Dylann Roof, qui s’est levé pour sa race, condamné à mort

[Mise à jour 12/07/17 : quelques améliorations de l’argumentaire en défense de Roof.]

L’attentat terroriste commis par Dylann Roof

Il n’est pas possible d’évaluer la condamnation de Dylann Roof avant d’avoir examiné ses actes. La tuerie de l’église de Charleston a eu lieu en juin 2015, trois mois avant que je ne lance Blanche Europe, et en conséquence je n’avais pas encore écrit d’article auquel je pourrais renvoyer maintenant.

Reprenons les choses en détail, en commençant par l’attaque elle-même, puis en examinant ses motivations.

L’attaque

AFP :

Nous sommes le 18 juin 2015. Les États-Unis sont sous le choc de la pire attaque raciste menée dans le pays depuis des années : neuf paroissiens noirs ont été tués par balle à l’église méthodiste de l’Emanuel, dans un bain de sang difficilement explicable qui sème l’effroi.

Ayant choisi d’ouvrir une enquête pour “crimes racistes”, M. Stansbury [du FBI] reçoit rapidement des informations sur une implication probable de Dylann Roof, un jeune solitaire de 21 ans qui professe la supériorité de la race blanche. Sa voiture et lui ont été filmés devant l’église.

Les enquêteurs se déploient dans la ville de Columbia, où vivait le suspect, se rendent chez son père, saisissent des photos : tout semble concorder. Le jeune homme est interpellé par une patrouille sur une route de Caroline du Nord, puis est conduit dans un commissariat de la ville de Shelby.

L’agent spécial Stansbury s’y rend immédiatement. A son arrivée, le tireur présumé affiche un calme perturbant.

“Dylann Roof était assis, en train de manger un hamburger. Il ne semblait pas troublé, il ne pleurait pas, n’affichait aucune émotion”, a-t-il relaté vendredi.

Le policier obtient le feu vert de sa hiérarchie pour procéder, en compagnie d’un autre agent du FBI, à un interrogatoire filmé de Dylann Roof. La vidéo de ce moment clé a été projetée vendredi à l’audience.
[…]
Après quelques palabres censées instaurer un climat de confiance, les policiers entrent dans le vif du sujet: “Pouvez-vous nous dire ce qui s’est passé hier soir?”.

“Je me suis rendu à cette église de Charleston et… euh, je l’ai fait”, répond froidement Dylann Roof.

“Fait quoi?”, lui demande l’un des deux agents.

“Je n’aime pas vraiment le dire”, reprend Roof. “J’ai tué, j’imagine”.

Puis, toujours sans vraiment se troubler, le tireur relate en détails comment il s’est assis parmi l’assemblée de l’Emanuel African Methodist Episcopal Church, prétendant prendre part à une séance d’étude de la Bible.

“Cela s’est passé très vite”, dit-il de l’instant où il a ouvert le feu, tirant plus de 70 balles sur les fidèles. Des gestes qu’il mime devant les policiers, bras tendu pour montrer comment il a braqué son arme.

Dylann Roof va même jusqu’à détailler pourquoi il n’a mis que 11 balles dans chacun des chargeurs de 13 balles de son calibre .45 de marque Glock : afin qu’il ne s’enraye pas.

Le manifeste de Dylann Roof

Ironiquement, les deux traductions complètes en français du manifeste de Dylann Roof que j’ai trouvées sur internet ont été réalisées par des anti-racistes. Elles comportent des fautes, mais je les réutilise librement comme base pour une version corrigée.

Manifeste :

Je n’ai pas grandi dans une famille ni dans un environnement raciste. Tous les blancs qui vivent dans le Sud américain ont un minimum de conscience raciale, tout simplement à cause du nombre de nègres dans cette partie du pays. Mais cette conscience raciale n’est que superficielle. À l’école, petits blancs et petits noirs font des plaisanteries sur leurs races respectives, mais ce ne sont que des plaisanteries. Mes amis blancs et moi, il nous est arrivé de voir des choses nous amenant à conclure que “les noirs sont les vrais racistes” ou nous conduisant à d’autres réflexions élémentaires du même genre, mais sans que cela aboutisse à une véritable compréhension.

L’événement qui m’a vraiment ouvert l’esprit, ce fut le procès Trayvon Martin. À force d’entendre et de voir ce nom, j’ai fini par faire des recherches. Après avoir lu l’article de Wikipedia qui lui est consacré, je me suis tout de suite demandé où était le problème. Il était évident que Zimmerman était dans son bon droit. Mais surtout cette lecture me donna l’idée de taper « crimes des noirs contre les blancs » sur Google. À partir de là, j’ai complètement changé. Il y avait des pages et des pages sur les crimes brutaux commis par des noirs contre des blancs. Je n’arrivais pas à y croire. À ce moment, j’ai compris qu’il y avait vraiment quelque chose qui clochait. Comment les médias pouvaient-ils mettre l’accent sur le procès Trayvon Martin alors que des centaines de ces meurtres commis pas des noirs contre des blancs restaient ignorés ?

Dès lors, j’ai effectué des recherches plus approfondies et j’ai découvert ce qui se passait en Europe. J’ai vu que c’était la même chose en Angleterre, en France et dans toute l’Europe occidentale. Là encore, je n’arrivais pas à y croire. À nous les Américains, on nous apprend à accepter de vivre dans un melting pot où les noirs et les autres minorités ont exactement les mêmes droits que nous, puisque nous sommes tous des immigrés. Mais l’Europe est le berceau des Blancs, et en bien des points il se trouve que la situation y est pire qu’ici. De là j’ai découvert la question juive et tous les autres problèmes auxquels les Blancs sont confrontés et je peux dire aujourd’hui que ma conscience raciale est totale.

Les Noirs

Je pense qu’il convient de commencer par le groupe que j’ai eu le plus l’occasion de fréquenter dans la vie réelle, et qui est le plus grand problème pour les Américains.

Qui commet le plus de crimes contre les Blancs sans nul doute, mais les Noirs seuls sont trop stupides pour être une menace. “Qui est le plus grand problème” est donc inexact.

Les négros sont stupides et violents. En même temps, ils ont la capacité d’être très rusés. Les Noirs voient tout à travers un prisme racial. C’est ce qu’est la conscience raciale, c’est voir tout ce qui se passe à travers une lentille raciale. Ils ne cessent de penser qu’ils sont noirs. C’est une des raisons pour lesquelles ils sont si susceptibles et se croient visés par le racisme, même lorsqu’une personne blanche ne pense pas en termes de race. L’autre raison, c’est l’agitation de la race noire par les Juifs.

Les Noirs ont une conscience de race presque dès la naissance, tandis que les Blancs, d’une manière générale, ne pensent pas en termes de race dans la vie courante. Et c’est bien là notre problème. Nous avons besoin de le faire et devons le faire.

Nous le devons, en effet.

Imaginez que vous voyez un chien se faire maltraiter par un homme. À coup sûr vous prendrez le parti du chien. Imaginez ensuite que vous voyez un chien qui mord un homme. La pitié que vous aviez pour le chien, vous ne la ressentirez probablement pas pour l’homme. Pourquoi ? Parce que les chiens sont inférieurs aux hommes.

Cet exemple s’applique aux relations entre noirs et blancs. Même aujourd’hui, les Noirs sont inconsciemment considérés par les Blancs comme des êtres inférieurs. En général, on attend moins d’eux. C’est la raison pour laquelle ils sont capables de s’en tirer pour des choses comme un comportement odieux en public. Parce que c’est ce à quoi on s’attend d’eux.

Les cours d’Histoire instillent aux Blancs un complexe de supériorité et donne un complexe d’infériorité aux Noirs. Ce complexe de supériorité blanc qui vient de la manière dont nous avons dominé les autres peuples fait partie aussi du problème que je viens d’exposer. Bien sûr, je ne veux pas dire que nous ne sommes pas réellement supérieurs.

Je souhaiterais ardemment que les nègres aient été traités d’une manière terrible au cours de l’histoire par les Blancs, que tout blanc ait des ancêtres qui aient possédé des noirs, que la ségrégation ait été une horrible institution oppressive, et ainsi de suite. Parce que si tout cela c’était vrai, alors cela m’aiderait à accepter la situation actuelle. Mais ce n’est pas vrai. Rien de cela ne l’est. On nous dit qu’il faut supporter le présent à cause des erreurs de nos ancêtres, mais tout cela est fondé sur des mensonges historiques, des exagérations et des mythes. J’ai essayé sans relâche de trouver des raisons qui nous vaudraient d’accepter ce que subissent les Blancs, et je ne m’en suis trouvé que plus irrité, car ces raisons n’existent pas.

Seulement un tiers ou un quart des gens du Sud possédaient un esclave. Et pourtant tout blanc est traité comme si ses ancêtres étaient des esclavagistes. Cela vaut aussi pour les États où l’esclavage n’existait pas, et pour les gens dont les familles ont immigré après l’abolition de l’esclavage. J’ai lu des centaines de récits d’esclaves de mon État [ndt : la Caroline du Sud]. Et tous étaient positifs. J’en ai gardé un en mémoire où un vieil affranchi raconte comment le jour où sa maîtresse est morte était l’un des jours plus tristes de sa vie. Et dans beaucoup de ces récits les esclaves disent que leurs maîtres proscrivaient l’usage du fouet sur leur plantation.

La ségrégation n’était pas une mauvaise chose. C’était une mesure défensive. La ségrégation n’était pas destinée à contraindre les Nègres, mais à nous protéger. Et de plusieurs manières. Non seulement elle nous évitait d’avoir des contacts avec eux, et d’être physiquement agressés par eux, mais elle nous évitait d’être ramenés à leur niveau. L’intégration n’a fait que rabaisser les Blancs au rang de bêtes brutes. Le meilleur exemple en est certainement notre système scolaire.

De nos jours, les parents blancs sont obligés de déménager vers les banlieues pour envoyer leurs enfants dans de « bonnes écoles ». Mais qu’est-ce qu’une « bonne école » ? C’est une école blanche. Le fait est qu’à quel point une école est considérée bonne correspond directement à à quel point elle est blanche. Je hais l’idée des banlieues. Pour moi, cela ne représente que des blancs effrayés en train de se sauver. De se sauver parce qu’ils sont trop faibles, effrayés et endoctrinés pour se battre. Et pourquoi devrions-nous quitter les villes que nous avons construites pour chercher la tranquillité dans les faubourgs ? Pourquoi les banlieues sont elles tranquilles ? Parce qu’elles sont blanches. Ce qui est pathétique, c’est que les Blancs ne veulent même pas s’avouer la raison qui les fait fuir. Ils se disent que c’est pour trouver de meilleures écoles, ou simplement pour avoir un voisinage plus agréable. Mais en fait, c’est juste pour fuir les négros et les autres minorités.

Mais qu’en est-il des blancs qui restent ? Qu’en est-il des enfants blancs qui, à cause de la sectorisation, sont obligés de fréquenter des écoles à 90 % noires ? Peut-on penser que l’enfant blanc pourra passer une journée sans être pris à partie du fait qu’il est blanc, ou être traité de « petit blanc » ? Et qui se bat pour lui ? Qui se bat pour ces blancs forcés par la situation économique de vivre parmi les nègres ? Personne, mais quelqu’un doit le faire.

Et là je voudrais dire un mot de l’idée du « front Nord-Ouest ». Cette idée est plus que stupide. Pourquoi devrais-je renoncer à la beauté et l’histoire de mon État pour partir au Nord-Ouest ? Ce serait la même chose que tous ces blancs qui fuient vers les banlieues. C’est pathétique. Juste une autre manière de tourner le dos au problème plutôt que de l’affronter.

Il y a des gens qui pensent qu’on ne peut sauver le Sud car il y a trop de noirs. À ceux là je dis : regardez l’Histoire. Le Sud avait bien plus de noirs quand nous les tenions en esclavage.

En proportion.

Voyez l’Afrique du Sud et comment une petit minorité a maintenu les Noirs dans l’apartheid pendant des années et des années. En parlant de l’Afrique du Sud, si quelqu’un considère que la réflexion améliorera les choses, voyez comment en Afrique du Sud on pratique la discrimination positive pour des noirs, alors qu’ils représentent 80 % de la population. C’est loin d’être trop tard pour l’Amérique ou l’Europe. Je pense que même si nous ne représentions que 30 % de la population, nous pourrions les reprendre complètement. Mais il ne faut en aucun cas tarder à prendre des mesures drastiques.

Dylann Roof, avec l'ancien drapeau sud-africain et l'ancien drapeau rhodésien sur sa veste
Dylann Roof, avec l’ancien drapeau sud-africain et l’ancien drapeau rhodésien sur sa veste

Quiconque pense que les Blancs et les Noirs sont aussi différents à l’extérieur, mais seraient magiquement identiques à l’intérieur, se fait des illusions. Comment nos visages, notre peau, nos cheveux, la structure de notre corps pourraient-ils être si différents et nos cerveaux semblables ? C’est l’absurdité qu’on nous pousse àcroire.

Les nègres ont un QI inférieur, un contrôle de leurs pulsions moins élevé, et en général un taux de testostérone supérieur. Ces trois éléments garantissent un comportement violent. Si un scientifique publiait un article sur les différences raciales en Europe ou en Amérique, il pourrait s’attendre à perdre son emploi. Il y a des caractéristiques propres au sein de familles humaines, et il y en au sein chaque race de chiens ou de chats : pourquoi n’y aurait-il pas des caractéristiques propres à chaque race ?

Un cheval et un âne peuvent se reproduire et donner naissance à un mulet, mais ils sont malgré tout des animaux entièrement différents. Le simple fait que nous pouvons nous reproduire avec les autres races n’implique pas que nous soyons identiques.

Dans les cours d’Histoire, on nous enseigne que les « mauvaises » choses que les Blancs ont faites, ils les ont faites en tant que blancs. Mais quand nous apprenons nombreuses, presque innombrables choses extraordinaires que les Blancs ont faites, on ne nous dit jamais qu’il les ont faites en tant que blancs. Au contraire, tout ce que les Noirs ont accompli d’important dans l’Histoire, on nous dit qu’ils l’ont accompli parce qu’ils étaient noirs. Par exemple on nous dit que George Washington Carver a été le premier noir à être assez malin pour arriver à ouvrir une cacahuète.

Sur un autre thème, je voudrais dire que beaucoup de blancs pensent qu’ils n’ont pas de culture unique. La raison en est que la culture blanche est la culture du monde. Je ne veux pas dire que notre culture serait composée d’autres cultures, je veux dire que notre culture a été adoptée par le monde entier. Et c’est ce qui nous donne l’impression qu’elle n’aurait rien de spécial ou d’unique. Supposons par exemple que tous les hommes d’affaires dans le monde portent des kimonos, que tous les gratte-ciels aient la forme d’une pagode, que toutes les portes soient coulissantes. Cela amènerait probablement un homme japonais à ressentir qu’il n’aurait pas de culture traditionnelle unique.

J’ai remarqué un grand mépris pour les femmes blanches métisseuses au sein de la communauté nationaliste blanche, frisant la folie. Ces femmes-là sont des victimes et on peut les sauver. Arrêtez.

Les Juifs

À la différence de nombreux nationalistes, je pense que la majorité des juifs américains et européens sont des blancs.

Une erreur d’appréciation notable, sans doute la plus importante de Roof. Même si un juif avec une ascendance partiellement européenne paraîtra “blanc” contrasté avec un nègre, il sera néanmoins une sorte de bâtard racialement, avec beaucoup d’ascendance levantine.

À mon avis, le problème avec les Juifs, ce n’est pas leur sang, mais leur identité. Il me semble que si nous pouvions détruire l’identité juive, tout serait réglé.

C’est certainement une large part du problème, mais l’identité juive ne peut être détruite que par la destruction des Juifs. Ils ne cesseront de s’esbaudir de la survie multi-millénaire de leur tribu, “preuve” de leur exceptionnalité, que le jour où elle aura été anéantie.

La difficulté, c’est que les Juifs passent pour des blancs – et dans la majeure partie des cas, ce sont des blancs [ndt : Non !] – alors qu’ils considèrent qu’ils sont une minorité. Exactement comme les Noirs, la plupart des juifs ne cessent de se dire qu’ils sont des juifs. L’autre problème, c’est leur réseau. Si on pouvait d’une manière ou d’une autre colorer tous les Juifs en bleu pendant 24 heures, je pense qu’il y aurait une prise de conscience générale car alors les gens seraient bien obligés de constater ce qu’il en est.

Je n’ai pas la prétention de comprendre pourquoi les Juifs agissent comme ils le font. Pour moi, ils sont une énigme.

C’est honnête. On sent qu’il n’a pas poussé la question jusqu’au bout.

Les hispaniques

De toute évidence, les hispaniques sont un énorme problème pour les Américains. Mais il y a les bons hispaniques et les mauvais hispaniques. Je me souviens d’avoir regardé une chaîne de télévision hispanique et d’avoir constaté que leurs émissions et même leurs publicités étaient plus blanches que les nôtres. Ils ont du respect pour la beauté blanche et une bonne partie des hispaniques sont des blancs.

Si on prend hispanique au sens de latino-américain ; alors il existe en Amérique encore un certain nombre d’hispaniques blancs ; mais la quasi-totalité de ceux qui se rendent aux États-Unis sont plus ou moins fortement métissés.

Il est bien connu que les hispaniques blancs constituent l’élite de la plupart des pays hispaniques. Il y a du bon sang blanc qui mérite d’être préservé en Uruguay, en Argentine, au Chili et même au Brésil.

Mais ce sont tout de même nos ennemis.

Les Asiatiques d’Extrême-Orient

J’ai un grand respect pour les races est-asiatiques. Même si nous devions disparaître, eux pourraient continuer quelque chose. Ils sont très racistes par nature et pourraient être de précieux alliés pour la race blanche. Je ne suis pas du tout opposé à une alliance avec les races du Nord-Est asiatique.

Patriotisme

Je ne supporte pas la vue du drapeau américain. Le patriotisme américain d’aujourd’hui n’est qu’une plaisanterie. Les gens font comme si il pourrait y avoir quelque chose dont on pourrait être fiers alors que tous les jours on tue des blancs dans la rue. Beaucoup d’anciens combattants croient qu’on leur devrait quelque chose pour la « protection de notre mode de vie » ou la « défense de notre liberté ». Mais je ne sais pas trop de quel mode de vie ils parlent. Quand donc allons-nous protéger la race blanche au lieu de nous battre pour les Juifs ? Je dis cela bien que dans les années 40, j’aurais préféré, en connaissance de cause, vivre en Amérique plutôt qu’en Allemagne, c’est juste mon avis. Et jusqu’à la guerre du Vietnam je ne jette pas la pierre aux vétérans car alors ils avaient une Amérique pour laquelle se battre et dont être fiers.

Une explication

Mais pour citer une réplique de film : « Je vois tout ce qui arrive sans que personne ne fasse rien et ça me fait chier ! »

Dans un de mes films préférés on dit aussi : « Même si ma vie vaut moins qu’un grain de poussière, je m’en servirai pour le bien de la société ».

Cette citation vient du film à vocation anti-nazie American History X, datant de 1998

Je n’ai pas le choix. Tout seul, je ne peux pas aller lutter dans le ghetto. J’ai choisi Charleston parce que c’est la ville la plus historique de mon État [ndt : la Caroline du Sud], et parce que ce fut une fois l’endroit de notre pays où la proportion de noirs comparés aux blancs était la plus élevée.

Dylann Roof avec un drapeau confédéré

À Charleston, il n’y a pas de skinheads, pas vraiment de Ku Klux Klan, ni personne qui puisse faire autre chose que de discuter sur Internet. Or quelqu’un doit avoir le courage de s’en prendre au monde réel. Et je pense que ce quelqu’un, c’est moi.

Malheureusement, j’écris ce texte dans la précipitation. J’ai dû laisser de côté beaucoup de mes meilleures idées qui seront perdues à jamais. Mais je crois qu’assez de grands esprits blancs sont déjà là pour y remédier.

Je vous prie d’excuser mes fautes de frappe, je n’avais pas le temps de me relire.

L’acte de Roof, quel que soit le jugement de valeur qu’on lui porte, est clairement une réaction à l’horreur infligée aux Blancs par la criminalité nègre.

Condamner ou admirer ?

L’action de Roof a suscité une condamnation à peu près générale : non seulement tout le spectre politique normal a condamné son attaque, mais la très grande majorité des sites internet et personnalités explicitement pro-blancs ont fait de même.

Ont-ils eu raison ?

Les fautes dans l’action de Roof

Dylann Roof motive son action par l’absence de groupe nationaliste blanc agissant sur le terrain dans la zone de Charleston. On serait tenté de dire qu’il aurait mieux d’abord valu tenter de palier à ce manque. En même temps, vu comme les infiltrations gouvernementales ont sapé ce genre de groupes, on s’interroge sur leur potientel réel.

Mais c’est au fond secondaire.

Dylann Roof a commis à mon sens deux fautes importantes :

  • Cibler des fidèles dans une église était forcément de nature à être très mauvais en terme de communication. Qu’il s’agisse d’une église militante noire n’y changeait malheureusement rien, c’était offrir une arme de propagande inespérée aux (((médias))) anti-blancs. Ceci dit, parmi ses victimes on retrouvait un sénateur d’État : il a aussi en partie touché la communauté nègre à sa tête. Tuer des racailles aurait été moins impopulaire mais assez inefficace.
  • Il n’a pris aucune mesure sérieuse pour ne pas être facilement attrapé. Les personnes prêtes à passer à l’action sont assez rares pour qu’il soit préférable de ne pas les perdre à chaque action.

Mais en vérité les détracteurs de Roof ne lui reprochent pas tant le fait d’avoir réalisé une planification inadéquate que d’avoir tué des noirs par hostilité raciale.

Ils argumentent que cela faciliterait des mesures anti-armes, anti-liberté d’expression, et nuirait à l’image du mouvement. A posteriori, ils pourraient aussi dénoncer la campagne haineuse contre le drapeau confédéré.

En défense de Roof

La première chose qui me gêne dans la réaction qu’eurent beaucoup d’auto-proclamés pro-blancs après la tuerie de Charleston est leur promptitude à se dire attristés de la mort de 9 nègres et à adresser les pires insultes à l’égard de Roof.

Greg Johnson de Counter-Currents, qui est loin de s’être montré le plus virulent contre Roof, a ainsi parlé d’une “action horrible” devant recevoir une “juste punition”.

Occidental Dissent a publié, entre autres, un article où l’auteur se disait “profondément attristé” par la tuerie, sympathisant avec les nègres morts.

Les nègres sont nos ennemis raciaux, et quand un des leurs tue des blancs – voir l’affaire de Dallas par exemple – les noirs ouvertement racistes ne se privent pas de cracher sur les Blancs morts.

Est-ce que ça aura réussi à “éviter l’amalgame” entre la tuerie et le mouvement pro-blanc ? Pas du tout, puisque les grands (((médias))) ne relayaient guère ces réactions anti-Roof du milieu nationaliste blanc.

Est-ce qu’un nationalisme blanc se limitant à un mouvement purement intellectuel et non-violent a la moindre chance de succès ? Non ! Le respect est ultimement lié à la force.

Mais – pourriez-vous me demander -, n’y a-t-il pas un intervalle entre non-violence et terrorisme ? Toute violence politique est, en dernière analyse, du terrorisme. La notion est parfois confondue avec celle de massacre au hasard, c’est une erreur à éviter. Tant que l’acte terroriste cible nos ennemis (enfants exclus) – et c’est le cas dans l’affaire Dylann Roof -, il vaut mieux se taire que de dénoncer.

Le terrorisme islamiste n’a pas arrêté la montée de l’islamisme chez les populations bougnoules, des actes de terrorisme pro-blanc n’arrêteront pas la montée de la conscience raciale blanche. Bien sûr, le terrorisme islamiste réveille les Blancs. De même, le terrorisme blanc secouera les non-Blancs, mais craint-on la “prise de conscience juive/arabe/nègre” ?

Les Blancs qui donnent de leur personne pour leur race méritent notre respect et notre soutien.

Dylann Roof 1488

Beaucoup trop de “dissidents” sont dans une mentalité de “conservateur reponsable” plutôt que de nationaliste révolutionnaire. Ils souffrent du “syndrome Harry Powell”, Harry Powell étant un personnage des Carnets de Turner :

Harry Powell était le chef de l’unité 5. La semaine dernière, quand le Commandement Exécutif de Washington a donné à son unité la mission d’assassiner deux des défenseurs les plus odieux et véhément du métissage dans la zone – un prêtre et un rabbin, co-auteurs d’une pétition au Congrès largement médiatisée demandant des avantages fiscaux pour les couples mariés bi-raciaux, Powell a refusé la mission. Il a renvoyé un message au CEW disant qu’il était opposé à la poursuite de l’utilisation de la violence et que son unité ne participerait à aucun acte de terrorisme.

Il a été immédiatement arrêté, et hier un représentant de chaque unité […] a été convoqué pour le juger.
[…]
Powell a reçu l’opportunité de parler pour se défendre. Il l’a fait pendant plus de deux heures, interrompu occasionnellement par une question de l’un d’entre nous.
[…]
Harry Powell était, en substance, un « conservateur responsable ». […] Sa plainte fondamentale était que nos actes de terreur contre le Système ne rendaient que les choses pires en « provoquant » le Système à prendre des mesures de plus en plus répressives. Eh bien, bien sûr, nous l’avions tous compris ! Ou, au moins, je croyais que nous l’avions tous compris. Apparemment, Powell ne l’avait pas compris.

C’est à dire, il n’avait pas compris que l’un des principaux objectifs du terrorisme politique, partout et de tout temps, est de forcer les autorités à prendre des mesures de représailles et de devenir de plus en plus repressives, s’aliénant ainsi une portion de la population et suscitant de la sympathie pour les terroristes.

Et l’autre objectif est de créer du désordre en détruisant le sentiment de sécurité de la population et sa croyance en l’invincibilité du gouvernement.

Alors que Powell continuait à parler, il devenait de plus en plus clair qu’il était un conservateur, pas un révolutionnaire. Il parlait comme si l’objectif tout entier de l’Organisation était de forcer le Système à instituer certaines réformes, plutôt que de détruire le Système, jusqu’à la racine, et de construire quelque chose de radicalement et fondamentalement différent à sa place.

Il était opposé au Système parce qu’il imposait son commerce trop lourdement. […] Il était opposé à la permissivité du Système envers les Noirs, parce que la criminalité et les émeutes sont mauvaises pour les affaires. Il était opposé à la confiscation des armes à feu par le Système, parce qu’il sentait qu’il avait besoin d’un pistolet pour sa sécurité personnelle. Il avait les motivations d’un libertarien, la sorte d’individu auto-centré qui voit le mal fondamental du gouvernement comme une limitation de l’initiative personnelle.

Le rejet de principe de la violence est la marque d’une mentalité de perdants. Nous sommes engagés dans une lutte pour la survie même de notre race, et la défaite n’est pas envisageable.

Même si Dylann Roof a plutôt mal choisi ses cibles et que l’efficacité nette de son acte est douteuse, il a sacrifié sa vie pour essayer de contribuer au sauvetage de sa race, et en cela il est un héros.

La condamnation

AFP :

Déclaré coupable mi-décembre de la pire tuerie raciste de l’histoire américaine récente, Dylann Roof n’a présenté mercredi à la reprise de son procès ni excuses, ni regrets.

Encourant la peine de mort, le jeune homme de 22 ans comparaît pour une seconde phase d’audiences, destinées à déterminer sa peine, devant la même cour fédérale et le même jury d’un tribunal de Charleston.

“Il n’y a rien qui cloche chez moi sur le plan psychologique”, a-t-il lancé d’une petite voix, dans une déclaration préliminaire marquant un désaveu clair de ses avocats. Ceux-ci auraient au contraire aimé dépeindre leur client comme “prisonnier de ses délires”.

Il ne délire pas, et il a eu raison de ne pas se présenter comme un fou alors qu’il est sain d’esprit.

[…]
Il y a trois semaines, 12 jurés méticuleusement sélectionnés n’ont eu besoin que de deux heures de délibération pour s’accorder sur la culpabilité écrasante de ce partisan revendiqué du nazisme et du Ku Klux Klan.

Ils n’ont trouvé aucune circonstance atténuante au solitaire aux yeux clairs et à la chevelure blonde, répondant par l’affirmative aux 33 charges fédérales dont il était accusé.

Dylann Roof enfant
Quelle cruauté envers ce pauvre petit enfant ! Il était sur le point de remettre sa vie en ordre, il allait reprendre ses études, il est même allé à l’église…

[…]
M. Williams a repris l’angle d’attaque qu’il avait utilisé lors de la première phase du procès : opposer l’innocence des Noirs tombés sous les balles de Roof à l’hostilité fanatique du jeune convaincu de la suprématie de la race blanche.

“Comment cette affaire pourrait-elle être plus effroyable ?”, a-t-il questionné, en insistant sur les facteurs aggravants des crimes : la préméditation, le nombre de tués et le motif raciste.

“Il les a tués à cause de la couleur de leur peau, parce qu’il pensait qu’ils étaient inférieurs aux humains”, a rappelé le procureur.

Nous avons vu le manifeste de Dylann Roof. Cette déclaration du procureur est un mensonge pur et simple. C’est les horreurs criminelles infligées par les Nègres aux Blancs qui ont été le facteur décisif, pas le fait qu’il s’agit de subhumains.

La déclaration du procureur a cependant un côté amusant. Dans la traduction de l’AFP, le procureur admet implicitement que les nègres ne sont pas vraiment humains. Je suis allée retrouver la version originale en anglais (en), et ce n’est pas un problème de traduction. En fait, une traduction plus littérale serait : “Il les a tués parce qu’ils étaient moins que des humains”.

Le procureur a aussi cité un texte écrit en prison par Roof :

[…]
“Je veux que cela soit bien clair : je ne regrette pas ce que j’ai fait”, a écrit Dylann Roof.

“Je n’ai pas versé une larme pour les innocents que j’ai tués”, a-t-il ajouté.

Il ne s’est pas renié. Un homme digne ne se renie pas.

AFP :

Condamné mardi à la peine de mort pour le meurtre de neuf paroissiens noirs d’une église de Caroline du Sud en 2015, l’Américain Dylann Roof s’est vu signifier de façon formelle ce verdict, mercredi, par le juge, dans une ultime audience imprégnée d’émotion.
[…]
Les 12 jurés d’un tribunal de Charleston ont décidé mardi à l’unanimité de le condamner à mort, en retenant comme circonstances aggravantes la préméditation de ses homicides et son absence de remords.

Auteur: Blanche

Partager cet article sur

Publier un commentaire

57 Commentaires sur "Dylann Roof, qui s’est levé pour sa race, condamné à mort"

5000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
darkeuclyde
14 janvier 2017 7 h 31 min

Même Daniel Conversano qui se dit Nationaliste lui a craché à la gueule alors que Daniel sait très bien que pour être respecté par la suite, il est nécessaire d’utiliser la violence mais je crois qu’il n’a toujours pas compris cela et va falloir lui faire rentrer à coup de maillet dans la tête au petit rital.

Gemar.Pressac.39/45
14 janvier 2017 7 h 51 min

Oublie Conversano, il n’est pas le représentant de la souffrance des blancs.
D’ailleur il n’en a pas chez cette vieille putain de République française.
La seule personne qui tient la route c’est la petite Virginia Vota chez suavelos.
Pour revenir à Daniel Il est encore trop immature et incohérent et surtout il valide tout les oxymores et novlangues des médias, c’est dommage par ce que dans quelque vive l’Europe par les questions et les reflexions faites à ses invités il a soulevé les causes des échecs et entrevu un début de solution, positions que l’on ne pouvez que soutenir, notamment avec Saint-Claude 88, les gars de la DF, Jean-Yves Dufour, même avec l’inadapté social d’Izarra.
Je recommandes une coopération discrète avec des natios de différents pays d’Europe de l’Est et des Balkans.
C’est pas les pays qui manque
Pas de publicité, pas de youtubing, ni d’exhibitionnisme uniquement du DarkWebing à fond, de la discrétion, de l’entente, et de la cohérence dans les paroles et les actes.
Pour tous ceux et celles qui ont un budget de 5000 euros restez 1 an dans un pays en reconstruction, apprenez la langue du pays, les us et coutumes, trouvez-vous une compagne ou un compagnon, et faite la navette avec des petites somme d’argent.
Pas de spéculation immobilière, pas de trafic, pas de proxénétisme avec les filles, tout doit-être dans la légalité et la morale Aryenne.

maxwell
14 janvier 2017 12 h 01 min

Daniel Conversano prend des risques physiquement ,,et professionnelement aucun patron ne l embauchera apres avoir vus ses videos sur you tube cela merite le respect je trouve
Apres il a certainement voulut dire que le but est d acceder au pouvoir et tuer quelques negres pouvaient etre contreproductifs mais vus la demographie cela ne laisse plus beaucoup de temps pour y arriver par les urnes

Darkeuclyde
14 janvier 2017 14 h 25 min

Je ne mets en aucun cas le courage de Daniel et ses actions en cause, il fait très bien, le seul problème c’est qu’il critique l’action d’un autre blanc racialiste pour une action guerrière contre la race de boue nègre de manière que je trouve assez virulente, alors que Dylan à bien fait et tout le monde en plus des nationalistes lui crache à la gueule, c’est joué contre son camp que de dire que c’est inutile les action armées, on ne pas attendre de représenter 30% de la population pour faire des actions armées, c’est stupide.

Kolovrat
14 janvier 2017 17 h 36 min

Oui cracher sur Dylann Roof c’est n’importe quoi, comme le dit Blanche dans l’article il vaut mieux se taire que dénoncer.

Et en plus je trouve que ça peut décourager un nationaliste qui voudrait faire des actions violentes contre nos ennemis, il se dirait “de toute façon si je fait ça, les gens de mon camp au lieu de me féliciter vont me cracher dessus”

15 janvier 2017 12 h 09 min

Tout à fait quelqu’un qui voudrait passser à l’acte pourrait refuser à cause des réactions de certains nationalistes Blancs. Nous devons être radicaux c’est la seule solution. Quand à l’idée de faire des victimes innocentes ou pas : on ne fait pas d’omelettes sans casser des oeufs. Certains ne sont peut etre pas d’accord avec cela mais personne n’est innocent et mêmes les gentils nègres ou les gentils bougnoules qui ne font pas de problèmes contribuent à l’extinction de notre race donc…

Piotr
16 janvier 2017 19 h 20 min

La pudibonderie d’un Conversano à ce sujet est un écueil indiscutable. Une carence tactique et stratégique.

Daniel Conversano
20 janvier 2017 22 h 52 min

Je n’ai jamais craché à la gueule de Dylann Roof, jamais.
Je lui ai même consacré une vidéo en 2015.

Gudridur
14 janvier 2017 8 h 36 min

L’homme qui m’a ouvert les yeux ! Plus tard un Boulevard sera à son nom dans toutes les capitales blanches ! Son nom est amené à perdurer aussi longtemps que la stèle de marbre sur laquelle il sera gravé. Dylann Roof meurt mais son exemple perdurera et d’autres feront de même. Un véritable übermenschen !

albert
14 janvier 2017 10 h 15 min

Il a mille et mille fois raison . Si je devais émettre quelque réserve sur ces propos , je lui reprocherais de n’avoir pas désigné explicitement le poison violent diffusé dans le monde sous le nom de christianisme . Ses métastases – démocratie , droits de l’homme , fraternité universelle – sont d’une nocivité exceptionnelle ..
. Il voit juste à propos des Asiatiques de tradition confucéenne . Il ne faut pas compter sur eux pour pleurnicher sur les pauvres Nègues . De la vermine à éliminer d’urgence et sans état d’âme .

Irminsul
14 janvier 2017 13 h 35 min

Je ne pense vraiment pas qu’il faille admirer le geste de Dylann Roof. Pourquoi s’en prendre à des gens qui ne vous ont rien fait?

cidcampeador
14 janvier 2017 14 h 21 min

Tout à fait d’accord avec vous. Nous savons bien qui sont les responsables du génocide des blancs et ce ne sont pas quelques noirs qui vont à une messe chrétienne.

Darkeuclyde
14 janvier 2017 14 h 27 min

Ce n’est pas parce que quelqu’un ne vous a rien fait qu’il ne vous fera rien dans les temps à venir, certains disant être ami d’un nègre ou d’un couscous vont voir finalement celui-ci se retourner contre lui et le tuer, donc pour moi le geste de Dylan est héroïque ou tout du moins justifier au vue de ce qui nous arrive. Selon vous autant attendre de se faire égorger sans rien dire ni rien faire ?

Irminsul
14 janvier 2017 14 h 57 min

Certes non, cher Darkeuclyde. Mais il faut quand même réfléchir avant d’agir. La majorité des Noirs, aux Etats-Unis ou ailleurs, n’ont jamais tué un Blanc. Il n’y a donc aucune raison un beau matin de sortir de chez soi pour tuer tous les Noirs que l’on rencontre. On ne peut pas trouver ignoble les assassinats commis par des basanés contre des Blancs innocents et s’extasier quand un Blanc tue des basanés innocents.

Sven le latin
14 janvier 2017 17 h 32 min

totalement d’accord, c’est une question de cohérence !

Guilty Spark 88
14 janvier 2017 18 h 58 min

Disons que c’est bien de souhaiter la remigration, mais qu’il est peu probable que Blancs et métèques sur le point de partir vers la terre de leurs ancêtres se serrent virilement la main avant de se quitter et de vivre leurs vies…

Ce qu’a fait Dylann Roof est, il me semble un tout petit petit petit peu justifié par la violence nègre ne serait-ce qu’aux USA. Alors oui, il a tué des innocents. Mais quand des nègres tuent des Blancs pour un motif raciste, est-ce que leur communauté condamne ? pas que je sache. Et puis ils sont persécutés par l’état nazi donc ils cherchent à faire valoir leurs droits par la violence…
C’est d’ailleurs plus ou moins la même chose pour les muzzs : après un attentat, les responsables communautaires condamnent certes, mais pour mieux couvrir leurs ouailles qui font la fête. Et comme l’islam est persécuté, bah faut pas s’étonner qu’il y ait des attentats, hein…

Inutile de clamer sa vénération pour Roof, mais c’est ridicule de chialer pour autant pour des victimes qui n’en auraient rien eu à foutre si c’est l’un des leurs qui avait tenu le fusil et vous qui aviez été au bout du canon.

DyRo dindu nuffin.

Earl Turner 31
15 janvier 2017 0 h 46 min

Qui te dit qu’ils étaient innocents ? On ne connaît pas leur passé. Ce n’est pas parce qu’ils allaient à l’église que c’étaient des gens bien.
Et sinon c’est au moins préventif.

Piotr
16 janvier 2017 19 h 21 min

Assurément. Ou si ce n’est pas préventif, c’est même prophylactique à bien des égards. (Quoique, la prophylaxie renvoie aussi à des dispositions médicales en matière de prévention ^^).

Earl Turner 31
15 janvier 2017 0 h 44 min

Tous les gauchos qui n’aiment pas Dylann Roof n’aiment pas Adolf Hitler. Et pourtant Hitler ne leur a rien fait. Pourquoi s’en prendre à lui ?
Dylann Roof ne s’en est pas pris aux 12 jurés. Pourquoi s’en prennent-ils à lui alors ?

Irminsul, ton argument “Pourquoi s’en prendre à des gens qui ne vous ont rien fait?” est des plus ridicules et égoïstes.
Ta femme se fait tabasser dans la rue devant toi, tu ne fais rien puisque l’agresseur ne s’en pas pris à toi ?!

Je suis énervé de lire ces bêtises sur un site de qualité.

Tom
15 janvier 2017 3 h 34 min

Ton texte n’a aucun sens. En plus d’insinuer que sont gauchistes tous les gens n’étant pas forcément d’accord avec la méthode Roof…

Au passage : Hitler n’a jamais fait ce que Roof a fait. De plus, on ne peut pas comparer Hitler et Roof. PourquoI ? Tout simplement parce que ce n’est pas le même contexte.

Earl Turner 31
15 janvier 2017 22 h 22 min

Lis moi bien :

1. Je ne dis pas que tous les anti-Roof sont gauchistes. Je dis que tous les gauchistes sont anti-Roof.

2. Je ne compare pas Hitler et Roof. Je compare le traitement dans l’opinion qui est fait d’Hitler, le traitement dans l’opinion qui est fait de Roof et le traitement par Irminsul des pauvres victimes innocentes de l’église.

Irminsul
15 janvier 2017 19 h 38 min

Earl Turner 31, je n’arrive pas à comprendre votre logique. Je ne vois pas en quoi ce que j’écris est ridicule et égoïste. Vous-même dans la vie de tous les jours, je suis sûr que vous ne mettez pas votre poing dans la gueule de la guichetière de la poste sous prétexte qu’elle est noire. Dylann Roof a juste gâché sa vie pour rien, alors qu’il aurait pu fonder une famille et avoir des enfants. C’est de cette façon qu’il aurait été utile à notre communauté. Il faudrait certes dans l’idéal que les Etats-Unis ne soient peuplés que de Blancs. Mais dans la réalité, ça n’est pas le cas. Il faut donc bien supporter les autres. Rappelons en outre que les Noirs américains sont les descendants d’esclaves amenés de force aux Etats-Unis. On peut donc difficilement se plaindre de leur présence aux Etats-Unis. Les gens de couleur ne peuvent pas être coupables de tout.

Guilty Spark 88
15 janvier 2017 20 h 16 min

Rappelons en outre que les Noirs américains sont les descendants d’esclaves amenés de force aux Etats-Unis.

Ouai. D’ailleurs je crois que chaque Blanc des States devrait lécher le cul de chaque noir qu’il croise en compensation pour l’esclavage. La même chose devrait s’appliquer pour les Amérindiens et les juifs.

Earl Turner 31
15 janvier 2017 22 h 38 min

Bien sur je ne vais pas m’en prendre “gratuitement” au premier noir venu. Je suis d’accord que Roof s’en est pris gratuitement aux premiers noirs venus sans savoir si c’étaient des innocents, ou pas. Mais l’argument “Pourquoi s’en prendre à des gens qui ne vous ont rien fait?” va au-delà de l’affaire Roof.
Ne pas s’en prendre à quelqu’un parce qu’il ne t’a rien fait, même s’il a fait du mal à des gens bien, n’est pas égoïste ?
Ce n’est pas parce qu’une personne ne t’a rien fait qu’elle est innocente.

Par exemple, un envahisseur africain viole et engrosse la fille de 12 ans d’une famille italienne qui voulait être son ami:
https://www.blancheurope.com/2017/01/09/un-envahisseur-africain-viole-et-engrosse-la-fille-de-12-ans-dune-famille-italienne-qui-voulait-en-faire-son-ami/
Le violeur africain ne t’a rien fait et pourtant n’as-tu pas envie de t’en prendre à lui ?

D’ailleurs tu ne réponds pas à ma question :
Ta femme se fait tabasser dans la rue devant toi, tu ne fais rien puisque l’agresseur ne s’en pas pris à toi ?!

Irminsul
16 janvier 2017 12 h 12 min

Earl Turner 31, je ne voulais pas répondre à votre question parce que la réponse est évidente: bien sûr qu’il faut secourir sa femme si elle se fait agresser devant soi. Il faut s’en prendre aux coupables mais pas aux innocents. Je n’arrive toujours pas à comprendre ce que vous me reprochez au bout du compte.

Earl Turner 31
16 janvier 2017 20 h 13 min

Je suis d’accord avec “Il faut s’en prendre aux coupables mais pas aux innocents.” mais pas avec “Pourquoi s’en prendre à des gens qui ne vous ont rien fait?”. Parce que ces gens qui ne nous ont rien ne sont pas forcément innocents pour autant.
Je pense qu’il vaut mieux que l’on arrête cette discussion parce que notre différent est peut être simplement lié à l’expression d’une idée mais pas à l’idée elle-même sur le fond.

Earl Turner 31
15 janvier 2017 22 h 41 min

De plus les noirs peuvent rentrer chez eux en Afrique, le Libéria a été fait pour eux. Si, après avoir été affranchis, ils ne sont pas capables de s’adapter à un pays crée par des blancs, répondant à des mœurs civilisées, alors qu’ils aillent avec leurs semblables.

MSNSN
14 janvier 2017 14 h 27 min

Je vous suggère à tous de voir ce reportage qui traite du white flight et de l’échec du (((vivre ensemble))) aux USA. https://www.youtube.com/watch?v=CMWA_wyPkxs

Ksenia
14 janvier 2017 14 h 58 min

Dylann Roof a tout de même commis une grave erreur en tuant ces négres au cours d’un office religieux…ce n’était ni l’endroit ni le moment. Ce choix fut vraiment stupide et ce choix est condamnable.

Il y avait tant d’autres possibilités, les négres pullulent à Charleston ! Tuer des racailles dans une cité eût été préférable…il n’aurait peut-être été condamné qu’à la prison à perpétuité.

On comprend tous qu’il en ait eu ras-le-bol de cette vermine de plus en plus insupportable…
Il semblerait que, comme Breivik avant lui, il ait bel et bien voulu se faire ‘ coffrer ‘ afin de pouvoir s’exprimer sur ses idées et son manifeste…

Peut-être que la peine capitale sera abolie dans cet État d’ici la date de son exécution ? En général, les condamnés restent plusieurs années dans le couloir de la mort…

Kolovrat
14 janvier 2017 17 h 04 min

Ksenia
Aujourd’hui 14 h 58 min

Dylann Roof a tout de même commis une grave erreur en tuant ces négres au cours d’un office religieux…ce n’était ni l’endroit ni le moment. Ce choix fut vraiment stupide et ce choix est condamnable.

Il y avait tant d’autres possibilités, les négres pullulent à Charleston ! Tuer des racailles dans une cité eût été préférable…

Le problème c’est que les racailles nègres auraient ripostées, il en aurait peut être tué une ou deux et il se serait fait tuer à son tour. Il s’est dit quitte à sacrifier sa vie autant faire un maximum de victimes.

Ksenia
14 janvier 2017 18 h 55 min

C’est vrai, s’il s’en était pris à des dealers, trafiquants et autres racailles, quelqu’un l’aurait sans doute abattu… Le traître politique ou associatif aurait été un bon choix, mais Dylann était seul, pas évident d’organiser l’assassinat d’un traître sans doute protégé.

Oui, le nationalisme en France est trop intellectuel, nous sommes le pays de la raison et du dialogue, ce qui nous empêche d’agir.
Aurons-nous un Dylann Roof ? Mieux vaut chercher à ne pas devenir célèbre et à agir sans laisser de trace, avec un petit réseau, comme on nous l’a conseillé…prudence extrême, quand on sait qu’ils ont utilisé 100 flics pour retrouver le caillou de Kim Kardashian…!

15 janvier 2017 12 h 06 min

En effet, Dylann était seul et il a eu le courage de prendre un flingue pour mettre en oeuvre ses idées. Le fait qu’il ai comme Anders Breivik voulu être arreté c’est pour rester dans l’histoire, mourir en martyr. Cette célébrité lui coutera sûrement la vie mais comme le dis Ksenia les condamnés à mort attendent très longtemps avant d’avoir leur sentence ( 12 ans en moyenne il me semble !!) donc avec un peu de chance…
Il faut être efficace et ne pas chercher la célébrité, après il faut tout de même des Dylann Roof et des Anders Breivik pour donner l’exemple et déclencher des “vocations”. Salutations pour ce héros et tout ceux qui le prendront en exemple.

Warezerie
15 janvier 2017 22 h 56 min

Oui, le nationalisme en France est trop intellectuel, nous sommes le pays de la raison et du dialogue, ce qui nous empêche d’agir.

Il n’y a pas de véritable pensée nationaliste en France, c’est-à-dire qui intègre le sens étymologique du terme qui inclut de fait le racisme [ou ethno-centrisme] bien compris. Ce vide que blancheurope cherche justement à combler.
Et, depuis plusieurs décennies, la France est plutôt – et ce de très loin – le pays de la déraison et de la censure : ce qui, précisément, empêche de penser. La pensée précède l’action.

Dylan Roof a agi [donc il pensait librement], non sans erreur, mais il était jeune… Son action, surtout intelligemment accompagnée d’un manifeste, est loin d’être inutile.

Par ailleurs, Dylan Roof a expliqué sa vision raciste des choses, le problème aux USA sont les nègres [après les juifs, bien entendu, une des erreurs de considération du jeune Dylan…]. Partant, s’il s’en était pris à des racailles, son action serait apparue comme visant des « méchants nègres » tandis que ce sont les nègres tout court qu’il visait. Il était donc logique de s’en prendre aux nègres en apparence inoffensifs. Quoi qu’on en pense, il était logique avec lui-même et ses principes.

Concernant le fait qu’il se soit laisser prendre, à première vue cela semble très stupide. Sauf à considérer qu’il était déterminé à assumer publiquement son acte, auquel cas, non seulement il est très courageux [beaucoup plus que de faire en sorte de se faire buter après ou pendant son acte] mais de plus il est alors intelligent de s’être laissé prendre.

Quelqu’un de sain d’esprit sait qu’en menant un tel assaut, cela revient à mener une attaque suicide, très peu de chance d’en réchapper. Il s’est fait choper pour pousser son message plus haut et plus loin. Au lieu de juste crever durant l’assaut, il assume à posteriori tout-à-fait publiquement son acte, son manifeste se charge de l’expliquer clairement, lors de son procès et est parfaitement sain d’esprit.
Quel force, courage, détermination et intelligence !

Il ne faut pas perdre de vue qu’en fait, quelle qu’aurait été la forme de l’action violente qu’il a mené, il aurait de toute manière été archi-critiqué par les uns et/ou les autres, donc tant qu’à faire… il est courageusement aller au bout de ses idées et de ce qui ressemble à une planification.

Tout est une question de point de vue. D’un certain point de vue, ce qu’il a fait est foireux, d’un autre point de vue, c’est parfaitement brillant. Il ne faut pas choisir ou dénier un de ces points de vue, il faut juste tous les considérer et privilégier le point de vue rationnel à celui de l’affect.

Ksenia
17 janvier 2017 16 h 20 min

En effet, Warezerie, notre siècle, abruti par les lois liberticides et l’ abêtissement généralisé nous empêche de réfléchir à un vrai courant nationaliste, voire même deux ou trois courants qui pourraient s’entendre sur l’essentiel.
Au début du XX éme siècle, la liberté de pensée et d’expression permettait notamment d’avoir une presse nationaliste extrêmement riche ayant révélé de grandes plumes, car en ce temps béni, les journalistes n’étaient pas des vendus. Comme on aimerait pouvoir lire ‘ Je suis partout ‘ aujourd’hui !

Le site Blanche Europe nous enseigne beaucoup sur la question juive entre autres, qui est essentielle mais totalement occultée et taboue, exceptée sur Un grain de sable, par ex, et Rivarol dans la presse écrite. ( Rivarol n’est pas parfait, mais il est le seul, et c’est ce journal qui m’a ouvert les yeux ; le problème étant que les projecteurs ne soient braqués que sur les musulmans. )

De nombreux catholiques ne sont qu’ignorants sur cette question. Je lisais justement hier soir des commentaires sur certains sites, et beaucoup pensent réellement que les juifs sont leurs ‘ amis ‘, ces commentaires étant très naïfs… Ils sont aveuglés et n’ont pas notre clairvoyance. Certains, bien informés, changeront d’avis.
Faisons de la publicité pour notre site, et réinformons les gens, le château des 6 millions de cartes finira bien par s’écrouler, comme le mur de Berlin…

En France, on ne peut imaginer les souffrances de certains Blancs à cause de la racaille négre, l’appauvrissement des Blancs sous les mandats d’Obama…

Dylann Roof a bien fait d’en dégommer quelques uns ( cette pseudo-église n’étant qu’une secte marxiste prônant la haine des Blancs ).
Il est fort regrettable que même des natios crachent sur lui…
Il a été très courageux, sacrifiant son avenir et même sa vie pour ses idées. Son manifeste est éclairant et brillant.
Un Dylann Roof en France ? Pourquoi pas, ça arrivera peut-être…..en tous cas, pour nous, Dylann est un héros.

Ksenia
17 janvier 2017 16 h 24 min

Ce courant nationaliste doit être ethnocentriste, bien entendu…

Muspelheim
18 janvier 2017 13 h 40 min

Roof avait prévu de mourir au cours de son action c’était son but il avait soit prévu d’être abbattu par la police soit, de se sucider une fois le local cerné, mais il a eu la grande surprise de voir qu’aucune voiture de police ne l’attentait à la sortie de l’eglise, et à donc décidé de quitter les lieux du crime.

D’ailleurs quand on veut se sacrifier pour une cause autant prendre le temps de se préparer convenablement pour mener à bien son action.

wpDiscuz