Geert Wilders suspend sa campagne après qu’une racaille marocaine a fuité des informations pour nuire à sa sécurité

L’auto-proclamé « Trump hollandais » Geert Wilders, à la tête du PVV, le parti anti-islam, anti-UE et anti-immigration, a dû cesser temporairement sa campagne pour les prochaines élections législatives après que de graves dysfonctionnements ont été constatés dans le dispositif de sécurité mis en œuvre par le gouvernement, censé protéger le candidat lors de ses apparitions publiques.

RT :

Après l’arrestation d’un policier chargé de sa protection qui aurait transmis des informations à un « groupe criminel marocain », le leader anti-islam et anti-immigration Geert Wilders a suspendu provisoirement les activités politiques de son parti.

Cette information semble passer assez inaperçu, mais est symboliquement très significative.

On savait les crouilles peu habitués au concept de société libre et démocratique, mais c’est là un pas de plus dans l’immondice. Car c’est une tentative directe de nuire physiquement à une personnalité politique opposée à leur présence en Europe, une tentative de saboter le choix démocratique de la majorité blanche et pas encore complètement soumise des Pays-Bas.

Toujours favori des sondages, à trois semaines des élections des élections législatives néerlandaises du 15 mars, le patron du Parti pour la liberté apparaît plus que jamais comme une personnalité politique incontournable. Il a lancé sa campagne politique le 18 février en vue avec un discours anti-immigration et anti-islam, en promettant notamment d’en finir avec « la racaille marocaine ».

Racaille marocaine qui, elle, semble vouloir en finir avec lui, la démocratie et la liberté du peuple hollandais.

New Observer :

Sa ligne politique sans concession a provoqué un tollé chez tous les autres partis en Hollande, qui ont appelé à créer un « cordon sanitaire » autour du PVV pour tenter de l’empêcher de prendre part à un gouvernement de coalition.

Un stratagème qui ne va pas sans nous rappeler notre politique domestique à nous autres Français. Au point de se demander si certains haut placés ne commenceraient pas à voir l’assassinat comme une manœuvre valable pour se débarrasser d’un personnage sans doute gênant. Après tout, le policier crouille responsable des fuites avait été placé par le gouvernement…

D’autant que cela ne serait pas la première fois que cela arriverait en Hollande.

RT :

Pour rappel, l’homme politique néerlandais Pim Fortuyn avait été assassiné en pleine rue à Hilversum en 2002, juste avant les élections législatives. Deux ans plus tard, à Amsterdam, un extrémiste islamiste avait abattu Theo Van Gogh, un réalisateur néerlandais controversé pour ses prises de positions sur l’islam.

Geert Wilders est en tête dans les sondages, à moins de 3 semaines des élections législatives, et fait donc face à l’opposition féroce de tout le système politico-médiatique.

The New Observer :

Le parlement hollandais est élu par un système de représentation proportionnelle, et est systématiquement très divisé. Cependant, la plupart du temps, le parti qui remporte plus de 30 des 150 sièges parlementaires forme le gouvernement de coalition avec ses voisins les plus proches idéologiquement.

Présentement, les sondages d’opinion montrent que le PVV est en passe de sortir des élections avec environ 30 sièges, et est censé devenir le parti majoritaire dans le nouveau parlement.

Les autres partis en sont au point de vouloir constituer une coalition majeure qui réunirait la droite et la gauche. Une « très mauvaise idée » selon Wilders, qui ajoute « qu’on ne peut pas ignorer le vote de deux millions et demi d’électeurs ». Il n’apprécierait guère le système français des deux tours:

« [Une telle coalition] se révélerait complètement paralysée, et si instable que non seulement cela ne servira pas les intérêts du pays, mais tombera sur le cul en moins d’un an, pour dire les choses franchement. »

Dans tous les cas, cette histoire démontre une fois de plus à quelles extrémités les crouilles pourraient arriver si les choses venaient à mal tourner pour eux et leur plan d’invasion. Tels des rats pris au piège dans un coin de mur, ils n’hésiteront pas à bondir et à mordre. Souvenons-nous en, ça pourrait nous servir…

Ceci étant, si Wilders se présente comme un nationaliste, il reste, comme cet article de Blanche le montre, au minimum un (((vendu))), au pire un agent israélien.

Auteur: Valko

Partager cet article sur

Publier un commentaire

1 Commentaire sur "Geert Wilders suspend sa campagne après qu’une racaille marocaine a fuité des informations pour nuire à sa sécurité"

5000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
26 février 2017 18 h 24 min

Les crouilles infiltrent le système ( notamment la police ) et ils arrivent à instaurer la terreur dans la politique. Je susi convaincu qu’il reveidnra lorsqu’il aura régler les problèmes de fuites et rétablit sa sécurité.
Même si il est surement (((vendu))) il est quand même ciblé pour ses idées assez nationalistes et son opposition à l’immigration, certains ne sont pas d’accord que leurs cousins ne pourraient pas continuer d’envahir l’Europe comme maintenant…

wpDiscuz