Trump déclare qu’Hillary Clinton devrait désarmer ses gardes du corps, les médias parlent de “menace”

Je me demande ce qui se passe dans l’esprit des personnes travaillant pour Hillary Clinton quand ils doivent sortir ce genre d’énormité. Peut-être qu’à force de mentir en permanence, ils s’y habituent ?

Ce n’est pas la première fois que les anti-blancs lancent cette accusation de menace de mort – ils l’avaient déjà fait début août. À l’époque, il avait déclaré que si Clinton gagne, elle nommera des juges qui mettront fin au second amendement – qui garantit le droit aux armes – et que rien ne sera possible pour le sauver – “quoique, avec le second amendement – peut-être qu’il y a une solution, je ne sais pas”.

Huffington Post :

Donald Trump récidive [sic]. Le candidat républicain à la Maison Blanche a une nouvelle fois été accusé vendredi 16 septembre par le camp de sa rivale démocrate Hillary Clinton d’appeler à la violence contre elle, après avoir ironisé sur ce qu’il arriverait si ses gardes du corps étaient désarmés.

Clinton surarmée

Devant un parterre de quelque 4000 partisans à Miami, en Floride (sud-est), le milliardaire a lancé, à propos des gardes du corps armés qui accompagnent sa rivale, que leur présence “va vraiment contre le deuxième amendement” de la Constitution américaine, touchant au droit de posséder des armes.

Tweet de Donald Trump
“Hillary la véreuse veut en finir avec votre Second Amendement. Les armes seront-elles enlevées à son détachement lourdement armé du Secret Service ? Peut-être pas !”

“Ses gardes du corps devraient renoncer à toutes leurs armes”, a-t-il déclaré. “Ils devraient renoncer à leurs armes. Pas vrai ? Pas vrai ? Ils devraient déposer leurs armes immédiatement, qu’en pensez-vous ? Oui, oui, enlevez leur leurs armes. Elle ne veut pas d’armes. Prenez-les et voyons ce qui lui arrive. Prenez leurs armes, ok ? Ça serait très dangereux.” Hillary Clinton et Donald Trump bénéficient, en tant que candidats à la présidentielle, de la protection du “Secret service” américain.

Puisque le camp démocrate que représente Clinton répète en permanence que les armes c’est très méchant et que c’est d’elles que provient la violence – en témoignent la réaction d’Obama et des (((médias))) anti-blancs après l’attentat d’Orlando – la proposition de Trump est très logique.

Notons qu’officiellement Clinton ne veut qu’interdire certaines catégories d’armes ; mais de facto les (((juges))) de la Cour Suprême une fois ce principe établi n’aurait plus qu’à restreindre toujours davantage les catégories autorisées, à forcer la déclaration des armes possédées, et autres artifices vidant de substance le droit aux armes.

Les propos du candidat républicain ont rapidement fait réagir du côté démocrate.

En plus de l’Huffington Post ; on a le Washington Post (en), le New York Times (en) – et derrière eux la quasi-totalité de la presse anti-blanche – qui ont repris telles quelles les accusations du camp Clinton.

“Donald Trump, le candidat républicain à la présidence, a tendance à inciter les gens à la violence”, a accusé le directeur de campagne de Hillary Clinton, Robby Mook.

Donc sans armes pour ses gardes du corps, Clinton serait en danger ?

Donc quand ils veulent désarmer les Blancs, c’est bien qu’ils souhaitent les mettre en danger et leur empêcher de se protéger ?

Caricature contrôle des armes
“Contrôle des armes” signifie en réalité “contrôle des Blancs”

Auteur: Blanche

Partager cet article sur

Publier un commentaire

Pas (encore) de commentaire !

5000

wpDiscuz