Une révisionniste de 87 ans condamnée à 10 mois de prison en Allemagne

Ursula Haverbeck, révisionniste allemande âgée de 87 ans, vient d’être condamnée à 10 mois de prison ferme par un tribunal de Hambourg en application des lois anti-blanches et anti-allemandes mises en place à l’instigation des juifs et de leurs séides.

Son crime est d’avoir il y a quelques mois, lors d’un entretien filmé avec le magazine allemand Panorama, soutenu que l’histoire de leur prétendu Holocauste est truffée d’énormes mensonges, en détaillant un certain nombre, notamment concernant les fameuses “chambres à gaz” qui auraient permis le prétendu massacre.
On pourra penser ici aux trous du plafond qui dans la version officielle permettent d’introduire le zyklon, mais qui n’existent pas ; au rythme de crémation théorique totalement impossible ; aux prétendues fosses de crémation qui ne peuvent absolument pas réduire en cendre des cadavres ; aux problèmes d’évacuation du gaz mortel (il en resterait forcément entre les corps) et globalement à l’inefficacité totale de la méthode prétendue ; à la vitre d’une porte d’une des prétendues chambres à gaz ; aux témoignages sans queue ni tête, etc…

Ursula Haverbeck a aussi qualifié l’Holocauste de “plus gros et plus persistent mensonge de l’Histoire” par son ampleur et sa durée, et déclaré qu’il y a des “experts qui disent que tout le système politique de l’après-guerre s’effondrerait si cela est questionné. C’est pourquoi [ce mensonge] est défendu avec tant de véhémence, assez logiquement.”

Le tribunal a refusé que la vérité de ses affirmations soit étudiée : la vérité n’est pas une défense face aux tribunaux anti-blancs. Le juge a même eu le culot d’affirmer que “il est futile d’arguer avec des gens qui n’acceptent pas les faits”.

Comme Maurice Bardèche le prévoyait déjà en 1948 dans “Nuremberg, ou la Terre Promise”, livre visionnaire que l’on peut aisément récupérer en ligne :

Le monde est désormais démocratique à perpétuité. Il est démocratique par décision de justice. Désormais, un précédent judiciaire pèse sur toute espèce de renaissance nationale.
[…]
La condamnation du parti national-socialiste va beaucoup plus loin qu’elle n’en a l’air. Elle atteint, en réalité, toutes les formes solides, toutes les formes géologiques de la vie politique. Toute nation, tout parti qui se souviennent du sol, de la tradition, du métier, de la race sont suspects. Quiconque se réclame du droit du premier occupant et atteste des choses aussi évidente que la propriété de la cité offense une morale universelle qui nie le droit des peuples à rédiger leurs lois. Ce n’est pas les Allemands seulement, c’est nous tous qui sommes dépossédés. Nul n’a plus le droit de s’asseoir dans son champ et de dire : « Cette terre est à moi ». Nul n’a plus le droit de se lever dans la cité et de dire : « Nous sommes les anciens, nous avons bâti les maisons de cette ville, que celui qui ne veut pas obéir aux lois sortent de chez moi ». Il est écrit maintenant qu’un concile d’êtres impalpables a le pouvoir de connaître ce qui se passe dans nos maisons et dans nos villes. Crimes contre l’Humanité : cette loi est bonne, celle-ci n’est pas bonne. La civilisation a un droit de veto.

Nous vivions jusqu’ici dans un univers solide dont les générations avaient déposé l’une après l’autre les stratifications. Tout était clair : le père était le père, la loi était la loi, l’étranger était l’étranger. On avait le droit de dire que la loi était dure, mais elle était la loi. Aujourd’hui, ces bases certaines de la vie politique sont frappées d’anathème. Car ces vérités constituent le programme d’un parti raciste condamné au tribunal de l’humanité. En échange, l’étranger nous recommande un univers selon ses rêves. Il n’y a plus de frontières, il n’y a plus de cités. D’un bout à l’autre du continent, les lois sont les mêmes, et aussi les passeports, et aussi les juges, et aussi les monnaies…

Avec Ursula Haverbeck, l’Allemagne occupée par les forces juives continue donc sa tradition de répression brutale. On aura une pensée pour Horst Mahler, âgé de 79 ans désormais, qui depuis 2009 est dans les geôles de l’Allemagne, où il a été victime d’une septicémie ayant abouti à l’amputation d’une jambe ; à cause des mauvaises conditions de détention et du refus de le soigner correctement.

Auteur: Blanche

Partager cet article sur

Publier un commentaire

7 Commentaires sur "Une révisionniste de 87 ans condamnée à 10 mois de prison en Allemagne"

5000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
13 novembre 2015 15 h 26 min

La lucidité de Bardèche est époustouflante !

13 novembre 2015 21 h 46 min

D’après Ursula Haverbeck, certains pensent que le système politique pourrait s’écrouler si on démontait publiquement la propagande holocaustique. Moi, je vois plutôt les choses dans l’autre sens. C’est à dire que si la domination juive cessait, plus personne ne nous bassinerait avec les histoires d’holocauste. De toute façon, même actuellement, les gens se fichent de ce qu’on leur raconte à propos de “l’holocauste des juifs”. Je n’ai jamais vu un Blanc dire: on a holocausté les juifs, et donc, la race blanche doit crever: vive l’immigration africaine.

Ce ne sont pas les accusations de génocide nazi qui ont permis aux juifs de s’imposer dans les gouvernements occidentaux. Avant la guerre, ils dominaient déjà la politique à Paris, Berlin, Moscou et Washington. À l’époque, ils se plaignaient des pogroms. En fait, je crois qu’ils ont commencé à vraiment s’imposer partout à partir de la fin du 19ème siècle, suite au boum de leur population, et à leur arrivée nombreuse dans nos différents pays.

13 novembre 2015 21 h 48 min

Pour l’instant, si on cherche le nom d’Ursula Haverbeck sur Google Actualités, on trouve seulement 2 articles en français (2 articles évidemment hostiles) :

– Un article d’Europe 1
– et un article de l’AFP repris sur 8 sites de journaux (en Belgique, Suisse, Israel, et France) et qui finit ainsi: “six millions de juifs ont été exterminés par les nazis.”

On ne voit pas trop à quoi ça sert qu’il y ait plusieurs journaux dans les pays occidentaux. On ferait des économies s’il y en avait un seul, directement édité à Tel Aviv.

Pas de nouvelle de Libération et Le Monde pour l’instant. Les autres journaux “français” attendent les instructions.

13 novembre 2015 21 h 50 min

Ce jugement a le mérite de confirmer que c’est bien une minorité juive qui tient le pouvoir en Allemagne.

En général, les non-juifs se fichent de “l’holocauste”. Ils ne seraient absolument pas d’accord pour envoyer des gens en prison pour ça. De même, il ne sont pas d’accord pour la politique du Grand Remplacement à coup d’immigration massive.

C’est facile de comprendre que les responsables de la condamnation d’Ursula Haverbeck sont forcément juifs. Personne d’autre n’a de raison de vouloir la poursuivre. Et ils réussissent à imposer leurs décisions contre la volonté populaire. C’est évident aussi que ce comportement démontre qu’il existe une certaine hostilité juive à notre égard. Cette hostilité est encore plus évidente quand le gouvernement décide d’assommer nos enfants sous des tonnes de propagande holocaustique à la télé et à l’école.

Ensuite, il ne reste plus qu’à additionner 2 et 2. La politique du génocide des Blancs par remplacement démontre elle aussi une certaine hostilité envers les Blancs. On constate que cette politique génocidaire s’accompagne de transferts massifs de sous (et de sous-marins nucléaires) de l’Allemagne et des USA vers Israel, et que ce pays est encouragé à préserver le pool génétique juif. On sait aussi que les activistes juifs sont à la pointe du combat pour la diversité et pour l’accueil des réfugiés du tiers-monde dans les pays blancs.

Autrement dit, l’hostilité des gouvernements occidentaux envers les peuples européens est avant tout un problème juif. C’est un problème de judaïsme politique, dirait André Gandillon.

13 novembre 2015 21 h 56 min

Bardèche (1948): “Désormais, un précédent judiciaire pèse sur toute espèce de renaissance nationale.”

Et il est allé en prison pour avoir écrit ça. Ça me fait penser à ce que j’entendais dire l’autre jour: En général, tout le monde croit que la destruction de l’occident est dû à la gauche, noyautée par les activistes juifs. Mais en fait, le vrai problème pour nous est que les activistes juifs infiltrent et neutralisent systématiquement l’opposition de droite. Et on se retrouve avec une fausse opposition. Sinon, on aurait facilement pu vaincre la petite minorité d’agitateurs qui s’opposaient à la majorité des gens normaux.

J’ai cherché sur wiki la liste des chefs de gouvernement de l’après-guerre. Directement ou indirectement, ce sont eux qui ont envoyé Bardèche en prison. Est-ce qu’ils étaient tous officiellement “de gauche” ? Le problème est surtout venu de De Gaulle, qu’on nous a présenté comme un nationaliste, alors qu’il a avant tout redonné le pouvoir aux activistes juifs.

De Gaulle du 21-11-1945 au 20-01-1946
Félix Gouin du 26-01-1946 au 12-06-1946
Georges Bidault du 23-06-1946 au 28-11-1946
Léon Blum du 16-12-1946 au 16-01-1947
Paul Ramadier du 22-01-1947 au 19-11-1947
Robert Schuman du 24-11-1947 au 19-07-1948
André Marie du 26-07-1948 au 28-08-1948
Robert Schuman du 05-09-1948 au 07-09-1948
Henri Queuille du 11-09-1948 au 06-10-1949
Georges Bidault du 29-10-1949 au 24-06-1950
Henri Queuille du 02-07-1950 au 04-07-1950
René Pleven du 12-07-1950 au 28-02-1951
Henri Queuille du 10-03-1951 au 10-07-1951

wpDiscuz