En Allemagne, le parti AfD activement réprimé par les anti-blancs

Traduction de l’article de New Observer.


Dans une nouvelle démonstration de “démocratie”, l’Etat allemand et les voyous antifas se sont alliés dans une attaque concertée contre le parti Alternative pour l’Allemagne (AfD), qui a le tort de vouloir faire cesser l’invasion migratoire.

L’AfD, qui a été comparé au parti britannique UKIP, a été lancé en 2013 en tant que parti eurosceptique, mais avec l’invasion non-blanche récente de l’Allemagne, ils ont adopté une position de plus en plus anti-invasion;

Les sondages d’opinion récents les placent à 10 pourcents de soutien, dépassant le parti “ex”-communiste, La Gauche (Die Linke) pour devenir la 3ème force du pays.

Lors des élections de 2014 pour le parlement européen, l’AfD avait obtenu 7,1 pourcents des voix, et sept sièges dans ce parlement. Il a aussi obtenu ainsi des fonds de l’état en ayant obtenu une représentation dans certains des parlements des états fédérés (les Länder).

Cherchant à étendre ses activités, l’AfD a lancé une affaire, vendant de l’or sur internet, offrant un revenu de plusieurs milliers d’euros au parti.

La loi allemande sur les partis politiques, dans sa section traitant du financement étatique, dit qu’un parti représenté au niveau fédéral obtiendra des financements égaux à ceux qu’il parvient à générer de ses soutiens.

La coalition du gouvernement allemand (constituées des trois plus importants partis, une alliance classique entre conservateurs et socialistes) a maintenant proposé un amendement à la loi qui va spécifiquement mettre fin à ce soutien de l’Etat pour l’argent généré via des activités entrepreuneriales;

L’amendement est clairement conçu pour priver l’AfD de sa capacité à lever des fonds, puisque la parti n’a pas de larges entreprises le soutenant – les trois partis qui l’attaquent eux en bénéficient – et compte seulement sur ses membres pour continuer ses activités.

Quand la modification sera passé – probablement au début de l’année prochaine – le parti de Merkel et ses alliés auront de facto empêché l’AfD de lever ne serait-ce qu’une fraction des sommes auxquels ces partis ont accès : la “démocratie” en action.

Comme si ce harcélement légal ne suffisait pas, l’AfD fait aussi face à une violence massive de l’extrême gauche, dont des attaques physiques sur ses dirigeants, des menaces violentes contre les hôtels accueillant ses conférences, et même des menaces contre les propriétaires privés auprès de qui les dirigeants du parti louent leurs logements.

La récente conférence du parti à Hannovre le démontra. Il y eut tant de menaces que la police locale averti officiellement les délégués de ne pas sortir dehors en portant le moindre signe d’identification qui pourrait mener la racaille gauchiste à penser qu’ils participaient à la conférence. Cela, disait la police, était nécesssaire car la sécurité des membres de l’AfD ne pouvait pas être garantie.

De plus, certains antifas découvrirent où des membres individuels de l’AfD logeaient, et lancèrent tant de menaces contre les hôtels concernés que les propriétaires choisirent d’annuler les réservations de peur pour la sécurité des autres clients.

A Leipzig, la dirigeante du parti Frauke Petry s’est retrouvée incapable de louer un logement parce qu’aucun propriétaire n’était prêt à risquer les dommages à la propriété par les terroristes antifas.

L’AfD est difficilement un parti subversif, ou même, pour utiliser les termes des médias contrôlés, un parti “d’extrême droite”. C’est, au mieux, un parti légèrement de droite souhaitant mettre fin aux pires excès de l’invasion – mais c’est déjà inacceptable pour les “démocrates” et les antifas, qui cherchent à supprimer toutes les opinions qui divergent des leurs.

Même la police allemande joue un rôle actif dans cette affaire : un observateur a souligné que si quiconque avait osé attaquer les membres du parti de Merkel, la CDU, à leur récente conférence, la police n’aurait épargné aucun effort pour traquer les coupables – plutôt que d’émettre un avertissement “nous ne pouvons pas les arrêter”, comme ils l’ont fait pour l’AfD.

La fraude de la “démocratie occidentale” est une fois de plus dévoilée au grand jour.

Auteur: Blanche

Partager cet article sur

Publier un commentaire

Pas (encore) de commentaire !

10000

wpDiscuz