Le remplacement racial en France s’accélère

Autour de 39% de naissances non-blanches en 2015 en France

L’AFDPHE a diffusé récemment son bilan d’activité 2015 au sein duquel on retrouve les données sur le dépistage d’une maladie génétique, la drépanocytose. En France métropolitaine, seuls les enfants à risque sont testés, et ce groupe correspond à peu près aux enfants non-blancs nés en France.

Le site Fdesouche – qui est l’essentiel du temps un simple aggrégateur d’actualité – a établi une carte sur la base de ces données :

Carte du grand remplacement en France en 2015
Données tirées du tableau VI – 1 du rapport de l’AFDPHE.

L’évolution par régions est assez contrastée : les régions de l’Ouest et du Sud-Ouest résistent assez bien, avec même une légère diminution des naissances non-blanches mesurées dans certaines régions ; alors que par contraste le Nord, l’Île-de-France et la Provence voient une augmentation marquée.

Mais dans l’ensemble, l’augmentation est impressionante : on passe de 37,2% à 38,85% en un an. Sur cinq ans, on passe de 31,5% à 38,85%, soit une augmentation d’environ 25% du nombre de naissances non-blanches. Les 73,4% de la région parisienne sont tout particulièrement effarants.

Peut-être quelques maternités se mettant à tester tous les nouveaux-né ont-elles pu renforcer la tendance, c’est même certain, mais cette décision même ne peut faire suite qu’à une très forte présence immigrée dans ces maternités. C’est une influence à la marge.

Cette méthode est-elle fiable ?

La réponse en bref est que pour l’essentiel oui, malheureusement, elle est fiable.

Sont dépistés les Noirs, les métis, les Maghrébins et Arabes, les Indiens (d’Inde) et enfin les personnes venant du Sud de l’Italie et de Grèce (oui, ces régions ont été victimes de métissage partiel, ce qui explique aussi leur situation moderne).

Cela omet les Est-Asiatiques, non affectés par la maladie, et qui représentent plus de 1% de la population vivant en France ; ommission qui compense en bonne part les biais pouvant accroître les chiffres.

Cette méthode énerve tout particulièrement les partisans de l’anéantissement de la race blanche, parce qu’elle met leur projet à nu.

Bien sûr, la réalité du remplacement racial se constate aisément dans la rue : mais les anti-blancs sont prompts à dire que “ça n’a pas vraiment changé”. Une de leurs expressions préférées pour qualifier les réalités dérangeantes est “fantasme d’extrême-droite”.

Mais quand des chiffres neutres confirment cette évidence, cette argumentation tombe. Dès lors, les anti-blancs nient les chiffres.

Le “décodage”-enfumage du Monde

Le Monde :

Les statistiques autour de cette maladie génétique sont brandies par les militants identitaires comme une « preuve » de « l’invasion migratoire ». Mais leurs arguments ne tiennent pas.

Les prostituées font un métier plus honorables que ces journalistes. Que dis-je : les cambrioleurs font un “métier” plus honorable que ces journalistes.

Préparez-vous à un niveau de malhonnêteté journalistique record.

Depuis plus d’une décennie, [la drépanocytose] fait l’objet d’un dépistage chez les nouveaux-nés français. Mais la maladie se rencontrant plus fréquemment chez les populations originaires d’Afrique subsaharienne, du Maghreb, des Antilles, d’Inde ou du sud de l’Europe (Grèce et Italie), ce sont les nourrissons issus de familles originaires de ces zones qui sont testés.
[…]
Et, en l’absence de statistiques ethniques, les militants d’extrême droite se sont donc emparés de ces chiffres pour alimenter leur thèse centrale : le « grand remplacement » des populations autochtones par celles issues de l’immigration.

C’est bien connu : si il n’y a pas de statistiques du remplacement racial, alors le remplacement racial est impossible !

Bien sûr que l’on prend les données qui sont disponibles…

1. Un dépistage médical n’est pas un recensement ethnique
[…]
« Ce dépistage néonatal est institué depuis 2000 sur l’ensemble du territoire et réalisé en métropole de manière ciblée sur la population des nouveaux-nés issus de parents originaires de populations à risque. »

La maladie n’a donc pas de facteurs « ethniques », mais bien géographiques.

Voilà : pour nier le génocide des Blancs, Le Monde nie la génétique.

Des facteurs “géographiques”, qu’est-ce que cela veut dire ? Cela veut dire que c’est l’endroit où l’on vit qui détermine le risque.

Cela voudrait dire que puisque la France n’est historiquement pas un territoire où cette maladie existe, alors par la vertu du sol magique, les enfants nés en France ne devraient pas être affectés ; et sûrement pas ceux de troisième génération, nés de parents non-blancs nés en France.

Et à l’inverse, un blanc né dans les “territoires à risque” pourrait devenir malade.

Or, on n’observe aucun de ces deux phénomènes !

Et pour cause, puisque cette maladie est génétique, des africains pourraient passer 1000 ans en Europe et être toujours affectés.

Il existe simplement une corrélation entre l’origine ethno-raciale et l’origine géographique ; parce que – tadam – les différents groupes ethno-raciaux vivent dans des zones géographiques différentes et spécifiques !

Un enfant de 5 ans comprendrait cela sans difficulté.

Selon l’Institut national de veille sanitaire (InVS), les tests sont pratiqués selon l’origine des parents des nourissons.

C’est pour la galerie, pour nier officiellement les races.

En pratique ; croyez-vous que le docteur voyant arriver des parents noirs ne va pas faire le test à leur nouveau-né s’ils lui disent que leurs parents sont nés en France ?

[…]
Pour qu’un nourisson soit testé, il faut, toujours selon l’InVS, que :

– Soit les deux parents proviennent d’une région à risque,
– Soit qu’un seul des deux en proviennent si on ne connaît pas le second,
– Soit qu’il existe des antécédents de syndrome drépanocytaire majeur dans la famille,
– Soit qu’il existe un doute sur les trois critères précédents.

“Soit qu’il existe un doute” permet de justifier un traitement de facto racialisé sauf pour les maternités pratiquant un test systématique.

Le Monde l’admet d’ailleurs, ce qui rend encore plus ridicule leur prose :

[…]
« Dans la pratique, explique Valérie Gauthereau, directrice de la fédération parisienne de dépistage, on essaye dans les maternités de cibler les personnes d’origine maghrébine ou africaine. »
[…]
Les associations de malades, mais également certains médecins, dénoncent aujourd’hui ce dépistage ciblé, avec un argument qui va à l’encontre de la thèse « identitaire » : la maladie n’est plus aujourd’hui l’apanage de certaines ethnies, mais s’est « mondialisée » : au fil des ans et des métissages, les gènes se sont disséminés.

Donc en fait, c’est ethnique, mais c’est pas ethnique parce que “tout le monde il est métis”.

Voilà le premier argument du Monde.

2. Les Ultramarins ne sont pas « issus de l’immigration »
[…]
Peut-on dire qu’Antillais, Réunionnais ou Guadeloupéens sont « d’origine étrangère » ? Non.

Ben, si ?

Ils peuvent être français depuis des générations ou des siècles. La seule grille de lecture appliquée par les militants d’extrême droite est donc ici ethnique.

Miracle : Le Monde comprend que nous ne faisons pas de différence entre être remplacés par des afro-bougnes ou par des afro-bougnes à papiers de leur République.

Et encore font-ils ici un premier contresens : qu’ils soient blancs ou noirs, tous les enfants nés en outre-mer sont testés, car c’est la zone géographique, et non l’ethnie, qui induit un risque.

Ben, non.

Ce qui est incroyable, c’est à quel point Le Monde se contredit. Là ils nous ressortent la zone géographique, qui échoue lamentablement à expliquer la maladie en France métropolitaine.

Toute l’ironie est que pour l’Outre-Mer, si le test est généralisé, c’est parce que beaucoup des “Blancs” ont aussi des ancêtres africains en raison du métissage. Donc, là où ils auraient pu utiliser de manière valable l’argument du métissage, ils ne le font pas.

Non vraiment, c’est fort.

3. La grande manipulation des chiffres

Par Le Monde. Préparez-vous, ils étaient en forme.

Mais la manipulation ne s’arrête pas là : la médecine n’est pas un service d’immigration. Et lorsqu’on parle de « populations originaires » d’une zone géographique à risque, on ne regarde pas la carte d’identité des individus.

On teste donc des populations dont l’origine « étrangère » est parfois lointaine : deux, trois, quatre générations, voire plus. Des familles originaires des Antilles, françaises depuis une dizaine de générations, seront ainsi testées, quand un couple d’étrangers venus d’Europe de l’Est ne le sera pas.

Ben oui, parce que même après 1000 générations, un non-blanc restera toujours un non-blanc !

C’est un peu le principe avec la génétique, ils ne peuvent pas se tranformer en Blancs par magie….

Le taux de nourissons testés à la naissance ne peut donc pas être un indicateur de « l’immigration », comme il est présenté par les militants d’extrême droite.

Déformer la position adverse pour attaquer la position déformée pour essayer de masquer notre destruction méthodique. Je disais que les cambrioleurs sont plus respectables que ces journalistes, mais, à la réflexion, je me pose la question pour les assassins et les violeurs.

Hé oh Le Monde ! “Grand remplacement”, pas “grande immigration”.

Le taux de nourrisson est un excellent indicateur des générations futures.

Au mieux, il peut indiquer la part de « métissage » dans des zones géographiques données.

Parce que si nous finissons tous à moitié négrifié, nous n’aurons pas été remplacés, selon la logique du Monde.

4. Environ 20% de naissances « non françaises »

Je vais passer rapidement ici : les papiers de leur (((République))), on s’en fiche, ce qui importe c’est avant tout l’origine raciale et dans une moindre mesure ethnique.

Cet argument est une réponse absurde puisqu’il ne s’agit pas du “remplacement des français de papier” mais du remplacement des Français.

Caricature de l'artiste mal pensant

5. Un racisme qui ne s’assume pas

Certaines personnes parlant de grand remplacement n’osent pas être racistes ; de manière totalement stupide. Mais en quoi cet argument conteste-t-il le remplacement racial ? En rien, c’est sans rapport, cela vise juste à dire que “si vous croyez au grand remplacement vous êtes un méchant raciste”, et donc que “si vous êtes quelqu’un de bien vous ne pouvez pas y croire”.

Comme si c’était bien de soutenir la destruction de son propre peuple !

Selon l’Institut national d’études démographiques, on peut estimer qu’à l’heure actuelle environ un quart des Français sont issus de l’immigration, au sens où ils ont au moins un grand-parent immigré. Au cours du XXe siècle, la France a connu des vagues migratoires successives : Belges, Polonais, Russes, Italiens, Espagnols, Portugais, Maghrébins… Parler de « population autochtone » n’a donc pas grand sens : si l’on remonte sur plusieurs générations, on finit généralement par trouver des ascendants étrangers.

Sauf dans une large majorité des cas, selon les propres chiffres du Monde ?

Mais cela importe peu : “l’argument” ici est que parce que l’immigration marginalise la population autochtone et provoque un mélange important, alors la population autochtone n’aurait jamais existé. C’est le comble de la mauvaise foi.

[…]
Restent donc des populations issues de l’immigration, mais françaises de naissance, même si leur couleur de peau n’est pas aussi blanche que le souhaiteraient certains militants.

Ben oui, parce que les “papiers”, ça ne nous intéresse pas vraiment.

[…]
En réalité, ce que cherchent à évoquer les militants identaires ici, c’est bien la question de l’ethnie. Ce qui les préoccupe, ce sont les naissances non « blanches », qu’elles soient issues de personnes de nationalité [sic] française ou non, et que ces personnes soient intégrées ou non.

Pourquoi parlerait-on de “remplacement” s’il s’agissait d’autre chose que de l’ethnie ? Le Monde fait mine de découvrir la lune.

Le cas des Antillais est ici emblématique : ces populations peuvent être « plus françaises » que des militants d’extrême droite issus, à la troisième ou à la quatrième génération, de l’immigration italienne, polonaise ou autre ; ils seront tout de même comptabilisés dans leur cartographie du « grand remplacement ».

Je ne pense pas qu’une immigration blanche massive soit quelque chose qu’il faille rechercher – sur le plan génétique cela marginalise une ethnie blanche au profit d’autres.

Néanmoins, un enfant né en France de parents polonais ou italiens est nettement plus français que ne pourra jamais l’être un négroïde antillais ; parce que ce dernier du fait de ses limitations et tendances raciales ne peut pas vraiment s’adapter à la civilisation française.

Signe s’il en est qu’il ne s’agit pas ici de parler d’intégration ou de flux migratoires, mais bien de « races ».

Ici, si on est dans la ligne “identitaire” molle, on vient de se prendre un grand coup dans la figure. “Oh non,nous ne sommes pas racistes, surtout pas, par pitié ne dites pas que nous sommes raciste.”

Quand on est ouvertement raciste, on sourit. Bien sûr qu’il s’agit de races !

Ces gens ne sont pas préparés à affronter des racistes authentiques et revendiqués.

Ces statistiques seront-elles encore disponibles dans le futur ?

On apprend dans le bilan d’activité de l’AFDPHE :

Il s’agit d’un des derniers rapports moraux du Président de l’AFDPHE sinon [du] dernier. Nous sommes effectivement amenés à disparaître afin que le dépistage néonatal (dnn) soit directement géré, sur le plan national, par la Direction Générale de la Santé (DGS) et les agences ministérielles qui s’y rattachent avec un financement de la Direction Générale de l’Offre de Soins (DGOS) et sur le plan régional, par les Agences Régionales de Santé (ARS).

Les raisons données dans le bilan d’activité pour ce changement sont nombreuses, et sans nul doute très valables.

Mais si on peut admettre que ces statistiques ne sont pas un facteur important dans cette décision, on peut légitimement s’interroger de ce qu’il adviendra de ces statistiques si gênantes une fois que ce sera directement le ministère de la Santé qui contrôlera les politiques de dépistage néonatal.

Il paraît fort probable que dans les prochaines années, ce dépistage soit généralisé – comme l’exigent de nombreuses associations anti-blanches – ou bien que les statistiques ne soient plus diffusées publiquement. La première hypothèse avait déjà été envisagée par la DGS elle-même en 2012, mais la Haute Autorité de Santé avait rendu fin 2013 un rapport indiquant que cela ne se justifie pas médicalement ; repoussant la question à plus tard.

Conclusion

Le remplacement racial ; par la conjugaison de l’immigration, du métissage et d’une plus forte natalité ; est de l’ordre de l’évidence mathématique.

Mais ces statistiques nous fournissent une donnée cruciale : son degré d’avancement.

La question n’est pas : “Y a-t-il un problème ?”

Aujourd’hui, la question est : “Que faire pour mettre fin à ce phénomène de destruction de la race blanche ?”

Et la première évidence est que la passivité n’est pas une solution !

Auteur: Blanche

Partager cet article sur

Publier un commentaire

63 Commentaires sur "Le remplacement racial en France s’accélère"

5000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
Waffen-SS
24 septembre 2016 22 h 38 min

Je ne crois pas au grand remplacement,car je ne suis pas un méchant raciste(je suis pire…).
Je crois au six millions de morts(et je suis coupable auSSi quelque part,en cherchant bien…),j’y crois car la jewstice m’oblige à croire à ce MENSONGE JUIF.
Alors j’y crois.
Je n’aimerais pas être à leur place quand le château de cartes shoatique s’écroulera.
Il vaudra mieux pour eux qu’ils fassent comme leurs coreligionnaires à Massada.

Guilty Spark 88
24 septembre 2016 23 h 28 min

Résumons donc cet article du Monde :

Goyim. Non, vous ne vous faites pas remplacer par des gens de couleur. En fait, tout va bien, et seuls des nazis voudraient vous faire croire que l’immigration n’est pas une chance, stupides goyim.

1.
La drépanocytose est due à la géologie, goyim. L’Afrique, le Maghreb, les Antilles et le sous-continent indien possèdent des sols drépanogènes.
Notez, stupides goyim, que c’est l’archéologue reconnu Shlomo Shekelowitch qui a récemment fait cette découverte ; son frère Moshé a par ailleurs trouvé des chambres à gaz souterraines en Pologne, ce qui nous amène à penser que 6 autres millions de Juifs ont été exterminocidés par les nazis (n’oubliez jamais où mène la Haine, goyim).
Notez aussi que des scientifiques reprenant à leur compte les travaux de Mengele nous expliquent que les personnes d’origines africaine ou mahrébine sont les plus susceptibles d’avoir cette maladie, et sont donc les principales concernées par ces tests. Ne croyez pas ces nazis, goyim : de la même façon qu’il y avait des Celtes noirs, il y avait des maghrébins australiens, donc peu concernés par les tests.

2.
Les nazis veulent vous faire croire que les Antillais ne sont pas français à cause de la pigmentation de leur peau ; mais demandez leur carte d’identité aux intéressés, et vous verrez, goyim. Eux aussi ont pour ancêtres les Gaulois.

3.
Le sol magique des régions sus-mentionnées est pernicieux, goyim : ses effets se transmettent à travers les générations. De bons Français aux grands-parents venus d’Afrique par exemple, sont aussi susceptibles d’être testés que les chances pour la République arrivées avant-hier du Congo ravagé par la guerre. Comme les nazis sont stupides, ils ne comprennent pas que ces Français-là ne sont pas des immigrés ; mais que voulez-vous, le racisme rend con, stupides goyim.

4.
Il n’ y a que 20% de naissances non françaises dans ce test, goyim. Et encore, la plupart des heureux nouveaux-nés seront naturalisés ensuite par leurs bienveillants parents, heureux de nourrir leur progéniture avec votre argent, goyim.

5.
#Toulimondeilestfwoncé goyim. Les nazis veulent vous faire croire le contraire en parlant de “races”, terme totalement dépassé comme l’ont prouvé les travaux de mes congénères, la télé, la réalité, la télé-réalité et les champignons hallucinogènes. La France est une nation métissée dès l’origine, blablabla, vous connaissez la chanson, goyim.

Pour conclure, n’oubliez pas, goyim : l’immigration est une chance car elle nous amène de la diversité et du mélange, mais ne menace en rien la “race blanche” car les races n’existent pas : nous sommes tous les mêmes.

Dormez bien, goyim.”

Waffen-SS
25 septembre 2016 13 h 35 min

Merci Guity Spark 88 pour cette lecture hilarante…mais ceci ne m’empêche pas d’être coupable pour les six millions,je dois assumer ma responsabilité,c’est ce que l’on m’apprend à la SS.
On ne s’excuse jamais,car tous les actes sont exécutés consciemment,en pleine et entière responsabilité.
La signature d’un document est inutile,la parole suffit.
Honneur et Fidélité à la parole donnée.

Ksenia
25 septembre 2016 13 h 52 min

((( Hollande ))) nous a bien dit que la France était une ” idée ” …!
Nous sommes beaucoup twop wacistes …
Merci, Guilty Spark pour cet humour décapant !

Guilty Spark 88
25 septembre 2016 22 h 05 min

OY VEY !
Hollande reste un shabbat-goy. Ne mélangeons pas les torchons et les kippas, goyim.

26 septembre 2016 21 h 02 min

Pour moi, Hollande s’appelle comme ça car il vient de là-bas (ses ancêtres).
Mais étaient-ils parmi les Hollandais ?
Ou bien parmi les (((banquiers))) qui y profitèrent du libéralisme protestant et prêtèrent à Cromwell pour qu’il liquide la vraie monarchie anglaise afin de la remplacer par le parlementarisme d’une nouvelle lignée “royale” et organise le retour de ces mêmes (((banquiers))) en Angleterre ?
Quand on voit qu’un autre se fait appeler (((Balkany))), un autre (((Deutsch))) une autre (((Ciganer)))-(((Albeniz)))…
Tout ça fleure l'(((errant))) qui se donne des origines du dernier pays d’où il vient, donne des premiers prénoms locaux pour mieux passer inaperçu et garde parfois ensuite son nouveau patronyme même s’il change à nouveau de contrée.
Et puis il en fait quand même beaucoup pour un simple S.-G., le “Hollande”.
Il est certes abâtardi, laïc, métissé, blanchi, mais ses attitudes ne me laissent personnellement aucun doute quant à (((racines)))-là.

Guilty Spark 88
27 septembre 2016 1 h 21 min

Tout le monde dans son entourage le trouve con comme un balai, et pas besoin d’être un génie pour le voir.
Et quand bien même il aurait un yid caché dans son arbre généalogique, ça doit remonter effectivement à trèèèèèèèèèèès loin… Pour le reste de la tribu, il est sûrement aussi juif que vous et moi.

Earl Turner 31
25 septembre 2016 0 h 42 min

Un ami qui travaillait pour un Centre des Finances Publiques en Ile de France avait fait des statistiques il y a près d’un an. Il avait fait cela par curiosité, ce n’était bien sûr pas demandé par ses supérieurs.
Je crois me rappeler que le sujet était les condamnations plutôt mineures (ou quelque chose comme ça).
Résultats (sur 374 observations) :
Arabes 37%
Noirs 25%
Français 24%
Autres 14%.

SnapDragon
25 septembre 2016 4 h 20 min

que faire ? c foutu d avance ! la seule stratégie valable c le repli stratégique. il faut préparer un homeland. un territoire conquis discretement et donc légalement. puis viendra le jour où la situation sera comme en Syrie Irak etc. de la il suffira d attendre un peu que les étrangers massacrent les blancs collabo et eux même. les blancs seront nombreux à vouloir se réfugier chez nous et là on sélectionne. les non sélectionnés servirons de chair à canon par une zone tampon encerclant la nôtre. cela fera un bouclier et ils recevront le minimum d aide car cela les incitera à devoir combatre pour prendre les ressources.

Leonidas
26 septembre 2016 9 h 38 min

Il est clair que le temps joue contre nous. Et vu la rapidité de la submersion démographique et vu la lenteur de la réaction (si même on peut parler de réaction !) des Occidentaux, nous ne pourrons pas tenir le terrain, et pas davantage le reconquérir. Je ne partage pas plus que vous l’optimisme de certains quant à nos chances de victoire dans le contexte actuel, et je trouve de ce fait que votre idée mérite d’être explorée sérieusement.

Albers
25 septembre 2016 9 h 26 min

je présume, sans grande difficulté, que la photo qui illustre l’article provient de Marseille dans le quartier de la porte d’Aix

Pakounta
25 septembre 2016 12 h 53 min

Non, c’est à Paris, au métro Chateau rouge. L’excellent journal (((Libération))) avait fait un superbe reportage photo à la gloire de ce flot marron. Je m’en étais fait l’écho dans mon modeste blog, ici : https://orangamer.wordpress.com/2016/03/10/ainsi-meurent-un-pays-et-une-civilisation/

wpDiscuz