Un “professeur de sciences politiques” allemand s’alarme de la radicalisation des masses

Les mots “extrêmistes” et “radical” sont souvent jetés comme des anathèmes. Mais quand nous faisons face à une invasion migratoire qui menace de nous génocider, faut-il être modéré pour la ralentir seulement et être génocidé plus lentement ; ou bien radical pour l’arrêter intégralement et faire repartir les envahisseurs déjà présents ?

En vérité, les allemands “extrêmistes” dénoncés par Siebo Janssen dans un entretien avec Le Point que nous allons analyser sont les plus raisonnables de tous.

Le Point :

Le Point : Quelle a été votre réaction lorsque vous avez découvert les attaques de la Saint-Sylvestre dans votre ville ?

Siebo Janssen : J’étais sous le choc, comme tout le monde en Allemagne. Des sociaux-démocrates du SPD aux chrétiens-démocrates de la CDU, en passant par Angela Merkel en personne, tout le monde a été choqué par ces agressions. La chancelière a d’ailleurs dit sans tarder qu’il fallait trouver et punir les responsables de ces attaques.

Comme les gens de la SPD et de la CDU et Angela Merkel, mais bien sûr ! La criminalité des envahisseurs non-blancs est connue des politiciens. Si cela indignait réellement Merkel, elle n’inviterait pas ces sauvages en premier lieu.
En réalité, ses déclarations ne sont qu’hypocrisie à des fins de relations publiques.

Ces incidents profitent aux partis d’extrême droite, qui ont toujours dit que les migrants allaient provoquer une hausse de la criminalité…

S.J. : Beaucoup de gens en Allemagne pensent que les migrants sont un problème. Mais on ne sait toujours pas aujourd’hui si les attaques du nouvel an ont été fomentées par des demandeurs d’asile ou par des membres de bandes organisées criminelles.

Oh oui, on ne sait toujours pas si ce sont des demandeurs d’asile arrivés fin 2015 ou des bandes organisées criminelles composées d’arabes et maghrébins ayant demandé l’asile en 2013, 2014 et 2015. Cela change tout !

On remarquera tout de même que cet anti-blanc reprend à son compte le délire sur les criminels qui commettraient des agressions sexuelles de masse dans le seul but de cacher des vols en masse. Croit-il que les gens sont lobotomisés au point d’avaler cela ?

Il apparaît toutefois clairement que les partis extrémistes profitent de ces incidents. Au niveau fédéral, l’AfD atteint aujourd’hui près de 10 % dans les sondages, et sa cote de popularité dans certaines régions atteint 15 %, voire 16 %. Ce parti devrait rentrer au Bundestag l’an prochain. Sa présence va compliquer la formation d’une coalition gouvernementale. On risque de se retrouver avec un pays qui sera continuellement dirigé par une grande coalition comme en Autriche. Nous sommes en train de passer d’un modèle social-démocrate à un modèle sécuritaire et nationaliste.

Quelle horreur ! Les méchants “extrémistes”, qui avaient raison de A à Z, bénéficient du fait d’avoir eu raison contre le politiquement correct !

Ce “professeur” qui soutient régime anti-allemand de plus en plus répressif prévient d’une menace autoritaire (c’est le sens de ses mots), n’a bien entendu aucun problème avec la censure de plus en plus massive en Allemagne, ni avec les poursuites de vieillards de 95 ans sous prétexte qu’ils aient mis un jour le pied à Auschwitz. L’hypocrisie est complète.

Quelle est aujourd’hui la ligne directrice de l’AfD ?

S.J. : Ce parti était à l’origine anti-européen [ndlr : comprendre anti-UE, l’UE n’est pas l’Europe !]. Mais son fondateur, le professeur Bernd Lucke, a été éjecté de sa formation durant l’été dernier. La branche la plus extrême du mouvement, que l’on peut comparer au FN en France, a pris le dessus sur les modérés qui ne représentent même plus 10 % des cadres du parti. Officiellement, l’AfD garde un discours policé, en disant qu’il faut arrêter le flot de migrants, mais, en interne, ses messages sont beaucoup plus durs. Certains de ses adhérents voudraient que l’armée puisse tirer aux frontières. Ce mouvement est bien plus radical que certains veulent bien le penser.

Pour le moment ce mouvement est en bonne part dans le piège du “nationalisme civique” où se trouve le FN. Mais en effet, ne doutons pas que parmi sa masse militante et parmi certains cadres qui ont participé au changement de ligne du parti, beaucoup sont nettement plus radicaux.

Tirer aux frontières sur les envahisseurs est une mesure de bon sens que seule la propagande juive permanente empêche de percevoir comme l’évidence qu’elle devrait être.

Certains Allemands se radicalisent tellement qu’ils semblent prêts à faire justice eux-mêmes…

S.J. : Les rixes qui ont eu lieu à Cologne contre certains migrants m’inquiètent énormément. Nous vivons dans une des villes les plus tolérantes d’Allemagne. Et si des violences commencent à apparaître ici, cela veut dire que le pays dans sa totalité est en réel danger.

Certains allemands ont en effet corrigé des envahisseurs. Cela affole les anti-blancs, mais en vérité, quand la justice commune n’est plus assurée, alors oui il devient légitime de se faire justice soi-même.

Angela Merkel a-t-elle commis une erreur en ouvrant les frontières de son pays aux migrants ?

S.J. : Elle a pris la bonne décision, mais elle a commis des erreurs en matière de communication. Elle a compris qu’elle ne parviendrait pas à stopper la vague de migrants et elle a donc choisi d’ouvrir ses frontières. Les gens ont longtemps critiqué son indécision et ses virages politiques brutaux. Mais aujourd’hui, ses opposants disent qu’elle est trop ferme. Il faudrait savoir…

Quand il dit “ses opposants”, de qui parle-t-il ? Des gauchistes ?
Qui donc considèrerait Merkel trop ferme alors qu’elle n’a toujours rigoureusement rien fait pour faire cesser l’entrée de plus de 3.000 envahisseurs quotidiens dans le pays ?

Ensuite, on a le discours complètement fallacieux de “l’impossibilité”. Ce mensonge ne repose que sur la force de propagande médiatique utilisée pour le promouvoir.
La Hongrie a voulu arrêter l’invasion ? Elle l’a arrêté.
La République Tchèque a voulu arrêter l’invasion ? Elle l’a arrêté.
Et pour prendre un pays que les anti-blancs portent dans leur coeur : Israël a voulu empêcher les arrivées de clandestins africains en construisant un mur ? Le mur a fonctionné à merveille !

Le problème avec Merkel n’est pas une mauvaise communication de sa part, c’est sa volonté de détruire la population allemande.

L’Allemagne peut-elle intégrer autant de migrants aussi rapidement ?

S.J. Ce pays a besoin d’une immigration massive pour compenser le vieillissement de sa population. Il ne faut pas non plus oublier que, chaque année, 400 000 personnes quittent ce pays. L’Allemagne peut en conséquence faire venir un million de migrants par an. Il faut toutefois simplifier la bureaucratie, qui est bien trop lourde. Un Syrien doit attendre deux à trois ans pour que ses diplômes soient reconnus ici. Pendant ce temps-là, lui et sa famille doivent vivre des aides sociales et beaucoup de citoyens critiquent cette situation.

J’avais déjà eu l’occasion de démontrer sans pitié l’inanité intégrale de la thèse du “besoin” de l’immigration avec plusieurs autres dans un article dédié il y a quelques semaines. J’y renvoie le lecteur.

Pour l’équivalence des diplômes, au delà du fait que très peu des envahisseurs en disposent, leur niveau réel correspond à celui atteint avec 2 à 3 ans d’études en moins en Europe, les diplômés universitaires de ces pays ayant un QI moyen nettement plus faible que celui du blanc moyen… En d’autres mots, cette équivalence devrait être refusée.

Mais je suppose que le propagandiste anti-blanc Siebo Janssen va proposer en contre-argument l’étude bidonnée qui affirme qu’en réalité les envahisseurs du Tiers-Monde sont mieux formés que les européens ! (Et on se demande bien pourquoi leurs pays sont à ce point invivables s’ils sont tous si géniaux)

L’Allemagne semble de plus en plus isolée en Europe sur la question de l’immigration. Comment expliquez-vous cela ?

S.J. : Certains pays veulent prendre leur revanche contre les politiques d’austérité imposées par Berlin, en refusant d’accueillir les demandeurs d’asile que l’Allemagne lui demande d’accepter. Angela Merkel aurait dû dire très tôt que l’Europe faisait face à une crise humanitaire majeure et que l’UE, qui s’est construite sur le principe de la solidarité, devait répondre à cette crise en montrant son union.

Ce n’est pas exactement la Pologne ou la Hongrie qui ont subi les politiques d’austérité ; et on ne voit pas exactement l’Italie, la Grèce ou le Portugal se lever contre l’invasion migratoire.
Pour la solidarité européenne, les anti-blancs n’ont de cesse de nous la servir à toutes les sauces depuis l’été dernier, ils ont largement tenté d’utiliser cette technique.

Que ce propagandiste pitoyable, qui aligne des mots sans cohérence pour soutenir à tout prix la politique anti-blanche, se prétende “professeur en sciences politiques” nous rappelle que l’université est désormais avant tout une institution qui a été infiltrée par les anti-blancs et qui est un des principaux centres de propagation et de légitimation de la politique généralisée de destruction des blancs.

Bien entendu, il est présenté comme “professeur”, mais ses autres allégeances sont elles intégralement tues. Il n’est pas précisé qu’il fait partie d’une association Europa Union Köln promouvant un Etat fédéral européen et soutien fanatique de l’UE oligarchique anti-blanche ; ou qu’il a présenté par exemple un séminaire intitulé “Vers un ordre mondial juste”, entre autres séminaires et cours subvertifs.

Auteur: Blanche

Partager cet article sur

Publier un commentaire

1 Commentaire sur "Un “professeur de sciences politiques” allemand s’alarme de la radicalisation des masses"

10000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
Alligator 427
21 janvier 2016 20 h 23 min

Veuillez trouver ci-joint la copie d’un mail qui vient de me parvenir à l’instant. J’espère rester dans le sujet qui nous préoccupe tous; sauf nos génocidaires bien sur, qui eux et leurs collaborateurs resteront dans le déni absolu, et nous savons tous quelle en est la raison: notre remplacement.

-L’ordre aux réfugiés musulmans d’attaquer les femmes blanches partout en Europe aurait été donné.

Tel est le message qui a débuté le cauchemar de la nuit de Cologne. L’hypothèse: coordonner l’attaque.

“Molestez et agressez la femme blanche, utilisez-la comme vous le voulez” Tel est le message terrible qui a débuté le cauchemar de la nuit de Cologne. Un ordre adressé aux musulmans d’Europe, que la nouvelle année aurait à se venger contre la «femme blanche». Le message affreux continuait – Réalisez le Taharrush gamea (Christian Hofer: terme de la culture arabe qui signifie des attaques de gangs d’hommes contre des femmes) partout en Europe. Prenez d’assaut leurs femmes, faites-leur voir qui nous sommes.

“Taharrush GAMEA” signifie harceler et attaquer les femmes dans la rue, dans le but de montrer la prédominance des hommes. Apparemment, selon les enquêtes menées par la police allemande, l’état islamique aurait organisé afin de lancer cette attaque en ligne lors du Nouvel An, ce qui a entraîné le harcèlement de masse à Cologne. Dans les faits les agents ont donné un sens plus complet des mots du ministre allemand de la Justice, Heiko Maas, qui a immédiatement parlé d”action organisée et coordonnée.” Selon les enquêtes des e-mails auraient été envoyés, des messages textes et des messages chiffrés, à la fois en arabe et en anglais ainsi qu’en allemand et en italien, aux résidents d’origine arabe sur le Vieux Continent. Un appel aux armes de l’état islamique pour humilier nos femmes.

Le ministre allemand de l’Intérieur, Thomas de Maizière, loyaliste Angela Merkel, ne mâche pas ses mots: «C’est une nouvelle dimension du crime Il est clair que tout ce qui a été prédestiné et organisé..” Le défi ultime des musulmans en Europe, en bref, est le “Taharrush GAMEA”.-

wpDiscuz