Comment rester armé pour le futur ?

Nous avons vu dans un article précédent qu’il était encore relativement facile d’acquérir des armes au Frankistan.

Néanmoins, on peut parier que les (((lois))) sur les armes deviendront de plus en plus restrictives dans les années à venir, le but étant bien sûr de laisser le bon peuple profiter pleinement de l’enrichissement culturel et de la diversité.

Rappelons également que les seuls qui ont droit à la légitime défense dans ce pays restent les juifs, que certains politiciens traîtres aimeraient bien imiter.

Enfin, il faut garder à l’esprit qu’une confiscation de l’armement légal par le (((gouvernement))) reste tout à fait possible, et relève même du probable.

Nous aborderons donc dans cet article quelques points venant en complément du premier article sur l’armement. Il ne s’agit pas de se dire prêt à la guerre raciale parce qu’on a un fusil déclaré dans son armoire. Il faut être réellement en mesure d’agir, même en cas de confiscation.

Dans dix ans, peut-être que la possession d’armes aura été totalement interdite. Ce qui est sûr en tout cas, c’est que la situation se sera encore plus dégradée, et que ce sera un mauvais moment pour être désarmé.

Perspectives futures

La possibilité d’une confiscation des armes relève du fantasme pour beaucoup.

En sachant qu’il y aurait 4 millions d’armes légalement détenues en France (beaucoup plus en réalité), et 300.000 membres des forces de l’ordre (en comptant large : 150.000 policiers et 106.000 gendarmes), une confiscation de masse paraît en effet difficile à réaliser. Si une telle confiscation paraît peu probable, ça n’empêchera pas les traîtres au pouvoir d’essayer.

Des restrictions appliquées de manière graduelle semblent cependant beaucoup plus réalistes, dans la droite ligne de la stratégie de pourrissement menée par le gouvernement. De l’interdiction des armes longues semi automatiques à celle des chargeurs soi-disant de « grande capacité », le désarmement des Français sera probablement plus progressif que brutal.

On peut craindre que le panel d’armes légalement accessibles soit bien réduit d’ici quelques années. En dépit de cette (((tendance sournoise))), il est courant de lire ou d’entendre des tireurs déclarer que le gouvernement n’aura jamais leurs armes, qu’il devra venir les arracher de leur « doigts raidis par la mort ».

En cas de crise majeure, peut-être.

Mais le pourrissement est un processus long, pas un choc. Des lois anti-armes seront passées, avec des amendes voire de la prison pour les récalcitrants, et les Français se feront donc youpiner sans s’en rendre compte. Ceux qui proclament qu’ils garderont leurs armes en dépit de tout ne font donc, pour la plupart, que crier dans le vent.

Comment réagir face à cette situation ?

S’il devait y avoir une réquisition de masse, certains évoquent la possibilité de déclarer le vol d’une ou plusieurs de leurs armes, et de les garder de manière clandestine.

Cependant, si le désarmement se fait de manière progressive, une telle stratégie paraît beaucoup moins réalisable. Qui irait risquer de la prison pour garder une arme ? La situation actuelle est pourrie, mais probablement pas encore assez pour justifier un tel choix. Il existe néanmoins des pistes pour se préparer au mieux.

Préparer son stock

La première chose à faire est de stocker tout ce à quoi vous pouvez avoir accès, et que vous pourrez garder avec peu de risques en cas de confiscation généralisée. Cela inclut toutes les pièces d’armes, chargeurs et munitions, qui ne comportent pas de numéro de série.

Dans certains pays de l’UE, les chargeurs sont ainsi encore en vente libre (Allemagne, Belgique…) ; pour ceux qui en ont la possibilité, en acheter dans ces pays et en ramener en France en toute discrétion serait une bonne mesure de préparation.

S’il semble peu intelligent de déclarer que votre arme a été volée si un jour vous devez la rendre, les flics ne pourront cependant pas vérifier si vous avez gardé des munitions ou des chargeurs par exemple. Ce qui peut se révéler très utile si vous possédez la même arme non déclarée.

De nombreuses munitions en catégorie C peuvent aussi être achetées sans avoir besoin de prouver que vous avez une arme du même calibre, il est donc très possible de se constituer un stock varié (au cas où vous pourriez acquérir d’autres armes dans le futur).

Les munitions peuvent se conserver très longtemps si elles sont correctement stockées, elles constituent donc un investissement pour l’avenir, au vu de la marée noire qui nous submerge chaque jour davantage.

Ceci dit, stocker n’est pas tout, il faut encore le faire de manière intelligente. Nous entrons à peine dans la guerre civile, et celle-ci, quelle que soit la forme qu’elle prendra sera probablement assez longue. Préparer des caches est donc un moyen de se préparer sur le long terme.

Les caches

Dans l’idéal, une cache (d’armes, de matériel, de munitions) devrait être située hors de votre domicile.

Il serait très stupide de se faire arrêter à la suite d’une perquisition.

Si vous détenez des choses que vous ne devriez pas avoir dans votre cave ou dans votre garage, pensez-y à deux fois. Une indiscrétion (ou une dénonciation) peut venir même de votre cercle familial, à la suite d’une banale dispute. Si vous n’avez pas le choix et que vous devez garder du matériel chez vous, quelques principes de base sont quand même à respecter.

La première chose est évidemment de rester discret sur l’existence même de votre cache. Si vous êtes le seul à être au courant, tant mieux. En revanche, si les flics ont des raisons de penser que vous cachez une arme chez vous, ils y mettront le paquet.

Les deux points qui seront traités ici ne concernent pas le conditionnement de la cache en elle-même (protégée de l’humidité, etc, de nombreux conseils sont trouvables sur internet (en)), mais surtout deux facteurs à prendre en compte lorsque vous établirez un emplacement.

Il faut envisager le pire, c’est-à-dire que les flics viennent perquisitionner chez vous en cherchant spécifiquement une arme. Les deux points suivants sont un résumé d’un article extrêmement instructif intitulé “Comment dissimuler votre cache lors d’une confiscation d’armes ?” (en).

Les détecteurs de métaux

En France, ils seraient à priori peu utilisés lors de perquisitions. Si des lecteurs sont policiers ou gendarmes (hors des larbins de la DGSI et autres traitres) et qu’ils peuvent amener des précisions, elles seraient bienvenues.

Quoi qu’il en soit, les capacités des détecteurs sont variables. Un détecteur de métal peut généralement détecter jusqu’à 30 cm de profondeur (certains vont jusqu’à 15 m au maximum mais sont extrêmement coûteux, donc il est très improbable qu’on vienne fouiller chez vous avec ce genre de matériel). Cela exclut donc de faire votre cache dans un mur ou un endroit trop accessible de votre domicile.

De plus si vous modifiez la structure de votre habitation (trou dans le mur, faux plafond ou autre) pour faire votre cache, cela risque de se voir lors d’un examen attentif. Une solution reste donc de creuser (au-delà de 30 cm de profondeur de préférence) et de faire votre cache dans le sol.

Pour rendre la détection plus difficile, il est aussi possible de saupoudrer de la limaille de fer sur tout votre sol (c’est la technique employée par les archéologues pour « polluer » un site et empêcher toute détection amateur). Vous pouvez également semer du « sel d’Epsom » (sulfate de magnésium) aux alentours de votre cache. En plus d’être un excellent fertilisant (le trou sera donc rapidement caché par la végétation), le sel permettra à votre sol de générer un champ magnétique gênant fortement la détection.

De manière générale un sol fortement chargé en sel, aura cet effet. Si votre terrain sonne de partout lors d’une détection, celle-ci se révèlera donc inefficace (sauf à le retourner entièrement). Si vous stockez pour du long terme, vous pouvez également réaliser une cache réellement élaborée dans le sol, avec des couches de ciment, de fers à béton et de terre. C’est un travail lourd mais qui en vaut la peine si vous devez garder du matériel non déclaré chez vous en prévision du futur. En revanche, ces précautions seront pratiquement inutiles face à des chiens spécialement entraînés.

Les chiens

Sur internet, on peut trouver plein d’exemples de caches, intelligentes ou ridicules.

Des faux livres aux murs pivotants, elles seraient cependant presque toutes très rapidement trouvées par un chien spécialement entraîné. L’odorat des chiens serait 1 million de fois plus développé que celui des humains : il est donc presque impossible de vouloir les battre sur ce terrain-là. Donc, en plus de prendre en compte les détecteurs de métaux, il faudra faire avec les chiens.

Les chiens spécialisés dans la détection de l’armement étaient à l’origine entraînés pour repérer l’odeur de la poudre brûlée. Aujourd’hui ils sont entraînés à détecter une combinaison de différentes odeurs qui sont caractéristiques d’une arme à feu. Odeur de poudre, huile, métal, plastique, produits d’entretien pour armes… C’est cet ensemble d’odeurs que le chien va détecter.

Son odorat est si développé qu’il peut distinguer ces odeurs séparément, de la même manière qu’un être humain peut distinguer les objets avec sa vue. Impossible de tromper l’odorat du chien.

Il va donc falloir rendre inutiles ses efforts, ou tromper son maître. Pour disperser les efforts du chien, une solution est de répandre l’odeur caractéristique de votre arme le plus largement possible : tirez des cartouches avec votre arme, récupérez les étuis et disséminez-les le plus largement possible, par exemple en en gardant à votre domicile, mais aussi en en enterrant dans un large rayon autour de la cache.

Ces étuis auront sensiblement la même odeur que l’arme, et permettront donc de disperser les efforts. Évidemment, une telle stratégie peut paraître suspecte (qui aurait des étuis vides partout dans sa maison et son jardin ?), mais si vous êtes perquisitionné, vous êtes de toute manière suspect.

Ceci-dit, si vous faites du rechargement, une telle présence d’étuis vides ne paraîtra pas forcément suspecte. Cette méthode permettra surtout de brouiller les pistes : si tout à une imperceptible odeur d’arme chez vous, comment trouver une arme cachée ?

Ne rien trouver peut cependant se révéler frustrant pour ceux chargés de la perquisition. Il peut donc être intelligent de laisser un ou deux leurres pour les flics venus perquisitionner. Par exemple, si vous laissez un antique fusil de chasse mal caché quelque part, avec quelques munitions, cela pourra donner aux laquais l’impression qu’ils ont rempli leur mission, avec relativement peu de risques pour vous.

En véhicule

Il se peut que vous ayez à transporter de l’armement ou du matériel en véhicule. Il n’y a pas de miracle et il sera alors beaucoup plus difficile de cacher ça en cas de fouille.

La première mesure à prendre sera d’éviter de se faire arrêter. Un couple roulant sans excès de vitesse sera ainsi beaucoup moins suspect qu’un homme seul à la conduite nerveuse…

Il est impossible de cacher de trop gros objets ; néanmoins, si vous avez à cacher des armes ou des munitions en faible quantité, cachez les le plus haut possible dans votre voiture (les odeurs montent, donc un chien détectera très facilement quelque chose caché dans un pare-chocs situé au niveau de sa tête par exemple).

N’hésitez pas à répandre une odeur d’arme dans toute votre voiture avec quelques étuis vides également : ce sera justifiable en prétextant être un tireur sportif. Enfin, si vous faites une cache dans un bidon d’huile ou d’essence, faites en sorte que ce produit corresponde à votre véhicule.

Si les armes sont une priorité dans le cadre de la préparation à la guerre civile, tous les Blancs n’y ont cependant pas forcément accès. Des solutions de secours, bonnes ou moins bonnes existent néanmoins.

“Pipeguns” et solutions artisanales

De nombreuses armes « non létales » se prêtent au bricolage.

Ces « bidouilles », relativement faciles à réaliser sont cependant à éviter.

Elles sont en effet presque aussi dangereuses pour leur porteur que pour la cible potentielle. Elles sont principalement constituées d’armes à blanc ou à grenaille modifiées pour tirer des projectiles de petit calibre (typiquement, du 22lr). Ça peut être, par exemple, un pistolet ou revolver d’alarme (fabriqués en alu ou zamac, un alliage de zinc) modifié pour tirer des projectiles.

Ces « armes » ne sont à la base pas conçues pour résister à la pression de munitions réelles, elles sont donc autant susceptibles de détruire la main du tireur que la cible elle-même.

Une arme à poudre noire, légalement accessible, sera beaucoup plus efficace, et à bien moindre risque.

Une autre solution d’armement « de fortune » réside dans les pipeguns, littéralement les armes en tuyau. Il s’agit en fait de reconstituer une arme artisanale (en) autour d’une munition, à partir de simples tubes de métal. Un tel bricolage est très abordable, à peu de frais et à peu de risques. Un pipegun aura également l’avantage de paraître discret et anodin une fois démonté.

Le stade le plus développé reste la fabrication d’armes artisanales (en). Avec un minimum de savoir-faire et de matériel (en), il est possible de réaliser des outils extrêmement efficaces(en), ce qui est une pratique courante en Palestine ou au Brésil par exemple.

De tels bricolages sont évidemment totalement hors la (((loi))). Entre être désarmé et bricoler les moyens de se défendre, chacun fera son choix le jour venu.

Autres armements

Au-delà de l’armement individuel, avoir le savoir-faire pour quelques recettes de cuisine(en) pourra se révéler également utile dans le futur. Certains manuels très détaillés sont en vente libre, ils peuvent ainsi constituer une lecture assez instructive. D’autres documents sont aussi facilement trouvables sur internet.

En revanche, à moins de savoir exactement ce que l’on fait, je déconseillerai de se mettre à de telles réalisations (le risque de se faire exploser les mains ou plus est réel).

Conclusion

Cet article visait à apporter quelques conseils et compléments sur la question de l’armement.

Certains peuvent penser que nous coulerons dans la fange sans combat, ou que de telles questions sont futiles.

Personnellement, je reste persuadé que d’ici quelques années, nous sombrerons dans la guerre civile. La dispersion des envahisseurs sur notre territoire et les tensions de plus en plus exacerbées entre Blancs et races de boue me paraissent être des signes avant-coureurs assez flagrants.

Que ce soit dans un an ou dans dix ans, nous devrons triompher, sous peine d’anéantissement. La voie (((démocratique))) a montré toute son inefficacité ; nous devrons donc vaincre par les armes.

Auteur: Hain

Partager cet article sur

Publier un commentaire

15 Commentaires sur "Comment rester armé pour le futur ?"

5000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
OTOOSAN
16 octobre 2016 19 h 57 min

La récupération des armes a domicile a déjà été pratiquée pendant la WWII par les forces de Gendarmerie. C ‘est assez efficace malgré ce qu’on pourrait penser !
L’avenir n’est pas à la guerre, mais à la Révolution, seul bémol c’est nous qui seront les “Nobles”. prenez le temps de réfléchir aux analogie entre les Nobles de 1789, la pluspart miséreux car tondus par les taxes et impots et le peuple qui voulait posséder et notre situation actuelle. Le discours des “migrants” et autres allogènes est le même que celui du peuple de l’époque : “Nous aussi on veut posséder”. Les merdias n’arrêtent pas de leur suriner ça aux oreilles, d’ailleurs ne “les” nomment on pas les “exclus”, eux qui vivent en majorité de nos impots !

Francisque
17 octobre 2016 13 h 53 min

Merci pour cet excellent article, notamment sur la façon d’échapper aux détections. Si ce n’est pas encore fait, inscrivez-vous impérativement dans un club de tir. Vous apprendrez à manier une arme en toute légalité et vous côtoierez des passionnés dont 9 sur 10 s’avéreront être des patriotes. Ils ont souvent plus d’armes qu’ils ne “devraient” et seront des alliés précieux le jour où la purge éclatera.

Loupsolidaire
28 avril 2019 18 h 29 min

Solution simple et méconnue pour s’armer avec un vraie fusil de chasse utilisant des cartouches a percussion centrale et cela juste en étant majeur: les Fusils juxtaposés à chiens extérieurs percussion centrale en catégorie D et les cartouches en poudres noire. Déja plus sérieux que les armes de cowboy. https://www.naturabuy.fr/Tres-beau-Coach-Gun-Chiens-Exterieurs-CAL-12-CHAM-65-PN-vente-libre-18-ans-item-5566431.html et https://www.naturabuy.fr/50-CARTOUCHES-POUDRE-NOIRE-CAL-12-65-CHEVROTINE-21-GRAINS-item-5575127.html

wpDiscuz