Nouvelles agressions contre des partisans de Trump, en Californie

Des centaines de militants anti-Trump, essentiellement des latino-américains, se sont encore déchaînés hier. Visiblement mus par leurs pulsions sauvages, ils ne comprennent absolument pas qu’agresser systématiquement les partisans de Trump en brûlant le drapeau américain et en agitant des drapeaux mexicains, comme cela avait déjà été le cas la semaine passée à Albuquerque, ne fait que rallier toutes les personnes raisonnables à Trump.

RT :

Des centaines de manifestants ont bloqué un véhicule de police avant d’envahir le congrès, où Donald Trump s’exprimait, et d’y insulter ses partisans.

Si ces derniers, venus assister au discours du milliardaire américain, sont parvenus à accéder au rassemblement, escortés par une forte présence policière, plusieurs personnes quittant l’événement ont été agressées par des opposants.

Selon le journal Los Angeles Times, une dizaine de personnes ont ainsi reçu des coups de poing.

Regardez donc ces subhumains :

Le coup de poing en traître par derrière ou encore les sauvages courant après un partisan de Trump, voici le genre d’images que les Américains ont besoin de voir pour soutenir Trump contre cette racaille.

« Jetons Trump » (« Dump Trump ») ou encore « Pas de haine dans notre État » (« No hate in our state ») a-t-on pu lire sur les écriteaux des manifestants.

N’est-ce pas ironique lorsque qu’on considère l’incroyable haine qu’ils portent envers Donald Trump et ses partisans ? Et même, envers les États-Unis en tant que tels ?

Drapeau américain brûlé à San Diego le 2 juin 2016 lors d'une manifestation anti-Trump

AFP :

Le candidat républicain à la Maison Blanche, Donald Trump, a dénoncé vendredi les manifestants qui ont provoqué des violences aux abords d’un de ses meetings californiens la veille.

“Le meeting de San Jose hier soir était super”, a écrit le candidat sur Twitter. “Forte affluence. Dehors, un petit groupe de voyous a brûlé le drapeau américain !”

Des voyous qui le font de manière évidente par hostilité raciale. Trump ne mène pas une campagne explicitement raciale, il a par exemple déclaré à San José : “Les hispaniques, nous aimons les hispaniques.” Propos que les médias ne rapporteront pas, d’ailleurs. Mais l’hostilité de ces envahisseurs contre lui n’en est pas diminuée d’un pouce.

“Mes partisans seraient bien plus durs s’ils le voulaient, mais heureusement, ils ne sont pas hostiles”, a-t-il aussi écrit.

Des bagarres ont éclaté entre pro et anti-Trump à l’extérieur de sa réunion publique de San Jose, des incidents devenus récurrents.

Regardez comment l’AFP présente les faits de manière déformée. Des agressions totalement injustifiées de la part de la racaille hispanique se transforment en “bagarres entre pro et anti-Trump”. Quand vous lisez la presse anti-blanche, soyez toujours attentifs car ce genre de petites manipulations se glissent un peu partout.

En Californie, où le nombre d’habitants d’origine hispanique dépasse celui des Blancs, les déclarations anti-Mexicains du candidat ont suscité d’importantes manifestations, parfois émaillées de violences.

La Californie est un État totalement envahi, submergé à la fois par les envahisseurs non-blancs et par les crétins multiculturalistes. Les États-Unis se porteraient sans doute bien mieux en offrant la Californie au Mexique…

Auteur: Blanche

Partager cet article sur

Publier un commentaire

4 Commentaires sur "Nouvelles agressions contre des partisans de Trump, en Californie"

5000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
darkeuclyde
4 juin 2016 0 h 49 min

Pas besoin de donner la Californie au Mexique, on dégomme tous les tacos et on les fait griller sur le barbecue ou on les renvoie au Tacosistan.

Victoire
4 juin 2016 13 h 29 min

Comme en France, brulé le drapeau national montre tout l’amour qu’ils ont pour leur pays d’accueil

Trump PRESIDENT et tous ces non-blancs (sinon la plupart) DEHORS !!!!

Belge
4 juin 2016 14 h 01 min

Toujours les mêmes idiots utiles si les hispaniques étaient aussi courageux devant les cartels leur pays de cœur se porterait mieux.

5 juin 2016 6 h 22 min

À San José, ce sont des Mexicains qui ont attaqué les Américains qui étaient venus au meeting de Trump, mais la presse préfère les présenter comme des gauchistes et des protestataires. Ou encore mieux, la presse préfère ne pas trop parler de ce qui s’est passé.

Le maire de San José s’appelle Sam Liccardo et soutient Clinton. La ville de San José est ce qu’ils appellent une “ville sanctuaire”, c’est à dire une ville qui protège les immigrés clandestins.

En gros, la police a laissé les Mexicains attaquer les partisans de Trump, et les judéo-médias ne s’en émeuvent pas. Pour les médias, la priorité est de coincer ceux qui critiquent les juifs sur internet. Par contre, il n’y a pas d’inconvénient si les Mexicains veulent tabasser les partisans de Trump.

Évidemment, si c’est les partisans de Trump qui attaquaient la racaille mexicaine, la presse ne parlerait que de ça, et ils recevraient de longues peines de prison.

Tout ça est intéressant, car ça montre quel sera le sort des Blancs dans les pays où ils deviendront minoritaires.

D’après le chef de la police Eddie Garcia, les policiers ont refusé de quitter leur cordon de police et d’intervenir pour mettre fin aux “bagarres” qui se passaient sous leur nez (bagarre = attaque mexicaine contre des Blancs isolés), car il n’y avait sans doute pas de risque mortel, et le recours à la force “risque d’inciter à plus de violence” dans la foule.

(Source pour ma dernière phrase: Garcia said uniformed officers refused to break from their “skirmish line” to break up nearby scuffles because they weren’t deemed life threatening and that “additional force can incite more violence in the crowd.”)

wpDiscuz