Le Parti Socialiste veut organiser un pseudo-référendum à l’allure de gag

Après le référendum organisé chez LR, où comme l’a rapporté Jeune Nation, Sarközy a obtenu, par le truchement de questions orientées où l’on ne pouvait répondre que par oui ou par non, un large soutien apparent à ses positions.
C’est maintenant au tour du PS de vouloir organiser un référendum gag, qui porterait sur l’unité des listes de gauches aux régionales.

Le Monde :

Trois jours durant, le PS veut disposer sur l’ensemble des marchés de France des urnes pour permettre aux citoyens qui le désirent de voter. En échange, ils devront donner leur nom, adresse et mail. « Ca nous permettra contrôler un minimum, c’est le même système qui avait été utilisé pour le vote sur la Poste », a indiqué M. Cambadelis.

On sent déjà le sérieux de cette opération politique à son modus operandi.

La question qui sera posée lors de ce référendum portera sur l’unité des listes de gauche au premier et au deuxième tour. Un membre de la Haute autorité du PS sera présent dans chaque département.

On comprend mieux pourquoi une fraude ne les inquiète guère, personne ne se fatiguerait à en commettre une pour influer sur un vote aussi ridicule.
Si le résultat était en faveur de l’unité, les autres partis de gauche capables de former leurs listes n’en auraient cure. S’il était contre, cela serait un désaveu politique pour le PS.

Combien y’aura-t-il d’électeurs ? Quel sera le niveau de contrôle ? Quel sera la valeur du résultat ? Pour l’instant le processus demeure assez flou. Mais par cette initiative, le PS tente de contourner les appareils partisans.

Etant médium à mes heures perdues, je peux vous prédire la réponse à ces questions :
Peu. Faible. Nulle.

Jusqu’à présent les écologistes et les communistes ont refusé de rejoindre le Parti socialiste sur les listes, même dans les deux régions où le FN peut l’emporter, dans le Nord-Pas-de-Calais-Picardie et en PACA. Le premier secrétaire du PS, s’appuyant sur un sondage Harris interactive réalisé pour le site Atlantico, est persuadé que les électeurs de gauche sont majoritairement favorable à une alliance. « Pour construire la nouvelle alliance, il faut un dépassement : on va s’adresser au peuple de gauche qui nous dira sa vérité »

Mais l’intérêt des responsables politiques de ces partis pour continuer à exister et ne pas être absorbés irrémédiablement par le PS est bien de continuer à se présenter en tant que forces distinctes – même si ce n’est qu’apparence.

Auteur: Blanche

Partager cet article sur

Publier un commentaire

Pas (encore) de commentaire !

10000

wpDiscuz