Criminalisation de la “désinformation” sur l’avortement

À la suite d’une longue série de mesures destinées à accroître les avortements, le parlement vient de voter une loi criminalisation la “désinformation” sur l’avortement.

Le Monde :

Liberté d’expression contre liberté à disposer de son droit d’avorter.

Pour la première phrase de l’article, ça commence fort !

  • La possibilité de communiquer des idées et celle d’avorter sont mis au même rang, comme si cette dernière était aussi “essentielle” que la première.
  • Déclaration implicite qu’en l’absence de la loi, les propos anti-avortement constitueraient une forme de “contrainte” ; ce qui est inepte.

Opposition et majorité ont ferraillé, jeudi 1er décembre, à propos de l’extension aux sites Internet du délit d’entrave à l’interruption volontaire de grossesse (IVG). Après près de six heures de débats, l’Assemblée nationale a voté la proposition de loi soutenue par la gauche et une partie des centristes, tandis que la droite et l’extrême droite s’y sont opposées. Le texte vise à pénaliser les sites de « désinformation » sur l’IVG.

J’ai eu du mal à trouver le texte exact de l’amendement, mais on le trouve sur le site du Sénat : “soit en diffusant ou en transmettant par tout moyen, notamment par des moyens de communication au public par voie électronique ou de communication au public en ligne, des allégations, indications ou présentations faussées et de nature à induire intentionnellement en erreur, dans un but dissuasif, sur la nature, les caractéristiques ou les conséquences médicales d’une interruption volontaire de grossesse ou à exercer des pressions psychologiques sur les femmes s’informant sur une interruption volontaire de grossesse ou sur l’entourage de ces dernières.”

“Faussé” est un terme ambigu. Le CNTRL nous indique que cela voudrait dire “déformer la vérité, l’exactitude de quelque chose” ; mais ce terme est aussi synonyme de “biaisé”.

Bref, un juge pourrait assez aisément condamner un site ayant une information partisane anti-avortement et contenant des inexactitudes – ou des faits qu’il déciderait arbitrairement de considérer faux.

Notons que mentir à outrance pour inciter les femmes à avorter n’est en revanche absolument pas puni.

L’objet de la loi n’est bien entendu pas de criminaliser le mensonge – tous les politiciens croupiraient en prison ! – mais simplement de criminaliser une opinion.

[…]
Le texte présenté aux députés punit de deux ans de prison et 30 000 euros d’amende le « militantisme anti-IVG 2.0 », selon l’expression de sa rapporteure, Catherine Coutelle (PS, Vienne).

Pourrait-on exprimer plus clairement qu’il s’agit de réprimer une opinion et une seule ?

« La bataille de l’information devient centrale, a-t-elle estimé. Ces sites avancent masqués. » Sont visées plusieurs plates-formes (IVG.net, Avortementnet, Ecouteivg.org) qui, malgré une apparence officielle, véhiculent une information jugée dissuasive.

Le militantisme pro-IVG du gouvernement se drape tout autant de l’habit de la neutralité. Que les anti en fassent autant est logique.

Le site IVG.net honni par les avorteurs du PS a relevé certains mensonges grossiers sur le site du gouvernement, tous clairement en faveur de l’avortement, le plus grossier étant certainement de prétendre qu’il n’y aurait pas de conséquence psychologique pour la femme à avorter.

[…]
« La liberté d’expression ne peut se confondre avec la manipulation des esprits », a argumenté Mme Rossignol.

C’est pour ça que la vermine anti-française manipule la population à grande échelle avec les médias, les films, l’école, etc. en faveur de l’immigration, du métissage, de l’homosexualité, etc. ?

J’hésite sur la peine la plus appropriée à infliger à Mme Rossignol et ses amis pour ces actions et pour leur écoeurante malhonnêteté qui mènent à la destruction de notre peuple. Les travaux forcés à vie dans un bagne réouvert à Cayenne paraissent être un minimum.

Selon la ministre, le texte ne court pas le risque d’être censuré par le Conseil constitutionnel car la liberté d’expression est protégée « dans le cadre défini par la loi », qui inclut le fait de « ne pas induire intentionnellement en erreur ».

Si on appliquait ce critère partout… !

[…]
L’opposition a également accusé le site du gouvernement de partialité en faveur de l’IVG et a réclamé le développement « d’alternatives » à cet acte.

Seul le député d’extrême droite Jacques Bompard (Ligue du Sud, Vaucluse) a frontalement attaqué ce droit et longuement dénoncé la « culture totalitaire de mort » véhiculée selon lui par la gauche. Le texte sera examiné par le Sénat le 7 décembre.

Le Sénat rejettera le texte, mais les députés auront le dernier mot.

Auteur: Blanche

Partager cet article sur

Publier un commentaire

14 Commentaires sur "Criminalisation de la “désinformation” sur l’avortement"

10000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
2 décembre 2016 22 h 24 min

Nous n’avons pas le droit de constater (((leur))) vérité !!! Toute leur propagande mensongère doit être la seule version possible, plus aucunes contestations n’est possible. Une balle pour tout les traîtres et (((leurs))) alliés.

Darkeuclyde
2 décembre 2016 22 h 49 min

Ils se sont dévoilé depuis bien longtemps, nous savons à peu près tous les conséquences psychologiques des IVG sur les femmes, mais ils veulent aller plus loin, ils vont sacrément morfler dans les années à venir.

Ksenia
3 décembre 2016 0 h 54 min

L’avortement est loin d’être un acte anodin. Une femme m’a raconté qu’elle calculait les anniversaires de son enfant non-né : aujourd’hui, il aurait eu 2 ans. Une autre lui a donné un prénom, une autre fait des déprimes etc…

Le gouvernement veut cacher à des femmes désespérées par une grossesse inattendue toutes les conséquences de cet acte qui laisse des traces, alors que ces sites d’information sont là pour les aider.

Ces judéo-maçons sont des criminels ! La seule chose qui leur importe, c’est de tuer toujours et encore plus de petits Blancs…

Oui, cette Rossignol mériterait le bagne ainsi que tous ses Frères et Sœurs !

Darkeuclyde
3 décembre 2016 7 h 08 min

C’est assez horrible de voir ces femmes dans cet état, c’est désolant. Merci de votre des témoignages que vous apportez, cela prouve encore plus que nous avons raison à sujet comme sur plein d’autres et que notre combat est juste et que nous devons faire en sorte que les femmes n’avortent pas sauf danger pour leur vie ou à cause d’un viol, métissage ou malformation.

Ksenia
3 décembre 2016 10 h 55 min

Sinon, la Marche pour la Vie aura lieu à Paris le 22 janvier. Elle a lieu tous les ans, le 3éme dimanche de janvier. [ excepté l’an dernier à cause de l’état d’urgence, tandis que les manifs El Khomri et autres Nuit debout ont été autorisées… ]

Darkeuclyde
3 décembre 2016 11 h 26 min

C’est intéressant, j’irai sûrement, j’imagine que certains sur le site iront à cette marche, merci de l’information, c’est important de protéger la vie de blancs à naître contre cette abomination qu’est l’avortement et en plus on voudrait nous empêcher de nous exprimer contre, c’est le comble de l’hypocrisie. Mais nous nous en sortirons toujours malgré tout les obstacles mis sur notre chemin.

3 décembre 2016 18 h 40 min

Attention dans les manifestations, ne vous faites pas ficher par la police lors des cortèges. Ne vous faites pas remarquer et ne parler pas de tout et n’importe quoi avec les participants : il y a une présence massive de flics infiltrés qui peuvent même faire monter la violence dans la manifestation pour arrêter tout le monde et ainsi vous enregistrer dans leurs bases de données. Soyez prudent.
PS : vos téléphones portables seront repérés donc (((ils))) pourrons savoir que vous en faisiez parti. Malgré cela je ne vous incite pas à ne pas manifester au contraire mais prenez énormément de précautions et soyez prudents.

Albers
4 décembre 2016 11 h 16 min

le telephone portable est bien pratique, mais trahit tout le monde, il donne le lieu, la date et l’heure de la communication
A utiliser avec beaucoup de modération.!!

4 décembre 2016 12 h 01 min

Oui de plus la géolocalisation leurs permet de nous suivre à la trace, si vous faites une action ou une manif : pas de technologie dans vos poches !!

3 décembre 2016 18 h 36 min

Toutes nos manifestations pour défendre nos idées ont été interdites mais les casseurs anarcho-gauchistes et envahisseurs ont pu défiler dans le calme, pardon dans le fracas des vitres, des voitures brûlés et des magasins pillés…tout vas bien nous sommes en état d’urgence.

3 décembre 2016 0 h 03 min

Seul le député d’extrême droite Jacques Bompard (Ligue du Sud, Vaucluse) a frontalement attaqué ce droit et longuement dénoncé la « culture totalitaire de mort » véhiculée selon lui par la gauche.

Tout ce qui n’est pas intégralement politiquement conformiste est qualifié par eux “d’extrême-droite”…
Alors qu’il aurait fallu pour vraiment mériter ça que Jacques Bompard eut dénoncé le Système comme étant de gauche…

La République avait immédiatement commencé à dépénaliser l’avortement, passant de la peine de mort du temps des rois, à 20 ans de fers au maximum en 1791, avant d’être autorisé en 1975, puis remboursé par la Sécurité sociale… à 100% aujourd’hui alors que les couronnes dentaires et les lunettes coûtent très cher !

Le “tourisme médical” amène parfois des étrangères à avorter gratuitement plusieurs fois au cours de la même année, enfin, avec la même carte vitale… en France.

Mais, comme pour le PACS, leur “Révolution” (mot unique comme titre du récent livre d’Emmanuel Macron) ne s’arrête jamais : “mariage” pour tous, PMA, GPA, adoption (alors que dans deux tiers des cas l’un des deux au moins “jouera” avec l’adopté, ou l’une des deux le violentera, ayant accepté l’idée pour maintenir la vie commune mais étant jalouse que sa concubine se consacre plus à l’enfant qu’à elle ?).

Le libéralisme où tout se vaut et tout peut se marchander, et le marxisme où tout le monde doit pleurer Fidel Castro se rejoignent par le “droit à”, applicable à tout ce qui penche dans le sens de la doxa, celui de l’inversion généralisée :
– valeur attribuée à l’argent et à l’oisiveté autant qu’au travail ;
– culture de mort plutôt que de vie ;
– tyrannie du “droit à la différence” réservé aux “minorité visibles” et à tous les déviants, mais obligation de se taire pour tous les autres : “non-discrimination” devenue “discrimination positive” ;
– invasion étrangère non plus combattue par l’État mais encadrée et même organisée par un gouvernement de migrants ;
– etc.

Driant
3 décembre 2016 16 h 00 min

Deux choses caractérisent ce qui se passe actuellement en Occident :

1) une inversion complète des valeurs naturelles, de l’ordre naturel des choses,
2) et ce phénomène est sans précédent dans toute l’Histoire de l’humanité.

3 décembre 2016 22 h 16 min

Oui, c’est ce que je fais souvent remarquer : pratiquement tout est inversé !

Et comme le disent les gens au-dessus, les avortements laissent des traces psychologiques chez les non-parents.

J’ai eu le témoignage indirect d’un homme qui, selon un de ses copains qui était alors mon patron, avait l’impression, des années après, de porter sur lui une chape de plomb sur les épaules, de n’avoir pas été à la hauteur ni pour éviter de concevoir, ni pour que ça puisse être une bonne façon de commencer sa vie avec cette femme plutôt que de se dire que ça n’était pas le moment, pas sérieux, etc., puis évidemment, après ce premier drame, de ne plus se fréquenter.

Par ailleurs, j’ai eu les confidences d’une femme qui ne m’avait pas trouvé assez “fun”, il y a déjà bien longtemps.
Durant les vacances, elle avait rencontré un photographe qui faisait la saison. Elle en est revenue avec un polichinelle dans le tiroir (oubliant de prendre son contraceptif, mais ayant peut-être tous simplement une envie d’enfant), mais a décidé d’avorter vu que le photographe avait déjà sa vie par ailleurs…
Elle m’en a parlé plus tard, lors de la seule occasion que nous ayons eu de nous revoir.
J’ai été surpris à la fois qu’elle ait vécu ça et qu’elle trouve le besoin de s’en ouvrir.
Elle m’a dit qu’avorter provoquait un choc.
Lorsque je lui ai demandé si c’était un choc psychologique ou physique, elle m’a regardé étonnée et irritée en me répondant, comme pour me dire une évidence que le ton employé me reprochait de ne pas avoir deviné : “les deux !”.

Une de ma famille s’est vu répondre par son mari (!) que ça n’était peut-être pas le moment (affaires professionnelles alors remises en question, avec déménagement à suivre)… comme elle a traîné (alors qu’elle n’avait pas imaginé avorter et ne l’a fait que se sentant contrainte et “coupable” de ne pas avoir maîtrisé sa méthode de contrôle des naissances, vu que c’est plus elle qui était “demandeuse” que son mari), elle est allée à Londres pour profiter du délai plus long là-bas.
Elle avait laissé un mot à sa première fille que celle-ci devait n’ouvrir que s’il lui arrivait quelque chose, mais celle-ci l’a ouvert et lu malgré tout et en a aussi été perturbée… voyant encore plus ses parents et surtout son père comme des monstres abrutis : elle a eu des enfants, mais ne parle plus à ses parents; qui sont donc des grands-parents malheureux !

Ce sont à chaque fois des enfants blancs, qui n’avaient aucune raison de porter la moindre tare génétique grave, vu leurs parents dans les deux premiers cas, ou vu leur frère et sœurs dans le dernier, qui ont été supprimés, en France pour les deux premiers et donc en Angleterre pour le troisième.

En cas d’illégalité, seule (et encore !) la deuxième serait allée voir une “faiseuse d’ anges” dans la clandestinité. Les deux autres seraient nés et auraient pu vivre normalement.

Enfin, quant aux défilés du type “Marche pour la vie”, ils sont assez pénibles car on y trouve surtout du catholique cocuservateur antiraciste c’est-à-dire ethno-masochiste et de plus en plus de non-blancs parfois musulmans, mais on y cherche les Français et autres Blancs authentiques qui demandent la restitution de la France et de ses valeurs aux Français !

Oscar Stépanov
3 décembre 2016 23 h 25 min

Ce doit certainement être un choc d’avoir avorté et d’y repenser. Il y a une vingtaine d’années, ma femme a eu une fausse couche. Je continue d’y repenser et de me demander comment aurait été cette personne. Je suis d’accord pour rouvrir des lieux tels que Cayenne (ou les îles Kerguélen ?), pour faire vivre l’enfer à ces gens qui se trouvent à la pointe de l’anéantissement de la race blanche.

wpDiscuz