Angela Merkel pousse à l’entrée de la Turquie dans l’Union Européenne

Ce serait en échange d’une aide de la Turquie pour ralentir le flux de “réfugiés” que le processus serait “accéléré”. Les officiels turcs ayant refusé la suggestion de 3 milliards d’euros, ayant compris qu’ils pourraient exiger bien davantage.

Sputnik :

Mme Merkel a évoqué le processus d’adhésion ainsi que les questions liées aux conditions auxquelles la Turquie était soumise pour parvenir à une telle adhésion.

“Nous voulons rendre le processus d’entrée de la Turquie à l’UE plus dynamique et commencer les négociations sur l’ouverture du 17e point consacré à l’économie et la politique financière”, a souligné la chancelière allemande lors de sa conférence de presse commune avec le premier ministre turc Ahmet Davutoglu, à Istanbul.

Reuters :

Davutoglu a dit qu’il ne signerait les [accords pour reprendre des migrants] que s’il y a un progrès pour libéraliser le régime des visas pour les turcs.

“Je pense que nous avons utilisé la crise que nous vivons, par un mouvement très désordonné et incontrôlé de réfugiés, pour aboutir à nouveau à une coopération plus proche sur de nombreux sujets, tant entre l’Union Européenne et la Turquie qu’entre l’Allemagne et la Turquie.” a déclaré Merkel après la réunion avec le premier ministre turc.

Merkel, qui il y a seulement dix jours avait réitéré son opposition à l’entrée de la Turquie dans l’UE, a dit que les discussions étaient “très prometteuses”.

Résumons : 1)Il n’y a aucun besoin de faire appel à la Turquie pour bloquer l’invasion par des flux de sauvages : il suffit de contrôler les frontières, cesser de leur donner quoi que ce soit gratuitement, rapatrier sans aide aucune tout ceux retrouvés.
2)Plutôt que de faire l’évident, Merkel et l’UE préfère discuter avec la Turquie pour lui demander d’aider à ralentir (et non stopper) le flux.
3)La Turquie demande à entrer dans l’UE en échange, ce qui permettra aux turcs de venir beaucoup plus facilement envahir l’Europe et à la Turquie de recevoir des milliards et des milliards d’euros de la part des autres pays de l’UE.
4)Merkel est prête à soutenir ce plan.

Une fois de plus, les élites anti-blanches utilisent des crises dont elles sont elles-mêmes responsables pour faire avancer leur projet politique, au travers de fausses solutions, qui sans rien résoudre véritablement du problème initial serviront en revanche grandement leurs intérêts – et nuiront gravement aux nôtres.

Merkel, comme les autres dirigeants détruisant leur peuple, doit être chassée du pouvoir par n’importe quel moyen approprié, au plus vite.

Auteur: Blanche

Partager cet article sur

Publier un commentaire

Pas (encore) de commentaire !

10000

wpDiscuz