Presque mille voitures brûlées lors du Nouvel An, les autorités se réjouissent

Malgré la présence d’une armada de plus de 100.000 personnels des forces de l’ordre mobilisés pour l’occasion, la nuit du Nouvel An 2017 a été remarquablement illuminée, dans tout l’hexagone, par un grand nombre d’incendies de voitures.

C’est sans doute pour cette raison que les autorités se félicitent de la bonne tenue de cette fête : la pétulance venue du grand Sud nous réchauffe le coeur, ces “ambianceurs” sont un véritable levain pour notre société.

Des chiffres embarrassants et mensongèrement diminués

Le Monde :

Après un réveillon sous haute sécurité, l’heure est au bilan. La Saint-Sylvestre s’est « déroulée sans incident majeur » mais « quelques tensions ou troubles à l’ordre public » ont eu lieu, a annoncé dimanche 1er janvier le ministère de l’intérieur dans un communiqué, selon lequel 454 personnes ont été interpellées, dont 301 ont été placées en garde à vue.

Dans son communiqué publié dimanche, le ministre de l’intérieur assure :

Cette année encore, le bilan des véhicules brûlés démontre qu’aussi intolérable soit-il, le phénomène est contenu par rapport à 2016, avec 650 mises à feu directes, là où elles étaient 602 l’an passé. Sur les cinq dernières années, le nombre de véhicules brûlés a diminué de 20 %.

Il a quand même fallu mobiliser 140.000 gendarmes et pompiers pour “contenir” la joie de vivre des Chances Pour la France. Mais le ministre est content, et c’est bien le principal.

Le ministre de l’Intérieur Bruno Le Roux vient d’annoncer que la nuit du Nouvel An s’est “particulièrement bien passée” en France cette année.

Une fois n’est pas coutume, les Décodeurs du Monde ont fait un travail correct. Sans doute peuvent-ils se permettre d’égratigner un ministre qui n’en a que pour quelques mois à tenir sans trop de dégâts pour leur boutique.

Le Monde :

On peut déjà noter que, selon les chiffres donnés par le ministre, les « mises à feu directes » ont augmenté de 8 % par rapport à la précédente nuit du Nouvel An, ce qui ne peut pas forcément être qualifié de « phénomène contenu ».

Mais surtout, M. Le Roux évoque donc les « mises à feu directes », c’est-à-dire les départs de feu, et non pas le nombre de véhicules brûlés – qui comprend ceux qui se sont enflammés par propagation. Or, depuis 2013, MM. Valls et Cazeneuve s’intéressaient, eux, au nombre total de véhicules brûlés (par ailleurs, leurs prédécesseurs ont toujours fait de même quand ils publiaient encore leur bilan).

M. Le Roux a brusquement changé de thermomètre. Non parce qu’il ignore le nombre total de véhicules détruits : il parle dans le communiqué de son évolution positive, – 20 %, mais « sur les cinq dernières années ».

Pourquoi ce changement d’indicateur ? Considérons les quatre derniers réveillons : 804 voitures avaient brûlé l’année dernière, 940 en 2015, 1 067 en 2014 et 1 193 en 2013. D’après les données finalement communiquées par le ministère lundi matin, 945 voitures ont été brûlées le soir du réveillon cette année. Soit une hausse de 17,5 % sur un an. Sans qu’on sache par ailleurs à quoi l’imputer, un regain de violence ou de fraude aux assurances. Quoi qu’il en soit, il est encore plus difficile, dès lors, de parler de « phénomène contenu ».

Ce chiffre officiel de 945 voitures brûlées, situé sous la barre anxiogènes des 1000, est à prendre avec des pincettes.

Ainsi, en 2009, le magazine Marianne indiquait :

Les services de police rivalisent de subtilité pour limiter la casse officielle. En ce qui concerne la très symbolique nuit de la Saint-Sylvestre, il suffit d’arrêter les compteurs au lever du jour, bien avant qu’un certain nombre de plaignants ne découvrent leur voiture calcinée.

La manoeuvre du pouvoir ennemi va au-delà de l’escroquerie sur les chiffres, car la qualification des faits elle-même est trompeuse.

L’incendie est un crime, mais il ne sera pas puni

La Parisien :

Le porte-parole Pierre-Henry Brandet explique que le ministère de l’Intérieur a communiqué sur le «critère le plus pertinent, le plus cohérent» : celui des mises à feu de véhicules, correspondant à un acte délictuel. « Ce chiffre permet la comparaison la plus pertinente », estime-t-il. « Bien entendu, les phénomènes d’incendie par propagation, qui ont des conséquences importantes pour les victimes, sont intolérables. Mais souvent les dégâts sont moindres », ajoute-t-il.

Le ministre parle-t-il notre langue ? On met à feu une fusée, ou un engin explosif, pas une voiture.

En réalité, le ministre ou son conseiller maîtrise très bien le français. En employant mise à feu à la place d’incendie, il envoie un signal aux juges, leur demandant de fermer les yeux.

En effet, l’incendie volontaire n’est pas un délit, mais un crime, soit la plus grave des infractions.

Incendie criminel : dommages matériels

art 434.

Est coupable d’un acte criminel et passible d’un emprisonnement maximal de quatorze ans quiconque, intentionnellement ou sans se soucier des conséquences de son acte, cause par le feu ou par une explosion un dommage à un bien qui ne lui appartient pas en entier.

L.R. (1985), ch. C-46, art. 434; 1990, ch. 15, art. 1.

Les sacripants strasbourgeois

“L’Afrique commence à Strasbourg”, aurait dit le Chancelier. Comme tous les ans, Strasbourg et sa banlieue sont en tête du peloton.

Le Figaro :

Avec au moins une dizaine de personnes blessées dans la nuit de samedi à dimanche, dont un enfant de trois ans, Strasbourg est de nouveau confrontée à la calamité des pétards pendant le Nouvel An. Depuis plusieurs semaines, les autorités avaient pourtant mis en place une campagne de sensibilisation contre les pétards dans les collèges.

Après Noël, ils ont passé la vitesse supérieure. Les barrages filtrants, dans le cadre de l’état d’urgence sur les ponts vers l’Allemagne, ont permis à la police, mais aussi aux agents de la douane et de la PAF, de saisir plus d’une tonne de matériel pyrotechnique – dont des gros calibres – dont l’importation est interdite en France. Samedi soir encore, le préfet Stéphane Fratacci et le maire de Strasbourg, Roland Ries, qui se sont rendus aux urgences des hôpitaux universitaires, ont rappelé les dangers que présentent les pétards.

Une tradition en Alsace, comme en Allemagne, qui a la vie dure. Le message, largement relayé par les médias, n’a donc pas empêché une recrudescence des blessures graves pour cause de pétards durant la nuit dernière.

En voilà des manières ! Ces traditions alsaciennes et allemandes sont inciviques au possible. Faire tout exploser autour de soi semble un trait méconnu des aryens nordiques, que l’on retrouve particulièrement lors des fêtes du Nouvel An en Suède.

Si, si. Et en criant “Allahou Akbar” :

Outre les militaires de l’opération Sentinelle, le dispositif comprenait 500 gendarmes répartis entre l’agglomération strasbourgeoise et le reste du département. Et les images de vidéo-protection déployée par la ville sont partagées avec la police nationale.

Cependant, ce dispositif important n’a pas empêché certains débordements. Des ponts menant vers l’hyper-centre, mais aussi les carrefours sur les boulevards extérieurs étaient « tenus » par des jeunes qui s’amusaient avec des pétards et des fusées, parfois à tirs tendus vers d’autres groupes.

D’aucuns s’étaient installé au milieu de rues, y compris dans des quartiers résidentiels… Une rixe dans le centre-ville, entre deux bandes, a d’ailleurs dégénéré, avec un blessé grave et plusieurs interpellations. Si le phénomène des voitures brûlées s’est largement atténué, il y a malgré tout eu des violences dans certaines banlieues, avec des interpellations.

En occupant l’espace avec des techniques de guérilla, les sub-humains se préparent aux futures négreries.

Auteur: Basile

Partager cet article sur

Publier un commentaire

9 Commentaires sur "Presque mille voitures brûlées lors du Nouvel An, les autorités se réjouissent"

10000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
Waffen-SS
3 janvier 2017 11 h 24 min

Heureusement que l’état d’urgence est décrété dans notre pays!
Les gouvernements enjuivés ont laissé s’installer cette destruction des biens,la plupart des voitures qui ont brûlé appartiennent à des personnes qui se lèvent le matin,pour payer les allocations de ces sub-humains.
Mais ces sub-humains sont incapables de la comprendre!
La preuve depuis des années.
Ce petit spectacle sert la destruction des sociétés goyim.
Mais n’oublions pas,ces sub-humains sont une conséquence,la cause de l’effondrement de notre patrie est depuis 228 ans la JUIVERIE.

Ksenia
3 janvier 2017 13 h 02 min

La novlangue ne cesse de faire preuve d’imagination…un incendie devient une ‘ mise à feu ‘.
Il faut toujours dissimuler le réel…
La presse étrangère se moque allègrement de Caseneuve et de son contentement…
Oui, depuis que la bourgeoisie marchande judéo-compatible a pris le pouvoir sur la noblesse, aidée par les loges, ils ont créé une ripoublique qu’on pourrait appeler juiverie…

Roudoudou
3 janvier 2017 17 h 57 min

Et les cocus qui vont payer la facture seront toujours les mêmes …

3 janvier 2017 20 h 36 min

140.000 gendarmes et pompiers qui n’ont pas pu passer le réveillon tranquillement, non ils ont encore du réparer les conneries de nos saloperies de chances pour la France. Mais quel enrichissement en effet, ça fait fonctionner le marché de l’automobile bah ça fait du boulot tiens ! Tu parles, je vais faire des emplois moi : les armuriers vont devoir replir leurs stocks de cartouches et les bateaux pour larguer les cadavres des non Blancs au large vont devoirs être ravitaillés en essence…

TheOneMetal
3 janvier 2017 20 h 55 min

Voir que ces animaux sont en jubilation en brûlant des voitures de pauvres travailleurs prouve bien qu’ils sont de remarquables pervers.

3 janvier 2017 21 h 02 min

Attend des chances pour la France dis t’on !! Va le dire à ceux qui n’ont plus de voitures pour aller au travail. Putain c’est sûr que les ministres avec leurs salaires ne comprennent pas la gravité des actes de ses subhumains…
Pervers, dégénéré, sadiques, violeurs, voleurs = chances pour la France. Je préfère le malheur dans ce cas là.

wpDiscuz