La France sommée de se repentir pour le traitement des parasites tsiganes

La mode est à la repentance, pour inculquer aux Blancs qu’ils seraient très méchants et, implicitement, qu’ils doivent payer pour tous ces “crimes” passés en acceptant leur remplacement par des hordes étrangères.

Le Figaro :

Voilà plus de trente ans que les Tsiganes de France attendaient cette reconnaissance. Samedi matin, François Hollande était à Montreuil-Bellay dans le Maine-et-Loire à l’occasion d’une cérémonie nationale du souvenir organisée sur les vestiges d’un camp d’internement de Tsiganes datant de la Seconde Guerre mondiale. Ce déplacement du chef de l’État symbolise le 70e anniversaire de la libération des derniers Tsiganes en 1946. « Le jour est venu et il fallait que cette vérité soit dite », a dit le président français. « La République reconnaît la souffrance des nomades qui ont été internés et admet que sa responsabilité est grande dans ce drame », a-t-il poursuivi. « La France reconnaît sa responsabilité dans le drame de Montreuil-Bellay » sans « oublier que dans d’autres régions, les gens du voyage ont été déportés à Auschwitz parce qu’ils étaient des Tziganes », a dit François Hollande.

C’est la première fois qu’un président évoque ainsi la responsabilité de l’État dans la persécution des gens du voyage, une reconnaissance réclamée de longue date.

Que l’État ait eu son rôle dans ce qui s’est passé à l’époque, c’est une évidence.

Mais la question n’est pas là. Le problème est dans la reconnaissance d’un tort.

Tout d’abord, un tort a bien été causé aux Tziganes, enfermés dans des camps (internement ne signifie pas autre chose, et Auschwitz était un camp de travail, quoi qu’on pourrait blaguer sur le travail tuant les tziganes). J’arguerais que cependant, le gouvernement n’aurait eu tort que si ces mesures avaient nui aux Français. En période de guerre, ces populations nomades avaient été jugées dangereuses, et des mesures préventives ont été prises. Peut-être n’ont-elles au final rien changé sur le plan militaire, du moins auront-elles évité énormément de chapardages. Ces populations quoique françaises de papier sont étrangères, tant sur le plan de la race que des coutumes, et leur présence même sur le sol français n’est pas justifiable au regard de l’intérêt des Français.

Ensuite, parce que c’est utilisé comme une arme psychologique contre les masses blanches, sommées de se lamenter sur la “méchanceté” de leurs ancêtres ayant permis cela, et sommés de refuser à jamais toute forme de racisme – un racisme nécessaire pour avoir conscience de la destruction de la population française.

François Hollande a inauguré une stèle mémorielle sur place. Pour Eugène-Alain Daumas, président de l’Union Française des Associations Tsiganes (UFAT), c’est l’aboutissement de plusieurs années de militantisme. « On a eu beaucoup de difficultés à faire valoir cette commémoration oubliée. Il fallait tout le temps rappeler dans les discours que notre histoire était partie intégrante de l’histoire de France », explique-t-il au Figaro avant de souligner « le courage de François Hollande » à qui il a promis de « dire merci ».

Après avoir travaillé près de quarante ans sur le sujet, Jacques Sigot, instituteur-historien local, estime que la reconnaissance est « quelque chose d’extraordinaire ». « Depuis qu’ils ont annoncé la venue de François Hollande, ils ont tout restauré alors que le site a longtemps été dans un état sauvage », poursuit-il. Il se dit « très content que le site soit enfin sauvé », là où « 29 personnes, essentiellement des bébés et des hommes âgés, sont mortes ».

On n’aura bien sûr aucune analyse honnête sur le fait que le taux de mortalité infantile en France à l’époque de la guerre dépassait les 8%. La grande majorité des morts avaient lieu avant l’âge d’un an. Ni d’aveu du fait que les vieux, ça meurt de vieillesse.

3000 à 4000 personnes seraient passées par ce camp de Montreuil-Bellay au total. Je n’ai pas de données sur les durées de séjour moyen – on est informé qu’il y a cependant eu à un moment plus de 1000 prisonniers au même moment. En tout cas, considérant un séjour moyen de 6 mois (le camp ayant été en activité 5 ans, cela ferait seulement 300 occupants de moyenne : hypothèse pessimiste pour ma démonstration), cela ferait un taux de mortalité global de 2%/an, ce qui serait dans la norme à une époque où l’espérance de vie moyenne était d’environ 50 ans.

Le nombre de morts cités pour essayer de nous amadouer prouve en fait que ces populations internées dans les camps ne faisaient pas l’objet de persécutions ou déprivations particulières, surtout dans le contexte dans une France en guerre où la totalité des populations étaient soumises à des rationnements de nourriture.

Classé monument historique en 2012 et considéré comme le plus grand camp d’internement de Tsiganes de France (4000 personnes y sont passées), le site de Montreuil-Bellay, dont il ne reste que des vestiges, est hautement symbolique. Il témoigne des conditions de traitement dramatiques endurées par ces personnes entre 1940 et 1946.

Tellement dramatiques qu’ils avaient un taux de mortalité normal.

En effet, alors qu’ils suspectaient les nomades d’être des espions, les nazis ont créé plusieurs camps d’internement sur l’ensemble du territoire pour les confiner.

En fait, si Hollande s’excuse, c’est parce que c’est le gouvernement français qui soupçonnait les nomades d’être des espions potentiels. Sauf à considérer que la (((République))) franc-maçonne ayant déclaré la guerre à l’Allemagne était nazie.

Bien sûr, une fois leur victoire assurée, les nazis ont approuvé le projet et l’ont poursuivi.

« Entre insalubrité, malnutrition et maladie, les conditions étaient lamentables », raconte Eugène-Alain Daumas. Le gouvernement de Vichy était lui en charge de la gestion de ces camps et a donc largement participé à l’internement des Tsiganes. D’autant qu’une loi française de 1912 ordonnait déjà le fichage des « nomades ». Enfin, preuve que L’État français était fortement impliqué : les derniers Tsiganes ne seront libérés qu’en 1946, près de deux ans après la Libération.

Pourquoi oublier volontairement que c’est Albert Lebrun, président de la (((République))), qui avait signé le 6 avril 1940 le décret d’interdiction de circuler, qui sera utilisé dès avant l’armistice, mais certes surtout par la suite, pour l’internement des tziganes ?

[…]
Désormais, les gens du voyage se battent pour l’abrogation totale de la loi de 1969 qui instaura le « livret de circulation », obligeant ses détenteurs à se présenter à un commissariat tous les trois mois pour indiquer où ils se trouvent, et dont la suppression a seulement été votée en 2015 par l’Assemblée nationale, après réclamation de l’ONU. « Nous attendons le décret maintenant. Pour nous c’est toujours d’actualité. Il arrive encore que l’on nous demande le carnet alors que ce n’est plus obligatoire. C’est aberrant », déplore Eugène-Alain Daumas. François Hollande a plaidé samedi dans ce sens. Il s’en est remis au Parlement pour que très prochainement « les gens du voyage soient des citoyens comme les autres, des Français et des Françaises à part entière », a-t-il dit.

Idée détestable.

Ces gens sont différents dans leur race et leurs coutumes, cette conception administrative de la nationalité est une calamité.

Mais bien sûr, quand on prône la francité des Noirs, des Juifs et des Arabes, il est tout naturel de prôner celle des gitans, caricatures vivantes.

Auteur: Blanche

Partager cet article sur

Publier un commentaire

14 Commentaires sur "La France sommée de se repentir pour le traitement des parasites tsiganes"

10000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
Guilty Spark 88
29 octobre 2016 19 h 45 min

Les nazis que nous sommes aurions tort de déconsidérer la question tzigane tant ce peuple est intéressant à étudier.
Il est en effet fascinant de constater que ces populations nomades arrivent à cumuler l’apatridie des juifs, la fourberie des arabes et la connerie des nègres.

Ksenia
29 octobre 2016 20 h 53 min

Tout à fait ! L’affreuse petite rrom Léonarda qui avait humilié F Hollande en direct à la télé en est la parfaite démonstration, avec sa choutzpah et son arrogance insupportables … et sa famille qui vivait de trafics et de fraudes aux aides sociales …!

29 octobre 2016 23 h 29 min

leonarda

Snapdragon
29 octobre 2016 23 h 03 min

C est donc l élite des races inférieurs
. Ils ont atteint le point le plus bas.

Guilty Spark 88
30 octobre 2016 4 h 36 min

Ne sous-estimons tout de même pas les hommes préhistoriques d’Australie !

Cozzzzzz
29 octobre 2016 20 h 03 min

Votre titre est faux :la France n’est sommée de rien du tout, c’est bien GrHollande qui choisit d’occuper le dernier créneau possible de sa (p)résidence : l’inauguration des chrysanthèmes et la pleurniche mémorielle.

je crois pas que grand-monde en France se sente engagé par les faits et les gestes de Monsieur 4%

Waffen-SS
29 octobre 2016 22 h 27 min

Cette démocrâssie est vraiment abjecte avec son peuple,elle ne cesse de le rabaisser et de le culpabilser.Heureusement que ce n’est pas nous qui avons gazé(interdit de rire) les six milliards de juifs.

Posséder une fierté nationale de sa terre et de ses ancêtres est vital pour l’équilibre mentale, pour son être intérieur et spirituel. Je m’explique.

Il y a quelques semaines, j’ai participé à la visite du château de Ripaille près de Thonon,organisée par Terre & Peuple avec la participation de Pierre Vial,historien de formation.

Et parmi ses explications, j’appris que ma terre,la Savoie,fut une des puissances européennes économiquement,stratégiquement et culturellement aux alentours du XVème/XVIème sous la direction d’Amédé VIII.

Cette découverte m’insuffla de l’Honneur,car je savais que j’étais l’héritier et le dépositaire de la Race de mes aïeux qui furent de grands hommes. Puis je pensais à ces pauvres français sur lesquels on ne cessait pas de déverser le venin juif de la culpabilité.

Heureusement que l’on ne les a pas gazés…on en a juste fait du savon et de abats-jours.

Plus le mensonge est gros, plus les masses sont enclines à le croire nous disait Goebbels.

Là avec du savon et des abats-jours je me défends pas mal quand même.

Snapdragon
29 octobre 2016 22 h 57 min

Vous faites erreur sur un point.Ce n est pas six milliards mais six trillions…;)

Nico White
30 octobre 2016 10 h 30 min

Les tsiganes ne sont qu’une sale race enclins à voler, dégrader et violer ce qui les entoure. On les appeles les voleurs de poules ce n’est pas pour rien. Notez la présence de la grosse truie emanuelle cosse , la ministre du logement était surement la pour leurs proposer d’aller dans des centres d’accueil pour mieux les intégrer a la société Francaise ? 😉 trêves de plaisanteries tout ceci n’est qu’une énorme mascarade pour encore culpabiliser les Francais et toujours nous faire courber l’echine. J’aurais bien aimé qu’a l’époque les tsiganes ait tous été exterminés ça nous aurait fait moins de problèmes à éliminer…

30 octobre 2016 13 h 40 min

Nos rois ont continuellement fait la chasse à ces “gens sans aveux”. Napoléon Ier organisait même des battues de Gitans !

J’ai trouvé un édit de Louis XIV qui demande à ce qu’ils soient arrêtés à vue et envoyés aux galère sans autre forme de procès. A l’époque, ils n’étaient pas infectés par les droidloms et savaient distinguer entre les sujets civilisés qui méritent des procès à peu près justes et les sauvages qui n’en méritent pas.

Déclaration du roi contre les Bohémiens, leurs femmes et autres qui leur donnent retraite

11 juillet 1682

Louis, de par la grâce de Dieu, roi de France et de Navarre; à ceux qui verront ces présentes lettres, salut.

Quelques soins que les rois nos prédécesseurs aient pris pour purger leurs états des vagabonds et gens appelés Bohêmes, ayant enjoints par leurs ordonnances aux prévôts des maréchaux et autres juges d’envoyer lesdits Bohêmes aux galères, sans autre forme de procès : néanmoins il a été impossible de chasser entièrement du royaume ces voleurs, par la protection qu’ils ont de tout temps trouvée, et qu’ils trouvent encore journellement auprès des gentilshommes et seigneurs justiciers, qui leur donnent retraite dans leurs châteaux et maisons, nonobstant les arrêts des parlements qui le leur défende expressément à peine de privation de leurs justices, et d’amende arbitraire, ce désordre étant commun dans la plupart des provinces de notre royaume. Et d’autant qu’il importe au repos de nos sujets et à la tranquillité publique de renouveler les anciennes ordonnances à l’égard des dits Bohêmes, et d’en établir de nouvelles contre leurs femmes et contre ceux qui leur donnent retraite, et qui par ce moyen se rendent complices de leurs crimes.

A ces causes et à autres considérations, à ce nous mouvant, de l’avis de notre conseil et de notre certaine science, pleine puissance et autorité royale, nous avons dit et déclaré, disons et déclarons par ces présentes signées de notre main, voulons et nous plaît que les anciennes ordonnances faites au sujet desdits Bohêmes soient exécutées selon leur forme et teneur; et ce faisant, enjoignons à nos baillis, sénéchaux, leurs lieutenants, comme aussi aux prévôts des maréchaux, vice-baillis et vice-sénéchaux, d’arrêter et faire arrêter tous ceux qui s’appellent Bohémiens ou Egyptiens, leurs femmes, enfants et autres de leur suite, de faire attacher les hommes à la chaîne des forçats, pour être conduits dans nos galères, et y servir à perpétuité ; et à l’égard de leurs femmes et filles, ordonnons à nos dits juges de les faire raser la première fois qu’elles auront été trouvées menant la vie de Bohémienne, et de faire conduire dans les hôpitaux les plus prochains des lieux, les enfants qui ne seront pas en état de servir dans nos galères, pour y être nourris et élevés comme les autres enfants qui y sont enfermés; et en cas que lesdites femmes continuent de vaguer et de vivre en Bohémienne, de les faire fustiger et bannir hors du royaume ; le tout sans autre forme ni figure de procès. Faisons défenses à tous gentilshommes, seigneurs hauts-justiciers et de fiefs de donner retraite dans leurs châteaux et maisons auxdites bohêmes et à leurs femmes; en cas de contraventions, voulons que lesdits gentilshommes, seigneurs hauts-justiciers soient privés de leurs justices, que leurs fiefs soient réunis à notre domaine, même qu’il soit procédé contre eux extraordinairement pour être punis d’une plus grande peine, si le cas y échet, et sans qu’il soit en la liberté de nos juges de modérer ces peines.

Si donnons en commandement à nos aimés et féaux les gens tenant notre cour de Parlement de Metz, que ces présentes ils aient à fairelire, publier et enregistrer, même dans les sénéchaussées et baillages de son ressort, et le contenu en icelle entretenir, faire entretenir et observer selon leur forme et teneur sans y contrevenir ni souffrir qu’il y soit contrevenu en quelque sorte et manière que ce soit car tel est notre plaisir. En témoin de quoi nous avons fait mettre notre sceau à ces dites présentes.

Donné à Versailles le onzième jour de juillet de l’an de grâce 1682 et de notre règne le quarantième.

Louis

Nico White
30 octobre 2016 19 h 12 min

Merci Basile pour la publication de cet édit que je ne connaissais pas : on peut constater qu’a une certaine époque les gens qui nous gouvernaient faisaient preuve d’une logique très en faveur a nos idées. A quand une petite battue de gitans comme Napoléon ? J’ai hate qu’un jour nous puissions appliquer ses idées en faveur de notre combat. Bohémiens, égyptiens même combat !!

Albers
30 octobre 2016 18 h 54 min

après la pleurniche des youpins, c’est Flamby la Repentance !!

Philippe
20 mars 2020 10 h 09 min

Hollande est d’origine juive et il fait partie de la famille a Nicolas Sarkozy j’ai entendu qu’il étais cousin germain

wpDiscuz