Reporter Sans Frontières geint de la présidence Trump

Ces chialeries ont un air de déjà vu.

AFP :

Reporters sans Frontières (RSF) a dénoncé jeudi l’attitude du président américain Donald Trump envers la presse, s’inquiétant des conséquences possibles de ses propos sur les journalistes aux Etats-Unis comme à l’étranger.

Son attitude envers les médias “est extrêmement inquiétante, évidemment aux Etats-Unis, pour la liberté de la presse dans ce pays” mais aussi dans le monde entier, a dénoncé à l’AFP le directeur général de RSF, Christophe Deloire, à l’issue d’une conférence de presse à Mexico.

“Il ne cesse par ses mots, sur Twitter, d’être violent à l’égard des journalistes et il y a déjà une forme de radicalisation contre les journalistes qui est inquiétante, (…) c’est un très mauvais exemple qu’il donne”, a-t-il ajouté.

“Violent” “par ses mots”. Concept intéressant.

Apparemment, qualifier un menteur de menteur et malhonnête est “violent”.

Selon le directeur général de RSF, de nombreux despotes ou certains présidents de démocraties aux méthodes autoritaires “s’en serviront, diront : +Regardez, même le président des Etats-Unis dit que les journalistes sont les personnes les plus malhonnêtes de la Terre+”.

Eh bien, peut-être que les grands médias devraient cesser de mentir comme des arracheurs de dent, non ?

Pourquoi devrait-on dire du bien de ces escrocs ? Pourquoi Trump devrait traiter gentiment ceux qui cherchaient à le détruire en multipliant les bassesses – on repensera aux fausses accusations d’agression sexuelle et à toute la campagne médiatique sur “l’attrapage de chatte”.

Bien sûr qu’il leur a déclaré la guerre et est resté en guerre contre eux.

Les médias anti-blancs ne se sont plus calmés avec son élection – immédiatement après ils ont tenté de faire croire qu’il sombrait dans les compromis, accusé son élection d’avoir été causée par des “fausses informations” supposément manipulées par Poutine, ils ont diffusé les bobards du “Pissgate”, fait la guerre à son décret anti-invasion… Et ce n’est qu’un aperçu très incomplet.

RSF présentait à Mexico son rapport sur les périls de la profession de journaliste au Mexique, pays le plus dangereux d’Amérique latine pour exercer ce métier, a informé jeudi l’ONG, avec 99 reporters assassinés entre 2000 et 2016.

“La situation dans de très nombreux Etats du Mexique est terrible pour les journalistes, avec de plus en plus d’assassinats par les cartels, parfois par des hommes politiques véreux”, selon M. Deloire.

Mais c’est Donald Trump le danger pour la liberté de la presse.

Lui qui va empêcher les États-Unis de devenir un Mexique-bis.

RSF ne défendrait pas plutôt la “liberté de mentir des organes de propagande du pouvoir” ?

Ces critiques ineptes me rappellent le (((Comité de Protection des Journalistes))) – 18 juifs sur 30 dans le comité de direction – qui qualifiaient à l’automne dernier Trump de “menace pour la liberté de la presse. C’est d’ailleurs le parallèle avec ces critiques qui m’a poussée à écrire cet article.

Auteur: Blanche

Partager cet article sur

Publier un commentaire

9 Commentaires sur "Reporter Sans Frontières geint de la présidence Trump"

10000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
ledud1
4 février 2017 9 h 59 min

Oy vey, Oy vaï !

Sven le latin
4 février 2017 10 h 17 min

RSF a parfaitement raison, si la presse ne peut plus mentir en toute liberté c’est la porte ouverte a toutes les fenêtres !

4 février 2017 21 h 36 min

Quelle honte alors, que vont faire les journalistes si ils ne peuvent plus mentir ? Merde…

Ksenia
4 février 2017 14 h 10 min

La liberté de la presse ? Laquelle ????????

Trump a tout à fait raison de s’adresser à son peuple par Twitter et autres réseaux sociaux, il lui parle directement, c’est bien mieux ainsi !
Et merci à Trump pour son tweet, hier, s’inquiètant de l’attentat au Louvre. ( qui confirme d’ailleurs parfaitement la pertinence de son décret. )

4 février 2017 21 h 43 min

La libertée de dire des conneries…
Oui totalement raison pas comme nos politiques qui sont si loin de nous lorsqu’ils décident de certaines choses. Bien entendu nos politiques pourris ne veulent pas se rapprocher du peuple : quelle horreur bahhh.
Et dire qu’ils voulaient que Trump arrête de s’exprimer sur twitter, tout ça pour qu’il prenne de la distance avec ses électeurs : heureusement qu’il fait ce qu’il veut et qu’il ne laisse personne lui dicter les choses.
En effet merci à lui, et dire que les gauchos ne font que dire que Trump veut faire la guerre à la France, aie aie aie…

Earl Turner 31
4 février 2017 15 h 54 min

L’aveuglement de RSF a défendre tous les journalistes (((bien-pensants))) sans vouloir admettre qu’il y a des menteurs dans le lot montre l’inutilité de cette organisation.

Jacot
4 février 2017 17 h 19 min

Si RSF était simplement « inutile » on ne lui en voudrait pas trop, mais RSF est une association nocive se parant des plus beaux habits de la vertu !
c’est un peu comme ces médicaments inefficients contre ce pour quoi il sont censément prescrits et qui présentent des effets secondaires aux conséquences primaires si j’ose écrire (les statines contre le cholestérol par exemple).

wpDiscuz