Fillon tente de relancer sa campagne avec une ligne “dure” sur l’immigration

Une forte baisse d’engouement

J’écrivais le 2 décembre, alors que François Hollande annonçait renoncer à se présenter à l’élection présidentielle :

Les sondages publiés ces derniers jours sont très favorables [à François Fillon], mais il bénéficie d’un effet d’engouement lié à sa victoire à la primaire, qui accroît le taux de réponse aux sondages de ses sympathisants. L’élection étant dans presque 5 mois, il y aura tout le temps qu’il faut pour que cet première poussée d’enthousiasme retombe.

Il ne s’agissait pas d’une simple prédiction chanceuse.

Elle se fondait sur le double-constat d’éléments de programme très antagonisants et d’un biais de réponse dans les sondages autour des grands évènements favorables à un candidat – le phénomène est en particulier bien documenté aux États-Unis à l’issue des primaires (en).

Bien que restant le grand favori de l’élection, François Fillon rencontre des difficultés sérieuses.

Son mois de décembre a été empoisonné par son programme sur la Sécurité Sociale – auquel il a à peu près renoncé sous la pression générale, qui l’a frappé depuis même son camp moins de 2 semaines après sa désignation.

Son annonce dès le lendemain de sa victoire de ne pas diminuer les remboursements pour les personnes qui ont “des revenus modestes ou moyens” (soit la grande majorité de la population, vidant de sens sa proposition) n’avait pas suffit à éteindre l’incendie.

Il a du publier le 12 décembre une tribune dans Le Figaro pour essayer de rassurer, mais les critiques ont alors pu l’accuser de retourner sa veste et d’être dans le flou. Le 22 décembre, Le Figaro publiait un article cherchant à analyser la fin de “l’état de grâce” de Fillon.

La pirouette habituellement utilisée par Fillon pour essayer de dépasser cette polémique est de se définir comme “gaulliste social”.

D’autres sujets viendront maintenant au premier plan, mais en trame de fond ce poids persistera.

AFP :

Quelque 57% des Français ont une mauvaise opinion de François Fillon, candidat de la droite pour l’élection présidentielle, selon un sondage Odoxa pour France 2 rendu public dimanche.

Dans le détail, 34% ont “plutôt” une mauvaise opinion du champion de la droite issu de la primaire, et 23% une “très mauvaise opinion”. A l’inverse, 42% ont une “bonne” opinion de M. Fillon, dont 6% “très bonne”, 36% “plutôt bonne”. 1% des personnes interrogées ne se prononcent pas.

C’est pour partie une conséquence naturelle de la quasi-tripartition de l’électorat entre gauche, centre-droit et Front National ; mais cela augure des difficultés.

Qu’on ne s’y trompe pas : Donald Trump a bien pu être élu en dépit d’une cote de popularité nettement négative ; et Marine Le Pen a une cote plus négative encore que Fillon.

Il faut donc se garder de surinterpréter, mais le tassement est indiscutable.

Les sondages sur le résultat du premier tour de l’élection présidentielle sont eux aussi délicats à appréhender avec la foule d’hypothèses testées, mais on passe de 28-30% dans les 3 premiers sondages post-primaires à 24-26%

Les sondages plaçant en meilleure position que jamais (autour de 18-20%) le candidat d'(((Attali))), de (((Rothschild))) et de bien des médias – Emmanuel Macron – le camp de Fillon s’inquiète désormais d’une élimination au premier tour.

Fillon reprend un ton dur sur l’immigration

Pour tenter de relancer sa campagne, Fillon est reparti sur quelque chose susceptible d’unir sa base et de contenir la menace (de son point de vue) du Front National.

AFP :

François Fillon, candidat de la droite à la présidentielle, a plaidé mercredi pour un quota annuel d’accueil des étrangers sur le sol français voté par le Parlement.

Soyons directs : je souscris au principe d’un quota, mais François Fillon a été premier ministre pendant cinq ans sans lutter sérieusement contre l’invasion migratoire, aussi il n’a guère de crédibilité. Un quota trop important est sans intérêt.

“Je veux que la France décide chaque année du nombre de personnes qu’elle est en mesure d’accueillir en fonction de ses capacités économiques”, a déclaré François Fillon à l’antenne de BFM TV-RMC.

Noter la formulation adoptée : non pas “qu’elle a intérêt à accueillir” mais “qu’elle est en mesure d’accueillir”. La première indiquerait un choix selon les intérêts nationaux, la seconde laisse entendre qu’on en prendrait autant que l’on pourrait sans craquer.

[…]
“Je propose de mettre en place le système que le Canada a mis en place (…) qui permet au Parlement, dans un débat démocratique transparent, de fixer chaque année des quotas”, a expliqué l’ancien Premier ministre.

Citer l’exemple du Canada est le meilleur moyen pour jeter le doute sur sa volonté réelle : oui, le Canada a des quotas, mais il a fixé son quota a plus de 300.000 immigrés en 2016 (l’équivalent de 600.000 immigrés en France) et veut encore augmenter le nombre d’immigrés chinois.

Quelle référence de lutte contre l’invasion migratoire !

Affirmant qu’il y avait un “débat” sur la nécessité de réformer la Constitution pour instaurer cette mesure, M. Fillon a assuré qu’il “prendrait (ses) responsabilités”. “S’il faut le faire on le fera”, a-t-il promis.

“Le nombre de visas qui ont été accordés en France depuis cinq ans n’a cessé d’augmenter, dans un pays qui a près de 6 millions de personnes qui sont inscrites à Pole emploi, qui a près de 9 millions de pauvres”, a expliqué le candidat des Républicains pour justifier sa mesure, évoquant également “des perspectives d’augmentation des flux migratoires importants en raison de la situation en Afrique (et) de la situation au Proche-Orient”.

Ce doit être pour ça que Farid Fillon défendait sous (((Sarkozy)) le nombre de visas en hausse pour les Algériens.

M. Fillon a également déclaré qu’il souhaitait un délai de huit ans de résidence en France avant d’obtenir la nationalité française.

Enfin il a rappelé ses propositions de modification du droit du sol et le refus de nationalité aux étrangers ayant fait l’objet d’une condamnation. “Je remets en cause l’automaticité de la délivrance de la nationalité française aux jeunes qui sont nés sur le sol français, je demande qu’il y ait une démarche volontaire de leur part”, a-t-il expliqué.

La principale différence théorique est que les enfants de clandestins pourraient être expulsés puisqu’ils ne seraient plus automatiquement “français”. Si c’était mis en oeuvre ainsi (ce qui n’est pas dit), ce serait toujours un minuscule progrès.

C’est encore nettement différent d’une abolition pleine et entière du droit du sol, mais cela rejoint le problème des naturalisations pour, de facto, résidence prolongée. Allonger le délai est une demi-mesure.

AFP :

François Fillon s’est efforcé mercredi de relancer sa campagne en faisant son mea culpa au sujet de son projet de réforme de la Sécu, attaqué de toutes parts, et en mettant l’accent, lors d’un meeting à Nice, sur ses propositions en matière d’immigration.

“L’unité nationale commande une autre politique de l’immigration (…) la France doit non seulement lutter contre l’immigration illégale mais elle doit aussi réduire son immigration légale au strict minimum”, a affirmé le candidat de la droite à la présidentielle, lors du meeting auquel assistaient notamment les deux ténors de la droite locale, Christian Estrosi (patron de la région) et Eric Ciotti (patron du département), ainsi que le maire LR de Marseille Jean-Claude Gaudin.

Estrosi, Ciotti et Gaudin ; trois pourris notoires, tous archi-soumis aux Juifs. Sacrés références.

Pour en revenir aux propos de Fillon : je ne peux qu’être d’accord avec ces propos ci. Toute la question est celle de la sincérité.

[…]
Selon lui, “la France est généreuse mais elle n’est pas une mosaïque et un territoire sans limite. C’est une Nation, en droit de choisir qui peut la rejoindre, en droit aussi d’exiger des étrangers qu’ils se plient à ses règles et à ses coutumes.”

C’est beaucoup mieux que ce qu’aurait dit un Juppé. Mais cela reste enfermé dans cette vision du monde sans races où les Ahmed et Rachid peuvent devenir “plus français” que nous.

Tweet de François Fillon
Non, nous n’oublierons pas.

[…]
Le nouveau champion de la droite a aussi admis que des “réglages” étaient nécessaires au sein de ses équipes, bien en peine d’expliquer son programme “radical”, ce qui a donné lieu à des dissonances.
[…]
Outre ce mea culpa, M. Fillon s’est aussi escrimé à éteindre des débuts d’incendie dans son propre camp : il a dit non à des députés de droite qui insistaient pour qu’il revienne sur la loi de 2014 renforçant les entraves au cumul des mandats.

L’ancien Premier ministre a par ailleurs changé radicalement de ton au sujet de Bachar al-Assad, présenté en novembre comme le meilleur rempart contre le jihadisme pour les chrétiens d’Orient, et qualifié mercredi de “dictateur” et “manipulateur”.

Il s’en est en particulier pris aux médias français qui ont diffusé une interview du dirigeant syrien dans laquelle ce dernier jugeait “bienvenue” la position sur la Syrie du candidat de la droite.

Quelle girouette ! Quelle lâcheté !

Il démontre exactement pourquoi sa posture ferme sur l’immigration n’est pas crédible.

Auteur: Blanche

Partager cet article sur

Publier un commentaire

15 Commentaires sur "Fillon tente de relancer sa campagne avec une ligne “dure” sur l’immigration"

5000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
yoananda
12 janvier 2017 18 h 17 min

Les quotas sont un double enfumage :
1/ il ne dit pas de combien il seront, donc on devra céder à Bruxelles pour pas mettre en danger l’union
2/ il ne dit pas ce qui se passe pour les illégaux : on ne peut de toute manière pas les expulser

C’est du flan total, comme la Marine et son immigration zéro qui veut dire :”solde migratoire zéro”, et vu que 200 000 quittent le pays, elle veut accueillir 200 000, autant que sous Sarko.

Je connais le raisonnement comme quoi il faut “choisir le candidat le moins pire”.
Je pense au contraire qu’il faut tracer une ligne rouge et ne voter pour personne qui ne convient.
C’est parce qu’on continue de voter pour le moins pire qu’on a des candidats de pire en pire qui se moquent de nous.

Faut les pousser à la faute en étant intransigeant sur les sujets importants. La démographie en est un.
L’Islamisation en est un autre.
Faut qu’ils comprennent, c’est la seule chose qu’ils comprennent, que s’il ne changent pas, ils n’auront pas nos voies.
Sinon, s’il suffit de faire un peu moins pire que le voisin, on est baisé d’avance.

On l’est déjà de toute manière, je ne me fais pas d’illusion …

12 janvier 2017 18 h 59 min

Nous ne voulons pas de quotas, zéro migrants !!
Remigration. C’est la seule solution.

12 janvier 2017 21 h 58 min

Oui, des contingents (“quotas”) négatifs, c’est-à-dire de retour vers la casbah.
D’autant plus qu’avec l’invasion actuelle, c’est facile d’en trouver des centaines de milliers à raccompagner chaque année !
Mais Fillon est un Républicain, qui plus est ultra-libéral.
Il se voyait déjà élu par La Manif pour tous, mais les cathos-cocuservateurs pourraient peut-être se souvenir qu’à la grande époque de LMPT, il se disait qu’on n’y voyait jamais Fillon car Sarközy c’était le lobby juif et Fillon c’était le lobby gay…

Quant à la Syrie, Fillon s’aligne sur les positions de (((leur))) République, pendant qu’Emmanuel Macron est rejoint par (((Laurence Haïm))), l’hystérique pro-Obama d’I-Télé.
Fillon va recycler toutes les petites catins qui ont servi sous Sarközy, donc c’est foutu d’avance : à moins d’un Trump pour espérer du protectionnisme économique et une remise en œuvre des frontières, les primaires ne servent qu’à donner l’illusion de choisir une “tête de c*l” à laquelle se rallieront toutes les autres du même parti !

Imposture
12 janvier 2017 20 h 10 min

Salut les gars, quand est-ce qu’on parle ici des Protocoles des Sages de Sion ?

https://www.youtube.com/watch?v=Qe2shQ4MDmY

12 janvier 2017 20 h 12 min

Déjà abordé dans des commentaires avant et il me semble un article y faisait référence…
Je conseille à tout le monde de le lire il est vraiment réaliste.

Imposture
13 janvier 2017 12 h 53 min

Ce livre est aussi un très beau cadeau à offrir autour de soi, pensez-y ! 😉

Ksenia
12 janvier 2017 21 h 08 min

Farid Fillon n’a même pas soutenu les courageux députés Thierry Mariani, Nicolas Dhuicq et Jean Lasalle qui se sont rendus récemment en Syrie, à Alep notamment, pour s’entretenir avec Bachar Al-Assad, et ont failli perdre la vie dans un attentat commis par les ‘ si gentils rebelles ‘…
C’est un pleutre, un lâche, juste un peu moins pire que Juppé.

Sa ligne ‘ dure ‘ n’est que cuisine électorale pour ‘ piquer ‘ des voix au FN, à la façon d’Escrocsi, elle n’est que mensonges. Et elle est loin d’être dure, pour ce candidat qui s’entoure de Bachir Apparu et de Nabilla Kosciusko-Morizet qui sont particulierement immigrationnistes …Les quotas…Zéro est le seul quota que nous voulons !

Pendant ce temps, Marine est à New York, à la Tour Trump… L’a-t’elle rencontré ?…

12 janvier 2017 21 h 30 min

C’est dommage au débtut nous avions cru qu’il était moins pourri que les autres : erreur gravissime malheureusement.
Il est aussi enjuivé que les autres et ils acceptera comme les autre notre remplacement.
Marine est à la Trump Tower, selon les médias pour boire du café, j’espère qu’elle passera dans l’appartement de Trump en même temps !!

Dritte
12 janvier 2017 23 h 31 min

Pro UE et anti-immigration c’est un peu comme vouloir mélanger de l’eau et de l’huile… incompatible.

Irminsul
13 janvier 2017 10 h 58 min

La fausse droite et l’immigration, quelle histoire! Son problème est toujours le même: comment faire croire au peuple qu’on va s’occuper du problème alors qu’en réalité on est pour l’immigration. C’est sûr, c’est pas simple. Heureusement, une partie des gens sont stupides. Il faut notamment signaler le cas des droitistes des Alpes-Maritimes. On a là-bas des électeurs en admiration devant les trois matamores départementaux Ciotti-Estrosi-Lucas. Une déclaration musclée sur l’immigration d’un de ces trois branleurs suffit à combler d’aise les électeurs des Républicains. Le fait que chaque année le nombre d’immigrés augmente dans le 06 est une donnée qui ne semble pas atteindre leur cerveau. Ils votent pour Les Républicains encore et toujours, et joueront les étonnés le jour où les musulmans seront majoritaires. C’est ainsi qu’aucune ville du département n’est gérée par le F.N.

Driant
13 janvier 2017 15 h 26 min

Problème analogue dans ma région où des électeurs, en forte proportion, votent communiste génération après génération, “parce qu’on a toujours voté communiste dans la famille”… Voilà ce qu’on a gagné avec la démocrassie et le suffrage universel.

wpDiscuz