La délirante action pro-avortement du gouvernement (anti-)français

Introduction

Il me semble que la désastreuse crise démographique que connaît la France n’a pas l’avortement pour principale cause.

Parce que là où il est quasiment interdit, comme en Pologne (où l’ONU en exige davantage), l’abondance des moyens contraceptifs fait que la natalité peut malgré tout être absolument catastrophique.

Parce qu’une population déclinante n’oblige pas à importer des hordes de sauvages du Tiers-Monde – ici, on regardera plutôt du côté du Japon pour en avoir la preuve.

Je n’aborde pas non plus la question de l’avortement sous l’angle de la vie “sacrée” ou “précieuse” – qui est à mon avis une fable dangereuse.

En conséquence, je suis clairement en faveur de l’avortement dans certains cas bien déterminés – viol, tares génétiques.

Mais pour autant, je n’hésite pas à dire que les mesures prises par le gouvernement anti-français afin d’essayer de favoriser à tout va l’avortement – ce qui a pour seul but de chercher à accélérer l’extermination de notre peuple – sont proprement délirantes.

Maternités et avortement
Il faut admirer l’art du détail de cette caricature avec le (((médecin))).

Le Figaro :

Le 17 janvier 1975 était votée la loi Veil, du nom de la ministre de la Santé du président Valéry Giscard d’Estaing.

(((Simone Veil))).

Le texte dépénalise l’avortement et encadre sa pratique en France. Dans son article premier, par la suite abrogé, elle dispose que la loi « garantit le respect de tout être humain dès le commencement de la vie. Il ne saurait être porté atteinte à ce principe qu’en cas de nécessité ».

C’est toujours pareil : on nous affirme au début que ça ne veut pas dire que ça ira plus loin, mais ils ont l’objectif final en vue dès le début.

[…]
Retour sur les nombreuses initiatives en la matière mises en oeuvre sous la présidence de François Hollande, jusqu’à la création prochaine d’un « délit d’entrave numérique » à l’avortement.

Suppression du critère de détresse

[…]
Pendant l’examen de la loi « pour l’égalité réelle entre les femmes et les hommes » en 2013, deux amendements identiques sont déposés. […] Ils changent la définition de l’avortement en supprimant la « situation de détresse », qui justifiait jusqu’ici le recours à l’IVG. […] Le texte ainsi modifié autorise désormais le recours à l’avortement pour « toute femme qui ne souhaite pas poursuivre une grossesse ».

C’est l’institutionnalisation de l’avortement de convenance, qui était une réalité de facto mais n’était pas encore érigé en principe.

Vote d’un texte qui « réaffirme » le « droit fondamental » à l’avortement

[…]
Le 26 novembre 2014, l’Assemblée nationale vote une proposition de résolution visant à « réaffirmer » un « droit fondamental » à l’interruption volontaire de grossesse en France et en Europe. Ce vote intervient 40 ans jour pour jour après la présentation du projet de loi par Simone Veil à la tribune de l’Assemblée nationale. Dans un article unique, le texte « rappelle que le droit universel des femmes à disposer librement de leur corps est une condition indispensable pour la construction de l’égalité réelle entre les femmes et les hommes ».

Le droit des femmes à disposer de leur corps inclut surtout leur droit à ne pas laisser n’importe quel homme visiter leur sexe n’importe quand. Et c’est sans parler de la foule de moyen contraceptifs…

Ce pseudo-argument des avorteurs m’exaspère toujours autant par son absurdité (le foetus ne fait pas partie du corps de la femme). Si une femme, pour une raison ou une autre (le plus souvent, une mauvaise raison), veut éviter une grossesse, elle en a déjà amplement la possibilité.

La résolution non contraignante est signée par tous les présidents de groupe parlementaire, y compris Christian Jacob, le chef de file de l’UMP. Seuls septs députés votent contre.

La traîtrise est on le voit très répandue.

Suppression du délai de réflexion

[…]
En septembre 2015, le Sénat vote la suppression du délai de réflexion de sept jours jusqu’ici imposé aux femmes qui souhaitaient recourir à l’IVG. La loi prévoyait jusqu’ici deux consultations médicales obligatoires, avec un délai de une semaine entre les deux, avant de pouvoir recourir à une IVG. En cas d’urgence, le délai était réduit à 48 heures. L’adoption de la mesure a fait l’objet d’une âpre bataille entre ceux qui voient ce délai comme le moyen de « culpabiliser » et de « dissuader » les femmes d’avorter, et ceux qui dénoncent une nouvelle banalisation de l’avortement.

Le délai de réflexion est, comme son nom l’indique, un délai de réflexion.

Tuer ce qui pourrait devenir son futur enfant est une décision extrêmement lourde de conséquence, et qui devrait être pesée très soigneusement.

Supprimer le délai de réflexion, c’est accroître les décisions précipitées et qui seront lourdement regrettées pendant toute une vie.

Les arguments des avorteurs sont là encore ineptes : il n’y a pas d’organisation harcelant les femmes hésitant à avorter. Quant à la dissuasion, leur objectif étant de diminuer au maximum les naissances, rien ne semble les dégoûter davantage que des femmes qui après réflexion comprennent que leur meilleur choix est de donner la vie.

L’habilitation des sages-femmes à pratiquer des IVG médicamenteuses et autres mesures de la loi santé

[…]
Outre la suppression du délai de réflexion, cette même loi santé comporte bien d’autres mesures pour favoriser l’accès à l’avortement. Le projet de loi lui-même autorise les sages-femmes à pratiquer des IVG médicamenteuses. Les deux tentatives précédentes (2009 et 2011) pour étendre cette habilitation, jusqu’ici réservée aux médecins, avaient été censurées par le Conseil constitutionnel. […] D’autres mesures relatives à l’avortement sont introduites par amendements. Un premier permet aux centres de santé, jusqu’ici limités aux IVG médicamenteuses, à pratiquer des IVG chirurgicales. Un deuxième amendement renforce les obligations des professionnels de santé d’informer les femmes sur les méthodes abortives disponibles. Un autre encore dispose que les Agences régionales de santé devront prévoir des plans d’action pour l’accès à l’IVG, avec contrats d’objectifs et de moyens. Enfin, un dernier amendement lève toutes les restrictions concernant la distribution de contraception d’urgence pour les mineurs.

Si vous comptez bien, c’est déjà un total de 7 mesures destinées à accroître le nombre d’avortements adoptées de la mi-2012 jusqu’en janvier 2016… Et depuis ça continue !

Remboursement intégral de tous les actes liés à l’IVG

[…]
Dans un arrêté du 26 février 2016, le gouvernement met en place le remboursement intégral de tous les actes liés à l’IVG à compter du 1er avril suivant.

Nous avions dénoncé avec vigueur cette mesure à l’époque. Nous y dénoncions aussi les campagnes publicitaires pro-avortement financées par le gouvernement.

Auparavant, depuis 2013, seul l’avortement lui-même était pris en charge à 100% par l’assurance maladie. L’arrêté édicté par la ministre de la Santé Marisol Touraine élargit ce remboursement aux examens de biologie, aux deux échographies et à la consultation au cours de laquelle le médecin reçoit le consentement de la patiente. « Cette mesure conduit à une discrimination entre l’acte d’IVG et la poursuite de la grossesse, puisque par exemple les deux premières échographies avant la fin du 5ème mois de grossesse ne sont remboursées qu’à 70% », dénoncera Alliance Vita dans un communiqué.

Cette distorsion aide à rendre très claires les intentions du gouvernement anti-français.

La création d’un délit d’entrave à l’IVG

En septembre 2016, la ministre des droits des femmes Laurence Rossignol dépose un amendement au projet de loi égalité et citoyenneté pour créer un « délit d’entrave numérique » à l’IVG. L’amendement est rejeté par la commission des affaires sociales au Sénat. Mais les députés socialistes déposent une proposition de loi qui reprend textuellement l’amendement du gouvernement. Légèrement remanié en commission des affaires sociales, le texte sera examiné jeudi 1er décembre à l’Assemblée nationale. Depuis 1993, un délit d’entrave sanctionne toute action qui viserait à empêcher l’accès à l’information sur l’IVG et aux établissements qui les pratiquent. La proposition de loi cherche à étendre ce délit aux sites en lignes qui font concurrence au site officiel mis en ligne par le gouvernement. La ministre de la Santé dénonce des « campagnes de grandes ampleur » menées en ligne par des activistes opposés à l’avortement. Elle vise particulièrement les sites comme Afterbaiz.com ou ivg.net, qui arrive souvent en première position sur Google malgré la campagne récente du gouvernement pour faire remonter son propre site. Les opposants à l’amendement, y compris chez les défenseurs de l’IVG, dénoncent une atteinte à la liberté d’expression. Dans une lettre envoyée le 22 novembre à François Hollande, le président de la Conférence des évêques de France, Monseigneur Pontier, s’est dit « préoccupé » par cette disposition.

En bref, afin de maximiser le nombre d’avortements, le projet du gouvernement n’est rien de moins que de criminaliser la diffusion d’idées incitant les femmes à poursuivre leur grossesse, et de laisser la seule propagande pro-avortement décider de leur choix.

Cette mesure est absolument révoltante, mais n’est pas sans précédent : c’est exactement ce qu’ont décidé de faire les politiciens de droite et de gauche en ce qui concerne les propos racistes, anti-juifs, contestant la prétendue $hoah, etc. : il est des critiques qu’il est interdit de faire, afin que les idées officielles, aussi stupides soient-elles, ne soient pas contestées.

Même si le feu de l’indignation brûle en moi, je crois qu’il serait parfaitement raisonnable de traiter la vermine politicienne qui vote de telles mesures avec l’égard qu’elle a pour les foetus – une petite “injection” ou une petite “opération” avant de jeter leurs cadavres aux ordures.

RaHoWa !

Auteur: Blanche

Partager cet article sur

Publier un commentaire

37 Commentaires sur "La délirante action pro-avortement du gouvernement (anti-)français"

5000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
30 novembre 2016 20 h 43 min

C’est décidement de pire en pire. Nous n’avons même plus le droit de tenter de dissuader des femmes d’avorter… mais (((eux))) ont le champ libre pour leur propagande immonde. L’IVG devrait en effet être autorisé seulement dans des cas de viol ou de déficience mentale mais dans les autres cas cela devrait être interdit. Bien sûr l’enfant ne pourra peut être pas être élevé dans de bonnes conditions mais c’est la faute des parents qui désormais comme beaucoup de gens ne réflechissent plus aux conséquences : ah zut j’ai pas pris de pilules ? Bof pas grave t’avortera… Notre peuple n’arrive plus à se dévelloper car les Blancs font de moins en moins d’enfants alors inversons cette tendance. Dès que vous le pouvez faites des enfants et éduquez les avec de vraies valeurs pour qu’il puissent vivres sans devenir gauchistes et dégénérés ( pardon c’est un peu la même chose).
Je partage votre point de vue Blanche, tuons tout ces sois disants médécins qui participent au génocide de notre race. RaHoWa !!!

2 décembre 2016 10 h 17 min

Je suis opposé à toute allocation, au moins tout le temps que durera l’invasion non-blanche.
Seuls les parents en situation de subvenir aux besoins d’enfants devraient en faire.
ça peut être avec une avance sur héritage ou une aide régulière de la part de grands-parents qui gagnent bien et de tous autres Blancs qui souhaitent aider nos semblables à exister, mais il faut fermer les CAF qui encouragent les non-blancs à passer leur temps à se reproduire comme des lapins en France.

ça permettra de limiter les cotisations sociales et donc d’augmenter les salaires nets, donc les salariés pourront assumer financièrement leur famille plus facilement.
Une fois le tiers-monde viré par-dessus bord, on peut réinstaurer une solidarité nationale, mais sans pour autant favoriser les oisifs et autres inaptes à se multiplier pendant que les non-dégénérés, hommes et femmes, travaillent.

L’International-socialisme.est complètement mauvais.
Le national-socialisme non excessif est meilleur.

Albers
30 novembre 2016 21 h 05 min

Comment peut-on supporter une telle infamie ?? mais je ne suis qu’un homme avec ses faiblesses !!

30 novembre 2016 21 h 07 min

Cette situation infame n’a que trop durée…
Ce n’est pas une faiblesse de trouver cela insupportable car ça l’est : nous sommes normaux mais les (((autres))) veulent nous faire croire le contraire. Refusons leurs (((valeurs))) génocidaires pour nos peuples Blancs.

Darkeuclyde
30 novembre 2016 21 h 18 min

Les couples ou les femmes qui avortent ou avorteront trouvent et trouveront toujours des excuses pour avorter. C’est dégueulasse, c’est comme si une femme faisait un enfant avec un homme et puis un deuxième qu’elle avorte parce que elle va divorcer ou quitter son petit copain, dans tout les cas, c’est ignoble de tuer un foetus pour notre confort personnel.

30 novembre 2016 21 h 29 min

Et oui tout ça parce que les gens ne reflechissent pas aux actes et les conséquences. Aujourd’hui le système rend cool l’avortement et cool le fait de fumer des joints et cool de coucher avec n’importe quel personne… (((ils))) font passer leurs idées et la plupart des Blancs pensent que c’est le bien. Or nous savons qu'(((ils))) ne diffusent pas le bien ni la vérité mais seulement ce qu’ils veulent que notre société devienne afin de mieux la faire disparaitre. Nos peuples sont mourant et le système est en train de les achever alors il faut inverser cette tendance.

Darkeuclyde
30 novembre 2016 22 h 55 min

J’ai un exemple pour illustrer la chose, un gars que je connais m’a dit hier lorsqu’on s’est vu qu’il connaissait une fille qui s’était fait enfiler par 27 mecs dans le même mois, presque 1 par jour, vous rendez-vous compte ?

LAURENT GEAY
30 novembre 2016 23 h 50 min

Elle travaille pour “UFC, que choisir” ?

Darkeuclyde
1 décembre 2016 0 h 10 min

Bah écoute selon la description plus détaillée qui m’a été fait c’est le cas.

Ksenia
1 décembre 2016 0 h 21 min

Si ça s’est passé en août, elle se sera reposée 4 jours, mais si c’était en février…

Darkeuclyde
1 décembre 2016 7 h 04 min

C’était pas plus loin que le mois dernier apparemment ! C’est vraiment fou parfois, je me demande comment c’est possible de faire ça.

1 décembre 2016 15 h 38 min

Voila la société gerbante dans laquelle nous sommes…

Darkeuclyde
1 décembre 2016 21 h 05 min

Hélas, oui et c’est à nous de changer cela.

Waffen-SS
30 novembre 2016 21 h 54 min

Bientôt,ce gouvernement de youtres offrira une prime à celles,les blanches bien sûr,qui se feront avorter,accélérant de fait notre génocide.
Non satisfait de promouvoir la trahison raciale,ces youpins incitent nos femmes aux meurtres infantiles.
Que les Dieux fassent que je puisse assister et surtout participer au prochain pogrom.
RaHoWa!

Darkeuclyde
30 novembre 2016 22 h 53 min

À mon avis, se ne sera pas qu’un simple pogrom si tu veux tout savoir…^^

Earl Turner 31
30 novembre 2016 23 h 12 min

Ca fait beaucoup. Je suis pour l’avortement des gauchistes. Même s’ils sont déjà nés.

LAURENT GEAY
30 novembre 2016 23 h 57 min

C’est le bon côté de l’Eugénisme

Darkeuclyde
1 décembre 2016 0 h 08 min

Il faut d’abord voir qui donne naissance au gosse puis on interdit à cette personne de faire des enfants pour éviter de polluer notre patrimoine. De toute manière nous ne devrions même pas en parler ils sont déjà mort.

1 décembre 2016 16 h 09 min

Autant trier avant : tuer les races de boues et les gauchistes avant qu’ils fassent des enfants, au moins tout les enfants pourront naitres avec de vrais parents qui ne sont pas dégénérés.

Darkeuclyde
1 décembre 2016 21 h 07 min

Oui trier, c’est nécessaire mais quand des gens sont perdus et leurs gosses aussi, on ne va pas perdre de temps à trier quoique se soit.

Ksenia
30 novembre 2016 23 h 35 min

Jamais un gouvernement n’aura autant promu la culture de mort… ce sont presque tous des franc-macs, dont une bonne partie vient de la rue Cadet.
Après le pseudo ‘ mariage ‘, ils ont tenté l’euthanasie, et s’acharnent sur l’avortement encore et encore.
Ils haïssent la vie. Ils haïssent les Blancs.

La grossesse n’étant pas une maladie, on se demande bien au nom de quoi l’avortement devrait être remboursé ainsi que tous les actes…!
Quand on achète un appareil ménager, on a droit à un délai de réflexion, si on change d’avis ?… Un enfant est donc moins important…
Et avec ce délit d’entrave numérique, les amendes seront sans doute plus lourdes, et la prison pas seulement avec sursis. [ Elles existent déjà, le docteur Dor est un peu le Pr. Faurisson de la cause pro-vie …]

Ne comptons pas trop sur le FN pour défendre la vie, avec une Sophie Montel archi pro-IVG, appuyée par sa patronne sous influence….à part Marion et quelques autres. Celle-ci, opposée au projet de loi a défendu des amendements à l’ Ass.Nat., et voulait supprimer les subventions au Planning Anti-Familial en région PACA l’an dernier.
Fillon ne reviendra pas non-plus sur ces lois pro-mort, c’est certain.

De plus, c’est cette Marisol Touraine, dont le fils est en prison à juste titre, qui vient nous faire la leçon !!!
Que tous ces socialauds, tous ces franc-macs, tous ces ((( youtres ))) criminels crèvent !
Ils ont déjà tué 8 millions de petits Français…

wpDiscuz