Ramaphosa, le nouveau président sud-africain, annonce l’expropriation sans compensation des fermiers blancs

L’annonce de Ramaphosa

Cela ne fait pas longtemps que Ramaphosa a pris les rênes du pays.

En dépit des médias internationaux voulant le présenter comme un homme raisonnable qui serait « bon pour les affaires », notre contributeur Procope analysait judicieusement que Zuma avait été un moindre mal, et prévoyait l’entrée en vigueur de la « loi votée en 2016 qui permet l’expropriation des fermiers blancs ».

Cela s’est désormais confirmé.

RT :

Le nouveau président sud-africain Cyril Ramaphosa a présenté le 20 février, dans son discours sur l’état de l’Union, les grands axes de sa présidence, affirmant vouloir « soigner les divisions du passé, pour établir une société basée sur des valeurs démocratiques, la justice sociale et les droits de l’homme ».

Et pour y parvenir, le nouvel homme fort du pays a fait une proposition radicale : « L’expropriation de terres sans compensation est envisagée comme l’une des mesures que nous utiliserons pour accélérer la redistribution des terres aux Sud-Africains noirs », a-t-il déclaré, faisant de toute évidence référence aux terres possédées par les fermiers blancs.

Voilà le genre de « valeur démocratique », de « justice sociale » et de « droits de l’Homme » défendus par ce nègre : exproprier les Blancs !

Nos grands spécialistes en droits de l’Homme qui n’ont de cesse de faire la leçon aux Blancs en exigeant que nous accueillions une infinité d’immigrés ne sont pas très loquaces à ce sujet, étrangement…

« Le retour de la terre aux gens à qui elle a été prise montre précisément comment nous pouvons guérir les divisions du passé », a-t-il martelé, assurant que cette opération se ferait sans violence, et qu’il fallait voir dans ce processus une « opportunité et non une menace ».

Il est mensonger de prétendre qu’il s’agirait d’une restitution de terres à leurs précédents propriétaires. Une vaste part de l’Afrique du Sud n’était pas du tout occupée par les peuplades Bantous à l’arrivée des colons blancs, et les territoires du Nord-Est du pays où il s’en trouvait (seulement depuis quelques siècles (en) d’ailleurs, le bantou est une variante de nègre supérieure qui en a éradiqué d’autres en se répandant) étaient largement dépeuplés, en bonne partie du fait des massacres gigantesques commis par Chaka Zoulou.

Il s’agit de prendre aux Blancs pour donner aux Noirs, point. C’est un geste de guerre raciale.

Aussi radicale soit-t-elle, cette proposition ne devrait pas avoir d’incidence sur l’agriculture ou l’économie du pays, selon Cyril Ramaphosa :

Nous allons gérer cela avec responsabilité. Nous allons le gérer d’une manière qui ne nuira pas à notre économie, ni à la production agricole.

Ah.

Mais bien sûr !

Actuellement, les fermiers blancs possèdent environ trois-quarts des terres agricoles du pays, contre un quart pour les non-Blancs. De l’aveu de Ramaphosa (en), « l’essentiel des terres redistribuées sont à l’abandon en ce moment », précisant qu’elles « ne sont pas travaillées ».

Il n’y a aucune raison de croire que les prochains bénéficiaires du programme de redistribution se montreront plus responsables que leurs prédécesseurs.

Ou que leurs congénères du Zimbabwe.

Le cas du Zimbabwe

Le Monde :

Le gouvernement zimbabwéen ne rendra pas aux fermiers blancs les terres qui leur ont été confisquées dans le cadre d’une réforme agraire controversée de l’ancien président Robert Mugabe. « Cela ne se produira pas », a déclaré, samedi 10 février, le nouveau chef de l’Etat, Emmerson Mnangagwa. « La réforme agraire est irréversible », a-t-il dit, reprenant les propos de son discours d’inauguration, en novembre.

Ces propos interviennent dans un contexte où le gouvernement avait provoqué quelques espoirs en prolongeant la durée du bail des rares fermiers blancs restants de 5 à 99 ans et en essayant d’inciter des fermiers blancs à revenir dans le pays (en).

Des milliers de fermiers blancs furent expulsés de leurs terres au début des années 2000 au profit de fermiers noirs, sur ordre du gouvernement de Robert Mugabe. Cette initiative avait pour objectif affiché de corriger les inégalités héritées de la colonisation britannique.

Mais, mal organisée, cette redistribution s’est faite au profit de proches du régime et de fermiers sans équipement ni formation, provoquant un effondrement brutal de la production. Cette réforme a plongé toute l’économie du pays dans une crise catastrophique, dont il ne s’est toujours pas remis.

Le Monde tente d’excuser les nègre avec le prétexte d’une « mauvaise organisation ».

Mais le fait est qu’avec des nègres dirigeant la redistribution, elle ne pouvait qu’être mal organisée ; et avec des nègres comme bénéficiaires, elle ne pouvait qu’être au profit de personnes incapables de cultiver correctement la terre !

Il en sera de même en Afrique du Sud.

Auteur: Blanche

Partager cet article sur

Publier un commentaire

6 Commentaires sur "Ramaphosa, le nouveau président sud-africain, annonce l’expropriation sans compensation des fermiers blancs"

5000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
Galf
12 mars 2018 18 h 15 min

Le journal L’Immonde qualifie un incitateur de génocide des boers, Juius Malema, de bouillant , alors qu’on le voit faire scander à une foule de nègres en liesse le slogan « shoot the boer, kill the boer », ce qui n’est jamais de bon augure.

AA
12 mars 2018 18 h 27 min

UnPosteur
12 mars 2018 20 h 08 min

Ces choix insensés sont essentiellement motivés par leur haine des blancs donc que ces pays d’Afrique choisissent de se suicider m’importe peu.
La question qui m’inquiète vraiment est celle de l’acceuil en Europe des populations blanches toujours plus menacées.
Aurons nous l’honnêteté de les acceuillir du fait incontestable de leur statut de réfugiés? Rien n’est moins sûr.
Ce dont je ne doute pas par contre c’est que quand l’Afrique du sud et le Zimbabwe seront face à une crise humanitaire du seul fait de leur politique raciste, les appels à « l’aide internationale » (l’aide des pays prospérant encore du travail des blancs) se multiplierons.

Katapugon
12 mars 2018 23 h 18 min

Ils sont pris à la gorge et veulent retarder le dépôt de bilan. L’Agriculture est le seul domaine qui fonctionne encore. C’est une mesure démagogique. Fort de l’expérience du Zimbabwe, ils savent qu’ils gagneront 15 ans avant que l’agriculture s’ajoute officiellement à la liste des échecs économiques. beaucoup gagneront vite de l’argent en revendant ces terres aux chinois et autres investisseurs désintéressés. Le régime de Mugabé n’a jamais été châtié par aucune élection, là-bas. C’est le point important, ils savent qu’ils vont écrouler le pays. Ils savent que la population noire est incapable de travailler la terre…. Ils spéculent là-dessus, c’est tout. Vous pourrez chercher longtemps des produits sud-africains dans les rayons fruits et légumes dans les prochaines années !

Michael
13 mars 2018 2 h 29 min

Faut vraiment être fou ou suicidaire pour vivre entourés de N%%%%% !

STOP GÉNOCIDE DES BLANCS
14 mars 2018 13 h 31 min

Pauvre Afrikaners, aucun pays blanc ne peuvent leur venir en aide, la plupart sont aux mains des Juifs !

wpDiscuz