L’absurde tirage au sort à l’entrée de l’université devrait être formalisé par arrêté

Il fut un temps où les universités étaient des établissements d’enseignement supérieur. C’était avant que l’égalitarisme délirant ne s’y attaque, des professeurs gauchistes jusqu’aux gouvernements détruisant l’enseignement primaire et secondaire en passant par les “syndicats étudiants”, qui ne représentent qu’eux-mêmes et sont une succursale du parti “socialiste”.

Ajoutons-y une dose de “diversité” raciale, et naturellement le niveau plonge.

Ce constat concerne autant des filières scientifiques où le niveau déplorable des élèves rend fous les enseignants, que des filières plus “littéraires” (même si leur étude approfondie nécessiterait aussi un certain esprit rationnel) remplies de personnes ne sachant souvent pas quoi viser (le comble du ridicule étant les jeunes hommes s’y inscrivant pour essayer d’y rencontrer des jeunes filles).

La sélection par tirage au sort est un phénomène qui ne concerne que certaines universités et filières sous tension, mais il est emblématique de l’état d’esprit général.

Le Monde :

Le tirage au sort, utilisé en dernier recours pour départager les candidats à l’entrée de certaines licences universitaires sous tension, va être légalisé. Ce système était jusqu’ici pratiqué lors de la procédure Admission post-bac (APB) sans néanmoins disposer de bases juridiques assez robustes, d’où le succès devant les tribunaux d’un certain nombre de bacheliers recalés dans la formation qu’ils demandaient.

Un projet d’arrêté du ministère, qui précise les critères appliqués lors de la répartition des candidats en licence effectuée par l’algorithme d’APB, sera examiné par les élus de la communauté universitaire lors du Conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche, mardi 17 janvier. D’après ce texte, la priorité sera toujours donnée aux candidats de l’académie d’obtention du bac et de résidence, puis en fonction de l’ordre des vœux, et enfin en tenant compte de la situation de famille, ce qui est nouveau : une priorité sera accordée à ceux qui sont mariés, pacsés, en concubinage ou ont une ou plusieurs personnes à charge, ce qui ne devrait avoir qu’un impact limité pour ces jeunes.

Si l’application de ces trois critères ne suffit pas à les départager, « il est recouru à un tirage au sort », prévoit le projet d’arrêté. Le ministère tente ainsi de sécuriser une situation juridique bancale. L’article L612-3 du code de l’éducation prévoit que, lorsque l’effectif des candidatures excède les capacités d’accueil d’un établissement, les inscriptions sont prononcées selon la « réglementation établie par le ministre chargé de l’enseignement supérieur ». Mais d’après plusieurs décisions de tribunaux administratifs intervenues à l’été 2016, les règles appliquées actuellement – qui figurent notamment dans le guide du candidat ou des courriers du ministère aux rectorats – ne constituent pas une véritable réglementation.

C’est du sérieux…

Le tri selon les résultats obtenus par le candidat serait nettement moins injuste qu’un tirage au sort, mais il irait contre l’idée égalitariste selon laquelle tout le monde pourrait obtenir un diplôme universitaire. Un tri par les résultats éviterait aussi qu’une personne ne s’inscrivant que pour bénéficier des avantages du statut d’étudiant (un phénomène largement répandu) chipe la place d’une personne plus sérieuse.

Le baccalauréat, supposé effectué la sélection, est un papier sans valeur distribué le plus largement possible, qui n’accomplit clairement plus cet office.

Face au boom démographique, avec 30 000 à 40 000 étudiants de plus chaque année, certaines filières sont prises d’assaut par les bacheliers, sans avoir les places pour répondre à la demande. Les licences ont peu à peu mis en place des capacités d’accueil limitées. Et pour certaines, comme les Sciences et techniques des activités physiques et sportives (Staps) ou la psychologie, des tirages au sort ont laissé sur le carreau des candidats de l’académie qui avaient pourtant placé ces licences en tête de vœux – 3 500 à la rentrée 2016.

L’engouement pour les études en psychologie ne s’est toujours pas tari ? Navrant.

La psychologie humaine n’est certes pas sans intérêt, au contraire (comment mener une action politique efficace si on en ignore les ressorts ?), mais ces cours ne visent pas à en donner une compréhension rapide et pratique utile à tous, racontent de nombreuses niaiseries, et n’ont guère de débouchés après des années d’études.

Cette clarification juridique n’empêche pas le tirage au sort d’être unanimement dénoncé, jusqu’au gouvernement à l’initiative de ce texte. « C’est le plus bête des systèmes, reconnaît Thierry Mandon, secrétaire d’Etat à l’enseignement supérieur. L’objectif est qu’il soit le moins utilisé possible. Nous sommes descendus à 76 filières qui ont dû y avoir recours cette année, soit une baisse de 60 %. » Il est cependant opposé à la mise en place d’une autre forme de tri à l’entrée de la licence, contrairement à ce qui a été fait en master, où une loi promulguée en décembre 2016 vient d’instaurer le droit de sélectionner. « Le couplage d’un effort budgétaire de l’Etat, permettant aux universités d’augmenter leurs capacités d’accueil, et de la poursuite du travail permettant une meilleure orientation des bacheliers fera disparaître le tirage au sort », défend-il.

Le cancre qui a eu 9 aux épreuves écrites en large part grâce à des notes planchers lui donnant la moitié de ses points, puis passé de force aux rattrapages, devrait être orienté très loin d’une université, où il échouerait dans n’importe quelle filière. S’il est non-blanc, l’idéal serait de l’orienter vers un aéroport pour un aller simple vers le trou du Tiers-Monde dont il vient.

Une position que ne partagent pas les présidents d’universités, qui militent pour la mise en place de prérequis à l’entrée des licences. « Avec cet arrêté, on rend peut-être la situation plus transparente mais on conserve surtout une très mauvaise solution, déplore Gilles Roussel, à la tête de la Conférence des présidents d’université. Le système APB est pensé seulement pour que le maximum de jeunes aient une place là où ils le souhaitent, alors qu’une priorité devrait être accordée à ceux qui ont le plus de chances de réussir. » « Mais aujourd’hui, l’idée même d’ouvrir une réflexion sur le sujet est taboue », regrette-t-il.

Merci l’égalitarisme !

L’Union nationale des étudiants de France (UNEF) et la Fédération des associations générales étudiantes (FAGE) sont opposées à toute sélection à l’entrée de l’université.

Derrières ces noms neutres se trouvent des associations subversives d’extrême-gauche.

« C’est une fausse solution qui ne réglera pas le problème de l’échec, mais surtout va nuire à la démocratisation », alerte le président de la FAGE, Jimmy Losfeld.

La “démocratisation” ne résout pas “le problème de l’échec”. On ne peut pas faire d’un mulet un cheval de course, quels que soient les efforts que l’on déploie !

Auteur: Blanche

Partager cet article sur

Publier un commentaire

7 Commentaires sur "L’absurde tirage au sort à l’entrée de l’université devrait être formalisé par arrêté"

5000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
Le National-Libéral
17 janvier 2017 9 h 40 min

J’ai horreur des syndicats étudiants ou même des manifestations d’étudiants, j’ai toujours refusé d’y participer car je n’ai vu des étudiants manifester pour des causes nationalistes. La vérité c’est que la majorité des étudiants aujourd’hui sont des anti-fascistes socialistes ou communiste. Et JAMAIS je ne participerai à une manifestation de gauchistes !!

albert
17 janvier 2017 10 h 17 min

Les Universités du monde libre sont des dépotoirs ne produisant guère que des marginaux . Le tirage au sort des élus ne changerait strictement rien à la situation actuelle .
Supprimer les grandes écoles scientifiques précipiterait brutalement notre pays dans le tiers-monde , ce qui est le but poursuivi par les champions de la Démocratie .
Pendant ce temps les pays asiatiques de tradition confucéenne utilisent leur système résolument élitiste pour nous déclasser … définitivement.
Les gars , voulez-vous leur jouer un sale tour ? Envoyez vite fait une armée de missionnaires chrétiens et de champions des Droits de l’Homme et de la Démocratie en Asie orientale ..
Aucun pays soumis à pareil traitement ne peur s’en relever
Direction Haïti , c’est le sens de l’Histoire .
Pigé ? .

Ksenia
17 janvier 2017 14 h 45 min

Les grèves des lycéens et des étudiants sont absurdes étant donné qu’ils ne sont pas salariés… mais ces agitateurs gauchistes empêchent les plus sérieux d’aller en cours et presque toujours avant les partiels …ils bloquent les entrées des facs…ras-le-bol de ceux-là aussi !
Leur leaders, qui peuvent avoir près de 30 ans ( étudiants ? ) finissent par devenir des cadres du PS…ils se moquent bien des étudiants en réalité et ne pensent qu’à leur carrière…
Ce qui explique pourquoi de plus en plus de jeunes Français partent étudier à l’étranger.
30 000 à 40 000 étudiants supplémentaires chaque année ? Ce ne sont sûrement pas des gaulois.

17 janvier 2017 20 h 18 min

Après si t’es sur Paris t’a le GUD, ils ont l’air pas mal pour manifester. C’est, je pense, un des seuls syndicats étudiants nationalistes…
Sinon oui toujours des gauchos drogués et mahometisés qui bloquent les gens qui veulent travailler. En plus ça laisse l’occasion à rachid et boubakar de casser deux trois abris bus alors tout le monde est content hein.

Et bien sûr en plus d’avoir des étudiants non Blancs on accueillent de plus en plus d’étudiants étrangers ! Mais c’est super : il n’y a plus de places dans les amphis, plus assez de profs COMPETENTS ( aujourd’hui ils recrutent les profs à 8 sur 20…), ils sont obligés chaque année de dire non à des étudiants car plus de places nul part, mais tout va bien continuons tiens ! On marche sur la tête de plus en plus alors à quoi bon essayer de faire des choses utiles et profitables à tous ?

Le National-Libéral
18 janvier 2017 8 h 14 min

Non Nico White, je ne suis pas sur Paris ! Par contre, étant dans un IUT (donc sélection) de province (- de bougnoules), jai avant tout des gauchistes mais j’ai bien-sûr des bougnoules (en petit nombre dans mon IUT contrairement à la rue où j’habite).

18 janvier 2017 14 h 21 min

Je disais ça au cas ou ! Tu dois être content tiens, mon pauvre. Entouré de gauchos et de bougnoules c’est vraiment pas l’idéal…
Dis toi que bientot ça va changer et qu’on n’aura plus à supporter ses sales races.

Irminsul
17 janvier 2017 11 h 03 min

Qui nous libèrera du fétichisme des études en France? Beaucoup d’étudiants seraient plus à leur place dans une filière professionnelle. Bien sûr, je n’ignore pas qu’est survenu le phénomène des immigrés qui accentue encore le désamour traditionnel en France pour la filière professionnelle. Les parents veulent éviter à leurs enfants de fréquenter les lycées professionnels richement pourvus en basanés. En tout cas, tirer au sort les étudiants est le comble du ridicule. Il suffirait que les universités organisent un examen d’entrée pour sélectionner les meilleurs. Quand je pense qu’un jeune très athlétique risque d’être écarté de la filière S.T.A.P.S. au profit d’un autre jeune légèrement doué pour une histoire de tirage au sort, ça me rend malade.

wpDiscuz