Les médias suédois ultra-dominés par les Juifs – une députée forcée à la démission pour s’en être plainte

La domination juive des médias suédois

La domination juive écrasante des médias suédois est un facteur majeur dans la situation actuelle du pays. Le suédois est naturellement naïf et très attaché au consensus social, le poids des autorités médiatiques dans la destruction du pays que nous pouvons constater aisément est donc immense, certainement plus que dans tout autre pays.

Le groupe (((Bonnier)))

La famille Bonnier, dont les affaires ont débuté au début du XIXème siècle, est beaucoup présentée comme ayant des “racines juives”. La face de rat de Carl-Johan Bonnier, actuel PDG du groupe démontre de manière je crois très convaincante qu’il ne s’agit pas de simple “origines juives”. C’est une famille tout à fait juive, même si l’un de ses membres est évêque (il profite de ce poste pour promouvoir l’homosexualité : ah, la subversion juive…).

Les propriétés du groupe Bonnier sont sidérantes : 96 éditeurs de livres, 9 entreprises de production de films, 176 magazines, 23 grands journaux, 105 sites d’information, 33 chaînes de télévision… Quelques unes de ces propriétés sont situées dans des pays voisins, en Finlande, au Danemark ou en Norvège, mais la grande majorité agissent en Suède.

Dans les plus importants journaux du pays, le groupe (((Bonnier))) contrôle Dagens Nyheter, Expressen, Sydsvenska Dagbladet, et Dagens Industri.

D’autres juifs influents

Parmi les autres juifs très influents dans les médias suédois, on retrouve (((Peter Hjörne))), neveu de (((Pehr G. Gyllenhammar))) (qui fut pendant un certain temps à la tête de Kinnevik, autre groupe de médias suédois). Longtemps rédacteur en chef du Göteborgs-Posten (un des plus grands journaux suédois), il possède avec sa famille 65% des actions du Stampen Group, propriétaire de 23 journaux suédois et de 35 hebdomadaires locaux gratuits.

Anna Hagwall reniée par son parti, les Démocrate Suédois, pour s’être plainte de ce quasi-monopole

New Observer :

Anna Hagwall, élue au parlement pour le parti des démocrates suédois, a annoncé sa démission de tous les postes du parti, et ne se présentera pas à la réelection en 2018 après le tollé ayant suivi sa mise en lumière du fait qu’une seule famille de juifs contrôle les médias suédois.

Elle a tort de démissionner. “Qui s’excuse s’accuse.” Elle aurait du obliger ces salauds anti-blancs à l’expulser.

Le tollé a suivi sa lettre au journal Aftonbladet dans laquelle elle écrivait que “l’etnicité devrait être un facteur” pour déterminer la propriété de plus de 5 pourcents des médias – une référence évidente au groupe de la famille juive Bonnier.
[…]
Hagwall avait précédemment soumis un texte au parlement suédois qui proposait de couper les subventions étatiques aux médias en Suède.

Bien qu’elle n’ait jamais mentionnés les Juifs par leur nom, Hagwall a dit dans sa lettre explicative à Aftonbladet que ce serait une bonne idée de “laisser les journaux des Bonnier faire faillite” afin “qu’aucune entreprise, famille ou groupe ethnique” ne puisse contrôler plus de 5 pourcents des médias.

“Un total de 80 pourcents des médias est possédé et contrôlé par les mêmes propriétaires”, écrivait Hagwell. “Ce n’est pas acceptable. En conséquence, la propriété des médias devrait être répandue à beaucoup d’entreprises et de personnes indépendantes. Afin de changer cela, je propose de revenir sur les subventions à la presse [pour les médias indépendants].”

Interrogée par Aftonbladet sur comment l’abolition des subventions de la presse aux journaux locaux du pays pourraient réduire le pouvoir des Bonnier sur les médias en Suède, Hagwall a répondu par courriel que “la plupart des petits journaux sont directement ou indirectement contrôlés par Bonnier, et pourquoi ils doivent être subventionnés par le contribuable suédois est un mystère.”

“Laissons les petits journaux Bonnier en province faire faillite, parce qu’alors un vide sera créé qui pourra être rempli par des journaux qui s’intéressent aux gens et aux entrepreneurs.”

Elle a aussi dit que la télévision suédoise du service public, Sveriges Television (SVT), devrait passer en chaîne payante pour “réduire la propagation par la SVT du programme politiquement correct”.

Ces commentaires ont provoqué un flux d’attaques contre Hagwall, et la direction des Démocrates Suédois s’est elle aussi distanciée d’elle, disant dans un communiqué que la question “affectera son futur dans le parti”.

Cette semaine, Hagwall a démissionné de son poste au comité parlementaire sur l’impôt et de celui de chef du groupe interne des Démocrates Suédois sur l’impôt. Elle ne cherchera pas non plus la réelection en 2018 à la requête de la direction du parti, et il n’est actuellement pas clair si elle va continuer à siéger au parlement jusqu’à la fin de son mandat.

Le parti des Démocrates Suédois, lorsqu’il est évoqué par les (((médias))) “français”, est qualifié “d’extrême-droite”.

En vérité, et comme cette affaire l’illustre, il s’agit d’un parti 100% casher, qui dit vouloir limiter un peu l’immigration, et lutter contre l’islam (parce que l’islam menace les juifs et homosexuels qu’adore Jimmy Ackerson, chef du parti) ; mais qui ultimement se range du côté des suprémacistes juifs et de la destruction de la race blanche.

Les seuls gens sérieux en Suède sont ceux de Nordfront.

Auteur: Blanche

Partager cet article sur

Publier un commentaire

2 Commentaires sur "Les médias suédois ultra-dominés par les Juifs – une députée forcée à la démission pour s’en être plainte"

10000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
rayge
13 octobre 2016 18 h 35 min

la destruction méthodique des peuples blancs se poursuit,une longue litanie d’infiltration destructrice par le peuple élu,il m’en vient de prier les Dieux que cesse,sous le joug nucléaire,cette élimination programmée,Adieu viking .

Madame_Cucosin
14 octobre 2016 4 h 21 min

« Un total de 80 pourcents des médias est possédé et contrôlé par les mêmes propriétaires », écrivait Hagwell….

Voilá !

wpDiscuz