Déségrégation des écoles ? Pas en Israël !

Les organisations juives furent la force motrice dénonçant la ségrégation des noirs aux Etats-Unis et en Afrique du Sud ; bien que celle-ci bénéficait au fond aux deux parties. Elles sontaujourd’hui toujours derrière les tentatives renouvellées visant à forcer les enfants blancs à subir le plus possible une scolarité perturbée par les non-blancs, que ce soit aux Etats-Unis ou en France.

Mais elles gardent un silence qui en dit long quant au système scolaire israëlien qui est non seulement ségrégué, mais inégal.

Traduction de l’article de The New Observer


La semaine dernière avait lieu à Austin (Texas) le Congrès de la Modern Language Association (MLA), au cours duquel les délégués se sont efforcés de dénoncer la politique de ségrégation raciale des écoles israéliennes.

Un participant au congrès de la MLA, Saree Makdisi, professeur d’anglais et de littérature comparée à l’Université de Los Angeles (UCLA), a publié dans le Los Angeles Times une lettre ouverte sous le titre “Pourquoi les écoles d’Israël méritent d’être boycottées aux USA”. [ndt : il s’agirait d’annuler certains programmes officiels de coopération entre établissements scolaires aux USA et en Israël].

Cet article met à nouveau en lumière l’hypocrisie du lobby juif en Amérique sur ce point en révélant qu’Israël maintient deux systèmes éducatifs séparés pour ses citoyens —l’un pour les enfants juifs et l’autre pour les enfants palestiniens.

D’après l’auteur, ce système “renforce la profonde ségrégation qui existe dans tous les domaines de la société israélienne, depuis la citoyenneté et le mariage jusqu’au droit au logement.”

En outre, dit-il, Israël investit trois fois plus par personne dans l’éducation des enfants juifs que dans celle des enfants palestiniens.

“Les conséquences sont évidentes,” écrit-il, “En Israël, les écoles pour Palestiniens sont surpeuplées et mal équipées. Elles manquent de bibliothèques, de laboratoires, de salles de spectacles, et d’espaces de loisirs en comparaison des écoles pour élèves juifs.”

En outre, poursuit-il, “les enfants palestiniens ont souvent de plus longs trajets que leurs homologues juifs pour se rendre à l’école, du fait de l’interdiction étatique de construire des écoles dans certaines villes palestiniennes.”

Un article de novembre 2013 du journal israélien Jerusalem Post confirmait qu’Israël a des écoles racialement séparées. Sous le titre “Terra incognita : l’éducation séparée est-elle performante en Israël ? “, cet article indiquait que sur 2,008,100 élèves/étudiants israéliens en 2013, le “pourcentage qui étudie dans des écoles mixtes arabo-juives se chiffre à zéro.”

Cet article citait Catherine Rottenberg, professeur adjoint à l’Université Ben-Gourion, d’après qui, “bien que 20 pour cent de la population d’Israël soit arabe, les enfants juifs et arabes ont rarement, voire jamais, l’occasion d’apprendre à se connaître. Ils fréquentent des écoles séparées, et des terrains de jeu situés dans des quartiers différents”.

L’article du Jerusalem Post expliquait que cette ségrégation raciale du système scolaire est gravée dans la loi israélienne: “Quand la Knesset a adopté une loi sur l’éducation obligatoire en 1949, elle a institué une ségrégation du système éducatif, avec un système entièrement arabe pour les Arabes, tandis que les Juifs avaient un système divisé en plusieurs filières : religieuse, laïque, ou autre.”

Le principe était censé être “séparés mais égaux”. Mais comme l’admet l’article du Jerusalem Post : “Le conseiller spécial du Premier ministre S. Dabon lui avait dit en 1957 : ‘À quoi doit servir l’éducation des Arabes ? On peut supposer que l’éducation de ses citoyens bénéficie à la fois à l’État et aux citoyens eux-mêmes, et permet d’éviter qu’ils ne constituent une cinquième colonne ou une réserve potentielle pour les ennemis de l’État’.”

Capture d'écran du Jérusalem Post
Sous-titre : “En un sens, même les voix “progressistes” soutiennent la ségrégation en Israël”

Le Jerusalem Post admet un peu plus loin que cette ségrégation scolaire s’étend même à ceux qu’on appelle les “Falashas” ou les “juifs éthiopiens” : “Nous avons même vu certaines écoles qui étaient devenues presque entièrement éthiopiennes, ou qui s’occupaient exclusivement des enfants de travailleurs étrangers”.

Le service de presse israélien Ynet, dans un article publié seulement en hébreu (mais qu’on peut traduire grâce aux outils d’internet), déclarait que même les enfants de maternelle sont dans des écoles de Tel Aviv racialement séparées.

D’après Ynet, les autorités de la ville ont construit tout un nouvel ensemble d’écoles maternelles pour enfants noirs, après que les Juifs aient menacé de garder leurs enfants à la maison plutôt que de leur permettre d’aller à l’école avec des non-Juifs africains.

Les Israéliens ont naturellement le droit de conserver leurs propres écoles et leur propre système éducatif. Il n’y a rien de mal à cela – et en fait, c’est le signe d’une communauté saine qui souhaite maintenir sa propre identité culturelle et raciale.

Cependant, en Amérique, les organisations juives qui soutiennent Israël s’opposent toutes très fermement à la ségrégation à l’école, et ce sont toujours elles qui mènent l’attaque contre les Blancs qui oseraient suggérer que les Européens en fassent autant.

Par exemple, la Ligue Anti-Diffamation (ADL), que préside Jonathan Greenblatt (et qui reçoit le soutien de toutes les organisations officielles juives d’Amérique, autant religieuses que laïques), a lancé une campagne spécifiquement consacrée à faire disparaître les derniers vestiges de ségrégation à l’école – même dans les cas où cela provient simplement de l’isolement géographique et du manque de non-Blancs dans une circonscription scolaire.

Dans une section de son site internet intitulée “60 ans après, les promesses non tenues”, l’ADL affirme que la “promesse de l’égalité d’accès à une éducation de qualité est restée lettre morte.” [ndt: cela fait référence à l’arrêt de la Cour suprême de 1954 [Brown contre Bureau de l’éducation] qui permettait aux Noirs de s’inviter dans les écoles publiques de Blancs].

Comme d’habitude, les extrémistes juifs essaient de mettre sur le dos des Blancs les problèmes évidents dont souffrent les non-blancs dans le domaine scolaire et social. D’après eux, c’est la “ségrégation” qui expliquerait pourquoi “les élèves africains-américains ont trois fois plus de chances que leurs homologues blancs de se faire exclure d’une école à titre temporaire ou définitif.” (Cette suggestion est absurde, car les problèmes de comportement des Noirs n’ont rien à voir avec les Blancs, mais c’est un autre sujet.)

Par conséquent, dit l’ADL, “en l’honneur du 60ème anniversaire de l’arrêt Brown contre Bureau de l’Éducation, l’ADL a choisi de mettre en avant ces faits importants” en créant des infographies qui “serviront à rappeler qu’il reste encore beaucoup de travail à faire” [pour mettre fin à la ségrégation scolaire]. Le tract s’intitule “Toujours ségrégationnés, toujours inégaux.”

Dans un autre article intitulé “Maintenant plus que jamais : Pourquoi nous devons aborder le problème de l’iniquité et de la justice dans les écoles”, l’ADL déclarait également que “les inégalités structurelles qui existent dans la société se retrouvent aussi dans notre système éducatif. La re-ségrégation fait un retour impressionnant”.

Par conséquent, dit l’article, l’ADL propose “une éducation anti-préjugés” afin de promouvoir “des conversations avec les jeunes à propos des injustices sociales.”

Il est remarquable que l’ADL – comme toutes les autres organisations juives aux USA, se plaigne seulement de la “ségrégation éducative” quand il s’agit d’attaquer les Blancs.

Par exemple, l’ADL garde le silence au sujet des quelques 107 collèges qui font partie du système HBCU (“collèges et universités historiquement noirs”), et où l’énorme majorité des étudiants sont noirs.

L’ADL n’a pas non plus jugé bon de condamner la décision du Ministère de l’Éducation de déclarer la dernière semaine de septembre “Semaine nationale du système HBCU”. On imagine pourtant facilement la réaction de l’ADL si le Ministère de l’Éducation avait mentionné l’idée d’une semaine nationale dédiée aux “universités et collèges blancs”.

Semaine HBCU

Et pourtant, exactement au même moment, l’ADL et toutes les autres organisations juives des États-Unis soutiennent fanatiquement Israël – et ses écoles racialement séparées.

L’ADL consacre une section de son site internet à expliquer comment défendre Israël. Sous le titre ” Israël : Un guide pour les activistes “, la page internet de l’ADL donne des instructions détaillées sur tous les aspects de l’État juif, et sur la meilleure façon de répondre aux accusations qui visent ce pays.

En outre, l’ADL – comme toutes les organisations juives- organise des visites officielles en Israël, et fait du lobbying pour le compte de l’État juif. Quand on constate l’hypocrisie flagrante du lobby juif sur cette question, et qu’on réalise que le lobby juif désapprouve seulement la “ségrégation” quand cela permet d’attaquer les Blancs, on comprend alors mieux qu’ils suivent en fait un ensemble de règles pour eux-mêmes, et un tout autre ensemble de règles pour les Blancs.

Auteur: Alfredo

Partager cet article sur

Publier un commentaire

1 Commentaire sur "Déségrégation des écoles ? Pas en Israël !"

5000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
Saint-Plaix
21 janvier 2016 17 h 05 min

Un très bon article qui oublie pourtant un élément essentiel en matière de ségrégation “interne” en Israël: les écoles ashkénazes qui refusent l’inscription d’enfants de familles sépharades et vice versa…
Une manifestation “monstre” avait réuni plus de cent mille personnes dénonçant l’arrêt de la Cour Suprême interdisant la ségrégation confessionnelle dans les écoles religieuses…
Et rien n’est encore réglé!
Des sépharades français en aliya en ont fait l’amère expérience!
http://www.tribunejuive.info/ANCIEN-SITE/israel/segregation-anti-sefarade-dans-les-ecoles-de-jerusalem
http://www.lapresse.ca/international/moyen-orient/201006/17/01-4290910-120-000-juifs-manifestent-leur-colere-en-israel.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B9_international_29810_accueil_POS2
ET on n’évoquera pas les Falachas systématiquement discriminés!
http://canempechepasnicolas.over-blog.com/article-israel-des-ecoles-interdites-aux-noirs-meme-juifs-56715560.html

wpDiscuz