Le gouvernement veut désarmer les français à l’aube de la guerre civile

Cazeneuve, le ministre de l’intérieur franc-maçon et anti-blanc, a annoncé des “mesures” qui permettront (un peu) de lutter contre le trafic d’armes et surtout d’essayer de désarmer les français ; à l’aube de la guerre civile et à l’heure où il faudrait les armer.

Par français, j’entends bien les français blancs. Je ne considère pas les autres comme français. Un maghrébin à papiers français sera peut-être qualifié de “français” par les médias d’occupation, je réfute sans réserve ce qualificatif qui mélange l’appartenance à la nation et la possession d’un papier résultat d’un acte administratif.

Cazeneuve présentait vendredi, quelques heures avant les attentats, un plan en vingt points de lutte contre les armes à feu détenues illégalement.

Il a dit ceci dans son discours :

Or de nombreuses affaires nous montrent que l’emploi de plus en plus fréquent des armes à feu nourrit la délinquance, élève le niveau de la violence constatée et alimente le sentiment d’insécurité, notamment dans les quartiers sensibles. Les règlements de compte entre bandes sont de plus en plus violents, tout comme les méthodes employées par les délinquants pour réaliser leurs méfaits. Et les terroristes parviennent plus facilement à se procurer les armes nécessaires à l’exécution des attentats qu’ils projettent.

On constate ici bien que le problème des armes à feu est directement connecté à celui des quartiers envahis par les non-blancs, et que ces non-blancs transforment en centres de criminalité.

Dans un article précédent, j’avais déjà noté le mensonge complet du lien établi entre la possession d’armes à feu par la population civile et la délinquance/les meurtres :

Le nombre d’homicide (tout moyens confondus) par 100 armes à feu possédées varie de 1,09 en Suisse à 3000 en Ethiopie.
La Suisse, la Norvège, l’Autriche, la Serbie, qui ont toutes plus de 30 armes à feu pour 100 habitants, ont des taux d’homicide variant de 0,5 à 1,2 pour 100 000 habitants, parmi les plus bas aux mondes ; alors que des pays avec 2 ou 3 armes à feu pour 100 habitants atteignent allègrement les 10 ou 20 homicide pour 100 000 habitants.

Et vu les liens entre race, armes à feu et homicides :

Maintenant, prenons les données du FBI sur les meurtres par race aux Etats-Unis.
Corrigé par la taille des populations (le FBI mélange blanc et hispanique, je fais de même ici, bien que cela surestime significativement les meurtres commis par des blancs), on obtient ceci :

Meurtres par race aux Etats-Unis
Par ailleurs, la possession d’armes à feu par race :

Armes à feu par race aux Etats-Unis
Et la plupart des meurtres commis par des noirs le sont au moyen d’armes à feu. Les fusillades dans les villes envahies des Etats-Unis se sont d’ailleurs multipliées, les nègres étant assurés de risquer moins que jamais face à la police suite aux opérations médiatiques mensongères contre les “policiers racistes qui tuent des noirs qui n’ont rien fait”.

Mais, me dira le lecteur naïf : ne faut-il pas justement désarmer les non-blancs des banlieues avec leurs armes de guerre ?
Je suis, et je crois que tout les nationalistes le sont, d’accord avec ceci. Cependant, il s’agit de faire preuve de clairvoyance : comment concrètement la police ira-t-elle désarmer des groupes mafieux au milieu de quartiers envahis où elle est systématiquement agressée ?
Pour désarmer le blanc qui a un fusil de chasse non déclaré, ça n’est pas trop compliqué. Les policiers ne seront pas agressés par une foule hostile et violente ; mais il en va autrement pour les non-blancs.

Si la déclaration laisse entendre que les sauvages des banlieues sont ciblés, c’est un élément volontairement trompeur. Je ne dis pas que le gouvernement ne souhaite pas un peu désarmer les islamistes et trafiquants, mais ça n’est pas son objectif principal ; j’affirme qu’il s’agit de faire en sorte que les français blancs qui sont les principales victimes de sa politique n’aient pas les moyens de réagir.
D’abord, tout faire pour que les français n’aient plus que des armes légales ; et ensuite restreindre les conditions de possessions des armes légales et enregistrées.

Vous pensez que j’exagère ? Plusieurs parties du discours de Cazeneuve viennent confirmer cette idée :

Aussi, la lutte contre le trafic d’armes, mais aussi le contrôle beaucoup plus efficace du marché légal des armes sont désormais des axes prioritaires d’action. […] Le Préfet Guepratte m’a également remis, au mois d’avril dernier, un important rapport portant sur la réglementation applicable au commerce et à la détention des armes, ainsi que sur ses évolutions souhaitables.
[…]
Par ailleurs, pour favoriser la traçabilité des armes, le fichier AGRIPPA qui recense l’ensemble des personnes détenant une ou plusieurs armes de façon légale sera considérablement modernisé. Car, si nous voulons garantir plus efficacement cette traçabilité, nous ne devons pas seulement tenir compte des armes, mais aussi de ceux qui en sont les propriétaires, notre objectif étant de parvenir à une traçabilité de l’arme depuis sa fabrication jusqu’à sa destruction ou sa sortie du territoire grâce à la mise en œuvre d’un identifiant unique. […] J’insiste sur la grande importance de cette réforme d’AGRIPPA, car c’est là une des mesures essentielles de notre plan de lutte contre les trafics d’armes.
[…]
Le Service national de coordination aura également pour mission d’organiser des campagnes nationales de sensibilisation pour inviter les Français qui possèderaient des armes sans en avoir l’usage à les remettre aux forces de l’ordre. […]

Je n’ai donc absolument pas l’impression d’être dans un monde onirique, il me semble que mon analyse est au contraire tout à fait raisonnable.

Il n’est pas tolérable que la sécurité des français soit laissée aux mains des forces de l’ordre dirigées par un gouvernement dont la principale politique depuis plus de 40 ans mène droit au génocide des français. Par ailleurs, l’impossibilité physique pour les forces de l’ordre de pouvoir protéger tout les citoyens renforce ce besoin.
Il faut a contrario à l’aube de l’inévitable guerre civile que les français aient les moyens de se défendre. Ceux qui sont contre les armes à feu peuvent toujours rester eux-mêmes désarmés…

La dernière tuerie des attentats de Paris n’est en aucun cas un argument contre le port d’armes à feu. Toutes les armes utilisées étaient illégales et ont pu passer aisément les contrôles aux frontières inexistants. Si de nombreux spectateurs du concert au Bataclan avaient disposé d’armes à feu avec un entraînement adéquat, en revanche, il est absolument certain qu’il n’y aurait pas eu 89 (au minimum) morts.

D’ailleurs, en réaction aux attaques fréquentes au poignard, les israëliens se procurent des armes à feu, et les mondialistes anti-blancs, adeptes du contrôle des armes pour l’Europe et les Etats-Unis, n’y trouvent rien à redire. Ce qui souligne leur duplicité.

Armez-vous !

Pistolet et munitions

Auteur: Blanche

Partager cet article sur

Publier un commentaire

2 Commentaires sur "Le gouvernement veut désarmer les français à l’aube de la guerre civile"

5000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
KÖHNEN
17 novembre 2015 10 h 02 min

la bonne analyse étant que si l’on voulait mettre au point la sécurité des Français il suffirait de réarmer tous les retraités de la police, de la gendarmerie et les sous officiers de l’armée.
Mais cela n’arrivera pas avec ces menteurs

Gauthier
21 février 2016 7 h 34 min

De toute façon je leur souhaite bien du plaisir, avec toutes les armes obtenues par Succession dans tous les milieux ruraux. Dans une famille il n’est pas rare de trouver une dizaine de fusils de chasse…

wpDiscuz