Poutine continuera de financer l’éducation islamique en Russie

Nous avons de nombreuses fois prouvé dans divers articles que Poutine n’est pas l’Homme providentiel qui pourrait nous sauver de l’invasion islamiste que l’Europe de l’Ouest subie en ce moment.

Et nous avons une nouvelle fois un bel exemple.

RT :

Le maître du Kremlin a souligné que la Russie comportait une importante composante culturelle musulmane, et a assuré que les autorités continueraient à soutenir les institutions d’éducation religieuse.

Les Russes sont donc bien touchés par l’enrichissement musulman. Et penser que Poutine va faire quelque chose pour les renvoyer chez eux est un manque total de discernement.

[Note de Blanche : dans le cas de la Russie, parler de renvoyer les musulmans « chez eux » peut apparaître discutable parce que les populations musulmanes présentes dans le pays le sont à la suite de conquêtes historiques par la Russie des tsars. Mais, d’une part, la Russie continue d’accueillir des immigrés des ex-républiques musulmanes d’URSS (comme celle qui avait décapité une petite fille à Moscou), et d’autre part les migrations internes font qu’il y a énormément de musulmans dans des villes comme Moscou, totalement hors de leurs territoires historiques.]

Ils ont un problème « important » et ils vont donc faire de gros efforts pour l’accroître en finançant tout cela.

Les autorités russes vont continuer « absolument [à] soutenir » l’éducation islamique, via notamment des universités publiques. Cette annonce a été réalisée par le président russe Vladimir Poutine, lors d’une réunion avec des responsables des autorités religieuses musulmanes à Kazan, la capitale du Tatarstan, le 25 janvier.

En France nos politiques veulent les assimiler avec les Blancs : politiques différentes mais aucune ne règle le problème de la présence étrangère sur notre sol (quoique on pourrait voir une certaine séparation entre les élèves Blancs et les élèves Musulmans).

Vladimir Poutine a estimé que le rôle de l’éducation musulmane chez les jeunes était primordial, car celle-ci fait face à la propagation d’idées dévastatrices. Les groupes radicaux comme l’Etat islamique, a rappelé le président russe, œuvrent à diffuser leur idéologie et à recruter de nouveaux membres chez les jeunes gens vivant dans les régions musulmanes de Russie.

« Ces idées, même les plus destructrices, ne peuvent être combattues qu’avec une seule arme : les idées. Celles qui sont promues et enseignées à l’académie théologique de Kazan, et dans d’autres structures académiques et éducatives… à Moscou, Oufa et dans le Caucase », a-t-il déclaré.

La fameuse arme de l’éducation, mais nous savons tous très bien que cela ne change pas grand chose. Un bougnoule reste un bougnoule et il sera forcément un danger pour les Blancs un jour où l’autre : qu’il soit éduqué ou non.

Durant cette entrevue, le président russe a insisté sur le fait que « l’islam traditionnel [faisait] partie intégrante des codes culturels de la Russie et que la communauté musulmane [représentait], sans aucun doute, une partie très importante de la population russe ». Les recensements de 2002 ont estimé à 14,5 millions de musulmans vivant en Russie, soit 10% de la population totale.

En 2002, 10% de la population était musulmane ! Nous sommes 15 ans plus tard désormais. Combien aujourd’hui ?

[Note de Blanche : Selon le Pew Research Center, cela n’aurait augmenté qu’à 11% ; mais la Russie fait face à un abysse démographique : les générations perdues des années 1990 arrivent en âge de procréer, et avec beaucoup moins (deux fois moins !) de femmes pouvant enfanter que dans les générations précédentes, une plongée démographique est certaine. Or, cette plongée affecte essentiellement les populations ethniquement russes : la proportion de non-blancs et de musulmans parmi les jeunes générations en Russie est déjà sensiblement supérieure à la moyenne toutes classes d’âge confondues. Même si le changement est lent plutôt que soudain et brutal ; il n’en est pas moins réel et menaçant.]

Poutine se soumet donc totalement à sa population de musulmans. Il estime qu’ils font partie de l’identité du pays et leur donne les sous qu’ils demandent pour « instruire » leurs rejetons. L’Islam fait partie de la Russie tout comme elle fait partie de l’Europe entière ! Depuis le temps (((qu’on))) vous le dit.

Le chef de l’Etat russe a aussi loué les organisations musulmanes russes pour leur travail à l’échelle internationale. Ces groupements organisent notamment le Forum musulman international annuel, qui rassemble des leaders musulmans du monde entier. « Il s’agit d’un champ d’activité très intéressant et très juste. Ce n’est pas étonnant que l’on attende de vous de l’aide et du soutien », a jugé le président.

Un « champ d’activité très intéressant »…

Poutine fait donc du bon boulot en Syrie mais laisse la Russie se faire envahir tranquillement. Un politique normal en Europe en fin de compte.

Auteur: Nico White

Partager cet article sur

Publier un commentaire

25 Commentaires sur "Poutine continuera de financer l’éducation islamique en Russie"

5000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
Sacha Vikochenko
7 février 2018 23 h 12 min

En fait les musulmans de Russie sont des blancs russes à l’origine, des tatars ou des tchetchenes (caucasiens nottament )

AA
7 février 2018 23 h 30 min

Steph
8 février 2018 7 h 07 min

Ce n’est pas le meilleur article ici. En Russie il y a la propagande, qui dit toujours que tout va bien, et les actes. Ce n’est pas comme si tout l’appareil d’état russe n’était pas entièrement dévoué à la destruction du terrorisme. De toute façon Poutine est trop subtil pour les idéologues étrangers ; c’est pour ça qu’il est détesté, et c’est pour ça qu’il a réussi.

La Russie est un pays naturellement conservateur car éloigné des centres du modernisme (Paris, Londres, maintenant New York). Depuis 1991, le « traditionalisme » est ce qui sert de liant dans le pays : il permet de remplacer l’athéisme comme substrat neutre, tout en refusant le nihilisme occidental.

Si vous avez mieux à proposer, réalisez-le en Occident, les Russes s’y mettront avec plus ou moins d’entrain selon que ça leur profite ou non.

albert.
8 février 2018 8 h 09 min

Oui , la Russie de Poutine opère une lente révolution conservatrice . On peut en dire autant de l’Empire du Milieu qui , lui ,fait retour à l’excellent système mandarinal .
De progressiste il ne subsiste que l’Occident ;
L’Est européen , ses partis de droite comme ses formations de gauche , se rebelle contre l’immigrationnisme et le pouvoir renforcé de la mafia  » juive  » – khazare serait plus exact .

9 février 2018 0 h 36 min

Il brade petit à petit son pays et sa culture pour avoir des alliés sur le plan international.
Il est favorable au nationalisme en Syrie mais pas en Russie.
Il complait à toutes les religions, par mauvais populisme démagogique et électoraliste.
Comme tous les empires, la population du cœur (russe) sert à celle des satellites, confer la France dont les soldats meurent aujourd’hui au Mali, hier en Indochine et en Algérie, pendant que la France métropolitaine est envahie de ceux-là et bien d’autres.

Piotr
9 février 2018 11 h 44 min

Voilà un discours indiscutable que certains devraient mémoriser. Ajoutons aussi les intrusions clandestines de Chinois de plus en plus significatives en Sibérie et les terres concédées par l’État à la Chine tandis que des villes et des localités entières se dépeuplent en Russie asiatique. Jamais les minorités allogènes n’ont été aussi entretenues et alimentées que sous le règne de Poutine, jouant sur les registres du philosémitisme, de l’islamolâtrie et de la sinophilie tout en écrasant sans pitié les nationalistes qui osent contester ses initiatives plus funestes les unes que les autres. Si les Russes échappent au péril nègre, ces derniers ne se heurtent pas moins au revanchisme subtile des Chinois et aux revendications toujours plus démesurées de peuplades composites que les Czars maintenaient à l’écart de la Moscovie historique. L’on pourrait aussi longuement disserter sur les relations de Poutine avec ses alliés mahométans du Caucase du Nord : Ce nain bolchévisant ne brade pas seulement le territoire russe, mais vend la chaire des Russes aux plus offrants.

Fragment
9 février 2018 22 h 49 min

Bonjour / Bonsoir,

Peut-être que je me trompe…
Mais si Poutine jouait aux échecs tandis que nous jouions aux dames?…
Peut-être a t-il un « plan » sur le long terme?
Et peut-être que je me fourvoie complètement en espérant le mieux en provenance du pire?
À vous de me dire!

Cordialement!

Fragment
9 février 2018 22 h 52 min

NB: il ne faut pas oublier que Mr Poutine à commencer comme espion pour finir comme maire d’abord,
puis président ensuite, en passant par directeur du FSB (ancien KGB)…
ce n’est pas rien tout de même!

Piotr
10 février 2018 16 h 02 min

Trump s’est gravement compromis avant même de briguer la présidence des Etats-Unis d’Amérique : Les hymens avec des youpins acariâtres au cœur de sa propre famille ne suffisent-ils donc pas pour démonter la représentation de ce personnage, assimilé à un WASP audacieux qui se préoccuperait du devenir de la race blanche ? Je m’étais abstenu d’émettre un jugement hâtif à son sujet avant ses premiers mois de gestion gouvernementale. Deux vérités principales doivent être réunies et mémorisées à propos de ce personnage : Tout d’abord, Trump est dénué de grille de lecture racialiste et n’a pas la prétention d’adopter une vision du monde centrée sur des principes d’endogamie communautaire. De surcroît, Trump est inséré dans un appareillage institutionnel très puissant (complexe militaro-industriel, aristocratie davidique du Sénat, ascendant du milieu bancaire et financier dans les structures étatiques, influence démesurée de la progéniture de Sion sur les cercles médiatiques ou encore le domaine de l’enseignement, etc.) contre lequel il ne saurait se mesurer : La créature domestiquée ne se soulèvera pas contre son créateur omnipotent.

Piotr
10 février 2018 15 h 51 min

Poutine, étalon compétitif des agences de police soviétique, n’a bien évidemment aucun « plan » pour redresser son pays et ne prévoit sans doute pas d’appliquer des mesures racialistes après avoir si longuement adulé les communautés allogènes les plus sordides de la Russie. Il faut cesser de discerner des intentions cachées chez des personnes dont les idées comme les choix d’action vont à l’encontre de nos convictions de la manière la plus évidente. Dans un cadre semblable de mystification psychologique, nous pouvons aussi penser en France à ceux qui prêtent un racisme « hermétique » et « dissimulé » à la poissonnière négrophile du Front National – En dépit des preuves accablantes de son état d’esprit libéral qui se succèdent. Sauf que la dynastie Le Pen n’a jamais régné une seule fois, c’est une différence que je vous concéderais bien volontiers.

Poutine, après tant d’années de gouvernance pro-talmudique et son inoxydable dévouement envers les minorités prolifiques et basanées du Caucase, n’est pas un allié secret ni un camarade furtif. En revanche, c’est un authentique dictateur récoltant consciencieusement son butin avec l’appui des pustules hébraïques. S’il peut continuer son œuvre de sape, ce tyran semi-bolchévik finira par façonner une « nouvelle Russie » correspondant en tout point à l’image qu’il s’en fait : Un ersatz d’Empire mongol contemporain, ravagé par le mahométanisme et ruiné par des croisements inter-raciaux transformant le Russe « moyen » en un Eurasien malléable, hideux et sans attache identitaire. Etant moi-même d’origine biélorusse, je ne décris pas cette situation avec une entière allégresse et continuerais à mettre en garde les nationalistes blancs frappés par une insondable crédulité contre la nocivité absolue de cette pourriture. Par ailleurs, de nombreux Russes estiment -comme moi- que ce Poutine n’est pas du tout d’ascendance slave comme en témoigne sa morphologie finno-tatare. Mais, comme vous l’aviez indirectement mentionné à plusieurs reprises, un problème de fond se pose aussi en Russie en matière d’identification culturelle et ethnique : J’entends trop de Russes qui se gargarisent des pseudo-racines tatares de la Russie contemporaine, qui entretiennent les absurdités délétères du soviétisme et désapprouvent les prétentions occidentales tout en soutenant la formation de couples mixtes avec des Asiates sous prétexte de… Perpétuer la Russie elle-même. Les derniers Russes de souche authentique devront se livrer à une guerre impitoyable pour recouvrir ce qui leur appartient, mais l’empoisonnement biologique est déjà très avancé.

jean
8 février 2018 15 h 09 min

trump / poutine, même combat, c’est juste deux gros suceurs de juifs bon pour la corde.
Ils sont juste anti-blanc et pro-juif, y’a qu’un truc qui leur importe « défendre israhell »

Piotr
10 février 2018 15 h 53 min

Tout à fait, il faut faire preuve d’une lucidité totale envers ces tristes sires.

Barbausec
11 février 2018 22 h 21 min

Tout est dit !

Anonyme
8 février 2018 22 h 40 min

Merci Nico White pour cet article. Je pense qu’il serait intéressant de faire un article sous forme de dossier sur la Russie pour les nationalistes blancs « occidentaux » sur la situation du pays : historiques, politiques, géopolitiques, mais aussi et (surtout) démographiques et immigration pour démonter la propagande russe sur la Russie de Poutine. Qu’en pensez vous ?

Piotr
10 février 2018 15 h 54 min

Ce serait une excellente manière de procéder.

wpDiscuz