Une loi pour favoriser le délire transgenre en France

Je me souviens encore des propos des médias expliquant que la théorie du genre était un “délire”.

Ainsi, il y a 19 mois et demi on pouvait lire sur le site internet du torchon Metro News :

Pourtant, de nombreux articles ont démontré que la “théorie du genre” n’existe pas et qu’elle n’est, de fait, pas enseignée à l’école.

Je répète bien : “n’existe pas”. C’était le cri en choeur de tous les médias.

Pourtant, dans les phrases qui suivaient, elle était déjà admise à moitié :

Interrogé par metronews, Eric Fassin professeur au Département de sciences politiques et au Centre d’études du genre à Paris 8 développait cette idée : “La propagande de la Manif pour tous affirme que la (prétendue) ‘théorie du genre’ nie toute différence entre garçons et filles. C’est faux : le concept de genre montre simplement que ces différences sont construites, et donc qu’elles sont bien réelles”.

Hi hi hi, non c’est pas vrai que la théorie du genre nie les différences entre les garçons et les filles hi hi hi. C’est juste que qui est un garçon ou une fille dépend de ce que l’enfant décide, hi hi hi, c’est une construction sociale, comme les races, hi hi hi, donc il n’y a pas de différence entre l’enfant avec un pénis qui dit être une fille et l’enfant avec un vagin qui dit être une fille, hi hi hi.” (Je rajoute les petits “hi hi hi”, parce qu’il se foutait ouvertement de la gueule des lecteurs en le sachant parfaitement. Au passage, notons bien son nom de traître.)

Mes lecteurs ont pu être informés sur le sujet, mais jusqu’alors il s’agissait essentiellement d’évènements à l’étranger. On rappellera en tout cas que se croire d’un sexe autre que son sexe biologique sain relève de la maladie mentale.

La Manif’ pour Tous avait aussi diffusé il y a 18 mois cette vidéo qui avait enragé la presse aux ordres :

Certes, la France n’en est peut-être pas encore au stade du Royaume-Uni où cette propagande est infligée aux enfants des écoles, mais tous les médias expliquant que “la théorie du genre n’existe pas” ont menti de la manière la plus effrontée qui soit.

Venons en maintenant à la loi en projet au parlement français.

AFP :

[Plusieurs paragraphes où l’AFP veut faire pleurer dans les chaumières en racontant l’histoire de Paloma, l’équatorien qui s’est fait couper le pénis avant devenir en France prostitué au bois de Boulogne.]

Plus de 800 meurtres transphobes ont ainsi été rapportés entre 2008 et 2015 au Brésil, le pays le plus dangereux pour cette population, devant le Mexique (229 homicides), selon l’ONG Transgender Europe.

En France, les agressions violentes sont bien moindres (4 meurtres sur cette même période), mais la violence sociale réelle : rejet des proches, regards des passants, moqueries, insultes…

Ne pas traiter avec la plus grande gentillesse ces malades mentaux serait une forme de “violence sociale” : les simples passants qui regardent avec dégoût sont coupables de crimepensée, et les proches qui ne sont pas enchantés d’apprendre que Matthieu s’est fait couper le sexe et veut se faire appeler Lolita mériteraient presque la prison ! (Il semble par contre apparemment qu’apprendre à ses proches que l’on va se faire mutiler parce que l’on est un malade mental n’est pas considéré comme une “violence sociale”.)

Mais aussi “outings forcés” dans des administrations, “négation de l’identité de la personne”, appelée par “son prénom ou son sexe de naissance” en milieu scolaire, “comportements abusifs” ou “allusions” graveleuses par des détenteurs d’autorité, énumère Clémence Zamora-Cruz.

Le franco-mexicain passé à la chirurgie enchaîne les affirmations osées.

Premièrement, ces “trans” ne sont pas transformés d’homme en femme ou de femme en homme. Même avec les hormones et toute la chirurgie, ils ne sont que des imitations grossières. Parler d’une révélation forcée de ce qu’ils sont est ridicule, tant cela se voit aisément en les regardant (et heureusement ! Imaginez que cela puisse duper un homme à croire qu’il s’agit d’une femme ; ou inversement ? Imaginez le découvrir juste avant une copulation ?).

Ensuite, ces gens infligent une souffrance mentale à toutes les personnes saines autour d’eux. Accepter leur folie est la position la plus inepte si l’on veut rester sain.

Le passage que je trouve le plus choquant reste “en milieu scolaire”. Attendez, on fait changer de sexe à des enfants ou à des adolescents en France ? Et il ne s’agit certainement pas là des personnes ayant eu une bizarrie anatomique à la naissance, dont l’état-civil est corrigé en bas-âge à côté d’une opération chirurgicale. Infliger le délire transgenre à des enfants relève d’une grave maltraitance, j’oserais dire criminelle. On n’aura pas plus de détail dans cette dépêche AFP, mais cela montre la vitesse à laquelle la décadence se déploit.

Autant de dérives que vise à limiter l’amendement présenté cette semaine à l’Assemblée nationale, qui facilitera le changement d’état-civil pour les personnes trans.

Si ce texte est adopté, un requérant devra apporter à un procureur, qui aura trois mois pour statuer, des “témoignages” de proches confirmant “qu’il est connu dans le sexe revendiqué” ou encore des “attestations” selon lesquelles il a “engagé ou achevé” un parcours médical.

Une petite révolution pour les trans, quand certains juges exigent encore leur stérilisation pour valider leur changement de sexe, après des années de procédure. Fin mars, le TGI de Montpellier avait ainsi débouté une requérante qui ne pouvait justifier d’une “impossibilité de procréer dans son sexe d’origine”.

Avant d’inscrire à l’état-civil qu’une personne est un homme, on veut s’assurer qu’elle ne puisse pas devenir ensuit mère. Mince alors ! Quelle “discrimination” !

“Mais la stérilisation, c’est de l’eugénisme. C’est interdit dans toutes les réglementations de la planète”, s’insurge Sun Hee Yoon, présidente de l’association Acthé, qui poursuit la France devant la Cour européenne des droits de l’Homme, notamment pour “traitement discriminatoire”.

En fait, c’est juste que si une personne peut être enceinte, la qualifier d’homme n’a aucun sens. Rien n’oblige ces malades mentaux à vouloir changer de sexe.

Mais je suis d’accord, l’aspect positif dans tout cela, c’est qu’au moins ils ne reproduiront pas leurs gènes défectueux.

Pour rappel, l’eugénisme est la science de l’amélioration de la qualité raciale, qui passe essentiellement par une plus haute reproduction des personnes avec des traits positifs et une plus faibles des personnes avec des traits négatifs (et en particulier pas de reproduction de celles qui présentent des tares graves).

La qualité raciale d’un peuple est au fondement même de sa civilisation, et l’eugénisme est donc quelque chose de fondamentalement bon. D’ailleurs, éthymologiquement, le mot “eugénisme” est construit avec le préfixe grec “eu” qui signifie “bon”.

Le contraire c’est la dysgénie : multiplication des imbéciles, de ceux ayant des troubles mentaux, des psychopathes, des faibles ; immigration massive du Tiers-Monde qui nous abâtardit racialement par le métissage, etc. Le préfixe grec “dys” signifie “mauvais”.

Néanmoins, si la promotion de la dysgénie n’est pas interdite, celle de l’eugénisme est bel et bien interdite. En fait, c’est l’opinion interdite à laquelle est associée, selon les textes de loi, la peine de prison la plus élevée, davantage encore que pour le racisme et le refus de la religion shoatique. Je prévois d’ailleurs de publier un jour ou l’autre un beau texte que j’intitulerais “Éloge de l’eugénisme”.

Entre 10 et 15.000 personnes ont engagé ou achevé un parcours de transition sexuelle en France, selon l’amendement déposé à l’Assemblée.

“Plus qu’une simple normalisation administrative, la modification de la mention du sexe à l’état civil apparaît pour les personnes transgenres comme l’enjeu central de la protection de leurs droits fondamentaux”, affirme ce texte.

Qui sont ? Je ne vois pas quels “droits” ils n’auraient pas en l’état actuel.

Oh, et bien sûr, les juifs sont derrière la théorie du genre (en). Surprise, goyim !

The marchand joyeux LGBT

Sinon, ai-je l’air trop extrême si je préconise l’élimination des malades mentaux transgenres ? Après avoir fait une recherche pour illustrer cet article, cela me paraît être une évidente mesure de salubrité publique…

Auteur: Blanche

Partager cet article sur

Publier un commentaire

13 Commentaires sur "Une loi pour favoriser le délire transgenre en France"

5000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
darkeuclyde
19 mai 2016 19 h 02 min

Bonjour j’aimerai avoir votre avis non pas pour ce genre de personnes mais plutôt pour les homosexuel(le)s, sont-ils malades ou tout simplement est-ce un amour comme on dit “charnel” pour une personne du même sexe car je n’ai rien trouvé de vraiment convainquant sur des sites et forum et je me demandais si quelqu’un avait des infos à ce sujet.

R.vert
19 mai 2016 23 h 16 min

Bonjour, la réponse est simple la personne est malade. Un exemple une amie est sorti avec un garçon. Il lui a avoué qu’il était bisexuel. Il lui a confier que sa mère et sa tante l’habillaient avec des vêtements féminins et lui donnaient un surnom de fille…

Hain
19 mai 2016 23 h 43 min

Discours d’Aristophane: “Notre nature était autrefois différente : il y avait trois catégories d’êtres humains, le mâle, la femelle, et l’androgyne. De plus, chaque être humain était en fait une sphère avec quatre mains, quatre jambes et deux visages sur une tête unique, quatre oreilles, deux sexes, etc. Les humains se déplaçaient en avant ou en arrière, et, pour courir, ils faisaient des révolutions sur leurs huit membres. Le mâle était un enfant du Soleil, la femelle de la terre, et l’androgyne de la Lune. Leur force et leur orgueil étaient immenses. Désireux de prendre la place des dieux, ils tentèrent de monter jusqu’au ciel pour les y combattre. Zeus trouva un moyen de les affaiblir sans les tuer, ne voulant pas anéantir la race comme il avait pu le faire avec les Titans : il les coupa en deux. Il demanda ensuite à Apollon de retourner leur visage et de coudre le ventre et le nombril du côté de la coupure.
Mais chaque morceau, regrettant sa moitié, tentait de s’unir à elle : ils s’enlaçaient en désirant se confondre et mouraient de faim et d’inaction. Zeus décida donc de déplacer les organes sexuels à l’avant du corps. Ainsi, alors que les humains surgissaient auparavant de la terre, un engendrement mutuel fut rendu possible par l’accouplement d’un homme et d’une femme. Alors, les hommes qui aimaient les femmes et les femmes qui aiment les hommes (moitiés d’androgynes) permettraient la perpétuité de la race ; et les hommes qui aiment les hommes (moitiés d’un mâle), plutôt que d’accoucher de la vie, accoucheraient de l’esprit. Ces derniers sont selon Aristophane les êtres les plus accomplis, étant purement masculins.”

Désolé pour le copier coller. Ensuite, on peut se dire que l’homosexualité de l’époque (quoi qu’on en pense) n’avait absolument rien à voir avec la dégénérescence d’aujourd’hui. Ce phénomène à toujours existé, le problème vient du moment ou on promeut l’anormalité comme un modèle (surtout en ce qui concerne les trans).

darkeuclyde
19 mai 2016 19 h 04 min

Bonjour j’aimerai avoir vos avis et recherches à tous par rapport aux homosexuel(le)s car je n’ai rien trouvé de convainquant sur les forum et site, donc si vous auriez des infos à me donner ou si vous pourriez me rediriger, merci.

19 mai 2016 20 h 34 min

Evola est lumineux sur la question du 3ème sexe,

Pour lui, un peu comme pour Aristophane dans le Banquet de Platon, je crois avoir compris que chacun recherche sa moitié pour être complet. Si le principe masculin chez un homme est fort (80% de masculin, 20% de féminin) il recherchera une moitié idéale très féminine (80% de féminin, 20% de masculin). Mais si le type masculin s’affaisse à 60% de masculin pour 40% de féminin en lui, la moitié recherchée idéale aura 40% de masculin. C’est ce qu’il appelle le 3è sexe, origine de l’homosexualité pour lui.

Si nous vivons de plus en plus au pays des tapettes et des peluches c’est que pour lui cette possibilité androgyne est favorisée par le climat général des démocraties qui affaiblissent et cassent la structuration des types et donc la polarité homme-femme, par indifférence ou égalitarisme forcené.

Donc pour lui, l’androgynie ou indifférenciation est le résultat de la régression dans la matière informe et égalitaire – qu’on appelle “le progrès”.

Même certains phénomènes étranges qui, à ce qu’il semble, étaient très rares précédemment, ceux du changement de sexe sur le plan physique – des hommes qui deviennent somatiquement des femmes, ou vice-versa -, nous sommes portés à les considérer selon la même grille et à les ramener à des causes identiques : c’est comme si les potentialités de l’autre sexe contenues en chacun avaient acquis, dans le climat général actuel, une exceptionnelle possibilité de réapparition et d’activation à cause de l’affaiblissement de la force centrale qui, même sur le plan biologique, définit le « type », jusqu’à saper et à changer le sexe de la naissance.

J. Evola, L’Arc et la Massue, chapitre III

darkeuclyde
19 mai 2016 21 h 10 min

Donc en soi si je comprends bien c’est une attaque psychologique via la propagande sur des esprits fragiles, ignorant ou naïf qui permet le développement de passer de 80-20 à 60-40 mais dans ce cas là c’est comme si on mettait un cache devant l’esprit et le cerveau qui fausse l’information.

19 mai 2016 21 h 29 min

Pour Evola et les auteurs comme lui, ce n’est pas exactement un problème de propagande ou d’informations, c’est plus charnel. Un peu comme une sélection à l’envers, qui favorise le type mou et efféminé.

Le monde moderne, démocratique, s’est construit par la valorisation de l’homme moyen et de l’opinion moyenne – le fonctionnaire contre le héros – et contre la distinction organique des fonctions masculines et féminines (le citoyen est un concept neutre, asexué).

Je crois que pas mal d’auteurs pensent que l’homosexualité chez les hommes vient de la trop forte prégnance de la mère et de l’absence du père.

19 mai 2016 19 h 54 min

AFP: “certains juges exigent encore leur stérilisation pour valider leur changement de sexe”

Ce serait plus honnête de la part de l’AFP d’écrire que certains juges refusent de reconnaître qu’une femme enceinte peut être un homme. Mais si moi j’étais juge, je donnerais à Sun Hee Yoon un certificat attestant qu’elle est bien un homme, ou un gros lapin, ou tout ce qu’elle veut, en espérant qu’elle me foute la paix ensuite.

Sun Hee Yoon: “Mais la stérilisation, c’est de l’eugénisme”

C’est pas demain la veille que le gouvernement va faire stériliser les transsexuels. Au contraire, il s’efforce d’encourager les gens à essayer un changement de sexe.

Au fait, comment expliquer qu’une Coréenne milite pour le changement de sexe, et qu’elle aille voir la Cour des Drwadloms en accusant l’administration française de faire de l’eugénisme et de vouloir stériliser les gens ?

Réponse: Elle doit fréquenter les activistes juifs d’un peu trop près !

En particulier, certains activistes juifs prétendent de façon absurde que les théories eugénistes ont conduit les Allemands à construire des chambres à gaz. Kevin MacDonald en parle parfois (exemple ici (en anglais) – lire juste la fin). Il s’agit de dénoncer les préoccupations eugénistes dans les pays blancs. Mais en pratique, c’est en Chine et en Israel que le gouvernement applique la politique eugéniste la plus volontariste.

** Le préfixe grec “dys” signifie “mauvais” **

Dans l’esprit des gens, le préfixe “dys” signifie : Oups ! Ça marche pas bien ! Comme dans le mot “dysfonctionnement”.

Mais quand les gouvernements occidentaux font de l’élevage d’immigrés tout en s’efforçant de limiter la natalité des Blancs, et en particulier des élites, ce n’est pas un dysfonctionnement, c’est délibéré. Pour être plus clair, on pourrait parler de sabotagénisme ou de licragénisme, du nom de la Licra, organisation anti-blanche co-administratrice de la France.

“Sinon, ai-je l’air trop extrême si je préconise l’élimination des malades mentaux transgenres ?”

Il faudrait surtout fermer certains départements universitaires dominés par les juifs, car c’est de là que vient le problème. Et il faudrait aussi changer de gouvernement. Et il faudrait expulser les dirigeants de l’AFP en Palestine. Et mettre fin au contrôle juif sur les médias.

Nicolas II
19 mai 2016 20 h 46 min

La théorie du genre est née aux Etats-Unis elle est liée profondément à la libération sexuelle ou révolution sexuelle apparue suite à une “étude” réalisé par Alfred Kinsey. Ce personnage a truqué d’une part des statistiques et d’autre part a violé des enfants, nourrissons pour étudier leur réaction. Il est mort en se coupant les testicules, un fou ? Par pour les fous en tout cas aujourd’hui un “institut” porte son nom “l’institut kinsey”. Après ce bref rappel historique notons que la théorie du genre part de la notion de “complot social” qui définirait chaque être tel qui l’est, c’est en deça une remise en cause globale de l’autorité et du naturel, cher aux révolutionnaires de la révolution de 1789.

Mais au-delà du fait de vouloir déruire la race blanche l’objectif est d’exporter cette folie donc de pousser l’humanité dans la folie anarcho-libertaire sans limites, des zombies. En ce qui concerne les déviants eux-mêmes, il faut interdire toute manifestation faisant la promotion de leurs déviances et abroger le droit au PACS ou au “mariage” . Il est cependant à noter que dans toutes les époques il y eut des déviants sexuels, l’interdiction semble donc absurde (on va pas mettre un policier pour voir si ils se sodomisent pas “, les écarter suffit donc et si ils le veulent les soigner. Opposé à l’euthanasie je ne préconise pas leur élimination physique donc.

33Charlemagne
19 mai 2016 21 h 26 min

Juifbook est déja en avance dans la matière, 52 nuances de genre sont au choix.

wpDiscuz