Démocratie Participative #73 : La branlette intellectuelle rend-elle communiste ?

L’année commence à peine et nous avons un nouvel épisode de Démocratie Participative. Bonne écoute et bonne année 2018 ! Une année qui sera, je l’espère, prometteuse et surtout décisive pour notre mouvance.

À 9.20, après la présentation des invités et la présentation de leurs résolutions pour cette nouvelle année, les démocrates font la remises de médailles. Croix de fer de deuxième classe pour Serge pour une vidéo dans le métro parisien. On y aperçoit notamment un gros nègre huileux affalé sur un banc, très esthétique. Ensuite, Ric nous amène à Lyon (Part-Dieu) : Gandalf confesse avoir été déstabilisé car il ne distinguait plus la population d’Abidjan que la population française. Une autre vidéo à Lyon qui se rapproche un peu du migrant challenge mais pas trop : on rentre dans une faculté ; où l’on voit des tags pour réfugiés, bouteilles vides qui servent de papier toilettes (oui oui…) et des islamistes en tout genre.

À 20.58, Gandalf nous explique comment les bougnoules se servent de bouteilles vides pour remplacer le papier toilette. Nous prenons donc une bonne dose d’enrichissement culturel islamique. Le meneur de l’émission pense qu’il serait assez drôle de voir la réaction d’une gauchiste en lui annonçant que, sous les conseils de notre ami Karim, nous utilisons une bouteille humide plutôt que du papier toilette après avoir fait nos besoins ! Pour finir : les démocrates parlent d’une photo où l’on aperçoit une plaque commémorative pour les résistants, et en contrebas deux bougnoules voilées. Un bel exemple de la « libération » de la France.

À 28.20, premier sujet d’autisme radical : en Suède il va désormais falloir disposer de l’autorisation écrite de sa femme pour coucher avec elle. Une belle évolution sociétale ! Dans le cas contraire l’homme pourrait se retrouver devant le juge pour viol, même pour un rapport sexuel entre personnes mariées. MacDav avait prédit l’année dernière que l’on allait arriver au contrat « avant pénétration ». Il est évident que cette mesure vise les Blancs et pas les nègres.

[Note de Blanche : comme expliqué dans mon article, le projet de loi ne prévoit pas explicitement d’accord écrit. Mais il porte l’idée d’un renversement de la charge de la preuve, avec l’accusé devant prouver l’accord plutôt que l’accusatrice son désaccord. Des éléments comme le fait d’être marié continueront d’être utilisés pour évaluer la solidité de l’accusation, mais dans l’ensemble cela multipliera les condamnations injustes.]

À 37.15, Frodon explique que l’on arrive à une contractualisation des relations, rappelant Pierre Bergé qui trouve que louer son ventre serait d’anodin. L’actualité est tellement ridicule que l’on croirait lire le Gorafi. Bientôt un témoin pour prouver le consentement à l’acte sexuel ?

À 44.41, les démocrates se demandent si ce contrat devra aussi comporter des précisions sur l’acte sexuel, comme les positions et sa durée ? Ceux qui érigent ces lois doivent avoir des vies sexuelles de dégénérés ou alors ne doivent pas en avoir. Rappelons nous aussi que les juges condamnent différemment les violeurs si ils ne sont pas suédois car dans d’autres pays ils n’auraient pas les mêmes coutumes. Les pakistanais peuvent donc violer des enfants en Europe : ils ne seraient pas au courant qu’on ne le fais pas chez nous ! Vient ensuite une petite mise au point sur les différences homme-femme.

À 53.57, les démocrates notent l’obsession du système à dédouaner les nègres et les bougnoules. Ici lors d’une attaque au couteau : c’est l’alcool. La maire de la ville se demande quelle est la cause de cette attaque dans un centre d’accueil. Hier c’était le camion le coupable lors des divers attentats au camion bélier. Ce n’est pas la faute à Kader ou Mouloud s’ils sont en train de se poignarder après avoir bu de l’alcool ! Gandalf appelle à mettre plus de femmes aux postes à responsabilités pour avoir des résultats détonants. D’ailleurs, la maire aurait-elle désigné l’alcool comme coupable pour le sympathisant d’extrême droite qui avait poignardé un allogène, après une soirée arrosée ?

À 1.02.12, humeur du califat, pas en Bretagne (cette fois) mais à Londres ! Sadiq Khan, le maire de Londres, s’oppose à la venue de Donald Trump car Londres représente, selon lui, la tolérance, la diversité et d’acceptation. Pour ces raisons, Donald Trump ne peut pas mettre le pied à Londres : Cette visite mettrait en jeu les intérêts et la sécurité des Londoniens ! Toute visite officielle ne serait pas la bienvenue. Argyle trouve que comparés à nos élus, les élus au Royaume Unis sont très compétents pour l’ouverture du pays. Le petit pakistanais arrogant défie Donald Trump en prétendant qu’il y aurait un risque d’attentats ou de troubles à l’ordre public.

À 1.10.20, Fulbert entame une réflexion qu’il dénomme : la minute de haine raciste. Sadiq Khan est un putain d’oriental qui pense que Londres est déja un califat islamique, c’est une saloperie pakistanaise et qui plus est, musulman. Il discute aussi de l’Histoire du Pakistan qui comportait deux parties : une orientale et une occidentale. L’orientale, bengalie, étant devenue par la suite le Bengladesh (d’où sont issus les Rohingyas). Les anglais en avait repoussé en Birmanie et aujourd’hui ils font la une des journaux. Les démocrates notent que notre cher maire de Londres est un ancien avocat : il a tous les défauts du monde. Les Anglais ont perdus leur territoire en Asie, mais ils le retrouvent aujourd’hui sur leurs terres ! Gandalf admet que s’il y a bien un pays qui doit crever sous l’invasion islamiste c’est bien l’Angleterre.

À 1.20.48, Frodon souhaite que Sadiq Khan tombe très malade après s’être mis devant « le train Trump ». Longtemps, selon lui, l’Angleterre était considérée comme le cheval de Troie des USA, voir son pantin, mais selon Frodon on ne saurait plus vraiment qui domine l’autre. Gandalf reprend la parole pour affirmer que lorsque l’on laisse des populations non-blanches (en particuliers des populations musulmanes) s’installer sur nos terres, ce n’est pas sans conséquences. Et les conséquences sont de devoir s’aligner sur les intérêts des nouveaux venus.

À 1.25.06, troisième rubrique sur Alain de Benoist, soi-disant meneur de la nouvelle droite, qui a avoué qu’il est de gauche. Il aurait même pu voter pour Bernie Sanders tant il se sent à gauche. Son premier choix aux élections Françaises était le candidat de gauche, Jean-Luc Mélenchon. Ce traître crache donc sur son lectorat, sur les gens de droite et même sur ceux qui l’invitent aux USA (l’alt-right Américaine). Il vend donc ses bouquins à des gens qui ne sont pas de son bord, en les méprisant totalement. 50 ans de branlette intelectuelle pour au final voter Mélenchon, beau résultat.

À 1.35.14, toujours sur Alain de Benoist, les démocrates notent qu’il pratique la moralisation et la castration. Il appelle à ne pas agir donc c’est un danger pour nos idées. MacDav le trouve semblable à Houellebecq : un look crade aussi bien physiquement que mentalement. En plus, pour enfoncer le clou, il renie ses enfants (spirituels). Gandalf le désigne comme un gauchiste qui s’est perdu dans l’extrême-droite. Les gens de son genre polluent notre environnement intellectuel.

À 1.45.20, ce cher monsieur donnait aussi son « fraternel salut » aux musulmans Français qui veulent garder leurs traditions et les vivres en France. A croire que cela sort de la bouche d’Alain Soral… bien entendu c’est le leader d’Egalité et Réconciliation qui citait les propos d’Alain de Benoist ! Ce sont des historiens, pas des penseurs, des éponges qui ne proposent pas d’idées originales selon Gandalf. Il refuse le conflit donc ils condamnent tous ceux qui veulent oser et le prennent comme modèle.

À 1.53.20, l’équipe trouve assez drôle qu’il refuse l’action physique alors qu’il s’est inspiré de penseurs plus « radicaux ». Si l’on veut être publiquement d’extrême droite il faut que mentalement et physiquement on soit capable de représenter la mouvance. C’est un des problèmes majeurs car peu de gens de notre mouvement peuvent le faire. Les démocrates discutent de l’attente de l’homme providentiel. L’émission se termine en concluant il faut restructurer notre mouvement et éviter les gens qui tournent du côté humanitaire et qui, finalement, sont de gauche.

Auteur: Nico White

Partager cet article sur

Publier un commentaire

1 Commentaire sur "Démocratie Participative #73 : La branlette intellectuelle rend-elle communiste ?"

5000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
budospirit
13 janvier 2018 12 h 50 min

Je reponds oui sans hesitation la branlette rend sourd heureusement pour ma part je me suis arrete jeune tout en l ayant pratiqué jeune comme tout homme normalement constitué ,mais les branleur intellectuelles eux ne s en lassent pas c est cela leurs problemes les soral alain de besnoist ont besoins d etre valorisés comme les femmes d ailleurs ils aiment entendre qu ils sont uniquent qu ont les aiment etc ces sous hommes sont en fait des femmes mentalement
Mes propos peuvent paraitres bizarre mais je pense etre dans le vrais pour moi les deux sont des gays et reagissent comme des femmes ils ont besoin de se sentir valoriser aimé et unique ce qui est un comportement feminin a mon avis

wpDiscuz