Erdogan menace encore l’Europe de la submerger de subhumains

Les menaces d’Erdogan sont une preuve évidente de la complicité des dirigeants traîtres des pays européens. Ne s’intéressant nullement à notre intérêt national, cela ne les gêne pas de laisser Erdogan et ses rêves d’empire turc nous marcher dessus.

Le Figaro :

Le ton monte entre l’Europe et Ankara. Et le stade est à la menace. Face à une méfiance sans cesse grandissante de l’UE envers les dérives autocratiques en Turquie, le président Recep Tayyip Erdogan agite vendredi le chiffon rouge migratoire.

« Lorsque 50.000 migrants se sont amassés au poste-frontière [turco-bulgare] vous avez crié à l’aide, a rappelé le président turc lors d’un discours à Istanbul. Vous avez commencé à vous demander: “Que ferons-nous si la Turquie ouvre ses frontières ?” Écoutez-moi bien. Si vous allez plus loin, ces frontières s’ouvriront. Mettez-vous ça dans la tête ! »

Le mépris d’Erdogan envers les dirigeants de l’UE est sans équivoque.

On n’est traité avec mépris que lorsque l’on est faible.

Cette menace est une réaction directe au vote jeudi, par le Parlement européen, d’une résolution appelant à un gel temporaire du processus d’adhésion de la Turquie à l’UE. Si ce texte est non contraignant, il n’en est pas moins fortement symbolique : il était soutenu par les quatre principaux groupes (conservateurs, libéraux, socialistes et Verts) et a été approuvé par 479 voix contre 37, et 107 abstention.

Cette suspension a été défendue au nom des “droits de l’Homme” qu’Erdogan foule du pied, et en particulier de sa volonté de rétablir la (très naturelle) peine de mort ; pas parce qu’il s’agit d’un État qui nous est étranger racialement, religieusement, culturellement…

Il semble peu probable que les États européens suivent la recommandation du Parlement. Seule l’Autriche, dans un contexte d’élection influencée par l’extrême droite, se prononce clairement en faveur d’un arrêt des négociations. Les autres pays préfèrent préserver leur frêle relation avec Ankara.

La Turquie n’adhèrera pas à l’Union Européenne, l’unanimité est requise et on trouvera toujours un pays pour s’y opposer.

La poursuite des négociations n’est néanmoins pas sans conséquence, puisque la Turquie reçoit chaque année des centaines de millions d’euros au titre d’aides à l’adhésion.

Ces aides sont versées de manière inconditionnelle.

Face à une telle stupidité, est-il étonnant qu’Erdogan se croit tout permis ?

Europe baisant le pied d'Erdogan
Quel avilissement tolèrerons-nous ?

Car la menace migratoire est bien réelle. La Turquie abrite près de 3 millions de réfugiés.

La menace n’est “réelle” que si on se refuse à prendre les mesures nécessaires pour repousser de manière systématique les envahisseurs.

Du côté des voies terrestres, avec des murs et barrières activement surveillés ; du côté des voies maritimes, au lieu de “secourir” les envahisseurs, les repousser hors des eaux territoriales.

Pour ceux qui arriveraient malgré tout à passer, au lieu de les traiter avec tous les égards exigés par des tribunaux droits-de-lhommiste, les mettre au travail forcé jusqu’au moment où il est possible de les expulser vers leur pays d’origine.

Si les envahisseurs savent d’avance qu’il n’y a rien à gagner, ils ne tenteront pas leur chance.

[…]
Jeudi soir, le premier ministre turc Binalu Yildirim avait déjà estimé que l’Europe serait « noyée » par les migrants si [l’accord UE-Turquie était] rompu.

C’est une menace sans équivoque.

Mais au lieu de vives réactions, on a de timides protestations :

« Menacer » l’accord « n’avance à rien » a rétorqué, à la mi-journée, la chancellerie allemande.

Cette réaction est d’une faiblesse complice.

Si les dirigeants des pays européens n’étaient pas des vendus et des traîtres, jamais Erdogan et ses agents n’oseraient faire de pareilles déclarations.

Parce que la mise en application de ces menaces constituerait un véritable casus belli. Les pays européens seraient bien en droit de déclarer la guerre à la Turquie si elle envoyait des hordes d’envahisseurs vers nos frontières.

Il faut reprendre Constantinople !

Auteur: Blanche

Partager cet article sur

Publier un commentaire

21 Commentaires sur "Erdogan menace encore l’Europe de la submerger de subhumains"

10000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
Gudridur
26 novembre 2016 7 h 44 min

C’est marrant, Blanche comprend enfin que la reprise de Constantinople ne discrédite en rien le combat des Blancs pour la sauvegarde de leurs pays et de l’Europe mais va au contraire en ce sens. Dés que l’on parle de reprendre Constantinople ville qui depuis Byzantiôn est occidentale on se voit moquer. Mais la vérité est la ! Les turcs d’Asie centrale vont retourner fissa au Kazakhstan et Constantinople redeviendra enfin la capitale de la Grèce !

Albers
26 novembre 2016 9 h 41 min

effectivement ce serait un casus belli !! est-il souhaitable pour en découdre et en finir ? en cas de conflit, Erdogan aurait les Kurdes sur un autre flanc de la Turquie . Le Proche Orient est vraiement une région compliquée, très compliquée, comme disait une personalité d’origine libanaise (Antoine Sfeir).

Darkeuclyde
26 novembre 2016 12 h 45 min

La reconquête des anciens territoires de l’empire byzantins sonnerait le glas de la présence Turcs et non blanche dans l’Europe.
La recréation de l’empire byzantin nous donnerait une puissance inouï et nous pourrions y intégrer Chypre, la Grèce et peut-être l’Albanie une fois débarrassé de ses suppos mortifère qui se battent contre leur propre race.

26 novembre 2016 13 h 06 min

Hum, je pense qu’il ne faudrait pas recréer à proprement parler un empire Byzantin mais juste éliminer les subhumains qui habitent la région, élimination d’abord prioritaire en Europe bien entendu…

Darkeuclyde
26 novembre 2016 14 h 35 min

Tout à fait, on se comprend bien, mais à ce moment la, il faudra bien recréer une nouvelle entité ou la rattachée à la Grèce.
Ces deux possibilitées peuvent très bien marcher.

Snapdragon
28 novembre 2016 0 h 21 min

Et la Russie juste à côté qui pourrait se joindre à la fête. La Syrie qui serait bien contente de ce débarrasser des turcs.

Irminsul
26 novembre 2016 13 h 33 min

Il vaut mieux éviter la guerre. La reprise de Constantinople n’est pas nécessaire. Il faut avant tout purger l’Europe de ses immigrés. Il n’est pas nécessaire d’aller au-delà.

26 novembre 2016 13 h 38 min

Oui purgeons l’Europe d’abord nous aviserons ensuite c’est indéniable, cependant purger quelques autres territoires nous éviteraient une future invasion…

Irminsul
26 novembre 2016 16 h 42 min

Se lancer dans des conquêtes risque surtout de nous entraîner dans des guerres interminables très coûteuses en vies humaines. Gudridur rêve quand il s’imagine pouvoir dégager les Turcs d’Anatolie.
Poutine, en bon défenseur des intérêts russes, a préféré s’entendre avec Erdogan plutôt que de continuer à faire monter la pression.

26 novembre 2016 17 h 00 min

Oui tout à fait avant de voir grand occupons nous du problème de l’Europe, si nous arrivons à nous débarrasser de nos envahisseurs cela sera déjà une très belle avancée.

Snapdragon
28 novembre 2016 0 h 50 min

Si poutine s’est arrangé avec erdogan c’est parce qu erdogan est venu lécher le cul de poutine car erdogan attribu le coup d état à la cia( depuis les ricains évacuent certain armement de leurs bases en Turquie…) et donc erdogan cherche à calmer le jeu car il sait maintenant que l OTAN ne viendra pas le défendre surtout que dans les clauses l OTAN n interviendrait pas si les turcs attaquaient en premier. L OTAN est un accord de défense !!!
Surtout qu erdogan à purgé sont armée de la plupart de ses généraux et officiers et de pleins de soldats et policiers et fonctionnaires donc c’est maintenant qu’il faut attaquer la Turquie car elle est complètement désorganisé, y a plus personne pour commander les troupes, ou ce qu’il en reste ! Erdogan aboie comme un petit roquet car il est faible.
Une blitzkrieg de l Europe et des russes et c est plié en quelques jours !
Et si poutine à accepter de ce faire lécher le cul c’est pour attendre… que tous c’est adversaires montrent leurs jeux.
Chercher ce que veut dire la poupée russe…
Qu erdogan ouvre ses frontières et ce sera le chaos en Europe se qui déclenchera une riposte.
Il nous faut un conflit ouvert avant que les muzs ne nous envahissent totalement avec le ventre de leurs femmes.
Les allemands criaient Danzig !! Maintenant crions Constantinople !!
C était l oeil du stratège…
Ahh putain si j avais une armée…

Irminsul
28 novembre 2016 10 h 58 min

Vous rêvez mon pauvre. Battre la Turquie en quelques jours, laissez-moi rire. Une guerre contre la Turquie ne ressemblerait pas du tout à la petite guerre du petit Nicolas contre la Libye. Vous pensez la Turquie désorganisée comme Saddam Hussein pensait l’Iran désorganisé après la Révolution islamique. Résultat: huit ans de guerre pour rien. Erdogan a limogé des généraux dites-vous, et alors! Ce sont les jeunes soldats qui font la guerre concrètement et pas les généraux bedonnants. N’importe quel colonel turc peut remplacer un général limogé pour raison politique.

Snapdragon
28 novembre 2016 22 h 44 min

il a limogé les colonels également… et une bonne partie du reste des officiers.
les soldats seront seuls sans chef .

OTOOSAN
26 novembre 2016 18 h 19 min

Je vois ici et là le mot “reconquète” de territoire, ne rêvez pas, avec le taux démographique qui est le notre, aucune reconquête n’est mathématiquement possible !
Pour une reconquête il faut au minimum une population jeune en croissance….

maxwell
26 novembre 2016 19 h 21 min

la je te rejoins ,les gens devraient faire une visite touristique dans les quartiers de France pour vraiment se rendre compte de la démographie si les skins ont disparues des grandes villes ce n est pas sans raison
Il n y a que le vécus qui compte pour ma part , parler des races de boue sans les avoirs côtoyer ou frotter a eux ne sert a rien, car tu ne sera pas reagir le jour j quoi que tu puisses dire ou penser, je ferais si puis ca c est de la blague sincerement

il ne reste plus que la partition et reconquete le reste je n y crois pas ,on a déjà l expérience des etats unis, brésil malgres le taux de violence de ses pays les blancs ne se sont pas révoltés pour autant

Snapdragon
28 novembre 2016 0 h 55 min

Oui mais avec les armes moderne il est aisé de diviser par 1000 la démographie de l ennemi…
C est plus une question de volonté.

wpDiscuz