Les Bahamas, pays noir, expulsent systématiquement tous les immigrés illégaux

Traduction de l’article de New Observer.


Le pays insulaire caribéen des Bahamas, peuplé de noirs, intercepte et expulse vers leur pays d’origine tous les immigrés illégaux qui tentent de l’envahir.

Cette politique d’interception et d’expulsion n’est jamais remarquée par les (((médias contrôlés))) – parce qu’ils ne critiquent que ce que font les pays blancs.

L’interception et expulsion la plus récente a eu lieu la semaine dernière (en) quand un avion de patrouille a repéré un bateau de migrants à environ 8 kilomètres à l’Ouest de l’île d’Exuma dans les Bahamas centrales, lundi.

Quelques 112 haïtiens ont été interceptés en mer près d’Exuma, ont déclaré des responsables gouvernementaux. Ils ont été emmenés dans un centre de détention sur l’île de New Providence, avant d’être renvoyés en Haïti.

Le Nassau Guardian a rapporté (en) qu’au cours des six premiers mois de l’année, les autorités ont arrêté au moins 2200 immigrés illégaux et les ont tous expulsés vers leurs pays d’origine.

Selon les données, 1685, soit 76% d’entre eux, étaient haïtiens, dont 1123 hommes, 384 femmes et 140 enfants. 760 d’entre eux furent interceptés sur des bateaux cherchant à débarquer illégalement aux Bahamas.

De plus, 209 immigrés cubains illégaux ont été arrêtés au cours de la même période, avec 230 envahisseurs d’autres nationalités, qui n’ont pas été précisées.

Le ministre de l’Immigration des Bahamas, William Pratt, a déclaré qu’il y a eu une augmentation de l’immigration illégale cette année comparé aux années précéentes.

“Nous avons eu des arrivées de bateaux constamment pour les cubains et les haïtiens”, a déclaré Pratt lors d’une conférence de presse au Bureau des Statistiques la semaine dernière.

“Nous avons eu deux bateaux haïtiens débarquant à Cat Island la semaine dernière. Nous en avons eu un à Exuma. Nous comprenons qu’un ou deux ont débarqué ici à New Providence sans être détecté. Cela continue de s’aggraver.”

552 envahisseurs ont été arrêtés en janvier, 285 en février, 305 en mars, 300 en avril, 300 en mai, et 482 en juin.

À propos des cubains, Pratt a déclaré que l’augmentation était “sans précédent. Les Cubains viennent, viennent et viennent constamment, constamment.”

“Nous croyons que la cause de cette augmentation de la migration cubaine est la politique ‘pied mouillé, pied sec’ des États-Unis.”

Selon cette politique, officiellement connue sous le nom de loi d’ajustement cubain, une fois qu’un cubain pose le pied sur une terre américaine (même si l’autre peut être dans l’eau), il ne peut plus être expulsé des États-Unis. [ndt : L’invasion cubaine par la voie mexicaine est d’ailleurs en pleine explosion.]

Pratt a déclaré avoir rencontré des responsable de l’ambassade américaine et leur avoir exprimé le besoin de mettre fin à cette politique qui, a-t-il déclaré, serait une grande aide pour les Bahamas pour limiter les entrées illégales.

Pratt a déclaré que plus de 40 cubains ont été expulsés la semaine dernière et que 142 autres haïtiens seront déportés à Port-au-Prince la semaine prochaine.

Les Bahamas furent le lieu du premier débarquement de Christophe Colomb en 1492, et étaient à l’époque peuplées peu densément par des amérindiens. La plupart des amérindiens sont mort de maladies ou furent transportés à Hispaniola, et les îles furent désertées jusqu’en 1648, quand des colons anglais des Bermudes se sont installés sur l’île d’Eleuthera.

Les Bahamas sont devenues une colonie de la couronne britannique en 1718. Après la guerre d’indépendance américaine, beaucoup d’américains loyalistes pro-britanniques ont déménagés vers les îles. Ces colons ont apporté avec eux leurs esclaves africains, et les Noirs finirent assez vite par constituer la majorité de la population.

Alors que la population noire croissait, les Bahamas sont devenues un centre de réinstallation majeur pour les esclaves africains libérés, et la Royal Navy y réinstallait souvent des africains qui avaient été libérés de navire nègriers illégaux interceptés lors de leur traversée de l’Atlantique.

Des esclaves noirs d’Amérique libérés ou en fuite se sont aussi installés aux Bahamas, où l’esclavage fut aboli en 1834. Aujourd’hui, les Noirs constituent plus de 90% de la population, et 5% supplémentaires sont métis.


Notez que bien entendu, en dépit de ses richesses touristiques qui ont un fort impact économique en raison de la faiblesse de sa population (380.000 habitants environ), les Bahamas ont un taux d’homicide énorme. L’an dernier, ce taux était de près de 39 meurtres pour 100.000 habitants – à comparer avec des taux qui ne dépassent pas 2 meurtres pour 100.000 habitants en Europe occidentale.

Auteur: Blanche

Partager cet article sur

Publier un commentaire

1 Commentaire sur "Les Bahamas, pays noir, expulsent systématiquement tous les immigrés illégaux"

5000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
Ksenia
27 août 2016 13 h 09 min

Ces îles Bahamas sont un vrai paradis pour les touristes , notamment pour ceux qui aiment la plongée sous-marine . Ce tourisme est relativement élitiste, voire très élitiste .
Il représente 60% du PIB et génère de nombreux emplois. Ces négres ne sont pas fous et ne veulent pas que leurs îles deviennent des poubelles qui feraient fuir cette manne financière . Il est aussi probable que les promoteurs blancs n’y soient pas étrangers.

La mére Hidalgo ferait bien de s’inspirer de cette politique car Paris a été bien déserté par les touristes étrangers cette année et pas seulement à cause des attentats ! Les touristes , notamment asiatiques en ont plus qu’assez de se faire dérober leur argent.
Mais la traîtresse espagnole préfère la tiers-mondisation de la capitale dans le but d’ assurer sa réélection …

wpDiscuz