Allemagne : 142.500 crimes et délits commis par les “migrants” lors des 6 premiers mois de l’année selon la police fédérale

Thomas de Maizière et son ministère de l’Intérieur affirmaient début d’année que les “réfugiés”-envahisseurs auraient un taux de criminalité identique à la population allemande. Depuis, de Maizière n’a pas hésité à le répéter

C’était de toute évidence un grossier mensonge, et cela se confirme une fois encore, d’après les statistiques officielles.

Daily Mail :

Les migrants en Allemagne ont commis 142.500 crimes en seulement six mois, ont révélé les chiffres de la police.

C’est l’équivalent de 780 crimes par jour – une augmentation de presque 40 pourcents par rapport à 2015, selons les données de la Police Criminelle Fédérale d’Allemagne.

En 2010, six millions (oy vey !) d’actes délictueux avaient été enregistrés en Allemagne, pour une population d’environ 80 millions d’habitants. Cela donne environ 7500 actes délictueux par an pour 100.000 habitants.

Par comparaison, en admettant un total de 2 millions de “migrants” (certains étant arrivés en 2014 ou avant), on aurait un taux presque deux fois plus élevé à 14.250 actes délictueux par an pour 100.000 “réfugiés”.

Mais étant donné l’explosivité politique de la question et les pratiques attestées de dissimulation des crimes des envahisseurs par la police, la validité de ces données officielles est sujette à caution.

En effet, un document confidentiel de la police de Saxe fuité en début d’année révélait de 300 à 400 incidents quotidiens par jour dans cette seule région. Cette région ne comportant qu’environ 5% des “réfugiés”, une extrapolation de ce chiffre à l’ensemble de l’Allemagne donnait environ 6000 incidents quotidiens.

En se faisant l’avocat du diable, on pourrait justifier les données officielles – les hommes jeunes sont la population la plus criminogène, et puisqu’il n’y a pas beaucoup d’enfants, de femmes ou de vieux parmi les “réfugiés” ils auraient un taux de criminalité normal.

En se fondant sur les données révélées par la Sächsische Zeitung, en revanche, on aurait 109.500 “incidents” par an pour 100.000 “réfugiés”. Et là aucune sorte de justification ne fonctionne.

Cette dernière interprétation est corroborée par un autre fait :

[…]
Selon le Gatestone Institute, un conseil de politique internationale, la police dans certaines parties du pays craint être poussée à la limite au milieu de chiffres de la criminalité en hausse.

Voilà la question : si on admet les données officielles, alors la présence des “migrants” provoque une augmentation de la criminalité d’environ 5%. Et puisqu’il y avait déjà eu 200.000 crimes et délits enregistrés en 2015, l’augmentation serait de moins de 2% en 2016.

Ces variations ne sont pas plus élevées que bien des variations inter-annuelles.

Est-ce compatible avec une variation de la criminalité qui met la police à bout et a même forcé la création d’unités spéciales dédiées aux “réfugiés” en certains endroits ? Qui a poussé la police de Kiel à renoncer à faire son travail contre les “réfugiés” dans le cas des délits ?

Une explication potentielle de l’écart entre ces données est que certains actes illégaux, comme le vol à l’étalage, ont des taux de résolution très faible et que ce ne serait que lorsque le coupable est formellement identifié que son acte serait attribué aux “migrants”. Selon le Gatestone Institute, c’est la méthodologie en oeuvre dans ce rapport fédéral.

Mais il serait raisonnable de considérer que la part des criminels non-attrapés a une composition semblable à celle de ceux qui sont attrapés – et donc d’extrapoler les chiffres de criminalité des “migrants” en conséquence. Ne pas le faire est une manière de tromper délibérément.

Si on se fie au rapport confidentiel de la police de Saxe révélé plus tôt cette année, une autre explication pour cette forte sous-estimation de la criminalité immigrée : le classement sans suite de nombreux incidents.

Notons enfin que dans la totalité des actes délictueux, les plus graves comme les viols sont numériquement minimes par rapport aux vols, aux excès de vitesse, etc. Une augmentation significative des viols n’aurait presque aucun impact sur un tel aggrégat. Mais les effets sur la population d’une augmentation de 20% des viols serait beaucoup plus sérieux qu’une augmentation de 5% des vols à l’étalage.

Auteur: Blanche

Partager cet article sur

Publier un commentaire

2 Commentaires sur "Allemagne : 142.500 crimes et délits commis par les “migrants” lors des 6 premiers mois de l’année selon la police fédérale"

10000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
4 novembre 2016 14 h 21 min

Décidément, c’est vraiment une chance inouïe pour l’Europe toute cette diversité !

julienk
4 novembre 2016 23 h 26 min

La multitude grouillante tiers-mondiste ne comprendra jamais l’esprit européen.

wpDiscuz