Traite négrière : criminalisation des propos anti-repentance

Ne sachant que faire pour étouffer les réactions de la population à l’invasion migratoire, et entraîné dans une spirale politiquement correcte, le parlement français lance un texte visant à rendre illégaux divers propos autour de la traite des noirs.

RT :

Les députés ont voté en commission le principe de sanctionner d’un an d’emprisonnement et 45 000 euros d’amende l’apologie ou la négation de la traite et de l’esclavage. C’est déjà le cas des propos révisionnistes.

Pour l’instant, ce n’est passé qu’en commission. Mais puisque ce serait “raciste” de ne pas adopter le texte, nous pouvons être sûr que cela passera comme une lettre à la poste à la chambre des députés.

« Quinze ans après avoir reconnu la traite négrière et l’esclavage comme crime contre l’humanité, le législateur comble un vide juridique qui empêchait jusqu’ici les juges de condamner l’atteinte portée à la mémoire des victimes de l’esclavage et à l’honneur de leurs descendants par des propos littéralement odieux. » Victorin Lurel, député PS de Guadeloupe et accessoirement ancien ministre des Outre-mer est heureux.

Accessoirement aussi mulâtre, franc-maçon, et anti-blanc furieux.

Victorin Lurel

La commission spéciale mise en place à l’Assemblée nationale a adopté son amendement jeudi soir dans le cadre de l’examen du projet de loi « Egalité et citoyenneté ».

La loi aurait pour principe de condamner « la remise en cause du crime contre l’humanité que constitue la traite et l’esclavage ».

Notons qu’il s’agit ici exclusivement de la traite atlantique des nègres. La contribution démesurée d’on sait (((qui))) est tue, mais par contre la totalité des Français (blancs, donc), qui y ont encore moins à voir, sont culpabilisés.

Cette volonté de culpabilisation des Blancs est claire.

Selon les mots mêmes de la négresse Christiane Taubira :

Il ne faut pas trop évoquer la traite négrière arabo-musulmane pour que les jeunes Arabes ne portent pas sur leur dos tout le poids de l’héritage des méfaits des Arabes

Mais culpabiliser les Blancs, selon Taubira, c’est très bien !

De même, silence sur l’esclavage massif des Africains entre eux (les Noirs étaient les premiers à se traiter de manière déporable), silence sur le fait qu’aujourd’hui encore en dépit du fait que les Blancs ont permis l’abolition de l’esclavage dans l’essentiel de l’Afrique, ce genre de pratiques persistent par exemple en Mauritanie (en).

Silence sur l’esclavage des Slaves, silence sur la mise en esclavage d’un million d’européens par les Barbaresques d’Afrique du Nord, silence sur l’esclavage moderne d’européennes de l’Est, avec un rôle proéminent d’on sait (((qui))), silence sur le fait que la plupart des colons blancs des Amériques jusqu’au XVIIIème siècle arrivaient comme esclaves. Tout cela, vous pouvez le nier, vous pouvez dire que ça ne compte pas, vous pouvez cracher sur les personnes touchées : aucun tribunal ne viendra jamais vous poursuivre.

Notons que la loi va plus loin qu’elle en a l’air. Ce n’est pas seulement nier qu’il a existé une traite des esclaves africains ou qu’elle a été pénible qui sera interdit.

En vérité, toute personne censée constate que les Noirs du Brésil, des Caraïbes et des États-Unis n’y sont pas arrivés par magie. Et toute personne censée admettra que le transport des esclaves vers les côtes (transport effectué par des chefs de guerres noirs ayant capturé d’autre noirs), puis le voyage à travers l’Atlantique, se faisaient dans des conditions terribles, avec une forte mortalité et de mauvais traitements.

M. Lurel a indiqué que son initiative permettrait la criminalisation de l’évocation des « bons côtés de l’esclavage ».

Autrement dit, si je dis “Les Noirs ont globalement bénéficié de la traite atlantique, puisque cela leur a permis d’accroître leur territoire et de multiplier in fine la prévalence de leurs gènes ; sans pour autant perdre de territoire en Afrique” – ce qui est en vérité un fait objectif -, alors je pourrais être poursuivie pour “apologie de la traite négrière”.

De même, je suppose si je dis que les esclaves étaient souvent traités humainement, en tout cas aux États-Unis.

Enfin, bien entendu, on a pu constater pour la religion de l’Holocauste que “relativiser l’importance du crime” est tout aussi punissable de prison et d’amende. Il faut donc s’attendre à une criminalisation plus large des propos anti-repentance.

Mais pour être certain que cette terrible période de l’Histoire tombe définitivement dans le néant, il a aussi fait voter, à l’unanimité de la commission, l’abrogation, à portée symbolique, de plusieurs textes qui ne sont plus en vigueur.

Ce n’est pas en en parlant que l’on fait tomber cela “dans le néant”. C’est une arme politique.

Etaient concernés la loi du 30 avril 1849 qui établissait le principe d’un droit à l’indemnisation des anciens maîtres, après l’abolition de l’esclavage en 1848, ainsi que l’ordonnance du 17 avril 1825 qui imposait à Haïti, nouvel Etat indépendant, de payer 150 millions de francs or pour dédommager « les anciens colons français de Saint-Domingue ».

C’est le moment de faire remarquer le silence complet de tout le monde médiatique sur les massacres d’Haïti. Après les ravages de la révolution où les Noirs chassèrent ou tuèrent la majorité des Blancs et mulâtres, tous les Blancs restants furent massacrés de manière systématique en 1804.

Massacre de Blancs par les Noirs à Haïti
Massacre de Blancs par les Noirs à Haïti

L’ordonnance de dédommagement faisait suite à ces massacres. Autrement dit en effaçant ce texte, les députés crachent sur les milliers de français massacrés sauvagement par les nègres haïtiens.

Conclusion

Bien entendu, aucune loi semblable ne verra jamais le jour pour ce qui est des millions de morts provoqués par les (((bolchéviques))) sanguinaires.

Par le terrorisme intellectuel, le régime cherche à écrire une Histoire officielle pour guider le peuple. Il y a un côté “1984” dans tout cela :

Qui commande le passé commande l’avenir ; qui commande le présent commande le passé.

Pour ma part, je refuse la repentance. Tout n’est pas rose dans notre passé, mais ni les Arabes, ni les Africains, ni les Indiens, ni les Amérindiens, ni les Asiatiques, ni bien sûr les (((Juifs))), n’ont la moindre leçon à nous donner.

Nos ancêtres ont commis des actions néfastes pour d’autres groupes ? Et alors ? Je devrais souhaiter que ma race disparaisse soudain de ce fait, pour laisser place aux sauvages du Tiers-Monde ?

Non !

Ne nous laissons pas impressionner par les accusations de ceux qui n’ont que pour but notre destruction.

France d’abord, blanche toujours !

Auteur: Blanche

Partager cet article sur

Publier un commentaire

3 Commentaires sur "Traite négrière : criminalisation des propos anti-repentance"

10000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
Warezerie
18 juin 2016 17 h 17 min

Ce (((projet))) de loi montre une fois de plus et sans ambiguïté (((qui))) tient les manettes.

Ce (((projet))) de loi n’est que la suite (((logique))) de l’existence [subventionnée] du CRAN.

Honneur et patrie
18 juin 2016 17 h 44 min

Blanche,
Je vous sais gré de publier vos articles qui sont riches en informations et courageux. Vous êtes très courageuse et j’espère que le combat que vous menez sera récompensée en France et en Occident. Vous êtes une lumière presque unique dans cette si sombre période. Qu’elle se propage et tous nous éclaire.

Nicolas
23 juin 2016 4 h 20 min

J’ai lu récemment que sous Brejnev, un ouvrier soviétique était payé deux fois mieux qu’un instituteur.
C’est qu’un pouvoir, lorsqu’il sent sa chute, se recentre sur ses soutiens les plus sûrs, et les comble de faveurs.
Ce sont des signaux de panique. Le pouvoir est déjà chancelant. Pour l’abattre il suffit de continuer à répandre la vérité. La dire en rigolant, la dire en provoquant ou la dire très sérieusement.
Lorsqu’on rappellera qu’il n’y a eu que 15 ans entre la Société des amis des Noirs (à Paris et à Londres) et le génocide des Blancs de Saint-Domingue, île qui produisait le tiers du café et la moitié du sucre du monde, les gens comprendront enfin que 1789 fut notre défaite et non notre victoire.

wpDiscuz