Propagande anti-blanche : les fausses raisons de l’invasion migratoire en Allemagne

Le journal 20 minutes a consacré un article a expliquer les prétendues raisons de l’invasion migratoire allemande.

Démontons ces bobards anti-blancs. C’est intéressant, puisqu’il y a là la majeure part des arguments de nos ennemis.

20 minutes :

Un eldorado pour beaucoup de réfugiés. Une chancelière décrite comme Mère Teresa par certains migrants [voir ceux-ci par exemple l’implorant]. L’Allemagne s’apprête à accueillir 800.000 demandeurs d’asile en 2015, quand la France n’en attend que 60.000. La nuit dernière, le pouvoir a débloqué 6 milliards d’euros pour les réfugiés. Pourquoi l’Allemagne se montre aussi accueillante ?

La vraie raison – la seule qui explique en réalité ce phénomène – est la volonté délibérée de génocide du peuple allemand par l’oligarchie mondialiste, dans le cadre de l’ensemble de la destruction de la race blanche ; qui a créé les conditions de l’invasion. Les candidats au parasitisme sont naturellement nombreux, et lorsque suffisamment eurent entendu parlé de l’opportunité créée par les anti-blancs, ils ont naturellement commencés à affluer.

Mais étudions donc les fausses raisons avancées par 20 minutes.

La question démographique s’avère primordiale pour expliquer cette politique d’accueil. La dénatalité allemande pose problème.

Quand un peuple ne se reproduit pas assez, plutôt que de s’attaquer aux causes racines : femmes empêchées de se consacrer à la vie de famille par le travail professionnel ; avortement encouragé ; mentalité générale anti-nataliste ; féminisme ; difficultés pour obtenir un logement famillial… la théorie des anti-blancs est donc qu’il faut importer massivement des populations d’un autre pays.

D’après la convention officielle de l’ONU (pourtant un machin farouchement anti-blanc) contre le génocide ; ceci est bien un génocide.
Parmi les méthodes possibles citées à l’article 2 on compte en effet :

b) Atteinte grave à l’intégrité physique ou mentale de membres du groupe; [la propagande permanente en faveur de toutes les perversions ; en faveur du féminisme qui divise homme et femme et éloigne la femme de son rôle de mère. Ces attaques mentales jouent un rôle majeur, sans cela il serait tout à fait possible de faire face au marasme démographique. Il n’y a pas à s’inquiéter exagérément avant de fonder une famille. La propagande pro-métissage…]

c) Soumission intentionnelle du groupe à des conditions d’existence devant entraîner sa destruction physique totale ou partielle; [La cohabitation avec un groupe racial autre, violent et se reproduisant plus vite, entraîne la destruction par meurtre direct et métissage (le métissage est un crime contre sa race). L’importation migratoire de personnes d’autres races est donc un acte génocidaire.]

d) Mesures visant à entraver les naissances au sein du groupe; [Instauration de l’avortement à une échelle massive ; généralisation de la contraception qui est très fortement promue aux jeunes femmes ; etc]

En plus du génocide rigoureusement inacceptable, en important des populations racialement différentes et aux capacités bien moindres (car les races sont une réalité), on a une destruction civilisationnelle assurée.

Reprenons le texte de 20 minutes :

En 2060, les plus de 65 ans atteindront presque le tiers de la population. « L’Allemagne va avoir un problème de financement des retraites, souligne Sylvain Fontan, économiste. Cette vague de migrants peut être une partie de la solution a fortiori si les personnes qui s’installent sont qualifiées ou qualifiables. »

Payer les retraites ? Ah ?
C’est dommage, parce qu’après plus de 15 ans d’installation, deux tiers des réfugiés arrivés aux Pays-Bas de 1995 à 1999 vivent aux frais du contribuable, constituant globalement une charge nette très importante. La proportion monte à 78% parmi les non-blancs, les ex-yougoslaves améliorant un peu les chiffres.

On nous parle de personnes “qualifiées ou qualifiables”. Problème : sans surprise, les envahisseurs sont ignares. Plus de 80% n’ont aucune formation. Même ceux ayant fini des études supérieures dans leur pays d’origine, l’élite de l’invasion, ont un niveau en réalité pitoyable.

Ce n’est pas sans surprise quand on connait les différences raciales qui font que ces gens n’ont pour la plupart pas les capacités intellectuelles d’aller bien loin même si on leur offrait des formations (plutôt que de les offrir aux allemands blancs en difficulté…)
Mais cela anéanti donc intégralement la thèse des “retraites” et de “l’économie”.

La première économie d’Europe, avec un taux de chômage à 6,2 %, aura peu de difficulté à absorber des centaines de milliers de nouveaux travailleurs. Le marché de l’emploi a même besoin de main-d’œuvre dans certains domaines, comme la santé ou l’hôtellerie. « L’Allemagne est un pays exportateur, notamment dans l’industrie, rappelle Sylvain Fontan. Elle doit se préparer à renouveler les seniors dans la manutention, l’ingénierie. D’ailleurs, elle attire déjà des jeunes Grecs ou Espagnols diplômés depuis 2008. »

C’est bête, parce que si les espagnols ou grecs sont peut-être prêts à travailler (quoi que ce soit déjà une idée stupide de les importer), ce n’est pas le cas des envahisseurs non-blancs qui n’en ont guère la capacité. Cf tout ce qui a été avancé à propos du mensonge des retraites.

« Il existe des liens anciens entre la Syrie, qui était dans l’orbite soviétique, et l’Europe de l’Est, précise l’historien. Il y a d’ailleurs eu des immigrés syriens dès les années 1950 », souligne Serge Cosseron, historien de l’Allemagne. Autre fait marquant : « L’Allemagne n’ayant pas de force militaire, elle ne peut envoyer des troupes en Syrie, analyse l’historien. Elle amplifie donc son rôle civil dans la participation de l’Europe contre le terrorisme djihadiste au Moyen-Orient. »

Quand deux pays ont eu de vagues relations historiques, il serait donc normal que l’un des deux se laisse détruire en se faisant envahir par la population de l’autre. Intéressant. D’ailleurs, tout le monde a pu constater que les liens France-Algérie, Royaume-Uni-Pakistan et Allemagne-Turquie ont rendu l’invasion de la France d’algériens, du Royaume-Uni de pakistanais et de l’Allemagne de turcs “extrêmement fructueuse”… Ah, on me souffle dans l’oreillette que c’est en réalité une catastrophe intégrale dans ces trois cas, avec des populations inassimilables et criminogènes ? Mince !

Et en réalité, seuls 20 à 25% des envahisseurs sont syriens, les autres venant de nombreux autres pays (Irak, Afghanistan, Pakistan, Albanie/Kosovo, divers pays africains…). Une proportion un peu plus élevée peu cependant se vanter d’avoir un passeport syrien du fait de l’immense trafic de passeports florissant actuellement.

Si la repentance collective d’un pays encore marqué par la culpabilité liée au nazisme ne convainc pas Serge Cosseron, il associe cette politique d’accueil à l’histoire plus récente. Les Allemands ont fait face à un important déplacement des populations au moment de la réunification en 1989.

Parce qu’un pays divisé en deux par la force se réunifie, alors il trouverait naturel de se faire envahir par des peuples étrangers ?
Ca n’a rigoureusement aucun sens, que des allemands de l’Est aient profité de la réunification pour aller vivre dans la partie Ouest est incomparable à une véritable invasion.

Non, la culpabilité liée au nazisme, entretenue par une propagande généralisée et infligée depuis la plus tendre enfance, joue à plein.
Ce n’est bien sûr pas une raison valable pour prendre ces gens, mais c’est un moyen qui permet au gouvernement de Merkel de faire ce qu’il fait en essuyant des pertes électorales encore modérées (à ce propos, on notera bien sûr la totale absurdité de ce point de vue).

« Mais ce pays est également habitué à recevoir des migrants, notamment après les guerres en ex-Yougoslavie. L’Allemagne dispose d’un réseau alternatif, religieux à travers une église protestante forte, qui explique que cette solidarité soit plus visible qu’ailleurs. En France, aucune migration n’a atteint les 100.000 personnes depuis le rapatriement des Français d’Algérie en 1962. »

Là, ce qui est mis en avant est que l’Allemagne pourrait peut-être mieux absorber une certaine quantité d’envahisseurs (mais elle est actuellement en extrême difficulté). Ca n’explique absolument pas pourquoi il faudrait les prendre. Ce n’est pas une justification.

L’image de ce pays souvent critiqué pour sa rigidité s’est totalement transformé ces dernières semaines. « L’Allemagne veut se démarquer de la politique de la Hongrie qui se rapproche de la discrimination raciale, explique Serge Cosseron. Cette générosité peut être une manière de se dédouaner après la rigidité dont certains l’accusent dans la renégociation de la dette grecque. »

Les grecs vont trouver ça génial que le gouvernement Merkel les réduise à la misère absolue en mettant une pression folle pour qu’il y ait une politique destructrice ; tandis qu’à côté l’Allemagne déverse des milliards pour des envahisseurs non-européens…

A mon avis, ça va plutôt les agacer.

Mais il est vrai que pour tirer ce constat, il faut réfléchir honnêtement : les médias contrôlés se fichent bien de la vérité, ce qui les intéresse est de mettre en avant leur message de propagande.

Si des incidents, comme des incendies de foyers de migrants et manifestations de Pegida dévoilent une ambivalence des Allemands vis-à-vis des migrants, la poussée de l’extrême droite n’a pas la même force qu’en France. « Si on s’appuie sur les chiffres de l’électorat du Front national, entre 25 et 30 % des Français voient l’immigration comme un danger, rappelle Serge Cosseron. En Allemagne, cette proportion ne dépasse pas les 6 %. Les dirigeants français sont plus bloqués par cette poussée de l’extrême droite. »

Ceci est directement lié à la question du régime nazi ultra-diabolisé ; et auquel toute résistance à l’invasion est assimilée. Les anti-blancs se fondent sur ce tabou pour se permettre d’agir ainsi.

Mais ils sont en train, par leurs actes, petit à petit, de réveiller le pays jusqu’alors endormi.

L’AfD qui défend l’arrêt de l’invasion a passé le cap des 10% d’intentions de vote en doublant son score en 3 mois.

Et pour Sylvain Fontan, économiste, la politique d’intégration explique aussi les moindres réticences allemandes. « En France, avec le droit du sol, un enfant né en France neuf mois après l’arrivée de ses parents obtiendra de facto la nationalité française, alors qu’en Allemagne, où prévaut le droit du sang, des familles turques qui vivent en Allemagne depuis des générations ne sont toujours pas allemandes. La question de l’accès au droit de vote s’avère plus problématique en France qu’en Allemagne.

Les naturalisations facilitées existent néanmoins, et cela est de peu d’importance pour ce qui est de la destruction des Allemands. Les patriotes qui résistent de plus en plus ne se demandent évidemment pas si les envahisseurs comme ce criminel ayant participé au viol collectif d’une jeune blanche et s’en vantant a des papiers allemands ou non.

Bref, toutes les raisons invoquées ne valent rien. Ce n’est pas tant “L’Allemagne accueille à bras ouverts les migrants” que “Le gouvernement anti-blanc, les juifs et les gauchistes haïssant leur race accueillent à bras ouvert l’invasion”. Les allemands sont globalement de plus en plus excédés par l’invasion. Je ne crois pas que nos ennemis aient bien calculé leur coup, la situation va glisser hors de leurs mains petit à petit.

Auteur: Blanche

Partager cet article sur

Publier un commentaire

10 Commentaires sur "Propagande anti-blanche : les fausses raisons de l’invasion migratoire en Allemagne"

10000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
30 décembre 2015 0 h 55 min

“Bref, toutes les raisons invoquées ne valent rien.”

Si ça venait juste d’un journaliste de 20 Minutes, ça ne serait pas grave.

Mais on lit les mêmes balivernes dans tous les journaux, et il n’existe pas un seul grand journal ni une seule télé pour dénoncer ces mensonges.

Le Crif et la Licra nous diront que c’est une simple coïncidence: Ne cherchez pas d’explication, ou vous allez tomber dans le complotisme !

Et pourtant, il n’y a qu’une explication possible: les médias et le gouvernement sont aux mains de gens qui veulent nous détruire. Ils n’ont pas encore réussi à fermer internet, mais ils contrôlent le reste des médias.

30 décembre 2015 1 h 47 min

“Serge Cosseron, historien de l’Allemagne”

On s’attendrait à ce que les historiens de l’Allemagne soient des gens qui aiment bien l’Allemagne. Mais ce Cosseron veut visiblement génocider les Allemands.

“L’Allemagne veut se démarquer de la politique de la Hongrie qui se rapproche de la discrimination raciale, explique Serge Cosseron.”

Est-ce que ce type a un avis sur la politique d’immigration et de nettoyage ethnique d’Israel ?

Il a sa fiche wiki :

Né en 1949. Éditeur de profession. A été militant politique dans la mouvance issue de Socialisme ou Barbarie.

Publications:
– Dictionnaire de l’extrême gauche
– Les Rois de France
Les mensonges du IIIe Reich (2007)

Je suis allé voir ce dernier livre sur le site Amazon.

Présentation Amazon :
“Que ce soit pour préparer l’ascension du régime nazi, le maintenir au pouvoir, perpétuer sa gloire ou cacher ses crimes atroces, les architectes du IIIe Reich ont eu recours à une multitude de mensonges dont certains perdurent encore aujourd’hui. Des raisons de la défaite de l’Allemagne lors de la Première Guerre mondiale aux prétendus bienfaits du régime hitlérien (les autoroutes, la baisse de la criminalité), des mœurs de ses dirigeants (morphinomanes, occultistes) jusqu’à la “solution finale” qui cachait l’extermination de millions de Juifs et autres “ennemis du régime” : l’auteur passe au crible les mensonges connus et méconnus qui ont marqué cette période sombre. Un constat effrayant.”

(bouquin feuilletable sur le site Amazon)

1 commentaire client :

“Un ouvrage de vulgarisation sur le sujet dont on a du mal à croire qu’il ait été écrit par un “historien”. Il s’agit plutôt d’un pamphlet politique comme on en a déjà vu sortir des centaines.”


Je reviens à Wikipedia :

Socialisme ou Barbarie (1948-1967) est une organisation révolutionnaire française créée par Cornelius Castoriadis et Claude Lefort, d’orientation marxiste anti-stalinienne et proche du “communisme de conseils”. L’expression “Socialisme ou barbarie” est reprise de Rosa Luxemburg.

Wikipedia nous apprend aussi que Claude Lefort est le fils d’une certaine Rosette Cohen, et que le grand penseur Castoriadis, soi-disant grec, était un psychanalyste marxiste, économiste à l’OCDE, et directeur d’études à l’EHESS (“la synagogue en surpression”, comme disait Céline).


Bref, au début de sa carrière l’historien Cosseron était lié aux cercles judéo-marxistes de l’organisation “Socialisme ou Barbarie”. Et vers la fin de sa carrière, il sort un bouquin anti-Hitler écrit dans le plus pur style licrasseux. Je ne sais pas si c’est un juif, mais il est clairement lié aux activistes juifs, qui sont les principaux organisateurs du Grand Remplacement. C’est logique qu’il veuille génocider les Allemands.

30 décembre 2015 7 h 27 min

Ecoutez chers liseurs je vis en Allemagne depuis 40 ans et je peux vous assurer que la majorité écrasante des allemands sont contre cette arrivée massive de non-blancs et qu’ils se demandent tous si leur chancelière ne serait pas devenue folle.

Contrairement à ce qu’on vous raconte tous les jours en France l’Allemagne ne va pas bien. Le chômage y est endémique et le nombre de gens qui émargent à l’aide sociale est énorme, ils . sont plus de 10 millions et les immigrés sont ceux qui sont le plus touchés par ce chômage.

L’homme moyen sait ici qu’il n’y a strictement aucun travail pour ces nouveaux arrivants. Quand un chômeur ne trouve pas de travail après deux ans il sort automatiquement des statistiques du chômage ce qui fait que les chiffres officiels sont gravement truqués.

Il y a en Allemagne 20 millions de laissés-pour-compte au bas mot.

Les médias sont entièrement dans les mains d’une clique crypto-communiste, surtout la télevision et le régime fait absolument ce qu’il veut comme il veut.

De plus un quart de la population vit dans une grande aisance et ce sont eux qui embouteillent les autoroutes et le aéroports et donnent l’impression qu’en Germanie tout va bien.

30 décembre 2015 12 h 20 min

J’ai beaucoup d’amis et connaissances qui travaillent ici en Allemagne dans l’industrie de la machine-outil ou dans celle de l’automobile.

Le degré de complexité dans la production industrielle est vraiment énorme et cela fait déjà presque 20 ans que la robotisation et l’informatisation des chaines de montage a atteint un tel degré que seuls des techniciens et ingénieurs sont necéssaires au bon fonctionnement du processus de fabrication.

Il est impossible en laissant entrer des centaines de milliers de faux réfugiés de compenser le déficit démographique à venir et cela surement pas en faisant venir des manoeuvres en provenance des pays arabes ou subsahariens qui n’ont strictement aucun bagages scolaires ou universitaires et qui en plus ne parlent pas l’Allemand.

Je crois plutôt que le comportement de nos éltes face à cette invasion répond aux suppositions émises par Julien Freund dans cette interview.:

– Comme vous, je suis frappé par l’aboulie de l’Europe.[…] Par dévolution, elle hérite des patries sans réussir à se doter de leurs qualités. Elle fonctionne comme une procédure de dépolitisation. Elle ne veut pas s’assigner de limites géographiques. Elle ne veut pas être un territoire. Un territoire, voyez-vous, ce n’est pas un espace neutre, susceptible d’une dilatation à l’infini. Le territoire est à l’opposé de l’espace abstrait, c’est un site conditionné, habité par une culture. La nouvelle frontière utopique de l’Europe, c’est l’impolitique des droits de l’homme. C’est une notion hyperbolique mais vague… on ne meurt pas pour une notion aussi floue. Cet espace là n’a pas de qualité, pas d’épaisseur, pas de densité. Il ne peut pas susciter l’adhésion. Seul le territoire peut nourrir des liens d’affection, d’attachement. Du fait du particularisme qui lui est inhérent, l’identité collective exige des frontières. Elle entre en crise quand toute démarcation s’efface. Etre Européen, c’est être dépositaire d’un patrimoine spécifique et s’en reconnaître comptable. Je croyais ardemment à la construction européenne, mais je suis devenu sceptique dans la mesure où cette Europe là risque bien de n’être qu’un vecteur de la dénationalisation générale, la simple conjugaison de nos impuissances. L’Europe semble vouloir expier son ancienne volonté de puissance. Nous sommes au balcon de l’histoire, et nous faisons étalage de nos bons sentiments. Il suffit de considérer la complaisance avec laquelle nous nous laissons culpabiliser. Comment s’appelle ce monsieur qui a sorti un livre là-dessus ?

30 décembre 2015 14 h 58 min

20minutes: “La question démographique s’avère primordiale pour expliquer cette politique d’accueil. La dénatalité allemande pose problème.”

Ils préconisent de faire venir des non-européens pour résoudre le problème de la disparition des Européens. C’est du foutage de gueule délibéré. Dans un pays normal, les journalistes qui viennent nous dire ça en face se feraient démolir le portrait. Mais on regarde autour de nous, et on ne voit personne réagir. Chacun attend que les autres réagissent d’abord. C’est une situation franchement bizarre.

Tant qu’il n’y aura pas de rébellion, le gouvernement et les journalistes vont continuer à se payer notre tête, en se retenant pour ne pas pouffer de rire, et en observant notre mine défaite pendant qu’ils nous poussent la tête sous l’eau.

30 décembre 2015 15 h 00 min

Le gouvernement applique une politique délibérée de diminution de la natalité des Blancs par toutes sortes de moyens différents, psychologiques, financiers, etc. Mais la politique d’immigration est un moyen particulièrement efficace de faire chuter le moral et la natalité des Blancs, en particulier dans les grandes villes. On ne peut pas élever une famille dans un coin qui grouille de Noirs et d’Arabes.

Pour une partie des gens, on peut supposer que la basse natalité est liée au bas niveau des salaires. La solution serait d’avoir des salaires plus hauts et plus d’allocations familiales. Mais l’effet de l’immigration non qualifiée est d’abaisser encore plus les plus bas salaires, de mettre encore plus de gens au chômage, et de diminuer les allocations familiales qui allaient aux Blancs pour les distribuer à leurs remplaçants du tiers-monde.

En gros, plus on fait venir de non-blancs, moins il reste de place pour les Blancs. Il n’y a pas besoin d’être économiste.

wpDiscuz