En Allemagne, “pas d’amalgame” et fausse apparence d’infléchissement politique

Les criminels du gouvernement allemand, qui à l’image de leurs homologues français, organisent le génocide de leur peuple dans le cadre du génocide de la race blanche ; ont appelé à ne pas stigmatiser les envahisseurs illégaux qui affluent dans le pays en raison des attentats, en dépit des preuves contraires.

Quelques mesures cosmétiques ont été prises afin de donner l’impression d’une inflexion politique, mais l’invasion massive reste de mise.

Le Figaro :

Berlin appelle à ne pas lier les attaques à Paris et la crise migratoire Le ministre allemand l’Intérieur, Thomas de Maizière, a appelé samedi à s’abstenir d’établir tout “lien hâtif” entre les attaques terroristes de Paris et la crise migratoire en Europe. “Je souhaiterais urgemment demander que personne n’établisse de lien hâtif avec le débat sur les réfugiés”, a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse.

Le lien que l’on fait n’est pas hâtif. 0 musulmans et 0 non-blancs en France et en Europe égal 0 attentat, 10 fois moins de viols, beaucoup moins de vols et de meurtres.
Si on n’avait pas 12 ou 15 millions de colons musulmans dans le pays ; il n’y aurait jamais eu le matériau humain de ces attaques terroristes.

Par ailleurs, un des auteurs des attentats est passé par la Grèce début octobre comme “réfugié”.

Ce qui prouve une fois de plus ce que nous répétons depuis des mois ; à savoir qu’en plus de l’afflux non-blanc génocidaire, de nombreux envahisseurs sont des infiltrés de l’Etat Islamique prêts à déclencher des opérations terroristes.

Caricature terriblement vraie de l'artiste mal pensant
Caricature terriblement vraie de l’artiste mal pensant

Le Monde :

Le revirement d’Angela Merkel est un coup de tonnerre. Il montre que la politique européenne d’asile est menacée d’implosion et que l’espace sans passeport de Schengen pourrait, lui aussi, être fondamentalement remis en question. La chancelière allemande a finalement défendu, vendredi 13 novembre, la décision de son ministre de l’intérieur, Thomas de Maizière, d’appliquer à nouveau les règles européennes dites de Dublin, qui obligent les migrants à déposer leur demande d’asile dans leur pays d’arrivée dans l’Union.

Angela Merkel a eu beau affirmer vendredi dans un entretien à la chaîne ZDF « la chancelière a la situation en mains. Tout le gouvernement aussi », sa décision apparaît comme un aveu de faiblesse alors qu’elle est vivement contestée dans son propre parti.

Merkel perd le contrôle de la situation. Ceci dit, pour que ce protocole soit appliqué, encore faudrait-il que les “migrants” “réfugiés” se fassent enregistrer dans le pays d’accueil. Informés que cela pourrait les priver des allocations allemandes, que vont-ils faire ?
Eh oui, refuser de s’enregistrer. Et non, ils n’y seront pas forcés, d’autant plus que les pays de transit préfèrent largement voir la horde continuer sa route plutôt que s’arrêter chez eux.

L’Allemagne a annoncé, en parallèle, la prolongation pour trois mois des contrôles à ses frontières – que M. de Maizière avait décidée seul fin octobre, sans en avertir Mme Merkel et le secrétaire général de la chancellerie, Peter Altmaier, pourtant chargé de superviser la crise des réfugiés. […] La nouvelle a été confirmée mardi 10 novembre et Angela Merkel l’a approuvée, a posteriori, vendredi 13.

Face au chaos, les dissensions dans le gouvernement allemand gonflent et gonflent. Le ministre des finances Wolfgang Schaüble a soutenu la décision de son collègue, entrant donc lui aussi en rébellion contre Merkel. Il a parlé mercredi d’une avalanche déclenchée par un skieur imprudent – et la comparaison est très généreuse.

Pas de panique cependant : ces contrôles aux frontières n’empêchent pas que la police ne contrôle pas grand chose et ne sait pas qui rentre dans le pays. Certains avancent que près de 20.000 envahisseurs quotidiens s’infiltreraient dans le pays.

[…]
Vendredi 13 novembre, Angela Merkel a validé la stratégie de son ministre en donnant une autre explication. Sa « plus grande déception », ces dernières semaines, est la difficulté à répartir les réfugiés entre les pays européens, a-t-elle dit dans l’entretien.
[…]
Berlin veut « élaborer une clé de répartition aussi juste que possible en Europe », avait-elle précisé lors d’une conférence de presse, vendredi. « Nous devons partager le fardeau équitablement, c’est évident », a encore commenté Mme Merkel, confirmant la colère de son gouvernement contre l’inaction de beaucoup de ses partenaires et le refus de l’Allemagne de continuer à accueillir des milliers de réfugiés supplémentaires.

Cette dégénérée sans enfants, qui est sans nul doute aigrie de ce fait, semble être dans une véritable fureur destructrice. Même si, paraît-il, elle aurait pleuré à la nouvelle des attentats parisiens, elle souhaite avant tout répartir le nombre infini de ses protégés dans toute l’Europe, afin que non seulement l’Allemagne disparaisse, mais les autres pays blancs européens aussi.

Mais personne ne voudra de ses protégés. La Pologne a d’ailleurs annoncé qu’elle refusera de prendre le quota d’envahisseurs auquel elle s’était engagé, à la suite des attentats.

Merkel va finir assassinée par un allemand exaspéré et n’ayant plus rien à perdre, cela semble inéluctable.

Auteur: Blanche

Partager cet article sur

Publier un commentaire

Pas (encore) de commentaire !

5000

wpDiscuz