Quelle réaction populaire après les attentats sanglants de Paris ?

La question est cruciale en effet. Il y a eu des morts, de nombreux morts. Mais au-delà de ces destins individuels tragiquement détruits, c’est un destin collectif, en tant que nation française qui est en jeu. Ces événements ne sont qu’une infime part de ce que notre collectivité humaine subit comme attaques visant à la détruire. Et seule une réaction interne, qu’elle émane d’un mouvement large, ou, bien plus certainement, d’une minorité décidée et active, pourra la sauver.

Notons bien que par réaction populaire, je ne parle pas de colons non-blancs qui vont faire la fête dans les quartiers envahis. Les médias n’en parlent pas, mais je prends le pari que cela se produit en vérité. Je n’ai pas le temps non plus de surveiller twitter, mais je ne doute pas qu’on trouvera de nombreux envahisseurs se réjouissant des événements.

Le sympathique commentateur Alfredo réagissait en ces termes à l’article relatant les attentats de Paris :

La solution est simple :

Il faut organiser une marche de la paix encore plus grosse qu’en janvier dernier.
Il faut dix millions de gens dans la rue pour scander: Nous sommes une bande de Charlots !
Appel à la copulation générale entre les Blancs envahis et leurs envahisseurs.
Appel à mieux ouvrir les cuisses, et mieux dénoncer les nationalistes.
Nouvelles lois d’exception dans la foulée.
Arrestation de tous ceux qui sont pas Charlie ! (en commençant par les blogueurs anti-immigration)

Il ironisait à peine, en transcrivant à la situation actuelle une réaction du même ordre que celle qui a suivi les attentats de Charlie le 11 janvier 2015.
Il mêlait dans ce commentaire tant la réaction populaire que la réaction politique.

La réaction populaire était dans :

  • Les manifestations spontanées de type “marche blanche” : on fait un gros tas de gens pour exprimer une émotion.
  • Tout les “Je Suis Charlie” qui sont maintenant revisités de diverses manières

Ces réactions ne mènent à rien. Leur impact concret est proche du néant absolu. Des gens se vantent de faire des manifestations non violentes dans le calme. Nos ennemis en rient, puisqu’ils peuvent les ignorer paisiblement.
Il faut des actions concrètes. J’appellerais bien à tuer des sauvages des quartiers envahis, mais puisque c’est sans doute hors de portée pour le moment :

  • Armez-vous. Légalement, illégalement, peu importe ; procurez-vous des armes à feu et une réserve de munitions associées ; et acquérez assez de connaissances pour en faire un usage raisonnable.
  • Si vous êtes dans une zone très urbanisée, essayez de la quitter, c’est le futur terrain de la guerre. Mais il y a souvent des problèmes de moyens. Préparez-vous déjà néanmoins à une situation de crise, en prévoyant ce que vous pourriez faire.
  • Formez des réseaux de résistance et de solidarité. Pas par internet, mais dans la vie réelle. Il y a déjà des structures nationalistes en place que vous pouvez rejoindre pour l’action politique, mais il y a aussi des structures locales moins politiques à établir, pour pouvoir résister et tenir le coup.

Les réactions politiques étaient dans :

  • Les appels à plus de métissage et d’invasion, parce qu’il faut plus de non-blancs en particulier musulmans et plus de génocide des blancs pour améliorer les choses.
  • Lois au début censées être contre les islamistes, principalement dirigées contre les nationalistes, que ce soit la loi de renseignement puis celle contre le racisme qui a été renforcée.
  • Multiplication des mosquées.

En supposant que la répression anti-nationalistes va s’accroître, on prend un pari d’évidence.

Nous sommes l’alternative au système. En voulant imposer l’Etat nationaliste, pour une France blanche débarrassée des parasites et de la subversion morale, nous offrons une puissante solution. Les évènements catastrophiques liés à l’invasion nous donnent raison et augmentent fortement notre attractivité. Il suit naturellement qu’étant des adversaires plus menaçants encore, le système nous réprime davantage.

Il reste interloquant néanmoins qu’il soit si passif face à l’extrêmisme islamiste qui est un danger très sérieux pour le système, à terme, si l’invasion se poursuit. Génocider les blancs est certes son objectif, perdre le contrôle complet de la situation beaucoup moins. Cela indique certainement que derrière sa force de façade, il est déjà mal en point.

Auteur: Blanche

Partager cet article sur

Publier un commentaire

Pas (encore) de commentaire !

5000

wpDiscuz