Un gros bonnet du lobby juif s’en prend violemment aux patriotes européens

Traduction de l’article du New Observer


Moshe Kantor, le président du Congrès Juif Européen (EJC), dont le slogan est “Rassembler la juiverie européenne”, a traité de marchands de “haine et d’intolérance” ceux qui s’opposent à la submersion de l’Europe par les hordes basanées.

Kantor a spécifiquement cité l’Afd (Allemagne), le Parti populaire (Slovaquie), le Jobbik (Hongrie), Aube dorée (Grèce), le Front national (France) — et Donald Trump (Amérique).

Kantor a signé dans le magazine Newsweek une tribune (en) intitulée “La progression de l’extrême droite européenne menace la paix sur le continent. Demandez donc aux Juifs”, où il expliquait que ses coreligionnaires observent “l’extrême droite” avec “appréhension”.

L’EJC est un organisme officiellement élu, représentatif de l’ensemble des Juifs d’Europe. D’après son président Kantor, les progrès électoraux réalisés le 13 mars par le parti anti-immigration Alternative pour l’Allemagne (AfD) témoignent d’une évolution dangereuse du monde politique européen.”

D’après lui, les succès électoraux de l’Afd ne sont “pas un incident isolé”.

Déjà ce mois-ci, les extrémistes de droite du Parti Populaire avaient réalisé de gros progrès électoraux en Slovaquie [ndlr : voir ici]. Et en Europe, les partis néo-fascistes comme le Jobbik en Hongrie, Aube dorée en Grèce, et le Front national de Marine Le Pen en France, sont en train de gagner en popularité.

[ndlr : Le FN est beaucoup plus mou et douteux que le Jobbik et Aube Dorée.]

Tout en admettant que l’AfD n’était pas sur le point d’entrer au gouvernement en Allemagne, Kantor écrivait que “le coup de barre vers l’extrême-droite facilite réellement la fragmentation et la polarisation d’un paysage politique dont dépend la stabilité du continent dans son ensemble”.

D’après Kantor, “il ne fait aucun doute que le débat national dévie vers la droite, et l’ordre du jour en Allemagne se recentre sur des politiques qui créent la division et ne servent qu’à promouvoir la haine et l’intolérance”.

Il poursuit en écrivant que ce n’est pas “seulement un phénomène européen ; en effet, les États-Unis semblent en proie aux mêmes tendances inquiétantes.”

Quand on voit la rhétorique de Donald Trump, qui lui permet d’être en tête de la course à l’investiture républicaine en jouant sur la peur et la xénophobie, et quant on voit les sentiments d’extrême-droite qui ont permis à Marine Le Pen de dominer les élections régionales en France en 2015, on n’est pas forcément surpris de voir les électeurs d’autres pays faire de même.

Ce grand glissement à droite, poursuit Kantor, “marque une rupture inquiétante avec l’Europe de l’après-guerre que nous nous étions tant battus [nous les Juifs] pour construire”.

En revanche, Kantor et l’EJC soutiennent naturellement l’État d’Israël, qui applique rigoureusement toutes les politiques que Kantor et ses congénères juifs prétendent dénoncer, mais qu’ils dénoncent seulement en Europe.

Dans l’État d’Israël que soutient Kantor :

Les non-juifs ont l’interdiction de se marier à des Juifs (en)

Les non-juifs ont l’interdiction d’immigrer en Israël (en)

La ségrégation dans le logement (en) et dans les écoles sépare les Juifs des non-juifs

Les écoles non-juives sont poussées à quitter Israël (en)

Les lois sur la citoyenneté israélienne sont basées sur les lois nazies de Nuremberg (en)

La judaïté des candidats à l’immigration vers Israël est établie par des tests d’ADN (en)

De la part de Kantor, et de tous les Juifs qui soutiennent Israël, il y a une hypocrisie choquante à traiter de “haineux” les Blancs qui veulent préserver l’identité européenne.

Ils soutiennent les politiques israéliennes pourtant selon leurs critères “d’extrême droite”, car elles servent en réalité à préserver l’identité juive. Mais ils s’opposent fanatiquement à tous les Européens qui veulent arrêter l’immigration et maintenir l’identité européenne.

Cette hypocrisie ne peut pas être accidentelle. Elle est trop flagrante. C’est forcément délibéré.

Kantor n’est pas le premier dirigeant juif haut-placé à se prononcer en faveur de l’invasion de l’Europe par le tiers-monde. Ronald S. Lauder, président du Congrès Juif Mondial, et le Dr Josef Schuster, président du Conseil central des juifs en Allemagne, avaient déjà publié une déclaration commune saluant l’invasion de l’Allemagne par les non-blancs (en), où ils décrivaient cette invasion comme une “évolution vers une société ouverte.”


Voir aussi sur ce sujet la montée des partis anti-immigration en Europe.

Auteur: Alfredo

Partager cet article sur

Publier un commentaire

4 Commentaires sur "Un gros bonnet du lobby juif s’en prend violemment aux patriotes européens"

5000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
24 mars 2016 14 h 36 min

” Cette Europe d’après guerre pour laquelle (nous les juifs) nous nous étions tant battus “……….. C’est donc un aveu d’ingérence dans nos affaires. Merci M. KANTOR nous ne l’oublierons pas.

26 mars 2016 15 h 17 min

Je suggère à Kantor d’interroger les Kabyles, les Berbères, et accessoirement les Juifs vivant en France, descendants des Juifs qui vivaient en Afrique du Nord il y a des siècles, ce qu’ils pensent de l’invasion arabe en Afrique du Nord.
Ces gens amènent le malheur partout où ils passent, et si les Européens ne se ressaisissent pas, leur sort sera comparable.
Force est de reconnaître qu’ils sont nuisibles à toute l’humanité !

Jean Pierre Morane
27 mars 2016 11 h 04 min

Superbe article !

Anonyme
31 juillet 2018 17 h 30 min

L’hyper-schizophrénie juive….

wpDiscuz