Primaire d’EELV : les coco-“écolos” continuent leurs guerres internes

Dans l’absolu, la primaire d’EELV n’a presque aucune importance. Non seulement ce parti est-il assez marginal, mais surtout il n’a pas de véritable potentiel de développement à l’avenir – quelques mairies pourront être obtenues là où des électeurs résolument de gauche rejetteront le PS, et c’est à peu près tout. Cela constitue une faiblesse considérable par rapport à d’autres mouvements marginaux (comme encore hélas la mouvance nationaliste), mais dotés d’un fort potentiel de croissance.

La primaire organisée par ce parti, où l’opportuniste Duflot a été punie pour avoir justement exhibé ce trait de caractère, ne le fait guère sortir de l’ombre.

Le Figaro :

Coup de tonnerre chez les écologistes. Donnée favorite jusqu’au jour du scrutin, Cécile Duflot a été éliminée dès le premier tour de la primaire des écologistes en ne récoltant que 24,41% des suffrages, selon les résultats officiels annoncés à 19h. Elle est devancée par Yannick Jadot, en tête avec 35,61% des voix, et Michèle Rivasi, également qualifiée pour le second tour avec 30,16%. Karima Delli, benjamine de ce scrutin, arrive en quatrième position avec 9,82% des voix. La participation pour ce premier tour s’est élevée à 75%.

Et bien sûr, les deux qualifiés du second tour – un cocu inepte et une négresse – ne seront pas capables d’avoir un score électoral correct (à l’image d’Éva Joly en 2012, absolument catastrophique), mais ne veulent pas davantage d’accord électoral avec le PS dont ils réduisent encore les chances déjà ridicules d’être au second tour de l’élection présidentielle.

Les deux finalistes de la primaire écologiste, Yannick Jadot et Michèle Rivasi, ont livré une même explication sur l’élimination surprise de Cécile Duflot dès le premier tour. « Elle paye très injustement sa participation au gouvernement, d’avoir assumé des responsabilités », affirme Yannick Jadot sur France Info. « Elle a été un peu sanctionnée pour avoir fait partie du gouvernement, mais enfin beaucoup d’écologistes étaient pour (en 2012 NDLR) », reconnaît sur LCP Michèle Rivasi.
[…]
Forts de cette analyse, les deux candidats défendent sensiblement la même ligne politique, celle de l’autonomie vis-à-vis du Parti socialiste, allié historique des Verts. « Je crois qu’il y a de la part des écologistes la volonté de s’émanciper du quinquennat Hollande et de participer à un renouvellement pour retrouver un espace politique », analyse Yannick Jadot. Le proche de Daniel Cohn-Bendit l’assure : « Il n’y aura pas d’accord avec les socialistes (…) Nous aurons 577 candidates et candidats (aux législatives, ndlr) ».
[…]
Michèle Rivasi promet elle aussi qu’il n’y aura « pas d’accord » avec le PS.

Ils s’auto-condamnent à la marginalité. Ils semblent aimer cela.

Mais ça n’est sans doute pas plus mal ainsi.

Auteur: Blanche

Partager cet article sur

Publier un commentaire

2 Commentaires sur "Primaire d’EELV : les coco-“écolos” continuent leurs guerres internes"

10000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
raoulcalamar
20 octobre 2016 20 h 54 min

Bonsoir Blanche, bonsoir à Toutes & à tous. Je vous trouve injuste vis à vis de cet article. Apparament, le but de la manoeuvre est surtout un retour aux sources de ce mouvement(simplement la protection de l’environnement, et non pas les thematiques LGBHYUTDDU469852trucmuche). C’est au moins le sentiment de beaucoup de militants(je connais bien ce milieu).Enfin surtout les vrais(greenpeacesea shepperd & qqu’uns dont beaucoup sont nationalistes(sans le dire).

raoulcalamar
20 octobre 2016 20 h 55 min

Apres ce qu’en feront leurs dirigeants…..

wpDiscuz