Un ministre grec forcé à la démission, ayant blessé la sensibilité juive

Ils se sont souvenus un moment de ce qu’ils lui reprochaient, puis le moment opportun venu ils ont accompli leur vengeance.
L’article de Jeune Nation :


Les Grecs indépendants (ANEL, Anexartitoi Ellines) ont, avant Marine Le Pen, mais après quelques autres, depuis longtemps montré leur soumission à l’occupant. Parfois, hélas pour les dédiabolisateurs, même certains cadres s’accordent une intolérable liberté de pensée. L’occupant est là pour rappeler qui commande.

Dimitri Kammenos, membre de l’ANEL, est devenu l’un des nouveaux ministres grecs en début de semaine, à la demande d’Alexis Tsipras et de Panos Kammenos – sans lien de parenté –, le dirigeant d’ANEL. Mais en juin dernier, Dimitri Kammnos avaient eu l’impudence de parler de « l’holocauste économique » subit par la Grèce et, pire encore, de diffuser un photomontage en utilisant une photo du camp de travail pour ennemis de l’Europe à Auschwitz. Une sortie d’autant moins pertinente que son parti s’est, depuis, rallié aux exigences de la troïka.

Depuis, l’occupant attendait de pouvoir se venger et l’occasion est venue avec l’annonce de l’entrée de Dimitri Kammenos au gouvernement, comme secrétaire d’État aux Infrastructures, au Transport, et au Réseau. Une violente cabale a été menée sur les réseaux sociaux, dans les médiats pour de prétendus propos antisémites et homophobes qu’il aurait tenus – sans que personne ne puisse présenter la moindre réalité de ces faits..

dimitri-kammenos-et-le-mythe-dauschwitz
Un visuel jugé antisémite, car portant atteinte à la sacralité du mythe

« Jusqu’à ce que la vérité soit établie [sic] à propos de commentaires antisémites et racistes, le secrétaire d’État facilitera [les choses] en démissionnant », a immédiatement déclaré Panos Kammenos, abandonnant son camarade.

Ce dernier, récompensé enfin après tant d’années de reniements, a immédiatement rappelé toute sa soumission au Lobby et aux dogmes du régime.

“Je suis opposé à tous commentaires pouvant être perçus ou étant insultants pour des groupes de nos concitoyens. Avec cette déclaration, je tiens à présenter personnellement mes excuses à toute personne touchée, et je condamne catégoriquement le racisme, l’homophobie et l’antisémitisme”, a déclaré Dimitri Kammenos.

Ses reptations n’ont servi à rien, et il est devenu le ministre le plus éphémère de l’histoire. Sur ordre de son chef – trop désireux de conserver son poste de ministre de la Défense, qui permet à cet individu qualifié « d’extrême droite » de favoriser l’invasion de la Grèce et de l’Europe – et d’Alexis Tsipras, il a démissionné quelques heures après sa nomination.


L’un des principaux tweet qui lui est attribué est le suivant :

dimitri-kammenos-les-juifs-ont-fait-le-11-septembre
“11/9 et n’oubliez pas, des 2500 employés juifs travaillant aux tours jumelles, aucun ne s’est montré au travail ce jour là”

Bien entendu, puisqu’il a supprimé son compte comme un imbécile, et puisqu’il est tout à fait possible de faire une fausse image, on ne saura pas avec une certitude absolue si il l’a réellement fait ou non.

Mais sa réaction est minable. S’excuser face à ces gens ne sert jamais. J-a-m-a-i-s. C’est juste un signe de soumission qui ne les empêchera pas de se débarrasser du fautif. Il a été tout de même viré et est virtuellement éliminé de son parti.
Une réaction courageuse et qui lui aurait apporté de nombreux soutiens aurait été de rejoindre l’Aube Dorée dans la foulée sans s’excuser.

Auteur: Blanche

Partager cet article sur

Publier un commentaire

Pas (encore) de commentaire !

10000

wpDiscuz