Le gag du changement d’heure écolo-climatique

Nous avons reculé nos instruments de soixante minutes afin de les régler sur l’heure dite d’hiver, mais pourquoi donc ?

Le quotidien Le Figaro propose de nous en instruire brièvement ? Alors, en avant pour une rapide lecture d’extraits commentés !

Une agence des non-énergiques

L’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) s’est penché [sic] sur le sujet et ses travaux, même s’ils n’ont pas fait l’objet d’une publication récente, font autorité.

Autrement dit, c’est un machin du Système rempli de “spécialistes” qui “maîtrisent” tellement l’énergie… qu’ils en manquent pour publier leurs résultats ! Et ils sont donc forcément d’avis de continuer à perturber principalement les jeunes enfants et les vieillards avec ce décalage biannuel dans notre rythme biologique. Et pourtant…

A la fin des années 2000, l’organisme avait calculé que les gains en termes d’économies d’énergie étaient de 440 giga wattheures (GWh), des gains qui sont tombés à 351 GWh ces dernières années, soit 0,07% de la consommation d’électricité totale.

Tout ça pour ça !? Comme elles sont efficaces leur République et leur “démocratie” !
Il est vraiment temps que l’élite française reprenne le pouvoir dans son pays avant que tout ne tombe en ruine !

Contradictions, mensonges et inaction

Pourquoi ce repli ? “Ceci est lié à l’amélioration continue de la performance des systèmes d’éclairage [reprenons notre souffle, le meilleur arrive] et à l’ambition croissante des politiques énergétiques”, répond l’Ademe.

Donc, les apparatchiks et leur technostructure mèneraient non pas seulement une, mais des politiques tellement extraordinaires qu’elles rendraient moins utile le double changement d’heure annuel ?

Pourtant les faits, cités par les soi-disant « philosophes opérationnels » de la politicaillerie et du « changement, c’est maintenant » eux-mêmes semblent contredire cette affirmation délirante. En effet,

Rappelons au passage que la philosophie opérationnelle [késako ?] du changement d’heure est bien établi : il s’agit de faire coïncider au mieux les heures d’activité avec les heures d’ensoleillement en limitant le recours à l’éclairage artificiel.

Et nous le voyons (si on peut dire…) très bien !

Car le passage à l’heure d’hiver nous contraints à éclairer le soir beaucoup plus tôt, alors que le matin il fait bien jour, ce qui est parfaitement idiot !
De plus, la climatisation n’ayant pas encore envahi nos vies pour rendre l’été plus énergivore, le pic de consommation électrique est l’hiver à… 19 heures !

Alors pourquoi reculer les pendules d’une heure, ce qui fait arriver la nuit plus tôt et nous conduit donc à éclairer plus le soir, soit justement au pire moment ?

[Note de Blanche : Et puis la France pourrait revenir à l’heure de Paris plutôt que de Berlin, et changer les horaires instutitionnels… Ce serait un petit chamboulement sur le coup, mais la situation actuelle est absurde. Principales conséquences : nous ne comprenons rien aux heures des pays étrangers qui n’ont pas cette absurdité (“oh qu’ils se lèvent tôt”, non, ils ont une heure normale) ; et surtout la coupure du déjeuner intervient trop tôt dans la journée (“midi” reste très associé au déjeuner), avec des matinées trop courtes et des après-midi trop longs. L’été, la France a littéralement… midi à quatorze heures !]

D’autant plus que c’est durant le pic de consommation que les centrales thermiques au charbon et au fioul fonctionnent, polluent et rejettent de ce fameux CO² dont on nous dit pourtant qu’il acidifierait les océans au détriment de leurs faune et flore, et contribuerait aussiau réchauffement climatique.

Mais si tout ça était intégralement vrai, y compris la thèse chauffagiste, et à moins qu’ils ne veuillent hâter la fin des temps et la venue concomitante de (((leur))) Messie, pourquoi, selon leurs formules, n’engagerait-on pas des “réformes” afin de “lutter” contre tout ça à la fois, par exemple en éclairant plus le matin et donc moins le soir ? Pour quelle raison mystérieuse n’a-t-on pas inclus cette priorité [j’imite leurs formules] dans « l’ambition croissante des politiques énergétiques » ?

Incapables, destructeurs, ou les deux à la fois ?

En marge des gains de consommation d’énergie, l’Ademe s’est penché aussi [!] sur l’empreinte environnementale du changement d’heure. “L’éclairage faisant appel à des moyens de production électrique en partie carbonés, ces économies représentent un gain de l’ordre de 50.000 tonnes de C0²”, a calculé l’Agence.

Et oui, le journal qui relaie ces bêtises préfère citer l’ADEME entre guillemets, histoire d’être un peu moins complice. Car nous venons de démontrer le contraire et demandons donc, si toutefois il existe ailleurs que dans la tête d’un communicant gouvernemental, le calcul détaillé de tout ce fatras d’affirmations, contradictoires non seulement entre elles mais aussi avec les observations et le simple raisonnement de bon sens que nous essayons de mener face à leurs poupées gigognes idéologiques.

Et nous précisons, très concrètement pour notre part, que si les politiciens voulaient vraiment mettre fin au gaspillage, et surtout réduire “l’empreinte carbone” dont ils nous rebattent les oreilles quotidiennement, ils couperaient au moins les éclairages inutiles (des frontons au triptyque républicain notamment) entre 18 et 20 heures, pour limiter la consommation quand elle culmine durant l’hiver et son heure attitrée.

Mais ils n’en font rien et installent même des éclairages du Père Noël commercial et du Nouvel An universaliste. De plus, ce dernier est le prétexte à des feux d’artifice dont “l’empreinte environnementale” semble tout à coup, comme par magie, disparaître autant que pour ceux du 14 juillet, dans le discours des tyrans de la communication épaisse mais de l’action creuse.

En harmonie avec la nature, été comme hiver, hâtons l’heure du renouveau pour tous les Blancs !

Auteur: Escritor

Partager cet article sur

Publier un commentaire

12 Commentaires sur "Le gag du changement d’heure écolo-climatique"

10000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
Earl Turner 31
1 novembre 2016 17 h 26 min

Pour réagir à la note de Blanche, c’est vrai qu’il est absurde de faire ce changement d’heure pour économiser 0.07% de la consommation d’électricité. Alors qu’en Europe le même fuseau horaire (GMT+1) va de Vigo en Espagne jusqu’à la frontière Pologne-Belarus soit environ 3000 km en latitude.

Cozzzzzz
1 novembre 2016 17 h 40 min

je pense que lorsqu’elle a été prise, cette décision avait un sens : choc pétrolier, hyper-consommation due à la l’absence de recherche d’efficacité énergétique (cf les maisons-passoires des années 70) et le programme électro-nucléaire qui n’en était qu’à ses balbutiements.

Aujourd’hui, effectivement, ça ne sert plus à grand-chose et c’est surtout la difficulté de mettre tout le monde d’accord qui bloque le retour à l’heure unique

Ksenia
2 novembre 2016 20 h 06 min

Ces histoires de réchauffement climatique sont une belle arnaque pour nous faire payer des impôts supplémentaires : taxe carbone et autres taxes vertes …

Méfions- nous du nouveau machin, la COP 22 qui aura lieu du 7 au 18 novembre à Marrakech, et pourrait bien nous imposer des ….réfugiés climatiques !

Snapdragon
3 novembre 2016 19 h 02 min

Si l’on regarde d’un certain angle :
à 19 h vous utilisez l’éclairage de chez vous et non de l’entreprise puisque en général les gens finissent à 18 h ou avant . Et donc ce sont les entreprises qui economisent et pas vous… Sauf dans le cas des trois huit.

wpDiscuz