En Italie, émeute d’envahisseurs pour cause de “manque de Wi-Fi”

Traduction de l’article de New Observer


Un groupe d’africains ingrats parasitant les italiens en Italie du Nord ont déclenché une émeute, vidant des ordrues au milieu des rues car il n’ont pas de Wi-Fi gratuit ni de femme de ménage pour nettoyer derrière eux.

Les africains – tous d’Afrique sub-saharienne – n’ont absolument aucun droit à “l’asile” en Europe, mais ils ont été néanmoins autorisés à débarquer et ont reçu un logement, des habits et de la nourriture gratuits ; grace au gouvernement italien traître et à l’Union Européenne.

D’après un article dans le journal MilanoToday en Italie, les envahisseurs ont demandé “un Wi-Fi gratuit” et une “femme de ménage” pour “nettoyer” dans la villa où ils ont été logés [ndt : trop difficile de nettoyer derrière eux pour ces sauvages…].

Africains se prétendant réfugiés

Le journal La Repubblica précise que les envahisseurs étaient furieux du manque de Wi-Fi “parce qu’ils ne peuvent pas faire des appels Skype à leurs proches au pays”.

Leurs revendications n’ayant pas été immédiatement satisfaites, les non-blancs ont pris d’assaut les rues, commençant à crier et à molester les passants.

La police a été appelée, et les africains ont déversés les poubelles dans les rues [ndt : c’est un comportement typique chez les nègres furieux]

Enfin, la police a du sortir les matraques et pousser physiquement les non-blancs de retour dans leur résistance, en arrêtant un de vingt-cinq ans au passage.

Le dirigeant de la Ligue du Nord [ndt : parti anti-invasion mais pour l’essentiel vendu], Matteo Salvini, a dit dans sa réaction à l’incident que le gouvernement devait envoyer la journaliste, politicienne gauchiste et dirigeante de la chambre des députés italienne, Laura Boldrini, pour être la femme de chambre des envahisseurs.

“Ils ont été logés dans la villa aux frais des italiens depuis juillet dernier” a dit Salvini. “Ils veulent quelqu’un pour nettoyer la maison, vous savez ? Pour les garder joyeux, envoyons donc Boldrini.”

La gauchiste Boldrini a été l’un des soutiens les plus éminents de l’invasion au parlement italien.

Plus tôt, les envahisseurs africains sur l’île italienne de Lampedusa avaient aussi déclenché une émeute suite à un ordre de l’UE au gouvernement italien de prélever les empreintes digitales de tout ceux ayant débarqué sur l’île affirmant être des “réfugiés”.

Portant des panneaux, dont un disant “Nous somme des réfugiés. Pas d’empreintes digitales
 !”, les non-blancs ont organisé une manifestation bruyante devant la mairie de l’île, a rapporté le Corriere.

La Commission Européenne a ordonné aux autorités italiennes de prendre les empreintes digitales de tout les envahisseurs “par la force après avoir déclenché une action légale contre le gouvernement italien pour avoir échoué à enregistrer tout les non-blancs dans une base de donnée commune Eurodac.

Elle a lancé des procédures similaires contre la Croatie et la Grèce.

Le refus de donner les empreintes digitales a mené à une impasse entre les envahisseurs et les autorités, les non-blancs n’étant autorisés à quitter la petite île pour envahir le reste de l’Europe qu’après ce relevé.

Auteur: Blanche

Partager cet article sur

Publier un commentaire

Pas (encore) de commentaire !

10000

wpDiscuz