Allemagne : la tentative d’interdiction du NPD chancelante

Traduction de l’article de New Observer.


Plusieurs juges constitutionnels allemands ont exprimé leurs doutes sur la réussite de la tentative des États fédérés allemands d’interdire le Parti National-Démocratique d’Allemagne (NPD), alors que les arguments juridiques contre le parti sont apparus chancelants lors du troisième jour des audiences.

Bien que les juges, siégeant à la cour constitutionnelle de Karlsruhe, aient déclaré que le programme politique du NPD contient des éléments “anti-constitutionnel”, cela seul est insuffisant pour une interdiction.

La procédure contre le NPD a début mardi, après que les gouvernements de tout les États fédérés allemands aient lancé une demande conjointe au tribunal pour que le parti, fondé dans les années 1960, soit interdit comme “non constitutionnel”.

[ndt : lire aussi Le pouvoir anti-blanc a declenché une tentative d’interdiction du NPD allemand]

Le dirigeant du NPD, Frank Franz, a été interrogé aujourd’hui sur la politique de citoyenneté de son parti, dans une scène d’interrogatoire poussée qu’une source médiatique a décrit comme “rare” à ce tribunal.

Il a été demandé à Franz si, quand le programme du parti parlait de la “communauté nationale”, il voulait dire tout les nationaux ou juste les “allemands ethniques”. Il a dit qu’une “nation est définie par une langue, une culture et une histoire commune, et que les membres d’une nation ne sont pas interchangeables”.

Pressé davantage, il a déclaré qu’une “communauté nationale comprend les citoyens”, et que le NPD fonde sa définition de la citoyenneté sur la loi de citoyenneté de 1913, laquelle est fondé sur le principe du droit du sang (jus sanguinis), c’est à dire que la citoyenneté est fondée non sur le lieu de naissance mais sur celle des parents.

Le juge Peter Müller a ensuite cité une brochure d’entraînement pour la branche de jeunesse de parti qui déclare que un “africain, asiatique ou oriental ne peut jamais être allemand. Un allemand est quelqu’un qui a des parents allemands. Être allemand est une question de naissance, et ne s’acquière pas via l’adoption de la citoyenneté”.

Il a ensuite posé à Franz cette question : “Si un enfant a une mère asiatique et un père africain, peut-il être allemand ?”

La réponse de Franz : “Je ne réponds pas aux questions hypothètiques”, n’a pas semblé satisfaire le juge, qui a ensuite souligné une autre citation de la brochure qui déclarait que “l’intégration est [un] génocide”.

Franz a déclaré que c’était là un “langage effronté”, mais a ensuite reconnu que le programme de son parti appelle à l’exclusion des droits de propriétés foncières pour les étrangers, ainsi que leur exclusion des assurances santé et retraite.

De plus, a-t-il dit, le NPD annulerait la citoyenneté des migrants qui l’ont reçue, et mettrait immédiatement fin à la politique d’asile de “frontières ouvertes”. Le seul cas où l’Allemagne sous un gouvernement NPD considèrerait donner à quiconque l’asile, a-t-il dit, est si la personne avait “rendu des services remarquables au pays”.

Manifestants NPD à Karlsruhe
Manifestants NPD à Karlsruhe le soir des audiences

D’autres juges ont interrogés les représentants des États fédérés sur leurs allégations selon lesquelles le NPD est “dangereux”, soulignant que les rapports du service de renseignement de l’État fédéré lui-même indiquent que le parti est faible en nombre et est politiquement insignifiant.

Le juge Müller a cité plusieur de ces rapports, demandant à l’accusation : “Où y a-t-il un danger pour la démocratie ?” Il lui a été répondu par le silence.

Le président du Tribunal, Andreas Vosskuhle, a aussi demandé à l’accusation de fournir des preuves de l’affirmation selon laquelle le parti se mêle à des “comportements destructeurs qui menacent l’ordre démocratique libre [sic]”. Là encore, l’accusation n’a pas pu fournir de preuve.

La cour constitutionnel va maintenant examiner en détail les arguments présentés durant l’audience, mais d’abord, le NPD a six semaines pour soumettre des commentaires supplémentaires. Après cela, l’accusation aura aussi droit à six semaines pour répondre, ce qui signifie qu’une décision n’est pas attendue dans l’affaire avant plusieurs mois.


Si l’affaire n’aboutit pas à l’interdiction du NPD, elle aura probablement pour effet de le faire connaître davantage. Même si les médias seront hostiles, en vérité toute publicité est bonne à prendre.

Pour le moment, les allemands ont encore peur des “nazis” : le parti ne compte que 5 élus régionaux, en Mecklembourg-Poméranie Occidentale, et 360 conseillers municipaux. Il avait obtenu 1,5% des voix lors des dernières élections fédérales allemandes en 2013.

Auteur: Blanche

Partager cet article sur

Publier un commentaire

1 Commentaire sur "Allemagne : la tentative d’interdiction du NPD chancelante"

10000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
dom
4 mars 2016 15 h 18 min

Mon avis, c’est que le NPD finira par être interdit ; je ne m’en réjouis certes pas mais les salopards qui organisent la destruction de l’Europe mettent partout les bouchées doubles en ce moment. La “justice” est partout aux ordres et il faut absolument supprimer tout ce qui peut se mettre en travers de leurs objectifs, tout faire taire, tout réprimer. Le NPD est l’un des derniers bastions, on le fera sauter.
Cependant, pourquoi ne pas croire à un miracle ?

wpDiscuz