Trump, l’OTAN et l’interventionnisme américain

Trump a depuis un certain temps parlé de de remettre “l’Amérique en premier”. Dans ce cadre, il a depuis ce printemps à la fois marqué sa volonté de mettre fin à l’interventionnisme mondialiste et suggéré de demander aux alliés des États-Unis davantage de contreparties (financières par exemple).

À l’indignation de la (((presse américaine))), Trump a remis en cause le soutien sans condition des États-Unis aux pays de l’OTAN.

RT :

Dans [un entretien accordé] au New York Times à Cleveland (Ohio), le milliardaire candidat à la présidentielle américaine a critiqué l’interventionnisme des Etats-Unis, affirmant qu’il fallait « d’abord régler les problèmes à l’intérieur du pays ».

« Je ne pense pas que nous avons le droit de faire la leçon aux autres », a déclaré Donald Trump à Cleveland dans son interview au très prestigieux New York Times.

C’est une réfutation complète de la doctrine (((néo-conservatrice))) des États-Unis “flics du monde”.

Notons en passant que le New York Times, souvent qualifié de Jew York Times car sous contrôle juif, est le porte-étendard de la (((presse de centre-gauche))) anti-blanche, à l’image du Guardian ou du Monde. Il n’a de prestige que chez ceux qui soutiennent ou ignorent ces visées politiques au nom desquelles il ne craint pas la partialité, la tromperie et le mensonge.

« Regardez ce qui se passe dans notre pays […] comment pouvons nous faire la morale [aux autres pays] alors que chez nous des policiers sont abattus de sang froid] », a-t-il poursuivi.

Ce sont les joies de la société multiraciale !

[Pour] Donald Trump, les Etats-Unis devraient annuler les traités de longue date qu’il considère comme défavorables, ainsi que redéfinir la notion même de « partenaire des États-Unis ».

Il a notamment fait savoir qu’en cas de menace territoriale contre un pays membre de l’OTAN, les États-Unis ne devraient proposer leur aide et intervention « que si ce pays a rempli ses obligations envers [les États-unis] ».

C’est le passage qui a fait hurler les pays baltes et la Pologne. Mais concrètement, cela veut simplement dire qu’ils devraient contribuer en troupes et/ou argent, selon des conditions éventuellement renégociées. C’est tout. Cela ne veut pas dire qu’il laisserait ou non la Russie les envahir selon son humeur. Il a clairement dit que s’ils respectent leurs obligations il les défendra.

Interrogé spécifiquement sur les pays baltes, Trump a répondu : “Je ne veux pas vous dire ce que je ferais parce que je ne veux pas que Poutine sache ce que je ferais.”

Les déclarations de Trump ne visent pas à inciter la Russie à attaquer ces pays – elles visent à inciter ces pays à remplir leurs obligations financières vis à vis de l’OTAN. Les (((médias))) qui le présentent comme un déclencheur de 3ème guerre mondiale (en) mentent ici sans vergogne.

(Notons que je pense que la France devrait se retirer de l’OTAN ; mais on comprend bien que des pays de 2 ou 3 millions d’habitants comme l’Estonie, la Lituanie et la Lettonie aient besoin d’une protection. Leur histoire le leur rappelle.)

Le milliardaire a ainsi concédé que sa vision de la relation des États-Unis avec leurs alliés et ennemis était radicalement différente des traditions du Parti républicain, dont les candidats, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, ont presque tous joué la carte de l’interventionnisme, persuadés que les Etats-Unis étaient « le garant de la paix dans le monde et un protecteur indispensable ». « Nous ne sommes plus il y a 40 ans », a-il précisé à ce sujet.

Il a par ailleurs répété son projet de retirer les troupes américaines déployées dans le monde. « Nous dépensons une fortune au niveau militaire pour finalement perdre 800 milliards de dollars, […] je ne trouve pas que ce soit très intelligent », a-t-il encore déclaré.
[…]
Interrogé sur le président syrien Bachar el-Assad, Donald Trump a appelé à s’occuper en priorité du problème de l’État islamique qui sévit en Syrie.

« [Bachar el] Assad est un homme mauvais qui a fait des choses horribles. Mais l’État islamique constitue une menace bien plus importante pour les États-Unis », a-t-il martelé.

Bref : Trump propose une saine rupture avec l’interventionnisme (((néo-conservateur))), et ce serait déjà là une bonne chose pour le reste du monde.

Cela réduit aussi le risque qu’un pays européen qui devienne pro-blanc soit bombardé pour le remettre “dans le droit chemin” de la (((“démocratie”))).

Auteur: Blanche

Partager cet article sur

Publier un commentaire

3 Commentaires sur "Trump, l’OTAN et l’interventionnisme américain"

5000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
LC2009
22 juillet 2016 21 h 43 min

je suis tombé sur son discours cette nuit. Il a aussi “promis” :

-que chaque département (état ? ministère ? je sais pas) propose de cibler 100 projets inutiles et couteux pour les supprimer et faire des économies à l’état
-de baisser spectaculairement les impots de la middle class (il n’a pas cette fois évoqué de faire payer les riches, mais ça devrait être la suite logique)
-d’augmenter le budget de l’armée
-de sortir de l’ALENA et autres traités libre-échangistes et de ne plus traiter avec plusieurs pays mais avec un à la fois, à l’aide de PDG et d’experts en économie réelle
-de relancer l’industrie, y compris contre les lois environnementalistes à la obama (schiste, mines, etc) visiblement, il va chier sur la connerie du CO2 du traité de paris
-de construire le mur contre le mexique
-de commencer les expulsions d’immigrés illégaux dès janvier 17
-de permettre aux parents de choisir leur école (fin du “busing” politique d’obligation multiraciale à l’école)
-de supprimer une loi des années 60 qui interdit aux églises de donner des avis politiques ou des consignes de vote
-de nommer des conservateurs à la cour suprême
-sur l’otan et la contribution, vous en avez parlé

pardon si j’ai oublié des éléments du programme, mais comme je vous l’ai dit, j’ai pris le discours en cours (et j’ai pas une mémoire infaillible)

Huguenot
23 juillet 2016 3 h 26 min

Grosso modo Trump respecte la Constitution…. et donc les Pionniers ceux qui ont fait les USA.

Liberté pour chacun … pas de nègre chez toi ou dans ton shop c’est OK
école at home . c’est OK etc etc

respect de la Constitution USA

for Us and our posterity …

wpDiscuz