Un juge anglais viré pour avoir critiqué l’adoption d’enfants par les couples homosexuels

Traduction de l’article de New Observer.

La perversion homosexuelle de la société occidentale contemporaine est allé si loin qu’un magistrat en Angleterre a été mis à la porte pour avoir exprimer l’opinion qu’il n’est pas dans le meilleur intérêt des enfants de les placer sous la garde de couples de même sexe.

Richard Page, un magistrat à Maidstone dans le Kent, a déclaré au site internet Christian Concern (CC) qu’il a été renvoyé de son poste par le Grand Chancelier d’Angleterre après avoir partagé dans un entretien avec un média sa conviction personnelle selon laquelle il n’y a pas assez de preuve que placer des enfants sous la garde de couples de même sexe est dans leur meilleur intérêt.

CC :

L’entretien avait eu lieu le 12 mars 2015, avec la journaliste Caroline Wyatt de BBC News. Dans l’entretien, Page déclarait : “Ma responsabilité comme magistrat, comme je la voyais, était de faire ce que je considérais le mieux pour l’enfant, et mon sentiment était donc qu’il serait mieux si les parents adoptifs étaient un homme et une femme.”

Page, qui était magistrat depuis quinze ans et qui siégeait au jury de la famille de la Cour Centrale des Magistrats du Kent, était à moins d’un mois de la fin de sa carrière comme juge de paix. Pourtant, le Grand Chancelier, le ministre du parti conservateur Michael Gove, a utilisé cette affaire pour faire une déclaration politique.

Comme l’a souligné le site de CC, il est “assez ironique” que l’entretien pour lequel Page a été viré avait eu lieu dans le cadre d’un débat télévisé sur les chrétiens écartés de la vie publique.

Le programme de la BBC faisait suite à des recherches menées par la Commission à l’Égalité et aux Droits de l’Homme sur les défis à la liberté de religion et de croyance au Royaume-Uni.

Page avait été pour la première fois contesté par ses supérieurs fin 2014, quand il n’était pas d’accord avec ses collègues pour qui placer un enfant sous la garde d’un couple de même sexe était “dans le meilleur intérêt de l’enfant”.

Il a déclaré être arrivé à sa décision en ayant soupesé les arguments présentés au tribunal, et qu’en conséquence, en bonne foi, il ne pouvait pas voter en faveur de cette garde.

Il fut subséquemment signalé pour ses actions, réprimandé, et forcé à suivre un “entraînement de ré-éducation”, qu’il a fait comme prévu.

Page a déclaré qu’il croyait que la décision du gouvernement de placer des enfants à la garde de couples de même sexe manquait de recherches psychologiques ou éducatives solides et fiables quant aux conséquences sur les enfants.

Ses commentaires aux médias ont été ensuite à nouveau été portés à l’attention de ses supérieurs, et une enquête a été menée par un organe disciplinaire ; lequel a recommandé au président de la Haute Cour de Justice et au Grand Chancelier de licencier Page.

Commentant son licenciement, Page a déclaré :

[Comme] magistrat très expérimenté, j’ai rendu des jugements sur des milliers d’affaires, et dans chaque cas, j’en suis venu à ma décision selon les preuves, et les preuves seules, présentées devant moi et mes collègues. C’est le serment que j’ai fais quand je suis devenu juge de paix.

Quand vous siégez dans un tribunal de la famille, vous avez une grande responsabilité pour garantir le bien-être général des enfants qui sont recommandés pour être placés dans de nouvelles familles.

Vous pesez les rapports et références devant vous et les argument que vous entendez. Dans le cas des couples de même sexe adoptant des enfants, cela ne fait qu’un temps relativement court que les couples de même sexe ont obtenu la possibilité d’adopter et d’être famille d’accueil ; et en conséquence il n’y a pas eu le temps pour une analyse correcte de tels placements sur le bien-être éducatif, émotionnel et développemental des enfants.

Comme magistrat, je dois agir selon les preuves devant moi et, tout simplement, je crois qu’il n’y a pas de preuves suffisantes pour me convaincre que placer un enfant sous la garde d’un couple de même sexe peut être généralement aussi favorable pour l’enfant que de le placer avec une mère et un père comme Dieu et la nature l’ont voulu.

Je suis surpris que le Grand Chancelier doive se plier aux exigences de la nouvelle orthodoxie politique quand ce à quoi cela revient est une expérimentation sociale sur les vies des enfants les plus vulnérables de nos communautés.

Me punir et chercher à me réduire au silence pour avoir exprimé une voix dissidente est profondément choquant. Je vais contester cette décision, car elle est autoritaire et intolérante. Il est vital que les tribunaux de la famille aient toujours à l’esprit le meilleur intérêt des enfants. Je ne peux pas croire que le pouvoir cherche à réduire au silence quelqu’un comme moi qui l’a servi de tout coeur tout au long de ma vie professionnelle.

enfant-instrumentalisc3a9-par-des-dc3a9gc3a9nc3a9rc3a9s


N.B. : Certains médias anglais parlent de suspension plutôt que de licenciement. Mais je ne crois pas que cela change grand chose sur le fond, cependant.

Auteur: Blanche

Partager cet article sur

Publier un commentaire

3 Commentaires sur "Un juge anglais viré pour avoir critiqué l’adoption d’enfants par les couples homosexuels"

10000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
Alligator 427
10 mars 2016 23 h 07 min

Ben…allons Blanche!!! Le Talmud recommande de les sodomiser ces gosses voyons!!! Ce juge à dérogé à la règle Talmudique et il doit être puni!!!
(Ironie bien sur!)

darkeuclyde
11 mars 2016 7 h 31 min

Si les pédales étaient juifs sa aurait pu se faire mdr mais dans tout les cas cela ne m’étonnerait pas que les enfants adopter se fassent violer par leurs parents adoptif.

11 mars 2016 9 h 13 min

L’adoption d’enfants par des couples homosexuels* a pour but d’entraîner une augmentation encore plus considérable du nombre d’immigrés chromatodermes et monopalpébraux dans tous les pays européens où elle aura été autorisée.

Les homosexuels les plus revendicatifs — car beaucoup préfèrent vivre discrètement et sans autre prétention que leur tranquillité — se posent en éternelles victimes ( tout comme le lobby juif) et s’arrogent le droit de se gausser des couples hétérosexuels tout en faisant des procès pour « homophobie » si ceux-ci leur rendent la pareille! Mais dans ces éternelles récriminations contre les atteintes dont ils s’affirment victimes on notera un singulier et assourdissant silence à propos de l’homosexuophobie* islamique, pourtant hautement revendiquée par les musulmans : c’est que la propagande des lobbys gays n’est dirigé que vers les hétérosexuels blancs, afin d’amoindrir leur capacité de reproduction, et évite soigneusement les africains pour les laisser proliférer.

On voit donc bien en quoi les lobbies homosexuels masculins — et non les homosexuel(le)s en tant qu’individus — sont nocifs pour l’Occident : impunité imprécatoire pour les musulmans arabes et noirs, harcèlement juridique pour les hétérosexuels blancs, accroissement du pourcentage d’enfants non-européens. Et le pire reste à venir: pourquoi le Conseil Français du Culte Musulman, produit de l’ex-président Sarkozy, ne se sentirait-il pas le « droit moral » de réclamer à son tour l’institutionnalisation du mariage polygamique musulman ? Et on voit mal comment les autoproclamés « intellectuels » « socialistes » pourront le lui refuser, à moins d’aller contre leur propre logique.

Et pas seulement eux : souvenons qu’il y a deux ans, lors de ces manifestations contre le mariage homosexuel, la gallimorphe Frijide Barjot avait déclaré à l’UOIF (Union des organisations islamiques de France) en mars 2013 « je suis venue délivrer un message de paix d’accueil et de lutte contre l’homophobie et de place pour la véritable filiation humaine… les musulmans représentent une espérance … » ? Et ça peut aller plus loin encore : on sait que, dans nos oligarchies libéralo-pourrissantes, d’aucunes et d’aucuns nomment comme héritier leur animal familier. Maintenant qu’est entériné le « mariage » homosexuel, ces personnes-là demanderont tout naturellement à pouvoir se marier en toute légalité avec leur chien ou leur chat, afin d’éviter au malheureux survivant l’insupportable ponction fiscale successorale. Puis, un animal étant bien entendu incapable de gérer un patrimoine, il conviendra de lui nommer un tuteur… et donc que le bestiau soit reconnu « majeur incapable », c’est-à-dire qu’il faudra lui donner un statut de citoyen du pays – donc un rang humain!

Ca vous fait rire? Il y a vingt ans seulement la perspective du mariage homosexuel faisait également rire, comme il y a 50 ans aux U.S.A. celle d’avoir un président nègre… le pire n’est pas derrière nous : il reste à venir.

* Le terme d’ »homophobie » est absurde puisqu’etymologiquement il signifie « peur du même » ( préfixe ὅμοιος, homoïs qui en grec ancien signifie même, et suffixe φόβος, phóbos qui veut dire peur ) ce qui est aussi absurde que la mentalité des gens qui le criaillent à longueur de journée. A la Sororité Aryenne nous avons donc forgé le néologisme homosexuophobie (ou homosexophobie) qui est, lui, respectueux de notre héritage culturel gréco-latin.

wpDiscuz