Guide de l’Alt-Right (3/3) : chefs et avenir

Ce guide est une traduction de celui du Daily Stormer (en), rédigé à la suite du discours d’Hillary Clinton contre « l’Alt-Right ».

Ce guide vise à présenter un tour d’horizon de ce qu’est l’Alt-Right – « droite alternative » en français pour ceux ne la connaissant pas. les deux précédentes parties abordent respectivement l’origine du mouvement avec les diverses factions par où sont passés ses membres puis son idéologie et ses mèmes.


Les “chefs” de l’Alt-Right et les mensonges des médias

Les médias ont récemment décidé de nommer eux-mêmes les chefs de l’Alt-Right (AR), afin de pouvoir inventer une fausse histoire du mouvement en se focalisant sur ces acteurs (alors que ceux-ci ne sont que périphériques au mouvement, et que certains sont d’ailleurs opposés à nos idées de base).

Aucun de ces hommes n’est le chef de l’AR. Et cela inclut celui du milieu.
De gauche à droite : Milo Yiannopoulos, Jared Taylor, Andrew Anglin, Richard Spencer, Stephen Bannon

Nous voyons ici les médias essayer de définir le mouvement selon leurs propres méthodes parce qu’ils n’arrivent pas à admettre qu’un mouvement n’ait pas de chef. Pour eux, il faut forcément qu’il y ait des chefs, des penseurs et des auteurs, bref que l’on puisse établir une généalogie idéologique du mouvement, retraçant qui a dit quoi, qui a inventé tel concept, qui lui a piqué, etc…

L’article de Milo Yiannopoulos Guide de l’Alt-Right à l’intention de l’establishment (en) publié sur Breitbart, fut le premier guide écrit sur le mouvement et sert maintenant de référence aux médias qui s’intéressent à nous.

À cet article s’ajoutent généralement les commentaires des spécialistes de la Haine de la SPLC ou de l’ADL (équivalents (((américains))) de SOS Racisme et la LICRA) pour former un gloubiboulga absurde, censé représenter l’AR à travers des “chefs” qui ont peu à voir avec ce mouvement. Ces chefs n’ont souvent joué aucun rôle dans le cheminement politique de la plupart des membres de l’AR.

La confusion vient en partie du terme Alt-Right lui-même, prétendument inventé par le juif Paul Gottfried en 2008 et ré-utilisé ensuite par Richard Spencer sur son blog, aujourd’hui fermé.

(((Paul Gottfried))), créateur supposé du terme “Alt-Right”

Le terme Alt-Right n’est devenu couramment utilisé pour qualifier le rassemblement des dissidents que très recemment, et cela n’a rien à voir avec Paul Gottfried, mais plutôt avec la façon dont Internet marche. Le terme a été adopté tout naturellement, par cooptation du groupe. Certains ont commencé à utiliser le hashtag #altright sur Twitter, puis la tendance s’est poursuivie sur les blogs, jusqu’à ce que les gens finissent par associer ce nom à leurs idées politiques. L’adoption du terme s’est faite il y a tout juste un an, alors que le mouvement était en gestation depuis bien plus longtemps.

Mais les médias ne peuvent pas s’empêcher de déformer ces faits pour les faire coller à un récit qu’ils comprennent et qui leur convient. C’est pour cela qu’ils prétendent que le terme a été inventé par un juif et qu’ils essaient de faire croire que Jared Taylor, Richard Spencer et Milo sont les leaders du mouvement.

Il n’est pas question de nier ici les apports de Spencer et Taylor au nationalisme blanc, mais personnellement, je ne pense pas que ces deux intellectuels aient eu un impact significatif sur le groupe qui compose l’AR. Et bien que je ne sois pas opposé au fait que ces hommes soient délégués pour représenter l’AR dans les médias, il existe un risque qu’ils soient manipulés dans le but d’opérer un glissement du discours et d’abandonner la critique des Juifs. Je suis absolument convaincu qu’un antisémitisme assumé doit rester au coeur de notre mouvement comme il l’est depuis le début.

Jared Taylor

Un autre problème avec Taylor et Spencer est qu’aucun d’entre eux n’a réellement essayé de solidifier sa position de chef en établissant une organisation avec une ligne politique claire. Le travail de Jared Taylor est généralement focalisé sur les données statistiques concernant les races et je ne suis pas au fait de ses écrits politiques. J’ai été alarmé de le voir donner un entretien accordé au Jewish Daily Forward (en) dans laquelle il déclarait que l’AR n’avait rien contre les Juifs et qu’ils étaient en réalité les bienvenus dans notre mouvement. Aucun membre de l’AR n’est d’accord avec cela.

Richard Spencer

Je ne connais pas bien le travail de Richard Spencer, mais il semble qu’il n’a pas non plus de positions politiques claires. Je me suis intéressé à lui après la récente attention médiatique qui lui a été consacrée et j’ai regardé une de ses vidéos intitulée “L’AR, c’est quoi ?” (en).

Après avoir visionné la vidéo, je ne peux toujours pas dire quelle est sa définition du terme ou quelles sont ses objectifs politiques. De plus, je ne suis pas du tout d’accord avec ses prises de positions en faveur des homosexuels (étonnamment, l’un des seuls sujets sur lequel il a été clair pendant la vidéo) et ne voit pas du tout en quoi son discours se rapproche des idées et des valeurs de l’AR.

Malgré ces critiques, Taylor et Spencer restent des types sérieux qui pourront servir de point de ralliement à l’AR dans le futur. Par contre, il faudra avant cela qu’ils expriment leurs projets respectifs en termes clairs.

milo-yiannopoulos
Milo Yiannopoulos

Milo, par contre, n’est pas de ce tonneau. Milo Yiannopoulos est un Juif homosexuel qui a sauté dans le train en marche, il y a quelques mois de cela, et qui depuis est promu par les médias comme étant le représentant de “l’Alt-Right Officielle”. Il a construit un discours étrange (en), prétendant qu’aucun membre de l’AR n’est en réalité raciste ou antisémite et que tout cela n’est en fait qu’une vaste blague.

Dans les semaines passées, il a été élevé au rang de célébrité, apparemment dans le but d’expulser du mouvement tous les gens qui croient vraiment à ce qu’ils disent. C’est une situation bizarre, où une personne se présentant comme notre chef est en train de nous expliquer que tout à ce quoi nous croyons est faux.

Ses actions furent d’adopter le ton du mouvement et nos mèmes, de défendre quelques positions d’importance secondaire, et de censurer les gens formant le coeur même du mouvement et en les désignant comme des marginaux. Dans l’article de Breitbart cité plus haut, il déclarait entre autre que l’AR n’avait rien contre le métissage ou les Juifs mais voulait simplement d’opposer au politiquement correct. Pour appuyer ses dires, il référença quelques personnalités très périphériques à l’AR pour essayer de ré-orienter le mouvement.

Il est aussi important de noter qu’il n’a jamais parlé du Daily Stormer, alors que ce site a plus de trafic que tous les autres sites de l’AR combinés ! En réalité, il est clair que Milo est en train d’essayer de nous utiliser, parce que nous sommes les nouveaux rebelles et branchés, pour essayer de se propulser comme icône de cette contre-culture.

Cela étant dit, et bien que je trouve cette situation désagréable, il n’y a pas de risque immédiat que Milo arrive à prendre le contrôle du mouvement. En effet, sa célébrité nouvellement acquise a déclenché des réactions vives de la part de nos membres, enragés de voir ce personnage nous diffamer publiquement, et utiliser notre mouvement et notre travail à des fins personnelles.

Le futur de l’Alt-Right


Pour devenir une force politique sur laquelle il faudra compter, l’AR aura besoin de vrais chefs. Les vrais chefs ne sont pas ceux qui se proclament comme tels, mais ceux que la masse a instinctivement envie de suivre.

Nous aurons besoin d’une plateforme qui nous permettra de nous organiser et de promouvoir collectivement notre programme. Cela pourrait s’incarner dans un parti politique ou bien en la forme d’une structure qui influencerait le Parti Républicain de l’extérieur. Nous avons besoin d’une organisation réelle, et nous avons besoin d’une organisation voulue et approuvée par le groupe.

Si j’ai bien compris les opinions du groupe, telles que je les ai exprimées dans la section Idéologie et valeurs de l’Alt-Right, alors cela devrait servir de base à cette organisation.

Il ne faut pas oublier que ce sont ces opinions qui ont fait du mouvement ce qu’il est aujourd’hui et qui nous ont permises de grandir et de rallier de plus en plus de monde. Il n’y a donc pas lieu de penser que cela va s’arrêter. Il y a même fort à parier que ces idées vont être partagées par de plus en plus de personnes, jusqu’à ce qu’une majorité de Blancs nous rejoignent. C’est pourquoi il n’y a aucun intérêt à adoucir notre message. Cela n’attirerait pas plus de gens et le mouvement s’essoufflerait.

Si Trump l’emporte, nous aurons l’opportunité d’influencer directement son administration, sous réserve que nous arrivions à nous constituer en tant que force politique cohérente.

Si Trump perd, nous pourrons continuer à démontrer la culpabilité des Juifs, ce qui serait pour nous quasiment aussi bénéfique.
Quoi qu’il arrive, le futur nous sourit.

Aussi longtemps que tous nos membres continuent de faire ce qu’ils font déjà maintenant, nous continuerons à grandir. Rien ne peut s’y opposer. Nos idées sont en train de l’emporter.

Le seul risque de défaite viendra si nous décidons de faire des compromis en essayant d’être acceptés par les grands médias. Mais les chances de compromission sont faibles de par la nature même de ce mouvement, qui est un mouvement Internet où tout le monde a une vraie voix dont il peut se servir quand il le veut..

Dans la situation actuelle, dès que quelqu’un adoucit son discours, il se fait lyncher et troller sur le web. Il n’y a pas de raison que cela change.

Et quelque soit le résultat final de notre travail, soyez sûr d’une chose :

L’Histoire se souviendra de nous.

En avant pour la Victoire !

Auteur: Ludwig

Partager cet article sur

Publier un commentaire

8 Commentaires sur "Guide de l’Alt-Right (3/3) : chefs et avenir"

5000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
Waffen-SS
5 octobre 2016 22 h 05 min

Aucun compromission avec notre ennemi juif…tout est là,à Vie à mort,eux ou nous.

Après le chaos,Nous!

Merci Ludwig pour tout votre travail qui a éclairé mon esprit sur l’Alt-Right,mais je pense qui en a éclairé bien d’autres.

5 octobre 2016 22 h 09 min

Merci Ludwig !
Nos frères américains sont pleins d’énergie communicative !

5 octobre 2016 23 h 25 min

Merci pour cet article!

Kolovrat
6 octobre 2016 2 h 24 min

Si Trump perd, nous pourrons continuer à démontrer la culpabilité des Juifs, ce qui serait pour nous quasiment aussi bénéfique.
Quoi qu’il arrive, le futur nous sourit.

Je les trouve un peu trop optimistes. Si Trump perd ce sera une catastrophe, les blancs américains vont se faire complètement submerger par les non-blancs, surtout avec Hillary Clinton au pouvoir.

LC2009
6 octobre 2016 6 h 33 min

une chose CAPITALE à noter, que je n’ai que rarement lu est que l’alt-right a remporté une victoire énorme en…mettant l’humour du côté droit.
Souvenez vous de l’époque des “guignols”. Même si on les détestait, on était bien obligé d’admettre que des “guignols” de droite c’était, et bien…inimaginable.
Pourquoi ? Parce que même nous n’imaginions pas une forme d’humour grand-public qui ridiculise la gauche d’un point de vue de droite.
C’était le signe (à mon avis) essentiel que la gauche dominait le méta.
Et est apparue cette alt-right, ses memes et ses codes. Ils sont jeunes, ils sont ironiques, et face à eux, de vieux croutons (et de jeunes vieux croutons) guindés, ringards.

Je regrette de ne pouvoir étayer plus ce point, mais, je le redis, je crois que c’est essentiel. Même si DJT perd, il s’est passé un basculement en 2016. Il y avait des prémices électoraux (pologne, hongrie, révolutionnaires ukrainiens), il y a des victoires 2016 (brexit), et même si DJT perd, il y aura des suites, j’en suis certain, parce que le méta indique toujours des tendances lourdes.

wpDiscuz