Ceux qui avaient exigé un serment de loyauté de Trump veulent nier au peuple le droit de choisir le candidat

Les anti-blancs ne sont pour la “démocratie” que quand le peuple vote bien.

Real Clear Politics :

Chris Christie a déclaré que si le parti Républicain retire la nomination à Donald Trump, s’il est le candidat avec le plus de délégués lors de la convention du parti, cela priverait de leur vote les électeurs des primaires et pousserait les gens à être encore plus désabusés.

“Je pense qu’il serait très difficile, si quelqu’un arrive près [de la moitié des délégués] et a [clairement le plus grand nombre] de délégués, de lui refuser la nomination. Je pense que c’est une chose très dangereuse pour n’importe quel parti de faire que de priver les gens qui votent de ce qu’ils ont demandé, a déclaré Christie à Linden, au New Jersey mardi.

Trump a d’ailleurs lui-même déclaré que cela risquerait de provoquer des émeutes.

Cela provoquerait avec certitude la défaite du Parti Républicain en novembre, à dire vrai son implosion complète.

la-marche-de-la-tyrannie

Christie a dit que le parti Républicain a fait signer à tout les candidats un “serment de loyauté”, demandant de soutenir le candidat final, peu importe qui c’est. Christie a déclaré que les gens qui ont fait signer le sermet aux candidats sont les mêmes qui défendent l’idée qu’il ne faudrait pas suivre le choix des électeurs.

“Je trouve cela ironique et quelque peu hypocrite.”

“Je trouve intéressant, puisque cela s’applique à Donald en particulier, que toute la rage en juillet et août dernier – et je me souviens avoir du le faire à la télé – était de signer un serment, qui disait “Je soutiendrais le candidat républicain final”. Maintenant, je pense que cela fut fait parce que à l’époque Donald parlait, eh bien, [de lancer une candidature indépendante s’ils ne se montraient pas équitables envers lui]”, s’est rappelé Christie.

Un membre du Comité National Républican (l’organe dirigeant au niveau national du Parti Républicain), a déclaré dans un entretien téléphonique avec la chaîne de télévision CNBC que “nous choisissons le candidat”, et non pas les électeurs. Il a avancé que c’était une mauvaise compréhension des règles que d’estimer que ce sont les électeurs qui choisissent, insistant sur le fait que le choix final revient aux délégués.

NBC :

“Les médias ont créé l’impression que les électeurs choisissent le candidat. C’est le conflit ici”, a déclaré Curly Haugland, un délégué sans obligation du Dakota du Nord, à CNBC mercredi. Il s’est même demandé pourquoi les primaires et les caucus sont tenus.

C’est la preuve que c’est un blanc cocu qui est prêt à sacrifier son peuple et sa race au nom du politiquement correct, pour quelques avantages personnels, et aussi pour marquer des points de “morale”.

Il a exactement répondu, à la journaliste qui l’interrogeait sur pourquoi les primaires sont organisées : “C’est une très bonne question.”

Le juif saurait que c’est afin d’endormir les goyim le temps de les détruire.

Haugland est l’un des 112 délégués républicains qui ne sont pas obligés de soutenir un candidat précis, parce que leurs États et territoires n’organisent pas de primaire ou de caucus.
[…]
La plupart des délégués tenus de suivre les résultats de la primaire de leur État ne le sont que pour le premier tour. Si des tours de vote supplémentaires sont nécessaires, virtuellement tout les délégués peuvent voter comme ils veulent, a indiqué Gary Emineth, un autre délégué du Dakota du Nord.

Emineth a ensuite suggéré de mettre en candidat diverses personnes que Trump pourrait de manière appropriée qualifier de perdants. Même en étant choisis à la régulière, ils n’auraient aucune chance.

[…] “Les règles sont toujours conçues pour qu’un parti politique choisisse son candidat à la convention. C’est simplement ainsi que c’est. Je n’y peux rien. Ne me haïssez pas parce que j’aime les règles.”

Ce personnage est tout simplement écoeurant.

Toute la question est donc de savoir si Trump pourra, oui ou non, obtenir une majorité absolue des délégués. Cela semble très possible, même si ce n’est pas encore joué.

Les prochains votes auront lieu le 22 mars en Arizona (promis à Trump) et en Utah (sans doute destiné à Cruz) ; puis le 5 avril au Wisconsin, le 19 avril à New York (qui devrait offrir une victoire écrasante à Trump). 5 États du Nord-Est voteront ensuite le 26 avril, et les votes se succéderont jusqu’au 7 juin.

Actuellement, Trump a 695 délégués, et est toujours dans la course pour les 1237 selon les prédictions de fivethirtyeight qui se fondent sur les résultats probables dans les différentes primaires.

Auteur: Blanche

Partager cet article sur

Publier un commentaire

1 Commentaire sur "Ceux qui avaient exigé un serment de loyauté de Trump veulent nier au peuple le droit de choisir le candidat"

10000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
20 mars 2016 17 h 44 min

Hors-Sujet :

On sait que c’est complètement interdit et blasphématoire de comparer Obama ou Taubira à des chimpanzés…

Par contre, on peut y aller avec Donald Trump :

Google Image: Trump + orang-outan

wpDiscuz