Donald Trump promet de renvoyer les réfugiés syriens chez eux s’il est élu

Les Etats-Unis ont annoncé récemment, par John Kerry, leur intention d’accueillir 200 000 réfugiés jusqu’à la fin de l’année 2017. C’est quantitativement beaucoup plus faible que ce qui est infligé à l’Europe, ou que la quantité de latino-américains envahissant les Etats-Unis ; mais pour autant Trump a tenu une position très encourageante à leur encontre.
Sur ce sujet comme sur de nombreux autres, il brise le politiquement correct auquel se soumettent tout les autres politiciens américains.

Washington Post :

“Avez-vous jamais vu une migration comme celle-ci ?” a-t-il dit. “Ce sont tous des hommes, et tous des hommes qui semblent forts… Il y a tant d’hommes, il n’y a pas tant de femmes. Et je me dis à moi-même : Pourquoi ne combattent-ils pas pour sauver la Syrie ? Pourquoi migrent-ils dans toute l’Europe ? Sérieusement.”

Trump a lancé une théorie alternative, suggérant que ces réfugiés sont peut-être une armée terroriste masquée. Il a dit qu’il y a des propostions pour accueillir jusqu’à 200 000 réfugiés dans les années à venir, un nombre qu’il a qualifié d'”inconcevable”. Ces réfugiés n’ont “pas d’identification”, a-t-il dit, et on ne sait pas exactement d’où ils viennent.

Eh bien, on sait qu’il y a des tonnes de pakistanais et d’afghans au milieu des réfugiés syriens, en tout cas !

“Ils retourneront d’où ils viennent” a dit Trump. “Et si je perds, je suppose qu’ils vont rester. Mais si je gagne, ils retourneront d’où ils viennent.”

“Quand nous arriverons, ils partiront”, quel beau slogan qui semble presque irréel dans l’enfer de la pensée unique actuelle.

Donald Trump a aussi considéré l’intervention russe en Syrie comme positive : “Si la Russie veut attaquer et écraser l’EI et peut-être stabiliser cette grande migration, avec 200.000 personnes arrivant aux États-Unis” ce serait positif.

Auteur: Blanche

Partager cet article sur

Publier un commentaire

Pas (encore) de commentaire !

5000

wpDiscuz