Le FN recherche le vote musulman

Pour le FN, européen, maghrébin, nègre ou juif, on est tous français. Pour le FN, athée, chrétien ou musulman, on est tous français.

Et ainsi le FN, qui prétend lutter contre le communautarisme s’y plie cependant pour tenter de séduire le vote musulman, comme le montre encore cette dernière affaire en Île-de-France.

Rappelons en premier lieu que cette stratégie électorale est vouée à l’échec. Les musulmans, qui pour l’essentiel placent leur religion au-dessus de nos lois, défendent avant tout leur intérêt de communauté religieuse et de communauté ethnique (algérien, marocain, malien, etc).
Lequel est d’élire un PS qui continuera à les arroser d’allocations payées par les français blancs et à en faire un groupe protégé judiciairement. 90% des musulmans qui ont voté ont choisi le PS au second tour des départementales au début de l’année, et cette tendance générale n’est pas près de changer.
Seule l’émergence de partis communautaires est susceptible de détourner significativement cet électorat du vote PS. Le Front National qui, malgré toutes ses trahisons, garde l’image d’un parti qui valorise davantage les français de souche, ne pourra jamais les séduire.

La seule et unique stratégie valable consiste à accroître au maximum la part d’électorat parmi les français – de type européen donc – avant que ceci ne soient trop peu nombreux, mais le FN préfère pousser nombre d’entre eux dans l’abstention pour en gagner le centième en voix musulmanes.
Ouest-France :

« Plus on s’éloigne de Paris, meilleur c’est pour nous », a expliqué à Reuters Wallerand de Saint-Just, qui reproche à l’ancien maire PS Bertrand Delanoë d’avoir “transformé la sociologie parisienne”, la capitale ayant perdu ses classes populaires.

Pour élargir sa base électorale, le FN compte s’adresser aux habitants des 203 zones urbaines sensibles de la région parisienne, en particulier à ceux de confession musulmane, en profitant d’une distribution spéciale par la poste.

“Le vote de nos compatriotes de confession musulmane nous intéresse. Il y aura un mot pour eux. On va leur dire qu’ils sont autant français que les autres et qu’ils doivent respecter les règles de la laïcité”, explique Wallerand de Saint-Just.

Si il y aura un mot pour eux, c’est qu’ils sont reconnus comme groupe distinct qui doit recevoir un traitement distinct. Donc que le FN se plie au communautarisme qu’il rejette pour tenter de gratter des voix.
Des adhérents du FN ont d’ailleurs distribué des tracts spécialement conçus pour les musulmans, présentant le programme avant d’annoncer l’appartenance FN à la toute fin.

“Nous avons atteint 49% au second tour aux départementales à Montfermeil”, ville sensible de Seine-Saint-Denis, souligne Wallerand de Saint-Just, qui veut déconstruire le mythe que le FN et les banlieues sont incompatibles.

Analyse à rebours de la réalité. Le FN ne reçoit pas un soutien dans les villes et régions envahies grâce aux envahisseurs, mais parce que les français véritables qui s’y trouvent encore constatent en première ligne la réalité de l’invasion et souhaitent lutter contre.
C’est un phénomène transitoire. A partir d’un certain seuil d’invasion, le vote FN monte, mais lorsque le nombre d’électeurs allogènes à papiers français devient trop important, il est noyé par le vote étranger.

Pour cet ancien avocat, le FN a toujours tenu “un équilibre complet” à l’égard du monde musulman en dépit de ses positions jugées extrêmes par ses adversaires sur l’immigration.

“C’est vieux comme problématique. Mais nous voudrions apporter des éléments de solution”, dit-il. “On parle d’assimilation. Ceux qui acquièrent la nationalité française, dans le temps, ne seront heureux que lorsqu’ils auront adopté le plus possible les us et coutumes françaises.”

Assimilation = métissage = génocide des français blancs. Pour rappel.
Mais heureusement, les envahisseurs n’ont nulle intention de changer les principaux éléments de leur culture, qui les marquent comme groupe distinct.

Gaël Slimane, président de l’institut Odoxa, voit cependant dans la démarche du FN une « posture marketing ». “Qu’ils puisent dire qu’ils iront chercher le vote des musulmans, c’est une manière de dire qu’ils n’ont rien de xénophobe ou de raciste”, dit-il à Reuters.

“Si l’on se réfère aux données électorales et aux enquêtes Cevipof (Centre de recherches politiques de Sciences Po-NDLR), notamment aux deux dernières présidentielles, ce n’est pas vraiment une zone de force sociologique pour le FN, ni les populations d’origine musulmane, ni les banlieues”, ajoute-t-il.

Gaël Slimane souligne que le FN réalise de très bons scores dans les territoires ruraux et péri-urbains, à 30 ou 40 kilomètres des grands centres urbains, “auprès de catégories de populations qui se sentent déclassées”.

Donc, ce sont bien les blancs plutôt pauvres qui sont la première clientèle électorale du FN. Pourtant, le FN n’agit guère en conséquence.
Pour l’anti-racisme, lors de l’affaire Morano, Phillipot et Marine le Pen avaient déjà lourdement insisté dessus. Bien trop pour quelqu’un qui prétend défendre la France

Opposition contrôlée, personne ?

Auteur: Blanche

Partager cet article sur

Publier un commentaire

Pas (encore) de commentaire !

5000

wpDiscuz