pour ces vermines gauchistes, ce qui compte c’est la récupération que pourrait en faire le FN, le danger de l’extrême droite au pouvoir, etc…

11 mars 2017 16 h 08 min

Ah les petits chenapans, ils brûlent des voitures et jettent des chaises sur les professeurs…oh oh oh quelles gentilles blagues.
Dites moi ce ne seraient pas des magrehbins et des antifas qui provoquent ces émeutes ? Ah non autant pour moi on me dit dans l’oreillette que ce sont des “jeunes” ! A la jeunesse, quelle délinquance, les jeunes d’aujourd’hui tous des criminels tiens.Non non juste les bougnoules et les antifas finis à la pisse en fait, mais ça les médias ne le disent pas bien entendu.

OTOOSAN
9 mars 2017 16 h 21 min

“Cazeneuve s’indigne que ces émeutes soient exploitées électoralement”, moi c’est surtout le contraire qui m’indignerait !

11 mars 2017 16 h 11 min

Vite, il faut faire barrage à l’extrême droite. Dites : ce n’est pas la gauche qui ne veut pas construire des murs ? Un mur ou un barrage c’est pareil non ?

Earl Turner 31
9 mars 2017 22 h 45 min

“55 personnes ont été interpellées. 8 seront présentés à un juge des enfants, tandis que 46 autres ont été relâchés.”
46+8=54
Le 55ème recevra la médaille des arts et des lettres.

11 mars 2017 16 h 10 min

Non le 55 ème filmait juste mais n’avait rien à voir avec les violences bien entendu. On parie combien qu’au moins 50 n’auront rien ? Et les autres peut être une petite tape sur les doigts, pas plus.

11 mars 2017 16 h 11 min

Ah pardon je viens de me relire. En effet 46 sont relachés donc logiquement ils n’ont rien…
Les autres auront sûrement une heure de colle, ces vilains garnements !

Earl Turner 31
9 mars 2017 22 h 45 min

« 55 personnes ont été interpellées. 8 seront présentés à un juge des enfants, tandis que 46 autres ont été relâchés. »
46+8=54
Le 55ème recevra la médaille des arts et des lettres.

wpDiscuz