Les cours “anti-viols” destinés aux “migrants” pourraient être généralisés

Traduction de l’article de New Observer.


Les envahisseurs non-blancs en Europe vont bientôt être envoyés dans des cours “anti-viol” conçus en Norvège, où il leur sera demandé par exemple “comment savez-vous si une femme consent au sexe” ou si “la violence peut-être justifiée” pour obtenir une relation sexuelle.

Le programme, développé par une entreprise norvégienne pour “apprendre” aux envahisseurs non-blancs à ne pas violer les femmes blanches, va être déployé à travers l’Europe dans l’espoir de pouvoir combattre les vagues d’agressions sexuelles.

D’après le journal italien Il Mattino, une conférence internationale s’est tenue en Norvège le 27 janvier, où des délégués des “agences de migration” à travers l’Europe ont participé à un séminaire portant sur comment “enseigner” aux non-blancs entrés en Europe de cesser d’attaquer les femmes blanches.

Le média norvégien NRK a rapporté que l’intérêt international dans les cours de “prévention du viol” était élevé parce qu’ils s’agit là du “seul [programme] de la sorte en Europe”. [ndt : En vérité, des programmes similaires ont été lancés ces derniers mois au Danemark et en Belgique, mais ils s’inspiraient déjà du programme norvégien.]

Linda Hagen enseignant aux non-blancs à ne pas violer

Les cours, menés par Linda Hagen [ndt : qui n’a pas besoin qu’on enseigne aux non-blancs à ne pas violer pour ne pas l’être…], ont été développés par l’entreprise privée pour laquelle elle travaille, Hero, qui a reçu un contrat pour gérer un grand nombre de “centre pour demandeurs d’asile” en Norvège.

Hero a décidé de débuter les cours après une série d’agressions et de viols brutaux par les envahisseurs non-blancs dans la ville de Stavanger entre 2009 et 2011, mais ces cours n’ont vraiment attiré l’attention qu’après les attaques sexuelles massives qui ont eu lieu lors du réveillon du nouvel an à Cologne et dans d’autres villes à travers l’Europe.

Une démonstration du cours lui-même a été donnée au public plus tôt, où il a émergé que les non-blancs se voient apprendre les “réponses” à des questions comme :

  • “Quelle est la différence entre amour et sexe ?”
  • “L’utilisation de la violence peut elle être légitime ?” (pour obtenir du sexe)
  • “Comment peut-on savoir si une femme consent à des relations sexuelles ?”

Bien entendu, il n’apparaît pas à ces gauchistes aveugles aux races que les “réponses” à des questions comme celles-ci sont évidente – et n’importe qui, de n’importe où, qui ne connait pas les réponses correctes à chaque question, est littéralement un débile mental.

Fille du cours anti-viol

Le “cours” montre aussi aux envahisseurs non-blancs la photographie d’une magnifique femme européenne en jupe courte – et on leur dit alors que les femmes ainsi habillés n’émettent pas “une invitation pour des relations sexuelles”.

Le cours souligne aussi qu’il n’est pas acceptable “d’utiliser la violence contre les femmes” – une manière typiquement gauchiste pour dire que dans les pays d’origine des envahisseurs, la violence contre les femmes est accepté.

Une autre partie du cours consiste en une vidéo de deux jeunes à une fête. Après avoir bu de l’alcool, la fille et le garçon s’embrassent puis vont en haut d’escaliers dans une chambre à coucher. Le garçon devient de plus en plus physique et lui retire sa culotte alors qu’elle exprime un malaise de plus en plus important. La vidéo se conclut avec un message disant “Non veut dire non”.

Les non-blancs ont ensuite été interrogés sur leur réaction à la vidéo. Leurs réactions, rapportées par l’agence de presse AFP, ne sont probablement pas celles que les organisateurs du cours auraient préférées :

“Elle l’a embrassé – c’est une invitation à avoir des relations sexuelles”, a dit l’un.

“Si elle veut venir chez moi, cela veut dire qu’elle consent”, a dit un autre.

“Il l’a piégée, mais la fille devrait avoir été claire et avoir dit non et ne pas être montée avec lui”, a dit un autre.

“Si une fille m’embrasse, je me figure qu’elle veut coucher avec moi”, a dit encore un autre.

Troublée, Hagen a expliqué plus tard à l’AFP qu’il y avait beaucoup de “zones grises” qui naissent à cause des “incompréhensions culturelles”.


Et pour le coup, je dois bien dire que les réactions des envahisseurs sont loin d’être absurdes.

Certes, un baiser ne devrait certainement pas autoriser un homme à violer une femme, mais embrasser un homme sans aucune intention de faire l’amour, à part chez une jeune fille qui découvre cela, ou le suivre dans un contexte comme celui de la vidéo pour dire non ; c’est une pratique d’allumeuse – autrement dit quelque chose qu’une société saine réprouve.

Les cas innombrables de viol que l’on peut recenser à travers l’Europe et qui sont commis par les envahisseurs ne tombent certainement pas dans cette “zone grise” évoquée par Hagen. Les diverses affaires que j’ai pu rapporter sur ce site (qui ne constituent qu’une infime part de la masse commise à l’échelle du continent) en sont toutes très éloignées, même si il est vrai que certains envahisseurs avaient expliqué que “le viol est naturel” pour se justifier. Peut-être auraient-il du préciser que le viol des infidèles blanches contre qui ils s’estiment en guerre leur paraît justifié, cela aurait été plus honnête, puisqu’aucun d’entre eux n’aurait accepté le viol de leur mère ou de leur soeur.

Auteur: Blanche

Partager cet article sur

Publier un commentaire

2 Commentaires sur "Les cours “anti-viols” destinés aux “migrants” pourraient être généralisés"

10000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
Monteverdeau
12 février 2016 21 h 36 min

Je crois que Nina Hagen peut se rhabiller car même après plusieurs années sur place et même l’obtention de la nationalité franc-maçonne, les gentils musulmans du communs que l’on croise tous les jours pensent toujours pareils.
Même quand ils la jouent coool !
Bien sur mouloud il est pas comme les d’autres, y boit d’la bière, OK sa femme est voilée, mais c’est leurs culture. Chacun sa culture, les cathos tu sais, chez eux y a aussi des intégristes, faut pas faire d’amalgames.
C’est vrai padamalgame cipaçalislam.
https://youtu.be/GWgKYZ78KeU

dom
13 février 2016 15 h 47 min

Est-ce qu’on se rend compte où on en est ? A quoi on est réduit ? A apprendre à l’ennemi à ne pas violer nos femmes ??? J’en suis sur le cul…. Est-ce que ceux qui ont organisé ces cours cernent bien le problème ? Parce que le problème, c’est qu’a l’instar des juifs, les musulmans considèrent les occidentales, les européennes, les chrétiennes, comme des putes et c’est tout. Or comme dans les deux religions, violer une pute n’est nullement un crime (c’est la faute à la pute, à la femme, toujours et c’est la femme qui doit être punie), je me demande dans quelle mesure les allogènes sont pleinement conscients de la gravité de leurs actes.
Comme quoi il ne faut pas obliger à vivre ensemble des gens issus de civilisations incompatibles car quoi qu’on fasse, ils ne verront jamais nos femmes autrement. La seule chose à faire, c’est tuer les violeurs et foutre les autres dehors !

wpDiscuz