Une député américaine noire vole le siège d’une blanche, et se plaint de « racisme »

Traduction de l’article du Daily Stormer.


Sheila Jackson Lee, apparemment princesse africaine, a demandé le siège de première classe qu’une femme blanche avait payé, et United Airlines l’obligea.

Voyez-vous, ici aux États-Unis dans ces terres de « progrès » post-Rosa Parks, des nègres corrompus croyant que tout leur est du renvoient le petit blanc au fond du bus !

Pourtant, dans cet abus de pouvoir, l’élue démocrate du Texas, Lee, a le sentiment d’être la partie lésée. Se plaindre qu’un noir vole un siège pour lequel vous avez payé un supplément est raciste !

Selon Lee, elle avait besoin du siège de première classe qu’elle n’avait pas réservé parce qu’elle avait un travail législatif important à faire. Ouais, c’est ça. Le vol de Houston à Washington DC ne prend que 3 heures, mais vous savez à quel point le Congrès travaille dur pour « aider les gens » !

New York Post :

La représentante Sheila Jackson Lee, qui a été accusée par une passagère d’United Airlines de l’avoir fait éjecter d’un siège de première classe, a dit dans une longue tirade sur Twitter mardi qu’elle croit que l’incident est entièrement une question de race.

La démocrate du Texas a écrit dans [une série de messages] :

Puisque ce n’était aucunement de ma faute, la façon dont l’individu a continué d’agir semblait être, à la réflexion, parce que je suis une femme africaine-américaine, apparemment une cible facile avec l’hôtesse de l’air africaine-américaine qui a été très, très gentille.

[ndt : La syntaxe douteuse est présente dans le message d’origine et est tout aussi douteuse en anglais. La traduction embellit souvent les formulations maladroites, mais ici je ne souhaite pas faire cet effort.]

Cela m’attriste, en particulier à cette époque de l’année étant donné toutes les choses sur lesquelles nous devons travailler pour aider les gens.

Mais dans l’esprit de cette saison, et par la sincérité de mon coeur, si il est perçu que j’ai eu quoi que ce soit à voir avec cela, je suis assez gentille pour dire désolée.

Mais en tant qu’africaine-américaine, je sais qu’il y a trop d’exemples comme celui-là à travers le pays.

Jean-Marie Simon, 63 ans, a dit qu’elle a été jetée de son siège de première classe sur un vol de Houston à Washington DC le 18 décembre pour faire place à Jackson Lee.

L’enseignante à Washington DC a écrit dans un message sur Facebook, deux jours plus tard, qu’elle avait vu un employé d’United emmener Jackson depuis la ligne d’embarquement prioritaire et l’escorter vers un siège de première classe avant que tout autre passager n’entre dans l’avion.

Quand Simon est arrivée pour embarquer avec son ticket de première classe, un employé a dit qu’il n’était pas dans le système. Un autre employé d’United lui a dit que united.com avait changé sa réservation une heure plus tôt et avais surclassé un autre passager sur son siège.

Simon a appris plus tard que l’élue au congrès a fini dans son siège.

Mais Jackson Lee, dans ses tweets, a dit qu’elle n’a « rien fait de mal ».

Autrement dit : « désolée, pas désolée ».

C’est ainsi que la politique des « groupes opprimés » est censée être utilisée : pour protéger de toute critique les contremaîtres incompétents et abusant de leurs pouvoirs que les Juifs nomment pour nous diriger. Hillary Clinton a utilisé l’accusation de « sexisme » de façon semblable.

Une ordure de politicien utilise son pouvoir contre les petites gens, mais parce qu’elle est noire, elle peut jouer à la victime.

Retourne à l’arrière du bus, petit blanc. Les États-Unis ne sont plus ton pays.

Auteur: Blanche

Partager cet article sur

Publier un commentaire

Pas (encore) de commentaire !

5000

wpDiscuz